GrandsClassiques.com

  • Une oeuvre érotique emblématique et sans cesse réécrite par son auteur.
    POUR UN PUBLIC AVERTI. La Nouvelle Justine ou Les Malheurs de la vertu (Tome II, partie II), paru en 1799, est la troisième version écrite par Sade. Le roman clandestin a connu un succès de scandale, des saisies et une spéculation en librairie, comme en attestent les 5 rééditions illégales publiées jusqu'en 1801. Le peu de tolérance à l'égard de ce roman libertin, pourtant exempt de vulgarité, s'explique surtout par la présence de scènes osées et la description de crimes immoraux.
    Désireuse d'incarner la vertu, Justine doit finalement se résoudre à se comporter en libertine. Aux scènes d'orgies du roman se mêlent des dissertations philosophiques et des professions d'athéisme, des interrogations sur les notions de bien et de mal, la religion, la justice et la vertu.
    Voici la troisième et dernière version hautement transgressive d'un classique absolu de l'érotisme, où la vertu côtoie la luxure et l'irréligion.
    EXTRAIT
    Juliette et Justine, toutes deux filles d'un très riche banquier de Paris, furent élevées jusqu'à l'âge de quatorze et quinze ans dans l'une des plus célèbres abbayes de Paris. Là, aucuns conseils, aucuns livres, aucuns maîtres ne leur avaient été refusés ; et la morale, la religion, les talents semblaient, à l'envi l'un de l'autre, avoir formé ces jeunes personnes.
    À cette époque fatale pour la vertu des deux jeunes filles, tout leur manqua dans un seul jour. Une banqueroute affreuse précipita leur père dans une situation si cruelle, qu'il en périt de chagrin ; sa femme le suivit un mois après. Deux parents froids et éloignés délibérèrent sur ce qu'ils feraient des jeunes orphelines. Leur part d'une succession absorbée par les créances se montait à cent écus pour chacune. Personne ne se souciant de s'en charger, on leur ouvrit la porte du couvent, et on leur remit leur dot, en les laissant libres de devenir ce qu'elles voudraient.
    Juliette, vive, étourdie, fort jolie, méchante, espiègle, et l'aînée des deux, ne parut touchée que du plaisir de ne plus végéter dans un cloître sans réfléchir au cruel revers qui brisait ses chaînes. Justine, plus naïve, plus intéressante, âgée, comme nous l'avons dit, de quatorze ans, ayant reçu de la nature un caractère sombre et romantique, sentit bien mieux toute l'horreur de sa destinée ; douée d'une tendresse, d'une sensibilité surprenante, au lieu de l'art et de la finesse de son aînée, elle n'avait qu'une ingénuité, une candeur qui devait la faire tomber dans bien des pièges.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Donatien Alphonse François de Sade, alias le Marquis de Sade (1740-1814) est un homme de lettres, romancier et philosophe français. La quasi totalité de son oeuvre exprime un athéisme anticlérical et est teintée d'érotisme - souvent lié à la violence et à la cruauté -, ce qui lui a valu de connaître des mises à l'index et la censure. Sur les 72 ans qu'a duré sa vie, le Marquis de Sade en a passé 27 derrière les barreaux. Occultée et clandestine pendant tout le XIXe siècle, son oeuvre littéraire est réhabilitée au milieu du XXe siècle part Jean-Jacques Pauvert. Sa reconnaissance unanime de l'écrivain est représentée par son entrée dans la Bibliothéque de la Pléiade en 1990.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Retrouvez les plus grands noms de la littérature érotique dans notre collection Grands classiques érotiques.
    Autrefois poussés à la clandestinité et relégués dans « l'Enfer des bibliothèques », les auteurs de ces oeuvres incontournables du genre sont aujourd'hui reconnus mondialement.
    Du Marquis de Sade à Alphonse Momas et ses multiples pseudonymes, en passant par le lyrique Alfred de Musset ou la féministe Renée Dunan, les Grands classiques érotiques proposent un catalogue complet et varié qui contentera tant les novices que les connaisseurs.

  • Une oeuvre érotique emblématique et sans cesse réécrite par son auteur.
    POUR UN PUBLIC AVERTI. La Nouvelle Justine ou Les Malheurs de la vertu (Tome I), paru en 1799, est la troisième version écrite par Sade. Le roman clandestin a connu un succès de scandale, des saisies et une spéculation en librairie, comme en attestent les 5 rééditions illégales publiées jusqu'en 1801. Le peu de tolérance à l'égard de ce roman libertin, pourtant exempt de vulgarité, s'explique surtout par la présence de scènes osées et la description de crimes immoraux.
    Désireuse d'incarner la vertu, Justine doit finalement se résoudre à se comporter en libertine. Aux scènes d'orgies du roman se mêlent des dissertations philosophiques et des professions d'athéisme, des interrogations sur les notions de bien et de mal, la religion, la justice et la vertu.
    Voici la troisième et dernière version hautement transgressive d'un classique absolu de l'érotisme, où la vertu côtoie la luxure et l'irréligion.
    EXTRAIT
    Juliette et Justine, toutes deux filles d'un très riche banquier de Paris, furent élevées jusqu'à l'âge de quatorze et quinze ans dans l'une des plus célèbres abbayes de Paris. Là, aucuns conseils, aucuns livres, aucuns maîtres ne leur avaient été refusés ; et la morale, la religion, les talents semblaient, à l'envi l'un de l'autre, avoir formé ces jeunes personnes.
    À cette époque fatale pour la vertu des deux jeunes filles, tout leur manqua dans un seul jour. Une banqueroute affreuse précipita leur père dans une situation si cruelle, qu'il en périt de chagrin ; sa femme le suivit un mois après. Deux parents froids et éloignés délibérèrent sur ce qu'ils feraient des jeunes orphelines. Leur part d'une succession absorbée par les créances se montait à cent écus pour chacune. Personne ne se souciant de s'en charger, on leur ouvrit la porte du couvent, et on leur remit leur dot, en les laissant libres de devenir ce qu'elles voudraient.
    Juliette, vive, étourdie, fort jolie, méchante, espiègle, et l'aînée des deux, ne parut touchée que du plaisir de ne plus végéter dans un cloître sans réfléchir au cruel revers qui brisait ses chaînes. Justine, plus naïve, plus intéressante, âgée, comme nous l'avons dit, de quatorze ans, ayant reçu de la nature un caractère sombre et romantique, sentit bien mieux toute l'horreur de sa destinée ; douée d'une tendresse, d'une sensibilité surprenante, au lieu de l'art et de la finesse de son aînée, elle n'avait qu'une ingénuité, une candeur qui devait la faire tomber dans bien des pièges.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Donatien Alphonse François de Sade, alias le Marquis de Sade (1740-1814) est un homme de lettres, romancier et philosophe français. La quasi totalité de son oeuvre exprime un athéisme anticlérical et est teintée d'érotisme - souvent lié à la violence et à la cruauté -, ce qui lui a valu de connaître des mises à l'index et la censure. Sur les 72 ans qu'a duré sa vie, le Marquis de Sade en a passé 27 derrière les barreaux. Occultée et clandestine pendant tout le XIXe siècle, son oeuvre littéraire est réhabilitée au milieu du XXe siècle part Jean-Jacques Pauvert. Sa reconnaissance unanime de l'écrivain est représentée par son entrée dans la Bibliothèque de la Pléiade en 1990.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Retrouvez les plus grands noms de la littérature érotique dans notre collection Grands classiques érotiques.
    Autrefois poussés à la clandestinité et relégués dans « l'Enfer des bibliothèques », les auteurs de ces oeuvres incontournables du genre sont aujourd'hui reconnus mondialement.
    Du Marquis de Sade à Alphonse Momas et ses multiples pseudonymes, en passant par le lyrique Alfred de Musset ou la féministe Renée Dunan, les Grands classiques érotiques proposent un catalogue complet et varié qui contentera tant les novices que les connaisseurs.

  • Premier tome d'une oeuvre érotique hybride, à la fois roman épistolaire et récit rétrospectif.
    POUR UN PUBLIC AVERTI. C'est alors qu'il est incarcéré à la Bastille, entre 1785 et 1788, que le marquis de Sade compose Aline et Valcour ou Le Roman philosophique, un roman-fleuve épistolaire et le premier ouvrage que l'auteur publie - à partir de 1793 - sous son vrai nom. L'intrigue se construit à travers un échange de lettres entre les différents protagonistes. Aline et Valcour entretiennent un amour vertueux qui s'avère impossible, car le père d'Aline, le libertin Blamont, a des desseins monstrueux : il tente de débrider sa fille et de la marier au financier Dolbourg, son compagnon d'orgie. D'autres récits rétrospectifs se trouvent enchâssés : les voyages et périples que Léonore et son compagnon Sainville entreprennent de la Méditerranée au golfe de Guinée, dans des royaumes africains. À travers Léonore, une femme moderne et bourgeoise, et les nombreuses notes de bas de page, Sade se présente comme un prophète des événements révolutionnaires ; il mentionne ainsi en sous-titre que le texte a été « écrit à la Bastille un an avant la Révolution de France ».
    Un ouvrage classique de la littérature érotique, le premier à avoir été publié sous le nom de Sade.
    EXTRAIT
    Lettre II
    Aline à Valcour
    6 juin
    De quelles expressions me servir ? Comment adoucirai-je le coup qu'il faut que je vous porte ? Mes sens se troublent, ma raison m'abandonne, je n'existe plus que par le sentiment de ma douleur... Pourquoi vous ai-je vu ? pourquoi ces traits charmants ont-ils pénétré dans mon âme ? Pourquoi m'avez-vous entraînée dans l'abîme avec vous ? Hélas ! que nos instants de bonheur ont été courts ! Qui sait, grand Dieu ! qui sait quelles sont les bornes de ceux qui doivent les suivre ? Mon ami, il faut ne nous plus voir... Le voilà dit, ce mot cruel ; j'ai pu le tracer sans mourir !... Imitez mon courage. Mon père a parlé en maître, il veut être obéi. Un parti se présente, ce parti lui convient, cela suffit ; ce n'est pas mon aveu qu'il demande, c'est son intérêt qu'il consulte, et le sacrifice entier de tous mes sentiments doit être fait à ses caprices. N'accusez point ma mère, il n'y a rien qu'elle n'ait dit, rien qu'elle n'ait fait, rien qu'elle n'imagine encore... Vous savez comme elle aime sa fille, et vous n'ignorez pas non plus les sentiments de tendresse qu'elle éprouve pour vous... Nos larmes se sont mêlées... Le barbare les a vues, et n'en a point été attendri...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Donatien Alphonse François de Sade, alias le Marquis de Sade (1740-1814) est un homme de lettres, romancier et philosophe français. La quasi totalité de son oeuvre exprime un athéisme anticlérical et est teintée d'érotisme - souvent lié à la violence et à la cruauté -, ce qui lui a valu de connaître des mises à l'index et la censure. Sur les 72 ans qu'a duré sa vie, le Marquis de Sade en a passé 27 derrière les barreaux. Occultée et clandestine pendant tout le XIXe siècle, son oeuvre littéraire est réhabilitée au milieu du XXe siècle part Jean-Jacques Pauvert. Sa reconnaissance unanime de l'écrivain est représentée par son entrée dans la Bibliothéque de la Pléiade en 1990.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Retrouvez les plus grands noms de la littérature érotique dans notre collection Grands classiques érotiques.
    Autrefois poussés à la clandestinité et relégués dans « l'Enfer des bibliothèques », les auteurs de ces oeuvres incontournables du genre sont aujourd'hui reconnus mondialement.
    Du Marquis de Sade à Alphonse Momas et ses multiples pseudonymes, en passant par le lyrique Alfred de Musset ou la féministe Renée Dunan, les Grands classiques érotiques proposent un catalogue complet et varié qui contentera tant les novices que les connaisseurs.

  • Une oeuvre érotique emblématique et sans cesse réécrite par son auteur.
    POUR UN PUBLIC AVERTI. La Nouvelle Justine ou Les Malheurs de la vertu (Tome II, partie I), paru en 1799, est la troisième version écrite par Sade. Le roman clandestin a connu un succès de scandale, des saisies et une spéculation en librairie, comme en attestent les 5 rééditions illégales publiées jusqu'en 1801. Le peu de tolérance à l'égard de ce roman libertin, pourtant exempt de vulgarité, s'explique surtout par la présence de scènes osées et la description de crimes immoraux.
    Désireuse d'incarner la vertu, Justine doit finalement se résoudre à se comporter en libertine. Aux scènes d'orgies du roman se mêlent des dissertations philosophiques et des professions d'athéisme, des interrogations sur les notions de bien et de mal, la religion, la justice et la vertu.
    Voici la troisième et dernière version hautement transgressive d'un classique absolu de l'érotisme, où la vertu côtoie la luxure et l'irréligion.
    EXTRAIT
    Juliette et Justine, toutes deux filles d'un très riche banquier de Paris, furent élevées jusqu'à l'âge de quatorze et quinze ans dans l'une des plus célèbres abbayes de Paris. Là, aucuns conseils, aucuns livres, aucuns maîtres ne leur avaient été refusés ; et la morale, la religion, les talents semblaient, à l'envi l'un de l'autre, avoir formé ces jeunes personnes.
    À cette époque fatale pour la vertu des deux jeunes filles, tout leur manqua dans un seul jour. Une banqueroute affreuse précipita leur père dans une situation si cruelle, qu'il en périt de chagrin ; sa femme le suivit un mois après. Deux parents froids et éloignés délibérèrent sur ce qu'ils feraient des jeunes orphelines. Leur part d'une succession absorbée par les créances se montait à cent écus pour chacune. Personne ne se souciant de s'en charger, on leur ouvrit la porte du couvent, et on leur remit leur dot, en les laissant libres de devenir ce qu'elles voudraient.
    Juliette, vive, étourdie, fort jolie, méchante, espiègle, et l'aînée des deux, ne parut touchée que du plaisir de ne plus végéter dans un cloître sans réfléchir au cruel revers qui brisait ses chaînes. Justine, plus naïve, plus intéressante, âgée, comme nous l'avons dit, de quatorze ans, ayant reçu de la nature un caractère sombre et romantique, sentit bien mieux toute l'horreur de sa destinée ; douée d'une tendresse, d'une sensibilité surprenante, au lieu de l'art et de la finesse de son aînée, elle n'avait qu'une ingénuité, une candeur qui devait la faire tomber dans bien des pièges.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Donatien Alphonse François de Sade, alias le Marquis de Sade (1740-1814) est un homme de lettres, romancier et philosophe français. La quasi totalité de son oeuvre exprime un athéisme anticlérical et est teintée d'érotisme - souvent lié à la violence et à la cruauté -, ce qui lui a valu de connaître des mises à l'index et la censure. Sur les 72 ans qu'a duré sa vie, le Marquis de Sade en a passé 27 derrière les barreaux. Occultée et clandestine pendant tout le XIXe siècle, son oeuvre littéraire est réhabilitée au milieu du XXe siècle part Jean-Jacques Pauvert. Sa reconnaissance unanime de l'écrivain est représentée par son entrée dans la Bibliothéque de la Pléiade en 1990.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Retrouvez les plus grands noms de la littérature érotique dans notre collection Grands classiques érotiques.
    Autrefois poussés à la clandestinité et relégués dans « l'Enfer des bibliothèques », les auteurs de ces oeuvres incontournables du genre sont aujourd'hui reconnus mondialement.
    Du Marquis de Sade à Alphonse Momas et ses multiples pseudonymes, en passant par le lyrique Alfred de Musset ou la féministe Renée Dunan, les Grands classiques érotiques proposent un catalogue complet et varié qui contentera tant les novices que les connaisseurs.

  • Second tome d'une oeuvre érotique hybride, à la fois roman épistolaire et récit rétrospectif.
    POUR UN PUBLIC AVERTI. C'est alors qu'il est incarcéré à la Bastille, entre 1785 et 1788, que le marquis de Sade compose Aline et Valcour ou Le Roman philosophique, un roman-fleuve épistolaire et le premier ouvrage que l'auteur publie - à partir de 1793 - sous son vrai nom. L'intrigue se construit à travers un échange de lettres entre les différents protagonistes. Aline et Valcour entretiennent un amour vertueux qui s'avère impossible, car le père d'Aline, le libertin Blamont, a des desseins monstrueux : il tente de débrider sa fille et de la marier au financier Dolbourg, son compagnon d'orgie. D'autres récits rétrospectifs se trouvent enchâssés : les voyages et périples que Léonore et son compagnon Sainville entreprennent de la Méditerranée au golfe de Guinée, dans des royaumes africains. À travers Léonore, une femme moderne et bourgeoise, et les nombreuses notes de bas de page, Sade se présente comme un prophète des événements révolutionnaires ; il mentionne ainsi en sous-titre que le texte a été « écrit à la Bastille un an avant la Révolution de France ».
    Un ouvrage classique de la littérature érotique, le premier à avoir été publié sous le nom de Sade.
    EXTRAIT
    Lettre II
    Aline à Valcour
    6 juin
    De quelles expressions me servir ? Comment adoucirai-je le coup qu'il faut que je vous porte ? Mes sens se troublent, ma raison m'abandonne, je n'existe plus que par le sentiment de ma douleur... Pourquoi vous ai-je vu ? pourquoi ces traits charmants ont-ils pénétré dans mon âme ? Pourquoi m'avez-vous entraînée dans l'abîme avec vous ? Hélas ! que nos instants de bonheur ont été courts ! Qui sait, grand Dieu ! qui sait quelles sont les bornes de ceux qui doivent les suivre ? Mon ami, il faut ne nous plus voir... Le voilà dit, ce mot cruel ; j'ai pu le tracer sans mourir !... Imitez mon courage. Mon père a parlé en maître, il veut être obéi. Un parti se présente, ce parti lui convient, cela suffit ; ce n'est pas mon aveu qu'il demande, c'est son intérêt qu'il consulte, et le sacrifice entier de tous mes sentiments doit être fait à ses caprices. N'accusez point ma mère, il n'y a rien qu'elle n'ait dit, rien qu'elle n'ait fait, rien qu'elle n'imagine encore... Vous savez comme elle aime sa fille, et vous n'ignorez pas non plus les sentiments de tendresse qu'elle éprouve pour vous... Nos larmes se sont mêlées... Le barbare les a vues, et n'en a point été attendri...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Donatien Alphonse François de Sade, alias le Marquis de Sade (1740-1814) est un homme de lettres, romancier et philosophe français. La quasi totalité de son oeuvre exprime un athéisme anticlérical et est teintée d'érotisme - souvent lié à la violence et à la cruauté -, ce qui lui a valu de connaître des mises à l'index et la censure. Sur les 72 ans qu'a duré sa vie, le Marquis de Sade en a passé 27 derrière les barreaux. Occultée et clandestine pendant tout le XIXe siècle, son oeuvre littéraire est réhabilitée au milieu du XXe siècle part Jean-Jacques Pauvert. Sa reconnaissance unanime de l'écrivain est représentée par son entrée dans la Bibliothéque de la Pléiade en 1990.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Retrouvez les plus grands noms de la littérature érotique dans notre collection Grands classiques érotiques.
    Autrefois poussés à la clandestinité et relégués dans « l'Enfer des bibliothèques », les auteurs de ces oeuvres incontournables du genre sont aujourd'hui reconnus mondialement.
    Du Marquis de Sade à Alphonse Momas et ses multiples pseudonymes, en passant par le lyrique Alfred de Musset ou la féministe Renée Dunan, les Grands classiques érotiques proposent un catalogue complet et varié qui contentera tant les novices que les connaisseurs.

  • Libertine et pleine de vices, Juliette est la soeur dévergondée de la vertueuse mais malheureuse Justine.
    POUR UN PUBLIC AVERTI. Alors que dans Les Malheurs de la vertu, la vertueuse Justine suit une voie faite d'injustices et subit des sévices répétés, sa soeur aînée Juliette est au contraire, dans Les Prospérités du vice, une anti-héroïne qui se complaît dans un monde où les crimes immoraux et le vice paient. Le parcours dépravé de Juliette est composé de rencontres avec d'autres libertins sadiques semblables à elle, et les discours philosophiques sur la théologie, la métaphysique et la moralité viennent ponctuer les scènes de débauche. Mais ici, plus Juliette est amorale, plus elle acquiert richesse et pouvoir. L'Histoire de Juliette a été publiée anonymement en 1797, ce qui n'a pas empêché Sade d'être incarcéré sans procès sous ordre napoléonien.
    Comme toujours, la prédilection pour le vice du marquis de Sade prime dans ce roman, désormais classique.
    EXTRAIT
    Il est temps, mes amis, de vous parler un peu de moi, surtout de vous peindre mon luxe, fruit des plus terribles débauches, afin que vous puissiez le comparer à l'état d'infortune où se trouvait ma soeur, pour s'être avisée d'être sage. Vous tirerez de ces rapprochements les conséquences que votre philosophie vous suggérera.
    Le train de ma maison était énorme. Vous devez vous en douter, en voyant toutes les dépenses que j'étais obligée de faire pour mon amant. Mais, en laissant à part la multitude des choses exigées pour ses plaisirs, il me restait à moi un hôtel superbe à Paris, une terre délicieuse au-dessus de Sceaux, une petite maison des plus voluptueuses à la Barrière-Blanche, douze tribades, quatre femmes de chambre, une lectrice, deux veilleuses, trois équipages, dix chevaux, quatre valets choisis à la supériorité du membre, tout le reste des attributs d'une très grande maison, et, pour moi seule, plus de deux millions à manger par an, ma maison payée.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Donatien Alphonse François de Sade, alias le Marquis de Sade (1740-1814) est un homme de lettres, romancier et philosophe français. La quasi totalité de son oeuvre exprime un athéisme anticlérical et est teintée d'érotisme - souvent lié à la violence et à la cruauté -, ce qui lui a valu de connaître des mises à l'index et la censure. Sur les 72 ans qu'a duré sa vie, le Marquis de Sade en a passé 27 derrière les barreaux. Occultée et clandestine pendant tout le XIXe siècle, son oeuvre littéraire est réhabilitée au milieu du XXe siècle part Jean-Jacques Pauvert. Sa reconnaissance unanime de l'écrivain est représentée par son entrée dans la Bibliothéque de la Pléiade en 1990.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Retrouvez les plus grands noms de la littérature érotique dans notre collection Grands classiques érotiques.
    Autrefois poussés à la clandestinité et relégués dans « l'Enfer des bibliothèques », les auteurs de ces oeuvres incontournables du genre sont aujourd'hui reconnus mondialement.
    Du Marquis de Sade à Alphonse Momas et ses multiples pseudonymes, en passant par le lyrique Alfred de Musset ou la féministe Renée Dunan, les Grands classiques érotiques proposent un catalogue complet et varié qui contentera tant les novices que les connaisseurs.

  • Une oeuvre érotique emblématique et sans cesse réécrite par son auteur.
    POUR UN PUBLIC AVERTI. Justine ou Les Malheurs de la vertu, paru en 1791, est le premier ouvrage publié du vivant du marquis de Sade. Il s'agit en fait de la deuxième version du roman. Cet ouvrage clandestin connut un succès de scandale, des saisies et une spéculation en librairie, comme en attestent les 5 rééditions illégales publiées jusqu'en 1801. Le peu de tolérance à l'égard de ce roman libertin, pourtant exempt de vulgarité, s'explique surtout par la présence de scènes osées et la description de crimes immoraux.
    Désireuse d'incarner la vertu, Justine doit finalement se résoudre à se comporter en libertine. Aux scènes d'orgies du roman se mêlent des dissertations philosophiques et des professions d'athéisme, des interrogations sur les notions de bien et de mal, la religion, la justice et la vertu.
    Voici la deuxième version hautement transgressive d'un classique absolu de l'érotisme, où la vertu côtoie la luxure et l'irréligion.
    EXTRAIT
    A ma bonne amie.
    Oui, Constance, c'est à toi que, j'adresse cet ouvrage. A-la-fois l'exemple et l'honneur de ton sexe, réunissant à l'âme la plus sensible l'esprit le plus juste et le mieux éclairé, ce n'est qu'à toi qu'il appartient de connaître la douceur des larmes qu'arrache la vertu malheureuse. Détestant les sophismes du libertinage et de l'irréligion, les combattant sans cesse par tes actions et par tes actions et par tes discours, je ne crains point pour toi ceux qu'à nécessités dans ces mémoires le genre de personnages établis ; le cynisme de certains crayons (adoucis néanmoins autant qu'on a pu) ne t'effraiera pas davantage; c'est le vice qui, gémissant d'être dévoilé, crie au scandale aussitôt qu'on l'attaque. Le procès du Tartuffe fut fait par des bigots ; celui de Justine sera l'ouvrage des libertins, je les redoute peu : mes motifs dévoilés par toi n'en seront point désavoués ; ton opinion suffit à ma gloire, et je dois après t'avoir plu, ou plaire universellement, ou me consoler de toutes les censures.
    Le dessein de ce roman (pas si roman que l'on croiroit) est nouveau sans doute ; l'ascendant de la vertu sur le vice, la récompense du bien, la punition du mal, voilà la marche ordinaire de tous les ouvrages de cette espèce ; ne devroit-on pas en être rebattu !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Donatien Alphonse François de Sade, alias le Marquis de Sade (1740-1814) est un homme de lettres, romancier et philosophe français. La quasi totalité de son oeuvre exprime un athéisme anticlérical et est teintée d'érotisme - souvent lié à la violence et à la cruauté -, ce qui lui a valu de connaître des mises à l'index et la censure. Sur les 72 ans qu'a duré sa vie, le Marquis de Sade en a passé 27 derrière les barreaux. Occultée et clandestine pendant tout le XIXe siècle, son oeuvre littéraire est réhabilitée au milieu du XXe siècle part Jean-Jacques Pauvert. Sa reconnaissance unanime de l'écrivain est représentée par son entrée dans la Bibliothéque de la Pléiade en 1990.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Retrouvez les plus grands noms de la littérature érotique dans notre collection Grands classiques érotiques.
    Autrefois poussés à la clandestinité et relégués dans « l'Enfer des bibliothèques », les auteurs de ces oeuvres incontournables du genre sont aujourd'hui reconnus mondialement.
    Du Marquis de Sade à Alphonse Momas et ses multiples pseudonymes, en passant par le lyrique Alfred de Musset ou la féministe Renée Dunan, les Grands classiques érotiques proposent un catalogue complet et varié qui contentera tant les novices que les connaisseurs.

empty