Flammarion

  • Sept dialogues mettant en scène trois débauchés : la voluptueuse Sainte-Ange, l'ardente Eugénie et le cynique Dolmancé. Sade détourne la forme du dialogue philosophique en vogue au XVIIIe siècle, au profit du libertinage. Il en profite également pour développer sa conception du gouvernement républicain qu'il estime incompatible avec la religion et avec toute forme de législation pénale.

  • Justine, jeune orpheline élevée au couvent, est parvenue à rester pure et innocente, malgré sa pauvreté et l'abject exemple de sa soeur, devenue courtisane. Mais une fois prise pour cible par plusieurs hommes qui la désirent, persécutée, elle se voit contrainte d'être spectatrice des pires perversions...C'est du fond de sa cellule de la Bastille que Sade écrivit, en 1787, Les Infortunes de la vertu, première version de Justine ou les Malheurs de la vertu. Avec ce conte philosophique, dont le manuscrit fut exhumé par Apollinaire au début du XXe siècle, le Divin Marquis livre, non sans ironie, un récit leste et enlevé, qu'il double d'un débat sur le conflit entre classes sociales. Démontrant que le vice est toujours mieux récompensé que la vertu, il plaide pour une libre expression des instincts naturels, fussent-ils foncièrement mauvais.

  • Le talent de Sade conteur ne s'est pas seulement exprimé dans Les Crimes de l'amour, mais aussi dans une cinquantaine de nouvelles, d'historiettes et de fabliaux méticuleusement recensés par un « catalogue raisonné » que le Divin Marquis établit durant son incarcération à la Bastille, de 1786 à 1788. Cette part de son oeuvre dessine un continent méconnu, qui est la face officielle, mais non moins licencieuse, d'un débauché soucieux de son image d'« homme de lettres ».
    Occultés par la réputation scandaleuse de leur auteur et la fascination exercée par sa production clandestine, ces contes dévoilent une autre écriture : variée et nerveuse, entrelaçant gravité et plaisanterie, elle témoigne d'une grande maîtrise de la concision.
    De ces recueils mixtes, que Sade n'eut pas le temps de publier, le présent volume cherche pour la première fois à donner une idée. L'homme de lettres s'y révèle libertin... mais autrement.

empty