• Préserver à tout prix la tranquillité des campagnes ou bien la céder à ces jeunes férus de vélo en quête de plaisirs et de sensations ? Voilà un enjeu qui oppose jeunes citadins et anciens d'un village morvandiau. La solaire Blandine, fleur du pays, saura-t-elle réconcilier les deux camps ? En se lançant dans les chemins pentus et ravinés du Travers, de jeunes citadins amateurs de vélo tout-terrain n'imaginent pas un seul instant qu'une telle liberté puisse leur être reprochée. D'autant qu'ils sont très bien accueillis au hameau des Bouveaux par Octave, un vieux paysan que leur joyeuse équipe distrait de sa solitude. Au village et surtout au bar du café, seul commerce subsistant, les commentaires diffèrent : d'où sortent ces jeunes ? Qui sont-ils ? De quel droit investissent-ils ainsi les chemins de leurs rudes collines ?
    Or, chaque week-end, l'affluence des amateurs de VTT sportif augmente, attisant la mauvaise humeur ou la colère des gens du pays.
    Blandine est du pays, elle. Aussi tolère-t-on ses virées sportives sur les chemins du Travers. Jusqu'à ce qu'on découvre qu'elles ne sont que prétexte à retrouver un de ces " chevelus " intrusifs. Aussi futée que " gentille ", la jeune femme va aider au rapprochement entre les jeunes vététistes et Pierre Tricot, le sage, l'homme en qui tous ont confiance.
    Et qui a toutes les raisons d'aider à la création d'une " station de VTT ".
    Le nouveau roman de Didier Cornaille, l'auteur des
    Trois chats de Chamasson.

  • Dans un village du Morvan, un jeune fermier assiste à l'inexorable mutation des campagnes. La mécanisation à tout-va, la solitude auront-elles raison de sa volonté de conserver la terre de ses parents ?
    Joseph n'a jamais oublié ce beau jour d'été où, enfant, il a vu pour la première fois un tracteur.
    Il était rouge, tellement impressionnant... En ces temps d'après-guerre, la société rurale subit
    de profonds changements. Joseph en prend conscience très tôt.
    Le jeune homme vit dans la petite ferme familiale, au coin du chemin menant à la Roncerai, autrefois le plus beau domaine de la région. A la déshérence de ce lieu répond celle du pays. Joseph, fidèle à son univers clos, partage son temps entre la ferme léguée par ses parents et ses travaux de bûcheronnage.
    Quant aux filles... elles se sont presque toutes envolées.
    Le progrès à tout-va, la solitude auront-ils raison de la volonté de Joseph de rester à la terre ? Il faudra l'arrivée de Julienne pour que tout
    change...

  • Petits pays de France

    Didier Cornaille

    • Omnibus
    • 31 Octobre 2018

    Un voyage insolite et poétique à travers les tout petits terroirs de France. Une encyclopédie unique en son genre, qui marie l'histoire des hommes à celle des paysages, l'évocation des cultures locales à la découverte des forces géologiques qui ont façonné la nature.Une somme patrimoniale, par un auteur qui connaît les multiples paysages de la France. Les Amognes, l'Artense, le Boréon, la Bouriane, le Capcir, la Forterre, la Gallésie, la Lémance, la Margeride, les Mauges, le Quercorb, le Ségala, le Volvestre, le Valgaudemar... Autant de noms familiers pour ceux qui y vivent, mais mystérieux pour le voyageur. Les tout petits pays de France ont ceci de magique qu'ils sont à la fois très français et très exotiques, car s'ils ont tissé l'histoire de la nation, ils ont aussi le plus souvent gardé toute la force de leur particularisme. Didier Cornaille, grand marcheur et auteur bien connu des collections terroir, a parcouru pendant dix ans la France au pas de son cheval. C'est ainsi qu'il a imaginé cette géographie exceptionnelle : c'est la France vue du ciel, mais en rase-mottes, par-dessus les collines jusqu'au creux des vallées, depuis la source à peine visible sous les herbes jusqu'à l'estuaire qui se déploie face au large.
    On y découvre que les frontières restent bien vivantes, malgré les conquêtes et les lois des régimes centralisateurs, parce qu'elles ont été tracées par une rivière, une lande, un coteau crayeux bien plus que par la folie guerrière des hommes.

  • 1914-1960. Chronique d´une famille de fermiers morvandiaux. Les problèmes de la paysannerie et le destin d´une femme luttant pour garder sa terre.

    « Les sous... les sous ! fit-il. Est-ce qu´on en avait besoin, avant ? L´étable bien garnie d´abord ; les sous viendront bien après, pour ce qu´on en a besoin... Voilà ce qu´il pensait, le père. Et voilà ce que je pense. Qu´était-il donc arrivé ? Julia, sidérée, laissait les mots de son fils faire leur chemin en elle. Le monde avait donc changé tant que cela ? C´était pourtant vrai. Pour un peu, elle eût oublié la terre, elle eût abandonné la chaude importance d´une étable bien vivante. » Août 1914, dans le Morvan. C´est l´époque de la fenaison pour le hameau de l´Huis Maugrit, dans le Morvan. Soudain résonne le tocsin, lugubre héraut de la guerre. Les hommes partis au front, les femmes n´ont d´autre ressource que d´embaucher à la mine voisine. A douze ans, l´énergique Marie, qui voulait devenir institutrice, doit se résigner à prendre en charge la petite ferme familiale. Avec son inséparable amie, Anne, elle traversera les dures épreuves de la guerre. Trois années passent. En 1917, un camp de prisonniers - dont la majorité sont des insoumis - est installé à la mine. L´un d´eux, Roland, noue des liens d´amitié avec les deux adolescentes et d´autres, bien plus tendres, avec la cousine de Marie, Lucienne. Mais celle-ci disparaît et seule Marie en connaît la raison. Avec l´après-guerre viennent la désillusion et l´exode rural. Nombreux sont ceux qui partent travailler en usine. Mais Marie résiste et s´accroche à sa terre. Un jour, Roland, qui avait quitté le pays, réapparaît...


  • Afin de sauvegarder l'âme de leur hameau de l'inexorable course du profit et du progrès, des habitants, avec à leur tête Thibaut, un ado plein d'idées, se mobilisent...

    De ce hameau tranquille, les Ruées, qui a vu sa population fondre comme neige au soleil notamment avec l'envolée des jeunes vers la ville, ne subsistent que l'auberge, la vieille gare et quelques habitations. Une poignée de fidèles aiment se retrouver à l'auberge, lieu d'une riche tradition familiale, où Mathilde a élevé seule Adeline et Thibaut, aujourd'hui adolescents. Bientôt un projet met en concurrence l'auberge de Mathilde et une zone artisanale, dont la municipalité attend beaucoup pour le développement du village voisin et pour l'emploi... Jusqu'à ce jour, grâce à l'auberge et la gare, même désaffectée, les gens du hameau avaient le sentiment de conserver, aussi fragile soit-elle, l'âme des Ruées. Pour combien de temps ? Mais il y a les choucas, ces élégants oiseaux noirs qui nichent sur le toit de la vieille gare ! Dès lors, les causes se confondent. Toucher aux choucas, c'est s'en prendre aux gens du hameau... Et le timide Thibaut sait, lui, d'un crayonné habile, comment rallier le plus grand nombre à leur cause, comment sauver l'auberge, comment joindre aux belles paroles les vraies résistances...

  • Il y a soixante-dix ans, des hommes ont disparu au coeur du Morvan forestier, dans une mine de fluorine proche d'une ferme aujourd'hui abandonnée. Une jeune violoniste, qui enquête sur ce drame ayant coûté la vie à son grand-père, découvre la beauté d'une région au passé parfois troublé.
    Mathieu, jeune garde forestier, traque le moindre départ de feu dans les plantations de sapins de Douglas dont le Morvan regorge. Un beau matin, il voit s'échapper de la ferme abandonnée de Montcouvert une colonne de fumée. Qui donc fait du feu au milieu des bois ? Mathieu y envoie Baptiste, son meilleur ami, en vacances chez son grand-père, l'ancien aubergiste du village. Ce cavalier émérite découvre avec stupéfaction qu'une jeune femme, violoniste, a établi son campement à la ferme. Autre étrangeté, elle semblerait avoir choisi ce lieu pour jouer en pleine nature. Subjugué par Guillermina, Baptiste va l'aider dans sa quête, car elle lui confie être à la recherche d'une mine de fluorine - ce minerai qui fit la richesse de la région - où son grand-père serait mort. Un drame que la mémoire locale a soigneusement effacé. Quel rôle Clément, le grand-père de Baptiste, qui vivait là, a-t-il joué enfant ? Quelles tensions entre les habitants, qui se haïssent d'une vallée à l'autre, ont tissé cette histoire trouble ?


  • L'arrivée d'une famille d'origine maghrébine vient bouleverser les habitudes d'un village morvandiau. Ce sont des enfants, Tom et Aïda, qui réconcilieront les habitants.
    Un beau plaidoyer contre l'exclusion.

    Entre Tom et Aïda, dès le premier instant, c'est le coup de foudre. Qu'ils aient l'un et l'autre treize ans ne change rien à l'affaire... Si Tom est un Morvandiau " pure souche ", Aïda, elle, a échoué avec sa famille dans ce hameau perdu entre prés et forêts, loin de tout, même de l'école. Tout serait simple pour les deux enfants s'il n'y avait le refus de la différence, la peur de l'autre et quelques rudes règlements de comptes entre certains villageois et les " étrangers " d'origine algérienne. A leur façon, Tom et Aïda vont se battre. Et surtout, ils ne renonceront à rien. Les foins, la moisson, la grande foire de septembre et la nature rythment ce roman où les traditions morvandelles sont confrontées aux réalités de notre époque.


  • Une histoire d'héritage, mystérieuse et tragique, de nos jours dans le Morvan.
    Une juste et sensible peinture du monde paysan.

    A la mort de Ludovic Grollier, dernier descendant d'une famille morvandelle jadis puissante, ses héritiers découvrent un testament si alambiqué que personne ne s'y retrouve. D'ailleurs, était-il vraiment propriétaire de la Grande Cheintre qui fut, sans conteste, la plus belle exploitation du village ? Gustave Grollier, dernier agriculteur du pays et lointain cousin du défunt, veut profiter de la situation. C'est alors que survient un étranger qui semble s'intéresser à l'affaire. Puis d'autres personnes entrent en scène : les intérêts en jeu sont très importants.
    Dans leurs curieux cadres, trois photos jaunies par le temps finiront par révéler le secret d'une bien étonnante histoire de famille.

  • Dans un hameau du Morvan, le jeune François cherche sa voie, tiraillé entre son lourd héritage familial et son besoin de rupture, d´émancipation.



    «- Notre pays... Qu´est-ce qu´il en reste ? Plus une seule ferme dans le bourg, tu te rends compte ? Et dans les hameaux, pour ce qu´on y trouve... Presque plus de commerces, plus rien. La moitié des maisons fermées. Des fois, je me demande...

    Anne se tourna vers elle. Elle fixait intensément le village avec de l´angoisse et infiniment de tristesse dans le regard.
    - Je me demande si c´est raisonnable de s´obstiner.» François Courbet vit au coeur d´un hameau du Morvan dans la ferme de l´Huis-Maugrit. Entouré des femmes de sa famille, au caractère fort, qui tiennent avec succès une petite auberge, il souffre d´ignorer de ses origines paternelles. Autour de cet univers figé, secret, le monde est en ébullition : à Paris, le mois de mai 68 agite tous les esprits.

    François veut devenir menuisier et s´adonne avec passion à la pratique de la vielle, renouant ainsi avec une coutume bourguignonne. A ses problèmes identitaires se greffent ceux d´une douloureuse passation de biens qui dépossède les Courbet de l´auberge, de la menuiserie et d´un moulin, exploités en usufruit par Marie la grand-mère.

    Partir... Pour François, une parenthèse lointaine s´impose. Il laisse derrière lui Gilberte, sa fiancée et soeur de son pire ennemi.

    De retour en Bourgogne, le besoin de renouer avec sa terre, la tradition hôtelière de la famille, et la découverte tardive d´un fils réconcilient François avec sa propre histoire.

  • Si Marc n'était pas un incorrigible rêveur, peut-être aurait-il pris conscience dès son plus jeune âge des drames, des jalousies et des vieilles rancunes qui déchirent les familles du hameau où il est né. Peut-être aurait-il aussi compris tout ce qui, dès le départ, les condamnait, Odile et lui, à ne pouvoir s'aimer. Lorsque, vingt ans plus tard, le destin remet Odile sur sa route, il se trouve confronté à un cruel dilemme : retourner à la respectabilité de son foyer parisien et aux médiocres illusions de sa vie bourgeoise, ou admettre qu'il n'a jamais rien voulu que rester au pays, quels que soient les sacrifices que cela lui demande... Une très belle histoire d'amour où Didier Cornaille met en scène des « âmes fortes » qui se cherchent et s'accordent dans de somptueux paysages dont il sait si bien dépeindre l'âpre poésie.

  • « On ne pouvait être à la fois plus clair et plus ambigu. Adam et le diable n'étaient pas les objets de mes seules obsessions. Ils existaient bel et bien puisqu'il semblait soutenir qu'il pouvait en disposer ».
    En 1866, Antoine Donnadieu, architecte passionné en charge des travaux menés dans la cathédrale d'Autun, en Bourgogne, tombe sur une pièce rare : la Tentation d'Eve, un bas-relief du XIIereprésentant une femme nue couchée. A peine réapparue, la belle lascive suscite les convoitises. On se la dispute, on se l'arrache. On en propose des sommes faramineuses. Reste une inconnue : que sont devenus Adam et le diable - autres pièces maîtresses de la trop fameuse trinité, la femme, l'homme, le diable - que tout le monde cherche ? Robert Brampton, aventurier américain et chercheur de beaux objets et ami de l'architecte, raconte cette histoire singulière de manipulation et de chasse au trésor?

  • A la Libération, en Bourgogne, le projet de deux amies d´enfance de transformer une ferme en auberge dans une campagne encore endolorie par la guerre. La suite des Labours d´hiver.




    « La façon à la fois bon enfant et autoritaire qu´elle avait de mener son monde ne fut pas pour rien dans la réputation que se fit rapidement la ferme-auberge à l´enseigne de l´Huis Maugrit. Les rôtis et les pot-au-feu de Marie Courbet attiraient leur monde. Mais qu´auraient-ils été sans la faconde de la patronne et le sel que son franc-parler et ses rudes apostrophes ajoutaient au charme de la table ? » Au coeur du Morvan, la ferme de l´Huis Maugrit n´a survécu à la tourmente de la Grande Guerre et au déclin de la campagne que grâce à l´obstination de Marie Courbet. Après la Libération, la paix et l´opulence revenues, la solitude du hameau devient vite insupportable au caractère entreprenant et autoritaire de Marie. Elle s´oppose à son amie de toujours, Anne, comme à ses propres enfants. Marie tente alors de reporter sa tendresse et ses espoirs sur son petit-fils. Elle seule connaît le terrible secret lié à la naissance de cet enfant, qui la repousse. Marie est proche du découragement. C´est alors que son amie Anne lui souffle une idée moderne : créer une « ferme-auberge ». L´idée séduit l´audacieuse Marie. L´avenir redevient possible. Seules l´entravent encore les séquelles d´un passé dont le secret est un poids insupportable.

  • Qui peut prétendre être maître de son destin ? Personne, et certainement pas Lazare, "vieux gars" un peu rustre, bûcheron solitaire que rien n'aurait pu décider à quitter son Morvan natal. C'est un infime détail - deux traits sur un arbre qui indiquent un chemin de grande randonnée - qui va bouleverser sa vie. Avec un livre pour seul bagage - Voyages avec un âne dans les Cévennes de Stevenson - ce "sauvage" d'aujourd'hui se lance à l'aventure, claque la porte, siffle son chien, hisse son bagage sur sa mule et part à la découverte des splendeurs secrètes du Morvan, du Beaujolais et des Cévennes. Au cours de cette balade peu ordinaire, il va rencontrer des inconnus, se révéler au monde et qui sait, peut-être à lui-même.


  • Le roman de Clara, petite fille adoptée pendant la guerre.
    Le roman de Clara, devenue femme, qui restera pour toujours la " Juive " au coeur de son village natal à l'apparence si tranquille.

    Antoine, Parisien, en mal de vert et d'authenticité, tombe sous le charme du Morvan et du village dont est originaire son épouse. Un jour de promenade, il découvre, choqué, une étoile de David taguée sur le portail d'une maison. Il rencontre la propriétaire des lieux, une vieille dame, Clara, dont il devient le confident... Pendant la guerre, Clara n'avait que cinq ans lorsque ses parents ont été arrêtés et déportés. Elle a été recueillie, puis adoptée, par des voisins. Bien que devenue l'institutrice du pays, elle y sera toujours " la Juive ". Avec, en filigrane, des questions qui taraudent la vieille femme... Pourquoi en effet la petite broche ayant appartenu à sa mère se retrouve-t-elle épinglée sur le chemisier de l'une de ses amies ? Ses parents auraient-ils été dénoncés ? Qui connaît la vérité dans le village ?

  • Tout commence dans un village du Morvan déserté par ses habitants partis vivre l'aventure en ville. Avec trois francs six sous et une détermination à toute épreuve, la jolie Capucine a une idée lumineuse : raccommoder les petits tracas de la vie, autrement dit repriser les poches trouées des jeans. Contre toute attente, sa petite entreprise, Pocket service, tout d'abord modeste artisanat local, va prospérer. Au point qu'une société de jeans, bien plus puissante, bien plus aguerrie, fait tout pour lui mettre des bâtons dans les roues. Mais, encouragée par Tonin, son grand-père, homme de bon sens, âme généreuse, ravi de voir du sang neuf raviver les couleurs de ses campagnes, par le séduisant Bastien qui a quitté la capitale pour la campagne bourguignonne, mais aussi par tout un village solidaire, Capucine résiste... Jusqu'à ce qu'elle tombe elle aussi dans le piège du toujours plus...
    Portée par une héroïne des temps modernes, une histoire aux contours de fable, profonde, juste, pleine de sagesse, qui évoque de vrais problèmes de société.

  • Comment tout un village bourguignon, par le biais d'une rumeur sur la présence d'un loup alentour, se ligue contre une jeune Parisienne, récemment installée.
    " Savait-il, le vieux bonhomme, qu'il était là, le loup, au plus près d'eux ? Il n'était pas une

  • En Bourgogne, dans un village tranquille, l´ouverture au public d´une chapelle aux richesses insoupçonnées sème la zizanie. Entre les « pro » et les « anti » projet, un crime survient qui déchaîne les passions.
    En Bourgogne, au fond d´un vallon et au bout d´une petite route, il y a la vieille maison où vivent les Rabaut et leur petit-fils, Samuel, aux dehors rudes de « vieux gars », et la maison neuve où résident leurs cousins Francis Magnancourt et son épouse Elodie. A équidistance se dresse la jolie chapelle du Prieuré, jusqu´alors fermée et inaccessible. Après d´importantes recherches archéologiques menées par Francis, le sanctuaire est ouvert au public. Un événement qui attire du monde et attise les passions. Jusqu´à ce qu´on retrouve Francis mort. Les soupçons se portent rapidement sur Samuel, qui a opportunément disparu. La consternation se double d´une exaspération des tensions entre les deux camps que cette affaire de chapelle déchire. Seul Serge Brandon refuse de croire en la culpabilité de son ami Samuel que pourtant tout accable : petit-fils de Justin, le plus acharnéà s´opposer à ce qu´on touche à son bien, Samuel nourrit de surcroît une fascination pour sa cousine Elodie.

    Or Serge sait que Samuel était au courant du projet du Prieuré et qu´il y était favorable. Pourquoi dès lors aurait-il assassiné Francis à qui, par ailleurs, il portait une véritable amitié ?

  • Lorsqu’il se réveille sur une aire d’autoroute, Luc se souvient vaguement d’une soirée arrosée et d’une mystérieuse passagère qui l’a détourné de sa destination, le Morvan, où il mène depuis quelques années une vie paisible. L’inconnue a disparu, abandonnant dans le coffre de la voiture un sac de voyage et des qui ramèneront Luc dans le Nord de la France où il est né et où il a grandi. Troublé par cette rencontre, il décide de s’arrêter quelques jours pour retrouver sa passagère et ce pays familier qui n’est plus tout à fait le sien…

    S’il a fait du Morvan sa terre d’élection et d’adoption, Didier Cornaille n’a jamais oublié le Nord dont il est originaire et qu’il évoque avec tendresse dans ce récit de l’errance d’un homme sur les chemins du hasard.

  • Dans un petit hameau isolé du monde et dépeuplé depuis la fermeture de la mine, quelques habitants résistent vaille que vaille. Léonce, l´ancien forgeron, se souvient... Il refait le monde avec ses compères au café tenu par la jeune et jolie Juliette, dont tout le monde est amoureux. Pour lui, aucun doute, le jardin d´Eden, c´est ici, au coeur d´une nature paradisiaque que rien ne saurait altérer.
    Mais un jour, autour de l´ancienne mine, une drôle d´odeur se répand, des animaux meurent. L´Eden serait-il menacé ?Fidèle à ses racines paysannes et à sa terre d´élection, le Morvan, qui a nourri la plupart de ses romans, Didier Cornaille nous fait découvrir une belle aventure humaine, pleine des secrets du monde rural et de la nature.

  • Au fond d'une vallée morvandelle isolée, le hameau de la Croix de Fourche compte quatre maisons. Trois " vieux gars " finissent leur existence dans trois d'entre elles, leurs fermes familiales. La dernière est à vendre. C'est là le triste aboutissement de la désertification des campagnes. Pitoyables dans leur solitude, mais aussi pleins de gouaille, les trois vieux garçons vont tout faire pour empêcher la vente de la maison. En vain. Un nouveau propriétaire s'installe et fait clore sa propriété, interdisant tout passage sur ses terres. Une jeune femme, venue pour un chantier d'archéologie, se prend d'amitié pour eux. D'ours qu'ils sont, ils deviennent petits garçons. Grâce à ses conseils, ils gagneront le procès que leur intente le nouveau propriétaire.
    />

  • Comment vivaient les Éduens, ancêtres des Bourguignons, dont la capitale, Bibracte, fut le haut lieu d'une éphémère union sacrée des peuples gaulois contre les Romains ? Pourquoi les habitants d'un charmant village soutiennent-ils avec constance que Marguerite de Bourgogne, la reine scandaleuse que chantait Villon, a fini paisiblement ses jours chez eux plutôt qu'étouffée entre deux matelas à Château-Gaillard ? Et Paris serait-elle Paris sans les forêts du Morvan ? ...En véritable conteur, Didier Cornaille, profondément attaché à sa terre bourguignonne, nous invite à une promenade historique, sentimentale et secrète. Considérant les grands événements du modeste point de vue des petites gens, il défriche pour nous des chemins oubliés. Au fil de ses Histoires racontées, il se plaît à faire revivre les légendes, les anecdotes, les héros, les sanctuaires, l'imaginaire et l âme d'un pays où la rudesse trouvait autrefois son exutoire dans le rire et le merveilleux. Une vision de la vie que l'auteur, en guide sensible et érudit, nous fait partager au long de ces pages plaisantes et drôles.


  • Une enquête menée de main de maître doublée d'une superbe évocation de la forêt morvandelle au fil des saisons.

    Nichée entre les collines et les forêts du Morvan, la ferme d'Antoinette a été mise à sac. Pierre, son fils adoptif, le découvre alors qu'il vient pour y passer sa retraite. Mystérieux cambriolage. Mystérieuse maison voisine désertée par la famille Guérande à la Libération. Y aurait-il un lien entre ces deux événements survenus à cinquante années de distance ? Et lequel ?
    Pierre décide de mener son enquête, mais il se heurte au mutisme des villageois, hormis monsieur Armand - le fabricant d'eau-de-vie - qui sait tout sur tout le monde, mais ne révèle rien sur lui.
    Pierre Guédeloffe réussira-t-il à lever ce voile et à libérer une nouvelle fois le village, toujours prisonnier de ses lourds secrets ?

  • Entre l'ennui d'un week-end à la campagne et la tristesse de son appartement parisien où Aurélie ne l'attend plus, Simon, un citadin irréductible, se laisse tenter par le charme et la modestie d'un petit hôtel en bord de route. Sans trop savoir pourquoi, il y fait halte. Sa chambre ouvre sur un jardin potager, puis sur un chemin. Un chien passe, Simon le suit.
    Le monde auquel ils vont aborder est à la fois banal et extraordinaire, onirique et réel. Au fil d'une longue errance dont seul le chien connaît l'aboutissement, Simon découvre un univers qu'il ne soupçonnait pas et qui peut-être le révélera à lui-même.

    Une surprenante aventure initiatique entre rêve et réalité, à la rencontre de gens simples et accueillants, de marginaux parfois inquiétants, et d'une humanité toujours généreuse.

  • Sylvestre, aux utopies envolées, revient dans la ferme familiale du Morvan. Lui qui a tout connu, tout vécu, en marginal, renoue, enfin, avec les liens du souvenir et de l'amitié. Trois chats plus ou moins sauvages ont élu domicile dans ce qui fut le fenil d'une ferme perdue au fond des bois. Ils y sont tranquilles jusqu'à l'arrivée de Sylvestre. Celui-ci, la soixantaine bien engagée, a connu les mirages et les misères d'une vie en marge jusqu'au jour où il retrouve les clés de la maison familiale. Pour rompre avec un passé trop chargé, il vient s'y réfugier. Mais rien ne sera simple, d'autant que l'agriculteur voisin lorgne sur ses terres depuis des années. Il y a aussi une communauté de contestataires plus ou moins écolos, parmi lesquels la belle Aurélie qui prend ses habitudes chez Sylvestre, et Joseph et Antoinette, modestes fermiers au grand coeur. Et il y a ce fils et, enfin, ce petit-fils qu'il ne connaît pas encore. Aurélie et Agathe, une vieille complice, vont pousser Sylvestre à renouer les liens avec la vie. Jusqu'au jour où il verra les trois chats de Chamasson, ces irréductibles sauvageons, se grouper autour de son petit-fils et accepter, pour la toute première fois, de se laisser caresser.

empty