• Napoléon ne s'est pas ennuyé à Sainte-Hélène, il y paracheva secrètement l'un de ces grands poèmes qui fondent la dignité humaine. Une oeuvre élaborée au long et en marge de sa célèbre carrière ; et que la malveillance fit disparaître. Chateaubriand seul devina sous le « Dieu de la guerre » un être contemplatif, notant : « Il n'eût pas été ce qu'il était, si la muse n'eût été là. »Un vieil homme retrouve le poème. Il lui est dérobé. Commence alors une enquête pleine de rebondissements. S'identifiant peu à peu à l'Empereur, le vieillard sera gagné par l'énergie d'une vie nouvelle.
    Didier Laroque peint avec une érudition savoureuse un portrait inédit d'une des plus fascinantes figures de l'histoire.
    Didier Laroque est l'auteur de nombreux essais d'esthétique et de deux romans remarqués : La Mort de Laclos et Le Dieu Kairos.

  • Au siècle dernier, en divers lieux d'Afrique et d'Europe, deux hommes assez différents attendent chacun le moment propice qui donnera sens et plénitude à leur vie. Ils se rencontrent et découvrent que leurs espérances sont complémentaires : l'acte héroïque que l'un des deux voudrait accomplir est l'épisode même dont l'autre désire être le témoin favorisé. Quand l'un se destine à l'action, l'autre se voue à la contemplation. Apparaissent un héros et un écrivain en puissance. Grâce aux ambitions solidaires des deux hommes se réalise une forte amitié. Mais les années passent et entament leur fraternisation, ils s'impatientent, se découragent. Lorsque leur espoir paraît incroyable, leur dénuement parfait, arrive le moment propice: il faut savoir saisir la chevelure du dieu Kairos.
    />
    Didier Laroque, architecte DPLG, est Professeur de théorie et pratique de la conception architecturale à l'École nationale supérieure d'architecture Paris-val-de-Seine. Il est membre de l'UMR 8210, ANHIMA, à l'Université Paris Diderot. Il est l'auteur de nombreux ouvrages de théorie et de l'histoire de l'architecture. Il a publié en 2014 un premier roman (La mort de Laclos, Champ Vallon) très remarqué par la critique.

  • On croit aujourdhui pouvoir regarder comme « architecture » un édifice célébrant lhabileté à bâtir, ou enjolivant lutilité ce qui ne mérite pas dêtre cru. Car larchitecture est toute grecque. Seuls le temple dorique et sa postérité, parce quils prennent en garde le suprême spéculatif, sont dignes de réflexions.
    Les sept études, ici réunies, prétendent montrer et étudier la condition du legs architectural grec dans lépoque moderne. Elles sattachent à quelques réalisations, projets et traités choisis daprès leurs vertus exemplaires : ceux de Palladio, J. Perret, F. Blondel, Fischer von Erlach, Napoli ; ceux du P. André, de Boullée et de Praz. Selon cet ensemble, réfléchir sur larchitecture paraît dévoiler lessence du poème ou de luvre dart.

  • Sublime et architecture

    Didier Laroque

    • Hermann
    • 26 Octobre 2010

    Depuis Longin, la pensée du sublime s´attache à rendre raison de ce qui est considéré comme l´expérience la plus « haute » ou la plus parfaite de la vie humaine. Cette pensée séculaire s´est constituée comme une science du tout manifesté. Or, l´assemblage d´archè et de technè tendrait à convaincre que l´architecture accomplit cette manifestation. L´architecture ne réalise-t-elle pas, selon l´harmonia, une totalité indivise ? Elle ne saurait ainsi se séparer de ce que la pensée du sublime fait choix d´appréhender. Le présent essai tente de soutenir et de suivre cette allégation, proposant, avec une entente foncière du sublime et de l´architecture, une intelligence de leur commune et discrète occurrence dans l´époque moderne.

  • L'été de 1803, un jeune officier de chevau-légers cantonné à Dijon est chargé de porter un message à Choderlos de Laclos, qui commande l'artillerie d'une armée d'observation dans les États de Naples.
    Le voyage en Italie, jusqu'à Tarente, est riche en péripéties : le messager connaît l'amour, défend sa vie, découvre enfin, avec la teneur étonnante de la lettre transportée, la gloire secrète de vivre.

empty