• "Il ne cessait de penser au mensonge d'Ariane. En un éclair, elle en avait conçu la nécessité et, du coup, s'était élevée à une hauteur qui donnait le vertige. Il éprouvait, à la voir juchée si haut, l'angoisse qu'on a à suivre des yeux un acrobate qui, au cintre du cirque, tente un exercice où il peut perdre la vie".

  • "Il ne cessait de penser au mensonge d'Ariane. En un éclair, elle en avait conçu la nécessité et, du coup, s'était élevée à une hauteur qui donnait le vertige. Il éprouvait, à la voir juchée si haut, l'angoisse qu'on a à suivre des yeux un acrobate qui, au cintre du cirque, tente un exercice où il peut perdre la vie".

  • Feuilles persanes

    Claude Anet

    • Grasset
    • 1 Janvier 1924

    Ouvrage regroupant les récits de L'esprit Persan, La femme lapidée, La route de Mazandéran et Petits tableaux de la vie persane. "Ce ne sont ici que petits tableaux - images d'Epinal, hélas! plus que miniatures persanes - des jours que l'on coule encore dans l'Iran. Il faut s'attacher dans notre vie transitoire à ce qui est durable. Tout le reste est vanité et poursuite du vent".

  • L'amour en Russie

    Claude Anet

    • Grasset
    • 1 Janvier 1922

    "Si Stendhal avait connu la Russie, il l'aurait adorée. Il n'y aurait vu nulle part la vanité desséchante qu'il abhorrait en Occident. il y aurait trouvé quelque chose qui n'est que de ce pays-là - une certaine façon directe de regarder et de traiter les choses de l'amour, en dehors de toutes conventions mondaines et sociales, une volonté arrêtée de décider chaque cas passionnel en soi, sans s'inquiéter des convenances et des habitudes, et surtout sans se préoccuper de ce qu'en penseront les voisins."

  • La fin d'un monde

    Claude Anet

    • Grasset
    • 1 Janvier 1925

    "Ainsi mourut Nô essayant de sauver une race condamnée à disparaître, mais qui, la première dans le monde, a laissé comme trace éternelle de son passage des oeuvres dont la beauté nous émeut encore. Et cela se passait il y a environ douze mille ans, à l'endroit que l'on appelle aujourd'hui les Eyzies de Tayac, sur les bords de la Vézère. On peut y voir sur les murs des abris et des grottes les dessins gravés et les sculptures qui illustrent cette histoire."

  • Quand la Terre trembla

    Claude Anet

    • Grasset
    • 1 Janvier 1921

    "Les soldats, sur ordre du chef, venaient d'avancer de vingt pas, et, dans le désordre des gens qui reculaient, le groupe se dissocia. La jeune fille, sérieuse maintenant, revint sur ses pas et décida de descendre par les rues parallèles à Nevski. elle ne pensait qu'à une chose : "Les ouvriers veulent-ils vraiment la révolution?"

  • Mayerling

    Claude Anet

    • Grasset
    • 1 Janvier 1967

    "A l'heure où toute femme froissée dans son corps et dans sa pudeur a le droit d'être seule, plusieurs personnes étaient réunies autour de cette femme qui souffrait. Elle appartenait, en effet, à une caste où ni la douleur ni la oie ne peuvent être gardées secrète et l'impératrice d'Autriche, Elisabeth, âgée de vingt ans, était contrainte de faire ses couches en public." C.A.

  • Ariane, jeune fille russe est un roman de Claude Anet publié en 1920.
    Résumé
    | En Russie vers 1900 Ariane, 17 ans, n'a plus sa mère et vit chez sa tante Varvara qui la trouve avec son propre amant. Elle dit à Ariane d'aller à l'université. Ariane est d'accord mais elle refuse l'aide de Varvara et va à Moscou. Elle s'y éprend du riche Constantin. À la fin des cours, il l'emmène 15 jours en Crimée puis il part 3 mois à New York. Quand il revient, elle va vivre chez lui. Elle avoue qu'elle couche avec un homme pendant les vacances et qu'il lui paye ses études. Il la quitte mais au dernier moment, l'emmène avec lui...|
    |Source Wikipédia|

  • Mayerling

    Claude Anet

    • Bookelis
    • 30 Octobre 2018

    Anet Claude - Mayerling : Marie Vetsera, une jeune baronne, fait son entrée dans le monde. En elle, nous décrit Claude Anet, « les grâces des deux âges se mêlent » : « le sérieux de l'enfance » et « le triomphe de la femme ». Rodolphe de Habsbourg, le prince héritier de l'empire austro-hongrois, le fils unique de l'empereur François-Joseph et de l'impératrice Élisabeth (Sissi) est mal marié. Il se console par des aventures faciles et se morfond dans un gouvernement profondément conservateur où, libéral, il fait de la figuration. Entre Rodolphe et Marie que tout sépare - ils ne peuvent même pas être présentés l'un à l'autre - naît un amour désespéré et sans issue qui les emportera vers leur destin et la mort à Mayerling.
    En 1930, ces événements sont encore présents à la mémoire de bien des gens. Confronté à sa mort prochaine, l'auteur nous livre de ce drame une chronique de journaliste, sans fioriture, presque sèche, d'une écriture courte et brisée, composée de tableaux, où, par touches successives, transparait la passion qui unit l'archiduc et sa maîtresse, amants prêts à tout pour être ensemble et ne jamais se quitter ! À l'urgence d'écrire de l'auteur correspond la fébrilité de cette passion, elle aussi sans issue. Sans avoir l'air d'y toucher, dans un rythme narratif épuré, Claude Anet nous propose un roman où la mort de ces Romeo et Juliette modernes est étouffée par la préservation des convenances et la raison d'État... et qui vaut mieux que ses adaptations cinématographiques ! Claude Anet meurt, lui, d'une septicémie généralisée en janvier 1931...

  • ARIANE JEUNE FILLE RUSSE

    Claude Anet

    • Bookelis
    • 30 Octobre 2018

    Anet Claude - Ariane jeune fille russe : Ariane, une jeune fille de 16 ans, brillante intelligente libre et orgueilleuse, tient tous les hommes de la ville à ses pieds. Elle vit avec sa tante Varvara qui lui a transmis son idéal de liberté sexuelle et d'aventures sans engagement. Bien que son père préconise son mariage, elle trouve le moyen de faire financer ses études à l'université de Moscou par un de ses « admirateurs ». Elle y rencontre, au cours d'une représentation de Don Juan, Constantin Michel, un riche homme d'affaire occidental... Naît une relation passionnée et conflictuelle entre Ariane et son « grand prince » qui « cherche la femme et le plaisir, redoute la jeune fille et l'amour ». Cet amour vaincra-t-il ? rien n'est moins sûr...
    Beaucoup de finesse dans la description de cette relation entre une jeune fille « moderne » qui souhaite préserver l'apparence de sa liberté et un don Juan séducteur, autocrate, et épris d'illusions. Ce roman fut adapté deux fois pour le cinéma.
    Jean Schpfer (Claude Anet) naît à Morges, le 28 mai 1868, d'une famille française, protestante, établie en Suisse lors de la Révocation de l'Édit de Nantes et d'une mère d'origine anglaise. Il fera, ainsi que son frère, une demande de rétablissement de sa nationalité française qui sera acceptée sans la moindre formalité. Sportif (champion de France de Tennis), journaliste, spécialiste de la Russie, il sera le premier automobiliste en Perse. Il écrit, sous le pseudonyme de Claude Anet, inspiré de Jean-Jacques Rousseau, ses voyages en Italie, en Russie et en Perse ainsi que des romans : Petite Ville, Quand la terre trembla, Rives d'Asie, Mayerling,et Ariane, jeune fille russe...

  • Petite ville

    Claude Anet

    • Grasset
    • 1 Janvier 1921

    "Lorsque j'étais petit garçon, je me félicitais dans ma candeur d'habiter une petite ville honnête, ignorée, où rien n'était digne d'attirer l'attention de ceux dont la profession est d'écrire pour amuser le monde. Plus tard, lorsque la raison, avec le poil, me vint, mes yeux s'ouvrirent. Faut-il l'avouer? J'éprouvai un sentiment bizarre d´orgueil blessé. Ma petite ville était donc semblable à toutes les autres".

  • Théâtre

    Claude Anet

    • Grasset
    • 1 Janvier 1924

    Présentations de deux textes de théâtre de Claude Anet : Mademoiselle Bourrat et Fille perdue.

  • Ariane, jeune fille russe

    Claude Anet

    • Grasset
    • 1 Janvier 1924

    "Il ne cessait de penser au mensonge d'Ariane. En un éclair, elle en avait conçu la nécessité et, du coup, s'était élevée à une hauteur qui donnait le vertige. Il éprouvait, à la voir juchée si haut, l'angoisse qu'on a à suivre des yeux un acrobate qui, au cintre du cirque, tente un exercice où il peut perdre la vie".

empty