• Eve a disparu il y a cinq ans, sans laisser ni corps ni trace. Enfuie avec un amant, d'après la police londonienne, mais morte selon l'époux inconsolable. En dépit de sa défiance, ce dernier a fait appel à une médium ; contre toute attente, Mademoiselle LaFay possède un réel talent pour joindre l'au-delà et réunit chaque année le couple pour un jour de félicité... sauf cette fois-ci : Eve n'apparaît pas. En ces temps de misère et de richesse insolente dans la société victorienne, la vie après la mort attise les espoirs des scientifiques. Mary-Gaëtane LaFay et son amie Maisy, deux femmes audacieuses, affrontent leurs frayeurs pour résoudre un mystère entre deux mondes crépusculaires. De l'autre côté, l'Enquêteur poursuit le même dessein. La frontière qui les sépare est plus ténue qu'ils ne l'imaginaient, ce qui les unit, infiniment supérieur. L'affaire Blake révélera une énigme de la taille des univers. Ayant déjà publié un roman jeunesse, Charlotte contre les Zénaïdes (chez Le Carnoplaste), Christine Luce livre ici une superbe fantasy spirite aussi trouble qu'un verre d'absinthe, comme une rencontre de Nerval avec Neil Gaiman.

  • Charlotte Caillou a treize ans... à peu près. Difficile de fêter son anniversaire quand on naît un 29 février au douzième coup de minuit.
    Dans sa chambre, construite comme un phare au-dessus de la maison de ses parents, elle dévore les histoires que racontent les livres.
    Charlotte ne quitte jamais son sac à dos, même pour dormir, car elle voyage souvent dans un autre monde : un univers de travers.

  • Le monde de l'adoption internationale est complexe. Dans ce livre, vous saisirez cette complexité grâce aux récits de deux femmes, l'une Québécoise, l'autre Française, chacune ayant travaillé dans ce domaine pendant plusieurs années. Au fil d'un échange de courriels échelonné sur une quinzaine de mois, elles font état de leurs pratiques, de leurs connaissances et de leurs réflexions.

    La lecture de ces échanges permet d'aborder des sujets délicats en adoption internationale comme celui de la concurrence entre parents, entre organismes, entre institutions, entre pays d'accueil et pays d'origine. De plus, les auteures remettent en question plusieurs idées reçues telles que «l'adoption internationale sauve des enfants», «un enfant n'a pas de prix», «les conventions et les règlements nuisent à l'intérêt des enfants», «tout le monde a droit à un enfant».

    Enfin, cet ouvrage est une invitation à réfléchir à plusieurs questions de fond sur l'adoption internationale: s'agit-il d'un projet privé, purement familial, d'un projet social ou même sociétal? L'adoption internationale a-t-elle un avenir? Si oui, lequel?

    Luce de Bellefeuille est psychosociologue et gestionnaire en organisations publiques. Elle a dirigé pendant treize ans le Secrétariat à l'adoption internationale, mandataire de l'Autorité centrale en matière d'adoption internationale au Québec. Ses fonctions l'ont menée à autoriser l'adoption de 6751 enfants de tous les coins de la planète. Elle est mère de deux enfants.

    Christine Delepière a enseigné dans un établissement scolaire à Béthune, en France. Parallèlement, pendant 25 ans, elle a été responsable de Païdia, un orga­nisme autorisé pour l'adoption du nord de la France. À ce titre, elle a travaillé avec les instances de plusieurs pays, dont la Roumanie, le Bélarus, l'Éthiopie et le Niger. Elle est mère de quatre enfants, dont trois ont été adoptés à l'étranger.

empty