• Dans le contexte d'une mondialisation qui tourne à la guerre économique, l'intelligence économique est devenue un outil incontournable pour les entreprises et les administrations. Aussi s'est-elle imposée comme une discipline à part entière enseignée dans les écoles de gestion comme dans les universités.
    Cet ouvrage réunit pour la première fois l'ensemble des experts de la communauté française d'intelligence économique et stratégique, fondateurs de la discipline, experts militaires, avocats, auteurs des réformes nationales d'intelligence économique et consultants en veille stratégique pour des groupes internationaux.
    - Les champs de connaissances définis officiellement en 2004 par Alain Juillet, alors haut responsable pour l'intelligence économique en France dans le référentiel de l'intelligence économique.
    - Une approche théorique et pratique apportée à la fois par les meilleurs enseignants et par les professionnels les plus expérimentés.
    - De nombreux cas pratiques inédits tirés de l'actualité récente.
    - Tout ce qu'il faut savoir pour maîtriser les stratégies d'influence et d'utilisation de l'information.
    - L'essentiel pour utiliser avec succès les dernières technologies de l'information : logiciels, web 2.0...

  • La conquête des marchés est aussi un art de la guerre. Il est resté plus méconnu que la pratique du monde militaire. Cet ouvrage retrace le cheminement de la guerre économique au cours des trente dernières années. La société de l'information a rendu peu à peu visible les différents types de rapports de force opposant les Etats, les entreprises et les activistes de la société civile. L'auteur s'appuie sur la démarche pédagogique innovante initiée au sein de l'Ecole de Guerre Economique qu'il dirige depuis sa création en 1997.

  • Tandis qu'en France la haine de soi et le malaise identitaire ont pris le dessus sur le désir d'assumer son héritage et de faire évoluer ce qui mérite d'être rénové ; tandis que nos élites veulent sortir de l'Histoire et nous offrir la triste jouissance d'un éternel présent faussement festif ; tandis que l'on répète - à tort - que la France est un pays malade, en déclin, voire en état de mort imminente,... Eric Delbecque et Christian Harbulot montrent que le mal dont elle souffre relève plutôt d'une incapacité à penser son avenir, paralysée qu'elle est par une véritable idéologie de l'impuissance, répandue dans nos élites, qui empêche toute élaboration stratégique de grande envergure. Aussi nous invitent-ils à entrer en résistance pour renouer avec une logique positive d'accroissement de puissance. Pour cela, il s'agit avant tout de refaire nation et de forger une cohésion nationale fondée sur une éthique de responsabilité, qui réconcilie les élites et les citoyens ; il s'agit aussi de se libérer de la confusion acharnée qui est faite entre morale et stratégie diplomatique. Car cette France riche de ces siècles d'histoire, cette France qui est à la fois un héritage, un présent et un horizon, fait partie de ces nations qui peuvent porter un autre regard sur la mondialisation, éloigné des caricatures de la "destruction créatrice" tout comme des impasses du repli sur soi vindicatif. Eric Delbecque est notamment directeur du département intelligence stratégique de la société SIFARIS et chef du pôle intelligence économique de l'Institut pour la Formation des Elus Territoriaux. Christian Harbulot, directeur de l'Ecole de Guerre Economique depuis 19 ans, a participé également à la création du cabinet de conseil en communication d'influence Spin Partners dont il assure la direction depuis 1999. Le 12 mars 2008, il est nommé sur titre  9 lieutenant-colonel de réserve par le ministre de la Défense, comme chargé de cours en intelligence économique au profit de l'état-major de l'armée de terre.

  • Depuis la fin de la guerre froide, les rapports de forces entre les puissances s´articulent essentiellement autour d´enjeux économiques. Les gouvernements de la planète, dans leur grande majorité, ne cherchent plus aujourd´hui à conquérir des terres ou à établir leur domination sur de nouvelles populations, mais à construire un potentiel industriel et une force de frappe commerciale capable d´apporter devises et emplois sur leur territoire. En parallèle, l´essor de la mondialisation a transformé la libre concurrence « aimable », limitée et encadrée, en une « hypercompétition » généralisée.
    Cet ouvrage propose une synthèse des recherches menées autour de l´idée de « guerre économique », ce concept né dans les années 1990 aux États-Unis. À partir d´exemples concrets, il propose une analyse des stratégies géoéconomiques actuelles.

  • Encensée, fantasmée, décriée, ultra médiatisée et pourtant méconnue, l´intelligence économique n´a rien de commun avec ce nouvel avatar de Big Brother que nous décrivent complaisamment adeptes de la théorie du complot et autres amateurs de caricatures orwelliennes. Loin des stéréotypes qui entourent trop souvent ce sujet sensible, Nicolas Moinet signe une analyse remarquable sur une activité dont les premiers balbutiements remontent à la Seconde Guerre mondiale et qui marque aujourd´hui en profondeur le développement de nos sociétés en réseaux.
    Acquisition d´informations stratégiques, soutien aux conquêtes de marchés par les entreprises, capacité d´imposer internationalement des normes, des images et des valeurs, activités de veille et de protection des données confidentielles: art de la gestion des connaissances autant qu´art de la guerre, l´intelligence économique consiste d´abord et surtout à comprendre un environnement complexe et à prendre la bonne décision. Nicolas Moinet nous rappelle qu'elle obéit uniquement à des sources et des moyens légaux, et se distingue donc de l´espionnage industriel. Il nous montre également que l´intelligence économique interroge la notion de « capitalisme cognitif » qui est au coeur de la mutation actuelle des rapports de force économiques.
    Enfin, études de cas à l'appui, il fait de la communication la clé de l'agilité stratégique, redonnant à cette dimension oubliée la place qui lui revient.

empty