• La division du travail est un thème d'étude classique, très important notamment en classes préparatoire d'écoles de commerce et à l'université. Mais c'est d'abord une donnée fondamentale de l'organisation des sociétés humaines, dont l'approche ne peut être que pluridisciplinaire.
    L'expression recouvre en effet des réalités à la fois diverses et liées. On peut l'envisager tantôt par la répartition des tâches à l'intérieur d'une famille, d'une communauté villageoise, d'une nation ou même du monde, et faire apparaître les divisions par sexe, âge, nationalité. L'activité économique peut se subdiviser en divers secteurs et à l'intérieur de l'entreprise, le travail peut se retrouver lui-même réparti entre les différentes unités.
    C'est une gageure nécessaire d'examiner conjointement ces divers aspects, tant il est vrai que toute division des tâches est forcément sociale, que la division du travail à l'intérieur d'une société trouve son prolongement dans la division internationale et enfin, que l'une et l'autre de ces formes reflètent l'organisation d'une société en un lieu et un temps donné.
    Cet ouvrage de synthèse est le premier travail sur ce thème, qui doit permettre aux étudiants de mieux appréhender le fonctionnement de l'économie et de mieux comprendre maint débats contemporains sur le partage des tâches et l'évolution de la société dans un cadre mondialisé.

    Christian Elleboode, docteur en sciences économiques est chargé de cours à la faculté Catholique de sciences économiques de Lille. Il est dans la collection « Circa » l'un des auteurs de l'Histoire des idées politiques en deux tomes parue en 2004.
    Les divisions du travail. Les grands penseurs de la division du travail. L'évolution de la division du travail au XXe siècle. La division socialiste du travail. La division internationale du travail. L'analyse de la division du travail, uné préoccupation tardive.

  • À l´heure du grand retour des fondamentalismes religieux et des crispations identitaires, n´avons-nous pas, plus que jamais, besoin de mettre en évidence le ciment culturel qui unit les hommes ?  À tous ceux qui craignent les « chocs de civilisations », nous nous devons de rappeler qu´une civilisation, quelle qu´elle soit, est inséparable des autres. Faire appel à l´Histoire, à des faits avérés, à des sources partagées, voilà sans doute la meilleure manière d´inviter les religions au dialogue.  L´auteur de ce livre original et courageux nous offre les résultats d´un travail monumental : il a remis en perspective les croyances et les pratiques des peuples contemporains des Hébreux et de leurs ancêtres, qui ont vécu à un prodigieux carrefour culturel où se sont exercées les influences des grands empires de Mésopotamie, d´Asie mineure et d´Égypte.  Cette enquête nous montre à quel point, humainement parlant, il est absurde qu´une religion s´imagine marquée du sceau de la « pureté ». Tout dès le départ est partage. Le rappeler ne saurait porter atteinte à la part du divin, bien au contraire, c´est nous ramener aux racines communes des fois distinctes.  Christian Elleboode enseigne à la faculté catholique de Lille.

  • Cet ouvrage est le témoignage déterminé et inaccoutumé d'une ONG qui réalise des chantiers humanitaires en Afrique noire, depuis 1990. C'est une constatation intrépide d'expériences admirables, mais aussi frustrantes. L'auteur souhaite fédérer ses expériences à des débats plus théoriques, car il se réfère à des travaux réalisés par des chercheurs en sciences sociales, même si les présentations sont laconiques afin de faciliter la lecture aux non-initiés. Réaliser des missions en Afrique est un défi. Un travail en amont est considérable car vivre avec les Africains, c'est plonger dans une culture déroutante mais bénéficier aussi d'une hospitalité hors du commun. Suivre les chantiers relève de challenges parfois insurmontables compte tenu des guerres à un tel point que l'association est parfois menacée. Ce que souligne cet ouvrage, c'est l'impossibilité d'établir aussi un clivage net entre l'aide structurelle et l'aide d'urgence. Il décèle surtout l'immense richesse des rencontres culturelles mais aussi les incompréhensions. L'Afrique n'est pas que le continent de la misère. La joie peut être présente dans toutes les conditions de vie, même chez les gens vivant dans un dénuement consternant.

empty