• Dans «(12) abécédaires», Herménégilde Chiasson développe une pensée riche et originale, une lettre à la fois. Sur un mode fragmenté, il revisite des thèmes comme l'Acadie, la langue, la culture, l'identité, l'art, la psychanalyse, la spiritualité, le rapport à l'autre et au territoire - et bien d'autres encore. Au fil de ses exporations, Chiasson pose autant de questions qu'il apporte de réponses : il est un défricheur qui ne recule devant aucun territoire et il se tient à distance des vérités toutes faites. S'il aspire à l'universalité, le penseur se fait aussi polémiste et provoque le débat sur des sujets qui dérangent, comme l'acculturation ou le repli identitaire.

    Les douze abécédaires qui composent ce livre ont été lus en public au fil de diverses rencontres; ils sont ici rassemblés et publiés pour la première fois.

  • Nous sommes d´éternels indécis devant un immense comptoir de traite. Où sont les refuges, les feux, les campements, les postes, les raccourcis? D'objet en objet, notre regard se déporte, il erre, il s'épuise, et puis nous sortons dans la neige, dans la nuit, dans la mer, dans l'espace à la rencontre de notre étrangeté. Notre vie est une énigme dont nous ne comprenons plus le dilemme. Notre mémoire se serait-elle imbibée à ce point dans la terre de nos malentendus?

    MOTS est le quatrième de la série de douze ouvrages, Autoportrait, publiés au rythme d´un par mois en 2014. Chaque ouvrage répond à une consigne singulière et son titre débute par une lettre du prénom de l'auteur.

    De ce projet inusité, l'auteur dit «[...] l'armature du texte était de prendre mon nom, qui a douze lettres, de le décomposer sur douze mois. Douze, c'est un chiffre mystique aussi [...].» À l'image de l'oeuvre que bâtit ce grand créateur depuis 40 ans, Autoportrait nous convie à une aventure profondément originale, protéiforme, qui s'inscrit dans sa manière sans cesse renouvelée de faire l'inventaire des choses autour de lui, même les plus banales, en vue d'en faire rejaillir la grâce, l'émouvante beauté.

  • Un jour, une enfant m'a demandé si c'était vrai qu'en mourant on touche le bleu du ciel, et c'est resté pour moi la plus belle définition de la mort que l'on m'ait jamais proposée. La nostalgie s'inscrit dans ce registre-là, puisqu'elle établit toujours un flirt avec la mort.

    NostalgieS est le sixième d'une série de douze ouvrages intitulée Autoportrait, publiés au rythme d'un par mois en 2014. Chaque ouvrage répond à une consigne singulière et son titre débute par une lettre du prénom de l'auteur.

    De ce projet inusité, l'auteur dit «[...] l'armature du texte était de prendre mon nom, qui a douze lettres, de le décomposer sur douze mois. Douze, c'est un chiffre mystique aussi [...].»

  • «J'écoute cette voix confondue dans le souffle, ces veines comme une carte géographique projetée sur le visage, cette insistance à se remémorer les menus détails comme une vérification ultime, et je pense à mon père, assis sur son dernier lit, regardant devant lui la longue vie qui fut la sienne, le silence prenant qui envahissait la chambre où il allait décéder une semaine plus tard. Je me dis qu'il est peut-être temps de passer une partie de ma vie à écouter ces histoires, qui n'ont pas plus de direction qu'elles n'ont de sens, mais qui témoignent d'un passage, d'un parcours, d'un trajet, d'une errance si semblable à la mienne, à la nôtre au fond, perdue et retrouvée dans celle des autres.» « ÉmotionS » est le septième d'une série de douze ouvrages intitulée « Autoportrait », publiés au rythme d'un par mois en 2014. Chaque ouvrage répond à une consigne singulière et son titre débute par une lettre du prénom de l'auteur.

    De ce projet inusité, l'auteur dit «[...] l'armature du texte était de prendre mon nom, qui a douze lettres, de le décomposer sur douze mois. Douze, c'est un chiffre mystique aussi [...].»

  • À compter de janvier 2014, et ce jusqu'à la fin de l'année, les Éditions Prise de parole publieront, au rythme d'un par mois, les douze ouvrages de la série «Autoportrait» de l'auteur acadien bien connu, Herménégilde Chiasson. Les titres, par ordre de parution, sont : «HistoireS»; «EspaceS», «RefrainS»; «MotS»; «ÉnigmeS»; «NostalgieS»; «ÉmotionS»; «GesteS»; «IdentitéS»; «LectureS»; «DécoupageS» ; «ExcuseS».

    Chaque ouvrage compte 48 pages exactement, et répond à une contrainte particulière.

    De ce projet inusité, l'auteur dit « [...] l'armature du texte était de prendre mon nom, qui a douze lettres, de le décomposer sur douze mois. Douze, c'est un chiffre mystique aussi [...]. » À l'image de l'oeuvre que bâtit ce grand créateur depuis 40 ans, «Autoportrait» nous convie à une aventure profondément originale, protéiforme, qui s'inscrit dans sa manière sans cesse renouvelée de faire l'inventaire des choses autour de lui, même les plus banales, en vue d'en faire rejaillir la grâce, l'émouvante beauté.

  • Sans connaître vraiment la durée du voyage, ni la direction des vents ou la profondeur des eaux, s'enfoncer avec l'espoir d'absorber dans ses yeux toute la masse fluide des cieux et des remous, et de voir apparaître soudain quantité d'aigles dont le vol puissant et serein répandra sa bénédiction sur le silence qui s'installe dans l'éloignement des voix, sur ceux qui de la terre agitent leurs mains, ignorant les termes du contrat à établir.

    GesteS » est le huitième d'une série de douze ouvrages intitulée « Autoportrait », publiés au rythme d'un par mois en 2014. Chaque ouvrage répond à une consigne singulière et son titre débute par une lettre du prénom de l'auteur.

    Le résultat est ample, chaleureux et tendre.

  • À compter de janvier 2014, et ce jusqu'à la fin de l'année, les Éditions Prise de parole publieront, au rythme d'un par mois, les douze ouvrages de la série «Autoportrait» de l'auteur acadien bien connu, Herménégilde Chiasson. Les titres, par ordre de parution, sont : «HistoireS»; «EspaceS», «RefrainS»; «MotS»; «ÉnigmeS»; «NostalgieS»; «ÉmotionS»; «GesteS»; «IdentitéS»; «LectureS»; «DécoupageS» ; «ExcuseS».

    Chaque ouvrage compte 48 pages exactement, et répond à une contrainte particulière.

    De ce projet inusité, l'auteur dit « [...] l'armature du texte était de prendre mon nom, qui a douze lettres, de le décomposer sur douze mois. Douze, c'est un chiffre mystique aussi [...]. » À l'image de l'oeuvre que bâtit ce grand créateur depuis 40 ans, «Autoportrait» nous convie à une aventure profondément originale, protéiforme, qui s'inscrit dans sa manière sans cesse renouvelée de faire l'inventaire des choses autour de lui, même les plus banales, en vue d'en faire rejaillir la grâce, l'émouvante beauté.

  • Prix du Gouverneur Général / Le recueil de poésie primé de Herménégilde Chiasson, «Conversations», est réédité dans la collection Bibliothèque canadienne-française (BCF). Cette édition est bonifiée d'une préface de Pierre Nepveu, d'un choix de jugements et d'une biobibliographie de l´auteur./ Dans ce recueil, l´auteur répertorie, accumule, déploie 999 fragments de conversations, racontées tantôt par un «Lui», tantôt par un «Elle». Pas de dialogue ici, pas plus que de répliques. Rien, non plus, qui permette de retracer l´existence d´un ou de plusieurs personnages qui se répondent, pas de suite qui permette de conclure à la construction d´une histoire. Plutôt, une sorte de texte théâtral d´où s´élève la vaste rumeur de l´oralité. Document d´où émerge le plus intime et le plus sincère de toute communication et de toute collectivité. / «D'une poésie puissante, tellurique, incantatoire, "Conversations" s'enracine dans les ressources sonores et rythmiques d'une langue à la limite de l´ultrason. Une version acadienne de dire l'humanité.» Jury, Prix du Gouverneur général

  • À compter de janvier 2014, et ce jusqu'à la fin de l'année, les Éditions Prise de parole publieront, au rythme d'un par mois, les douze ouvrages de la série «Autoportrait» de l'auteur acadien bien connu, Herménégilde Chiasson. Les titres, par ordre de parution, sont : «HistoireS»; «EspaceS», «RefrainS»; «MotS»; «ÉnigmeS»; «NostalgieS»; «ÉmotionS»; «GesteS»; «IdentitéS»; «LectureS»; «DécoupageS» ; «ExcuseS».

    Chaque ouvrage compte 48 pages exactement, et répond à une contrainte particulière.

    De ce projet inusité, l'auteur dit « [...] l'armature du texte était de prendre mon nom, qui a douze lettres, de le décomposer sur douze mois. Douze, c'est un chiffre mystique aussi [...]. » À l'image de l'oeuvre que bâtit ce grand créateur depuis 40 ans, «Autoportrait» nous convie à une aventure profondément originale, protéiforme, qui s'inscrit dans sa manière sans cesse renouvelée de faire l'inventaire des choses autour de lui, même les plus banales, en vue d'en faire rejaillir la grâce, l'émouvante beauté.

  • d'autres bourreaux . exterminer
    ce qui sort du rang
    pas un grand lecteur . désole
    l'effet d'une sorte de complot
    le droit de parole de ceux qui n'oseraient jamais
    pente . glissante . leur seule
    parole . seuls mots . vécu
    prétention . pâlir de colère
    nouveaux grands prêtres de la culture . toujours
    prêts à déchirer leurs vêtements

    «DécoupageS» est le onzième d'une série de douze ouvrages intitulée «Autoportrait», publiés au rythme d'un par mois en 2014. Chaque ouvrage répond à une consigne singulière et son titre débute par une lettre du prénom de l'auteur.

  • Excusez-la !

    «ExcuseS» est le douzième d'une série de douze ouvrages intitulée «Autoportrait», publiés au rythme d'un par mois en 2014. Chaque ouvrage répond à une consigne singulière et son titre débute par une lettre du prénom de l'auteur.

    «ExcuseS» complète, sur le mode de la confession de ses manquements, les douze travaux d'Herménégilde.

  • Ces deux « classiques » du répertoire acadien illustrent avec justesse les rapports des adolescents entre eux et ceux qu'ils entretiennent avec la société. Des thématiques importantes y sont abordées, dont le déracinement, le contact des cultures et le suicide.

    Dans Pierre, Hélène et Michael, Hélène est déchirée entre l'amour sûr mais sédentaire que lui offre Pierre et son désir ardent de sortir de son milieu, de mordre dans la vie, maintenant. Elle rencontre Michael, un anglophone de Toronto, qui lui offre une porte de sortie.

    Dans Cap Enragé, des circonstances mystérieuses entourent la mort du jeune Martin. S'agit-il d'un meurtre ou d'un suicide ? L'enquête dévoile une histoire pleine de rebondissements.

  • supposition

    si un homme voyage à cheval sur une grande distance, dans un effort lucide et conscient d'annuler le temps et de revenir à cette époque où l'humanité ne pouvait faire autrement ;

    si, tout à coup, par un effet de la lumière, du temps ou de la distance, il en arrive à un certain état de sérénité, tout en étant tout à fait conscient que cet état dépend de la vitesse ;

    maintenant, si nous compliquons les choses et accordons à cet homme le moyen de s'élever au-dessus de la petitesse et du commun de sa condition pour voir le monde en surface ou dans son étendue ;

    si, en poussant le raisonnement jusqu'à l'absurde, nous supposons que cet homme ait aussi le pouvoir de se téléporter jusqu'aux étoiles ou simplement dans le temps,

    dans ces conditions optimales et dégagées de toutes contraintes, est-il possible de prévoir si le bleu du ciel en sera modifié, ou le vert des arbres dans ces forêts mystérieuses où il anticipait malgré lui tous ces déplacements ; et

    en présumant que son voyage se passe bien, se souviendra-t-il des sensations partagées avec les animaux, des fleurs et du chant des oiseaux ou, sur sa peau, des mystères du vent qui efface toute chose ou de l'eau qui donne sa raison d'être à la soif ?

empty