• La casati

    Camille de Peretti

    Née en 1881, la plus riche héritière d´Italie est morte en 1957, fouillant les poubelles de Londres. Luisa Amman, dite « La Casati », n´était pas belle, elle était spectaculaire. Brillante, exhibitionniste, fascinante, imprévisible et prenant l´extravagance très au sérieux, elle voulait « faire de sa vie une oeuvre d´art ». Muse de Gabriele d´Annunzio, Serge Diaghilev ou Léon Bakst, amie d´Isadora Duncan, d´Augustus John ou de Man Ray... quelle curieuse injustice que l´une des femmes les plus portraiturées de l´Histoire, avec la Vierge Marie et Cléopâtre, soit si peu connue du grand public.  Pour Camille de Peretti, écrire le roman de la marquise Casati, c´est aussi s´interroger sur la démarche du biographe (empathie ou duel ?), tenter de se mettre à la place d´une autre, la faire parler d´entre les morts, recouper des suppositions. « Peu importe que la Casati ait ou non habité le Palazzo dei Leoni à Venise. Car c´est moi qui dormirai dans son lit. »  Au gré d´allers-retours audacieux entre sa propre histoire et celle de ce personnage hors du commun, l´auteur redonne vie et démesure à cette héroïne oubliée de la première moitié du xxe siècle qui a inspiré les plus grands artistes de son temps.

  • Camille de Peretti transforme le personnage de la bimbo en mythe littéraire et fait de sa vie une tragédie. D'une écriture ciselée, elle nous livre une héroïne équivoque, à la fois touchante, attachante et universelle malgré ses différences. " La fille était le fantasme absolu, la vierge et la putain réunies. Incroyable, inconcevable que personne ne l'ait encore remarquée. C'est de cette façon qu'il en parlerait à la presse par la suite, la version officielle du moins, et quand on lui demanderait de se justifier, il ferait le parallèle avec les chercheurs d'or : elle était la pépite d'une vie, elle était exceptionnelle. " À 17 ans, Vickie, jeune fille naïve d'une petite ville texane, tombe enceinte de son copain. Rejetée par sa mère et bientôt par sa belle-famille, elle trouve refuge dans un club de strip-tease avec son bébé. Un peu trop grande, un peu maladroite, elle est pourtant vite remarquée pour le pouvoir d'attraction qu'elle exerce sur les hommes. De playmate à star de la téléréalité, son ascension sera fulgurante. Mais qu'il est dur de rester soi quand le monde entier convoite votre corps...

  • À vingt-cinq ans, devenue écrivain, Camille décide de retrouver son premier amour, dont elle a fait l´un des personnages de ses romans. D´abord méfiant, celui qui est désormais le plus jeune manager de la cinquième banque de Wall Street finit par succomber. Amoureux fous, Camille et Stanislas s´installent à Londres, au coeur de la City, fréquentent les endroits branchés, dépensent sans compter... puis s´ennuient. Comme un dernier sursaut, ils entreprennent une traversée des États-Unis. Six mille kilomètres de culpabilité, de mensonges, d´alcool et de vanités. Chaque étape du voyage les éloigne davantage ; plus ils approchent du but, plus ils se perdent. Et pourtant, ils se sont tant aimés.

  • «  Depuis le début de la cérémonie, la tête légèrement penchée en avant, elle avait gardé les paupières baissées comme l'aurait fait une fiancée soumise, mais son corps criait la roideur et l'orgueil. Malgré son jeune âge, il n'y avait en elle aucune douceur, aucune fragilité, aucune enfance. La parfaite beauté de la jeune fille, sa peau d'une pâleur extrême, ses petites mains jointes en prière, la finesse pointue de ses articulations que l'on devinait sous le lourd manteau vert doublé de fourrure, tout cela était tranchant comme la lame d'une épée.  »
    Au coeur du Moyen Âge, le destin de deux soeurs en quête d'émancipation à une époque vouant les femmes au silence. Un magnifique voyage dans le temps, qui dépoussière le genre du roman historique.
     
    Camille de Peretti est née en 1980 à Paris. Elle est l'auteur de six romans dont Thornytorinx (prix du Premier roman de Chambéry), et Blonde à forte poitrine (Kero, 2016).

empty