• « Toujours est-il que nous sommes immobiles chacun dans son trou. En un million d´années la mouche non plus n´a pas appris à échapper à l´araignée.» Dans Discours à la nation, Ascanio Celestini évoque une nouvelle fois la relation entre la classe dominante et la classe dominée, mais renverse ici son point de vue : cette fois, ce sont les puissants qui parlent. Des discours d´un cynisme suffoquant débarrassés de leur vernis de respectabilité, qui se révèlent d´un grotesque aussi comique qu´effrayant. La docilité du peuple, la démission des syndicats, le marché globalisé, sont aussi mis en situation dans le livre. Celestini met le doigt sur les aberrations de nos sociétés modernes.
    Les pages de ce livre tintinnabulent comme un trousseau de clés. Au coeur de chaque histoire, il y a une image, le ton noir de la fable, une vertigineuse parabole anarchique (ou anarchiste) : des mots qui ouvrent en grand des portes dans la tête du lecteur.
    Avec sa langue inimitable, à la fois tendre et vipérine, d´une poésie sautillante, d´un humour ravageur ; avec sa conscience politique et un véritable amour des « petites gens » ; avec son sens aigu de la musicalité des mots, Ascanio Celestini a construit en quelques années une grande oeuvre.

    Ascanio Celestini a 42 ans et vit à Rome. Cinéaste, dramaturge, écrivain, il est l´un des acteurs les plus connus du théâtre narratif en Italie. Son film La pecora nera, adaptation cinématographique de La brebis galeuse (éditions du Sonneur, 2010), a été remarqué à la Mostra de Venise en 2011 et a reçu le prix spécial du festival du film italien d´Annecy. Il a écrit cinq livres, tous publiés en Italie par les éditions Einaudi. Il a reçu en octobre 2013, le prestigieux Prix de la critique en Belgique pour l´adaptation théâtrale du Discours à la nation. Son roman Lutte des classes a été publié à l´automne 2013 chez Notabilia.

  • Avec Ascanio Celestini, l'écriture est une féerie de la création. Son roman Lutte des classes en est un magistral exemple. Quatre personnes qui vivent dans le même immeuble, où se mêlent loufoquerie et désastre, nous racontent leurs histoires entremêlées.

    Ascanio Celestini est né en 1972 et vit à Rome. Cinéaste, dramaturge, écrivain, il est l´un des acteurs les plus connus du théâtre narratif en Italie. Son film La pecora nera, adaptation cinématographique de La brebis galeuse (éditions du Sonneur, 2010), a été remarqué à la Mostra de Venise en 2011 et a reçu le prix spécial du festival du film italien d´Annecy. Il a écrit cinq livres, tous publiés en Italie par les éditions Einaudi.

  • Un détenu converse avec son gardien et lui rapporte les aventures affreuses et édifiantes de l'un de ses compagnons de cellule, le Nègre Dingo Africain, et celles d'autres infortunés prisonniers. Il décide de préparer un discours. On ne sait ni quand ni comment il pense pouvoir le prononcer, ni à qui il entend l'adresser : à ses concitoyens, à l'État, au juge qui l'a fait échouer en prison, à cause d'un délit vraisemblablement mineur. Je me suis levé et j'ai parlé est une exploration de l'univers carcéral, le récit d'une inhumanité et de ses injustices. Une société qui tourne le dos à la vérité et nourrit ainsi l'inégalité, la répression, où la violence des dominants triomphe de l'espoir d'un monde plus juste. Ascanio Celestini est né en 1972 et vit à Rome. Cinéaste, dramaturge, écrivain, il est l'un des acteurs les plus connus du théâtre narratif en Italie. Son film La pecora nera, adaptation cinématographique de La brebis galeuse (éditions du Sonneur, 2010), a été remarqué à la Mostra de Venise en 2011 et a reçu le prix spécial du festival du film italien d'Annecy. Il a écrit cinq livres, tous publiés en Italie par les éditions Einaudi. Il a reçu en octobre 2013, le prestigieux Prix de la critique en Belgique pour l'adaptation théâtrale du Discours à la nation.

empty