• Véritable phénomène d'édition aux États-Unis, salué par l'ensemble de la presse comme le meilleur roman de l'année, le livre d'Anthony Doerr possède la puissance et le souffle des chefs-d'oeuvre. Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne, du Paris de l'Occupation à l'effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont la guerre va bouleverser l'existence : Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance.En entrecroisant avec une maîtrise éblouissante le destin de ces deux personnages, ennemis malgré eux, dans le décor crépusculaire d'une ville pilonnée par les bombes, Anthony Doerr dessine une fresque d'une beauté envoûtante. Bien plus qu'un roman sur la guerre, Toute la lumière que nous ne pouvons voir est une réflexion profonde sur le destin et la condition humaine. La preuve que même les heures les plus sombres ne pourront parvenir à détruire la beauté du monde.« La force physique et émotionnelle d'un chef-d'oeuvre. » Library Journal

    1 autre édition :

  • Le mur de mémoire

    Anthony Doerr

    De l'Afrique du Sud à la Lituanie, de l'Allemagne nazie à la banlieue de Cleveland, le livre d'Anthony Doerr est un voyage troublant dans l'espace et dans le temps. Le temps de la mémoire qui relie, comme un fil fragile, les personnages de ces six nouvelles, tous hantés par la perte ou la résurgence de leur passé, et confrontés à ce manque vertigineux de ce qui a été mais n'est plus. À l'image d'Alma, une veuve septuagénaire de Cape Town, à qui l'on tente curieusement de voler ses plus précieux souvenirs, dans la magnifique nouvelle qui donne son titre au recueil.
    Nulle nostalgie sous la plume d'Anthony Doerr, plutôt la volonté d'évoquer, de son écriture fluide, cristalline et élégante, en quoi la mémoire façonne nos destins et fait de nous des êtres véritablement humains. Récompensé par les plus prestigieux prix anglo-saxons, révélé en France par Le Nom des coquillages, il poursuit une oeuvre ambitieuse et originale qui ne ressemble à aucune autre.
    « Anthony Doerr appartient bel et bien à une espèce rare d'écrivains. » The New York Times « Un incroyable talent et une sensibilité hors du commun. » The San Francisco Chronicle « Un styliste hors pair. » The Guardian

  • Set on four continents, Anthony Doerr's collection of stories is about memory: the source of meaning and coherence in our lives, the fragile thread that connects us to ourselves and to others.Set on four continents, Anthony Doerr's collection of stories is about memory: the source of meaning and coherence in our lives, the fragile thread that connects us to ourselves and to others.In the luminous and beautiful title story, a young boy in South Africa comes to possess an old woman's secret, a piece of the past with the power to redeem a life. In 'The River Nemunas', a teenaged orphan moves from Kansas to Lithuania to live with her grandfather, and discovers a world in which myth becomes real. 'Village 113' is about the building of the Three Gorges Dam and the seedkeeper who guards the history of a village soon to be submerged. And in 'Afterworld,' the radiant, cathartic final story, a woman who escaped the Holocaust is haunted by visions of her childhood friends in Germany, yet finds solace in the tender ministrations of her grandson.The stories in Memory Wall show us how we figure the world, and show Anthony Doerr to be one of the masters of the form.

  • A remarkable collection of stories from a young American writer of huge potential. 'A show-stopping debut, as close to faultless as any writer could wish for.' Los Angeles Times'His fingers dug the shell up, he felt the sleek egg of its body, the toothy gap of its aperture. It was the most elegant thing he'd ever held. 'That's a mouse cowry,' the doctor said. 'A lovely find. It has brown spots, and darker stripes at its base, like tiger stripes. You can't see it, can you?' But he could. He'd never seen anything so clearly in his life.'In this assured, exquisite debut, Anthony Doerr takes readers from the African coast to the suburbs of Ohio, from sideshow pageantry to harsh wilderness survival, conjuring nature in both its beautiful abundance and its crushing power. The blind hero of the title story spends his days roaming the beaches of Kenya, his fingers ploughing through sandy granules of grace and intrigue, his German Shepherd at his side. And then there are whale-watchers and fishermen, hunters and mystics, living lives uncompleted or undone, caught, memorably, as they turn toward the reader.A natural storyteller, Doerr explores the human dilemma in all its manifestations: longing, grief, indecision, heartbreak and slow, slow recuperation. Shimmering with elegance and invention, 'The Shell Collector' is an enchanting and imaginative book by a young writer just setting off on what will surely be a hugely compelling literary odyssey.

  • On the same day that his wife gave birth to twins, Anthony Doerr received the Rome Prize, an award that gave him a year-long stipend and studio in Rome...

  • The epic new novel, set during WW2, from Sunday Times Short Story Prize-winner Anthony Doerr.
    Marie-Laure has been blind since the age of six. Her father builds a perfect miniature of their Paris neighbourhood so she can memorize it by to

  • La mémoire, c'est ce qui fait défaut à ce grand-père d'un soldat américain en Corée. Une vie de couple, c'est ce qui échappe à ce père qui en lit les lettres que lui adresse son fils « Papa, maman : encore des rumeurs qui prétendent que le Nord a la bombe atomique. Tout le monde est un peu plus tendu. On laisse tomber des trucs, on s'engueule». Ici, les engueulades font partie du passé. Mais le fils ne le sait pas encore... Cette nouvelle est extraite du livre Le mur de mémoire.Temps de lecture estimé : à partir de 10 minutes.

empty