Gallimard

  • Le jeune d'Artagnan, gentilhomme fougueux et téméraire, rêve de devenir mousquetaire du roi. Dès son arrivée à Paris, il est plongé au coeur d'un terrible complot contre la reine, ourdi par le cardinal de Richelieu. Duels, traquenards, enlèvements : le danger menace à chaque instant. Mais d'Artagnan peut compter sur ses nouveaux amis, Athos, Porthos et Aramis. Tous pour un, un pour tous!

  • 1815 : Edmond Dantès est ce jeune marin à qui tout réussit. On lui promet le grade de capitaine ; il va pouvoir épouser sa fiancée. Mais, victime d'une machination, il est accusé d'être un conspirateur bonapartiste. Son bonheur et son ascension sociale sont brisés net. Dans les geôles du château d'If, au large de Marseille, s'amorce le roman de sa vengeance. Après quatorze années d'enfermement, Edmond Dantès n'aura de cesse de punir ceux qui l'ont trahi. Puisque sa vie lui a été volée, autant en rêver d'autres. Il est temps de se réinventer : le simple marin devient comte de Monte-Cristo.
    Entre liberté et justice, vengeance et métamorphose, voici le chef-d'oeuvre du roman d'aventures.

  • "Vous vous réveillerez dans un caveau où nul n'est descendu depuis vingt ans, et dans lequel, d'ici à vingt ans peut-être, nul ne descendra encore. N'ayez donc aucun espoir de secours, car il serait inutile. Vous trouverez du poison près de cette lettre : tout ce que je puis faire pour vous est de vous offrir une mort prompte et douce au lieu d'une agonie lente et douloureuse. Dans l'un et l'autre cas, et quelque parti que vous preniez, à compter de cette heure, vous êtes morte." Pauline (1838) est un des premiers romans de Dumas, où Monte-Cristo se trouve en germe. C'est un livre qu'il a écrit seul, et qui se déroule de son temps. La fiction brode sur les thèmes du roman gothique, en "noir", nuit, cottage en ruine, sentes perdues, passages secrets, brigands impitoyables, héroïne enterrée vivante, substitution de cadavres.
    Pauline fait face à un bourreau mystérieux, "homme fatal". C'est le roman d'une jeunesse déboussolée qui tente de se faire une place dans une société mesquine.

  • Automne 1799 : le Directoire agonise, acculé de toutes parts. À l'est et au sud, des bandes nommées ' compagnies de Jéhu ' cherchent à financer la contre-révolution royaliste en attaquant les diligences qui transfèrent des fonds. À l'ouest, en Bretagne, la chouannerie renaît, menée par Georges Cadoudal. Un jeune général, Napoléon Bonaparte, revient d'une expédition en Égypte, bien décidé à prendre le pouvoir. Sur cette toile de fond historique se joue un amour impossible entre deux camps opposés : Roland de Montrevel, fidèle inconditionnel de Bonaparte, combat le royaliste Charles de Sainte-Hermine (alias Morgan) qu'aime en secret la propre soeur de Roland, Amélie.
    Flamboyante épopée célébrant l'honneur, l'héroïsme et l'amitié, Les Compagnons de Jéhu ressuscite la France d'avant l'Empire, déchirée entre divisions et désir de réconciliation. De ce moment charnière, situé juste avant sa naissance, Dumas fait le volet central d'une trilogie consacrée au Consulat et à l'Empire, qu'il complétera ensuite avec Les Blancs et les Bleus et Le Chevalier de Sainte-Hermine, prouvant que ' les poètes savent aussi bien l'histoire que les historiens, - s'ils ne la savent pas mieux '.

  • En 1585, dans une France déchirée par les guerres de Religion, l'étau se resserre autour d'Henri III. Le roi s'attache une troupe de gentilshommes gascons, les Quarante-Cinq. Leur mission : assurer sa garde rapprochée et le protéger des complots ourdis par les Guises qui rêvent de s'emparer du pouvoir...

    Sur une base historique réelle, ce troisième volet de la 'trilogie des Valois' est un passionnant roman d'aventures qui fait la part belle au spirituel Chicot, le bouffon du roi. Il offre une suite à La Reine Margot et à La Dame de Monsoreau, mais peut aussi se lire de manière autonome. Dans la grande tradition du roman historique, Dumas mêle personnages fictifs et réels, intrigues politiques et amoureuses, le tout sur un rythme endiablé, où les rebondissements s'enchaînent autant que les bons mots. En historien, il explique la fin des Valois et l'avènement d'Henri IV, en faisant d'Henri III un personnage tragique, l'un de ces 'rois marqués par la fatalité pour qu'une race s'éteigne en eux et avec eux'.

  • Au coeur des Carpathes, dans le sombre château de Brankovan, les princes Grégoriska et Kostaki, s'affrontent pour conquérir la belle Hedwige. Or Kostaki est un vampire qui revient chaque nuit assouvir sa soif de sang auprès de la jeune femme devenue l'objet d'une lutte sans merci entre les deux frères.
    Une étrange histoire pleine de romantisme et de fantastique où l'angoisse le dispute au romanesque...

  • Inspiré de John Paul Johns, capitaine de marine, héros de la guerre d'Indépendance américaine, Le Capitaine Paul est à la fois roman historique, récit d'aventures maritimes et mélodrame sur la quête des origines. Bâtard magnifique remettant en question les rigidités du Vieux Monde et faisant triompher le droit naturel contre le pouvoir légal, Paul Jones incarne le mariage réussi des origines françaises et de l'idéal américain, et la réconciliation des valeurs aristocratiques et démocratiques. Superbe hommage du romantisme aux Lumières, le roman traduit les déchirements d'une génération écartelée entre le monde d'avant la Révolution et celui d'après. Il témoigne aussi du génie de l'auteur à mêler les genres pour inventer une forme nouvelle. Le mélange franco-américain incarne le pedigree dont rêve Dumas pour la France, mais aussi pour la littérature.

  • Edition enrichie de Anne-Marie Callet-Bianco comportant une préface et un dossier sur l'oeuvre. D'après une légende médiévale, les châtelaines d'Eppstein mourant la nuit de Noël reviennent hanter les vivants. Par-delà la mort, la comtesse Albine veille sur son fils, Éverard, amoureux de sa soeur de lait et fille du garde-chasse, et le protège. Car son père, fou de rage devant cette mésalliance, menace de le tuer... Récit fantastique, roman d'amour et de formation, hommage au génie germanique, cette oeuvre inclassable illustre aussi la difficulté de passer d'un siècle à un autre, comme l'échec du rêve formé par la Révolution de changer le monde. Promenant le lecteur de la terreur à la rêverie, alliant le merveilleux légendaire et les interrogations de la modernité, Le Château d'Eppstein offre l'exemple parfait d'un fantastique proprement poétique, où s'exprime la quintessence du romantisme européen.

  • Dans La Femme au collier de velours et dans les nouvelles qui composent Les Mille et Un Fantômes, Dumas présente un tour d'horizon du fantastique, du plus traditionnel au plus surprenant : fantômes, visions et vampires sont mobilisés, mais aussi les obsessions morbides de la génération post-révolutionnaire. Les têtes coupées parlent, les corps suppliciés se redressent et témoignent de l'abdication de la raison devant une histoire chaotique et proprement infernale. 'Croyez-vous, Monsieur Ledru, demanda Jacquemin à demi-voix, croyez-vous qu'une tête puisse parler, une fois séparée du corps ? M. Ledru poussa une exclamation qui ressemblait à un cri, et pâlit visiblement. - Le croyez-vous ? dites, répéta Jacquemin. M. Ledru fit un effort. - Oui, dit-il, je le crois. - Eh bien !... eh bien !... elle a parlé. - Qui ? - La tête... la tête de Jeanne.'

  • Édition enrichie de Sylvain Ledda comportant une préface et un dossier sur l'oeuvre. Kean Oh! métier maudit... où aucune sensation ne nous appartient, où nous ne sommes maîtres ni de notre joie, ni de notre douleur... où, le coeur brisé, il faut jouer Falstaff ; où, le coeur joyeux, il faut jouer Hamlet! Toujours un masque, jamais un visage... Oui, oui, le public s'impatiente... car il m'attend pour s'amuser, et il ne sait pas qu'à cette heure, mes larmes m'étouffent. Oh! quel supplice! Et puis, si j'entre en scène avec toutes les tortures de l'enfer dans le coeur; si je ne souris pas là où il me faudra sourire, si ma pensée débordante change un mot de place, le public sifflera, le public, qui ne sait rien, qui ne comprend rien, qui ne devine rien de ce qui se passe derrière la toile... qui nous prend pour des automates... n'ayant d'autres passions que celles de nos rôles... Je ne jouerai pas. (Acte IV, scène VIII)

  • Le sire de Giac a empoisonné et jeté dans la rivière sa femme qui lui préférait un autre.
    Un médecin vient au secours d'une belle voisine et tombe follement amoureux d'elle, à en perdre la santé et la raison.
    Dans un bal masqué, une femme ivre de jalousie cherche à prendre son mari et sa maîtresse en flagrant délit d'adultère.
    Le Diable n'est jamais très loin dans ces trois nouvelles de Dumas. Il joue des faiblesses des hommes pour leur faire commettre l'irréparable.

empty