Littérature générale

  • Paris : 1482. Poète sans le sou, Gringoire est l'auteur d'un mystère qui doit être représenté le 6 janvier 1482 au Palais de justice en l'honneur d'une ambassade flamande. Malheureusement, l'attention de la foule est vite distraite, d'abord par le mendiant Clopin Trouillefou, puis par les ambassadeurs eux-mêmes, et enfin par l'organisation improvisée d'une élection du Pape des fous à l'occasion de la Fête des Fous qui a lieu ce jour-là. Le sonneur de cloches de Notre-Dame, Quasimodo, est élu Pape des Fous en raison de sa laideur...

  • Le marquis de Lantenac prend la tête de la révolte contre-révolutionnaire de Bretagne contre les partisans de la République. Mais il sera traqué par les révolutionnaires, mandaté par le Comité de Salut Public. Deux visions de l'Histoire, s'affrontent ainsi que deux système de valeurs antagoniste : l'antimatérialisme d'un côté, et le modernisme et l'idéalisme révolutionnaire et républicain de l'autre. On y rencontre Marat, Danton et Robespierre...

  • 1815, en France. L'histoire commence avec monseigneur Myriel, évêque du diocèse de Digne, qui vit modestement en compagnie de sa soeur Baptistine et d'une servante, Madame Magloire. Ce religieux est un juste qui se contente du strict nécessaire pour distribuer le reste de ses économies aux pauvres. Montrant un amour immense, il laisse sa porte grande ouverte et fraternise avec ceux que la société rejette. C'est alors qu'il rencontre Jean Valjean qui a passé dix-neuf ans au bagne pour avoir volé un pain et dont le propre destin va croiser, plus tard, celui de Fantine. Jean Valjean, épris de haine, frappé d'injustice, et peu conscient de ses actes, vole l'argenterie de l'évêque et s'enfuit par la fenêtre. Lorsqu'il est arrêté et ramené par la gendarmerie chez monseigneur Myriel, celui-ci le pardonne et trompe les gendarmes en déclarant lui avoir offert son argenterie, le sauvant de la condamnation pour récidive. Pour Jean Valjean, cela marquera le début d'une métamorphose...

  • Cette cinquième et dernière partie est celle de la mort et de l'effacement. La mort des insurgés sur la barricade, de Gavroche... Jean Valjean sauve Marius au dernier instant de la barricade. Échappant aux poursuites et à l'enlisement, Jean Valjean sort des égouts grâce à Thénardier, mais pour tomber dans les filets de Javert. On assiste ensuite au suicide de Javert. L'idylle entre Marius et Cosette se concrétise par un mariage. Jean Valjean s'efface peu à peu de la vie du couple, encouragé par Marius qui voit en lui un malfaiteur et un assassin. Marius n'est détrompé par Thénardier que dans les dernières lignes du roman et, confus et reconnaissant, assiste avec Cosette aux derniers instants de Jean Valjean.

  • Le père Fauchelevent est mort. Jean Valjean et Cosette, alors âgée de 15 ans, ont quitté le couvent. Le tome III s'ouvre et se referme sur le personnage de Gavroche. On y découvre Marius, petit-fils d'un royaliste, fils d'un bonapartiste, qui choisit son camp à 17 ans, quitte son grand-père et fréquente un groupe de révolutionnaires idéalistes, et côtoie la misère. Son destin croise celui de Cosette dont il tombe amoureux...

  • Toute l'action de ce tome se déroule pendant la barricade de la rue Saint-Denis en 1832. En parallèle plusieurs vies vont converger vers la rue de la Chanvrerie. Marius, Eponime, Cosette, Thénardier et sa bande. Eponime, cet « ange du malheur » qui cache à Marius la lettre de Cosette et qui l'envoie sur la barricade. Éponine « martyr de l'amour » qui intercepte la balle destinée à Marius et qui meurt dans ses bras. Puis le roman se poursuit avec le parcours de Jean Valjean. Tous les protagonistes de l'histoire, ou presque, convergent alors vers la rue de la Chanvrerie et la barricade de la rue Saint-Denis : les amis de l'ABC par conviction révolutionnaire, Mabeuf et Marius par désespoir, Éponine par amour, Gavroche par curiosité, Javert pour espionner et Jean Valjean pour sauver Marius.

empty