• Prix Goncourt des lycéens 2020
    Finaliste du Prix Goncourt 2020
    Prix Orange du livre en Afrique 2019
    Prix de la meilleure auteure africaine 2019
    Trois femmes, trois histoires, trois destins liés.
    Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l'époux de Safira, tandis que Hindou, sa soeur, est contrainte d'épouser son cousin.
    Patience !
    C'est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu'il est impensable d'aller contre la volonté d'Allah.
    Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. »
    Mais le ciel peut devenir un enfer. Comment ces trois femmes impatientes parviendront-elles à se libérer ?
    Mariage forcé, viol conjugal, consensus et polygamie : ce roman de Djaïli Amadou Amal brise les tabous en dénonçant la condition féminine au Sahel et nous livre un roman bouleversant sur la question universelle des violences faites aux femmes.
    Née en 1975 dans l'extrême nord du Cameroun, Djaïli Amadou Amal est peule et musulmane. Mariée à 17 ans, elle a connu tout ce qui fait la difficulté de la vie des femmes au Sahel. C'est une conteuse hors pair.
    Devenue écrivaine, Amal s'est affirmée en militante féministe à la tête de l'association « Femmes du Sahel » devenant ainsi « la voix des sans voix ». Lauréate du Prix Goncourt des Lycéens 2020 & Lauréate du Prix Orange Livre en Afrique 2019 pour son roman Les Impatientes, paru au Cameroun sous le titre Munyal ou les larmes de la patience, Amal est une des valeurs sûres de la littérature africaine et l'un des plus importants auteurs peuls du Sahel. Amal est publiée pour la première fois en France.
    « Un roman bouleversant racontant le destin de deux femmes du nord du Cameroun, peules musulmanes, à qui on n'assigne qu'une seule place : épouse soumise au mari désigné dès l'entrée dans la puberté. Amal sait pourtant que l'espoir, même infime, existe. Et cet espoir a un nom : éducation. » - PARIS MATCH
    « Djaïli Amadou Amal est une conteuse qui, tout en laissant se poser la voix de ses personnages, fait tout autant entendre la sienne, en murmure subtil. » - LE POINT


  • Années 80, dans la province argentine : trois crimes, trois affaires jamais élucidées qui prennent la poussière dans les archives de l'histoire judiciaire.

    Des "faits divers", comme on dit cruellement, qui n'ont jamais fait la une des journaux nationaux.
    Les victimes sont des jeunes filles pauvres, encore à l'école, petites bonnes ou prostituées : Andrea, 19 ans, retrouvée poignardée dans son lit par une nuit d'orage. María Luisa, 15 ans, dont le corps est découvert sur un terrain vague. Sarita, 20 ans, disparue du jour au lendemain.
    Troublée par ces histoires, Selva Almada se lance trente ans plus tard dans une étrange enquête, chaotique, infructueuse : elle visite les petites villes de province plongées dans la torpeur de l'après-midi, rencontre les parents et amis des victimes, consulte une voyante... Loin de la chronique judiciaire, avec un immense talent littéraire, elle reconstitue trois histoires exemplaires, moins pour trouver les coupables que pour dénoncer l'indifférence d'une société patriarcale où le corps des femmes est une propriété publique dont on peut disposer comme on l'entend.
    En toute impunité. À l'heure où les Argentins se mobilisent très massivement contre le féminicide (1808 victimes depuis 2008), ce livre est un coup de poing, nécessaire, engagé, personnel aussi.
    Mais c'est surtout un récit puissant, intense, servi par une prose limpide.

  • À la fois biographie, enquête, témoignage et autobiographie, Un livre sur Mélanie Cabay est une réflexion sur la mémoire et la violence faite aux femmes. Avec humilité et tendresse, François Blais revient sur les années qui se sont écoulées depuis la disparition de Mélanie Cabay, le 22 juin 1994. La nostalgie est ici teintée de douleur, voire de culpabilité. Ces jeunes femmes qui disparaissent, ces Mélanie, Kristina, Karine ou Rosiana, François Blais les ramène à notre mémoire, leur redonne vie quelques instants, le temps de se dire qu'elles auraient pu être ses sœurs, ses copines, ses professeures.

  • Ciudad Juárez est devenue synonyme de violence extrême. Cette ville frontalière du nord du Mexique, où sont établies de nombreuses maquiladoras, constitue non seulement l'un des principaux sites de la guerre sans merci que se livrent les cartels de la drogue, elle représente aussi le lieu emblématique de ce qu'on appelle aujourd'hui le «féminicide».

    Plus d'un millier de femmes ont été tuées depuis 1993 dans cette ville de 1,3 million d'habitants. Leurs cadavres ont souvent été retrouvés sur des terrains vagues ou dans le désert entourant l'agglomération, portant des marques de torture et de sévices sexuels. Toutes sortes d'hypothèses circulent sur ces crimes, mais un fait demeure: la plupart sont restés impunis.

    Comment expliquer une telle impunité? Le terme de «féminicide» s'est peu à peu imposé pour désigner cette réalité intolérable qui n'est pas propre au Mexique. S'il signifie le fait de tuer une femme pour le simple fait d'être une femme, ce concept met également en cause la responsabilité de l'État, qui se révèle incapable de garantir le respect de la vie des femmes. De plus, le fait que les femmes assassinées proviennent en général de milieux modestes et racialisés ouvre la réflexion sur plusieurs types de féminicides.

    Résolument inscrite dans une perspective féministe, l'analyse de Marie France Labrecque dépeint un contexte régional et une économie globale qui renforcent la violence de genre, alors que le patriarcat est présent dans toutes les couches de la société mexicaine. C'est avec la rigueur du travail de terrain et la générosité du témoignage engagé que cette chercheuse et anthropologue féministe tente de «comprendre l'incompréhensible».

  • Le féminin dans les lettres francophones est un complexe de métadiscours et de représentations parfois engagées, parfois ambivalentes, mais toutes très parlantes : ces rhétoriques pointent à l'horizon des
    nouvelles productions littéraires les enjeux d'une partie des littératures
    francophones où la femme - et subséquemment le féminin -, quitte le décor pour prendre la scène, et désavoue le rôle de la victime pour échanger le pilon contre le crayon.

  • « Nous sommes les seules à connaître son vrai visage qui n'est pas si parfait mais que nous aimons malgré la trahison. L'ambiguïté de nos sentiments est le résultat de ce double qui nous perturbe et finit parfois par lui donner raison. Notre vérité, bien fragile face à ses mensonges subtils, tend à nous faire oublier que nous l'avons couvert afin d'avoir la paix. Cette complicité insidieuse et malsaine fait de nous l'auteur de sa détresse. »

  • Le baiser magique

    Michele Crepin

    Connaissez-vous les bisous magiques ? Ce sont des bisous que nous recevions lorsque enfant nous nous faisions mal et qui avaient le pouvoir de chasser la douleur et de sécher nos larmes. En grandissant, ces bisous évoluent et deviennent des baisers. Ils peuvent être amicaux ou affectueux et parmi les plus beaux, on y trouve ceux donnés par les amoureux.  

    Mais gardent-ils ce même pouvoir magique, celui de soigner les maux des femmes et de faire renaître l'espoir ? 

    Elsa était bien placée pour le savoir. Dans sa vie, tout était déjà bien planifié et elle ne rêvait que d'un charmant jeune homme à épouser. Le charme est un mystère, une sorte de magie qui opère et auquel nous pouvons tous succomber facilement. Il peut cependant montrer des facettes plus ou moins belles et Elsa le découvrira à ses dépens. 

    Je vous invite à découvrir son histoire qui, d'une émotion à l'autre, vous transportera et vous dévoilera la vulnérabilité des femmes, leur force et leur combat. 

  • Éva pleure et hurle.
    Elle le supplie d'arrêter, mais Greg ne l'écoute pas et continue de cogner. Toujours plus fort...
    Les coups, Éva connaît. Elle ne compte d'ailleurs plus le nombre de fois où elle a terminé à l'hôpital. Mais elle dit stop, car elle ne veut pas mourir.
    Alors, elle fuit sans se retourner.
    Seule, dans une ville où elle ne connait personne, Éva se reconstruit.
    Après de longs mois de travail sur elle-même, elle rencontre Tom. Tous deux se fréquentent et la jeune femme reprend confiance. Elle est heureuse et compte bien en profiter.

    Puis la roue tourne et tout bascule. Le cauchemar prend alors une autre forme que celui qu'elle avait quitté, mais cette fois, saura-t-elle en réchapper ?

empty