Langue française

  • Fille de pionniers qui travaillent à réduire l'immensité de la forêt canadienne, Maria Chapdelaine a les rêves de ses dix-huit ans : suivre François Paradis, un trappeur dont elle est devenue amoureuse et qui a promis de l'épouser à son retour, le printemps venu. Mais, à la veille de Noël, brûlant de retrouver sa bien-aimée, François quitte le Grand Nord et s'engage sur des chemins que l'hiver a pourtant coupés...Epopée du Canada français, le grand roman de Louis Hémon, écrit en 1913, n'a pas seulement fait date dans la conscience collective québécoise ; par le souffle de son récit et les élans poétiques de son style, il a tenu en haleine des générations de lecteurs, en France et dans le monde entier.

    3 Autres éditions :

  • C'est en observant la répartition des richesses et leur distribution que l'on met en lumière la façon dont elles sont partagées et que l'on perçoit le fonctionnement des sociétés, l'accaparement par certains des ressources et des privilèges et les inégalités socio-spatiales qui en découlent. Il n'existe pas de définition universelle de la richesse. À quelque échelle que ce soit, la richesse est toujours multidimensionnelle et toutes ses formes sont liées entre elles, qu'elles concernent le revenu, le patrimoine économique ou ce qui a trait au pouvoir, au savoir, à la santé, à l'accès aux ressources naturelles et culturelles, etc. Le livre repose sur l'étude d'expériences locales comparées en France et au Brésil dans les territoires du Nord-Pas de Calais et du Minas Gerais, à différentes échelles et sur des terrains variés : de la région à la métropole et au quartier, des espaces miniers encore en activité ou reconvertis aux espaces naturels protégés.

  • Surgie de l'eau et de la boue, au coeur des lagunes, Venise a été l'objet d'un façonnement et d'un soin jaloux et quotidien qui n'ont connu aucune trêve. Car il fallait mener dans un site fragile, que l'on pensait providentiel, la défense contre les périls des eaux saumâtres au milieu desquelles les hommes s'étaient tôt installés. Sans cesse des pilotis furent enfoncés et remplacés, des digues élevées et renforcées, des canaux creusés et curés, de la terre charriée et amassée pour conquérir toujours plus d'espace. Le travail de création vénitienne fut aussi un immense effort et une longue oeuvre de construction de ponts et de quais, de palais et d'églises, de maisons et d'entrepôts... De la sorte, jour après jour, année après année, la ville a été inventée, dans un mouvement toujours continué qui tendait vers l'élaboration d'une beauté formelle ; par cette exigence de théâtralité monumentale, il s'agissait de mettre en représentation l'imaginaire d'une grâce divine. Mais Venise, aux derniers siècles du Moyen Age, ne fut pas qu'un décor de pierres et de briques : elle a été aussi façonnée par les pas, les postures et les mots des hommes. Et fut ainsi modelée une culture urbaine dévoilant les rapports que les Vénitiens entretenaient avec leur histoire. C'est cette invention de Venise qui est ici reconstituée jusqu'au moment où, vers 1500, elle semble atteindre une plénitude.

  • Quai n 7

    Douhmatra


    Un conte urbain dans la ville des rois

    La ville de Saint-Denis du milieu des années 2000 et son bouillonnement cosmopolite, ethnique et culturel. De l'amour, de la tendresse, de la haine, des rires, des pleurs, du sexe, de la vie, de la mort et la Foi...


    Blaise avocat, Elsa infirmière, Maddar éducateur, Brigitte secrétaire, Sarah bibliothécaire et Slameuse et Christophe chef d'entreprise. Six personnages unis par un même et unique destin. « Des parcours atteints de scolioses ». Ces hommes et ces femmes
    avancent dans leurs vies avec plus ou moins de succès, ils y arrivent, ils achoppent, ils s'enthousiasment puis s'écroulent, découragés, complètement impuissants face à ce que le monde, eux-mêmes, les autres, personne, Dieu a mis sur leurs routes. Vont-ils réussir à faire la paix avec leurs enfances.



    Quelle est la voie ?



    Quelle est la voix ?



    Quelle est leur foi ?



    Quoi qu'il arrive, ces héros aux
    coeurs vibrants traversent les gravats bétonneux de leurs villes et de leurs vies.

  • La représentation que l´on se fait des déserts est souvent loin d´être exacte. Aussi, parler du Sahara revient-il très vite à confronter imaginaire et réel. Il faut pourtant se rendre à l´évidence : le Sahara contemporain est d´abord urbain, constellé de

  • Très affecté par le décès de sa femme survenu lors de la fameuse épidémie de grippe espagnole de 1918, Armand Boisvert reçoit un jour une lettre de son frère Edmond. Ce dernier lui propose de s'installer avec ses quatre enfants à Sainte-Anne-du-Nord, un village agroforestier naissant de l'Abitibi. La plus vieille, Éva, a quinze ans et tente tant bien que mal de remplacer sa défunte mère. Rapidement obligée par le curé de la paroisse de se marier au séduisant, mais taciturne Omer - elle qui voulait pourtant prendre le voile -, Éva devra se transformer peu à peu en une femme forte et fière pour survivre dans cet environnement difficile, voire hostile.

    Comme toutes les pionnières de cette époque, elle se révélera une femme de devoir, une mère courageuse et une épouse dévouée, et cela, peu importe les malheurs et les tragédies qui s'abattent sur elle ou son entourage. Et au seuil de sa vie, Éva ne regrettera rien, malgré les événements parfois douloureux qui ont pavé sa route. Elle a fait du mieux qu'elle le pouvait, tout ce que son créateur attendait d'elle.

  • Chicoutimi, 1917.
    Alors que son amie Claire est coincée dans un mariage sans bonheur, Graziella a vu son avenir se transformer avec la mort d'Alexis lors d'une kermesse tenue deux ans plus tôt. Mais la jeune femme ne s'est jamais laissé abattre par les obstacles qui ont été placés sur son chemin et, dans l'intention de réaliser ses rêves et de donner tout ce qu'il y a de meilleur à son petit Hubert, elle accepte une proposition risquée. Alors que la Grande Guerre fait toujours rage en Europe, on lui propose de partir par bateau en Angleterre, avec Kate et William Price. De là, elle pourra se rendre à Londres et à Paris, afin d'étudier des notions sur la mode qui pourront lui être utiles plus tard lorsqu'elle ouvrira sa boutique de vêtements pour dames.


    Pour Kate, ce sera l'occasion de revoir son fils Henry, qui se bat pour la liberté dans les immondes tranchées. Mais le garçon a d'autres idées en tête lorsqu'il aperçoit enfin Graziella. Comme tous les hommes qui croisent le chemin de la belle, il en tombe follement amoureux. Toujours encline à vivre pleinement et à laisser libre cours aux pulsions qui ne sont reconnues qu'aux hommes, Graziella se laissera-t-elle séduire une fois de plus?


    Troisième et dernier tome d'une saga unique rédigée par Nicole Villeneuve, Graziella : Le Concert conclut avec brio une série portée à bout de bras par une jeune femme unique et attachante, au destin inoubliable.

  • Chicoutimi, novembre 1914.

    À une époque où les industries reliées à la forêt tournent à plein régime, Graziella, une jeune fille aventureuse et surtout ambitieuse, réussit à s'introduire dans les familles les plus en vues de Chicoutimi. Courtisée par deux jeunes hommes appartenant à la classe aisée, elle ne se laisse pas influencer par leurs belles promesses. Enceinte, elle mettra au monde son fils, puis tournera son attention vers le jeune Alexis, l'un des premiers fantassins à quitter le Saguenay pour l'Angleterre au début de la Première Guerre mondiale. A-t-elle relégué au second plan son rêve d'ouvrir à Chicoutimi une boutique de vêtements pour dames, à l'heure où les scandales les plus croustillants alimentent l'heure du thé de la haute société?

    À travers les trahisons, les déceptions, les idées préconçues ainsi que les principes véhiculés par la société et l'Église, Graziella ne peut que se laisser porter par cet instinct qui la pousse sans cesse à aller de l'avant. Cette motivation a porté, à elle seule, l'auteure Nicole Villeuve tout le long de la rédaction de ce second tome d'une trilogie.

  • Autobiographie de Norah Shariff qui risque de créer des remous, le livre Les Secrets de Norah nous amène dans un monde dur, rempli d'obstacles s'interposant entre sa famille immédiate et la liberté. En effet, elle a grandi dans un enfer créé à la fois par les comportements abusifs et violents d'un père dégénéré, les stricts préceptes de ses grands-parents, et dans un système religieux opprimant. Elle-même victime des conjonctures, Norah cherche malgré tout à constamment épauler, voire surprotéger sa mère, qui subit quotidiennement un véritable calvaire où la violence tant physique que psychologique est de mise. Avec le temps, Norah se rend bien compte qu'elle est en train d'y laisser sa vie en entier. Cependant, sa force de tempérament et son audace seront ses deux clés maîtresse pour se libérer de ses horribles entraves.

  • Les causes de la stagnation et du déclin de l'économie montréalaise étant identifiées, que faire? Voilà la question qui motive ce livre. On y présente cinq grands défis auxquels fait face la métropole: le déclin; le recyclage des zones industrielles; la mobilité des biens et des personnes; l'équilibre écologique et le développement durable; et, enfin, la diversité ethnique, culturelle et linguistique. Devra-t-on pour relever ces défis affirmer la spécificité de l'île de Montréal à travers la définition d'un statut politique, économique et linguistique particulier ou plutôt miser sur l'ensemble de la région métropolitaine ou encore élargir la question au contexte interrégional québécois?

  • Lyon 1250-1550. Réalités et imaginaires d'une ville, propose un voyage entre Rhône et Saône au temps où la ville rayonnait par ses foires, ses livres et ses poètes. Le parcours commence par deux brèves synthèses qui font revivre la ville au premier XVIe siècle et les rapports qu'elle a entretenus au fil des siècles avec ses fleuves. Il se poursuit par une analyse du célèbre Plan scénographique de 1550 et s'attarde sur les gens des métiers. Les belles séries fiscales conservées aux Archives Municipales permettent de définir un groupe socioprofessionnel original, les affaneurs, et de comprendre la spécificité des confréries lyonnaises à la fin du Moyen Âge. La vie politique de la cité rhodanienne entrée en 1312 seulement dans le royaume de France et longtemps située à sa frontière, est étudiée sous l'angle de l'historiographie, des emblèmes de la ville et de la production documentaire considérée comme un acte politique. En suivant la plume alerte de Jacques Rossiaud, le voyageur s'intéressera aussi aux manières de vivre des Lyonnais et Lyonnaises entre XIVe et XVIe siècle : l'alimentation, les langues et les façons de s'exprimer, l'éducation que recevaient les jeunes et les formes souvent violentes que prenait leur sociabilité, les relations amoureuses enfin. L'itinéraire s'achève par une reconstitution des rituels et des représentations urbaines. L'étude d'une procession d'un exceptionnel intérêt, la fête des Merveilles et ses métamorphoses, conduise le lecteur du temps où l'archevêque de Lyon régnait en seigneur sur la ville à l'aube de la Contre-Réforme. Tout au long du parcours, on rencontre des Lyonnais célèbres, les François Garin, Pierra Sala ou Symphorien Champier, mais on découvre aussi de multiples destins forgés par une étonnante mobilité sociale et géographique (tels les Meynier alias Lyure) . L'ouvrage comble un manque de la production historiographique et procure une vue riche et originale sur l'histoire de l'une des grandes villes d'Europe entre Moyen Âge et époque moderne. Fruit d'une longue familiarité avec les archives lyonnaises, le livre est une synthèse qui ouvre de nouvelles pistes de recherche.

  • OEuvre de maturité, Carnet de la nuit tombée est sans aucun doute le livre le plus accompli et le plus fort de toute la production de Rino Morin Rossignol, poète et chroniqueur-vedette au quotidien L'Acadie Nouvelle depuis 15 ans. L'auteur prolifique contemple les détails infimes et intimes de la vie nocturne sur sa terrasse urbaine tout en jetant un regard lucide sur les 70 ans qu'il a accumulés derrière lui. Une poésie de la sagesse écrite dans une langue française suave, riche et texturée.

  • 1913 : La jeune Graziella démontre davantage d'ambition que ce qui était permis à une adolescente de seize ans à cette époque. Sa mère, qui la juge trop volontaire et dérangeante, de connivence avec le curé qui ne tolère aucune conduite scandaleuse dans sa paroisse, la fait engager comme servante chez les Grenier, une famille bourgeoise de Saint-Jean-Baptiste. Mais dès l'année suivante, elle est congédiée par ses employeurs pour avoir prétendument séduit l'ainé de la famille. Dans le train qui l'amène vers Chicoutimi, la vie de la jeune fille prendra une direction différente grâce à la rencontre de Kate Davis. Sous la tutelle de sa nouvelle bienfaitrice, protestante de surcroit, Graziella aura l'opportunité de frayer parmi la haute gomme de Chicoutimi, cette ville qui bouillonne alors à tous les points de vue. Comment sera reçue la jeune femme au passé si lourd par ces hauts placés qui font l'orgueil de cette localité que l'on qualifie alors de Reine du nord?

  • Billie

    Chantale Côté

    Très indépendante et anticonformiste, Billie refuse d'être confinée à son seul rôle de femme. Le mariage, les enfants, les horaires, les limites, très peu pour elle... Elle veut être libre en tous points, refusant de ce fait l'amour qui, selon elle, n'apporte que larmes et douleurs.

    Or, lorsque Maud, une adolescente de douze ans rejetée par tous à l'école, s'impose dans sa vie, Billie devient pour la jeune fille un modèle qui l'aidera à reprendre confiance. C'est ainsi qu'au fil du temps, Billie et Maud s'apprivoiseront, s'apporteront mutuellement la guérison de leurs blessures respectives. Constamment perturbée et pleine de rancoeur, Maud s'épanouira tandis que Billie apprendra à aimer au contact de Jérémy, le séduisant père de Maud. Ce dernier tente toujours de composer avec le départ de sa femme, qui vient de le quitter pour suivre son nouveau conjoint en Afrique.

  • Pratique privée autant que sociale, l'hospitalité est souvent évoquée et même requise dans les interrogations sociales actuelles : du droit d'asile à la solidarité familiale en passant par l'accueil des réfugiés et la resocialisation des marginaux et exclus, l'hospitalité est simultanément objet d'admiration et cultivée comme une vertu morale et de défiance, source de conflits. Proche de l'expérience concrète, ce livre envisage l'hospitalité comme une pratique sociale critique de la vie quotidienne, dans laquelle bon gré mal gré, l'être humain se réalise.

  • Quelles conditions jouent en faveur du développement ou du mal-développement des espaces métropolitains ? À une époque où les métropoles constituent des entités intermédiaires et de plus en plus détachées de leur espace national, elles participent spécifiquement à la production de la mondialité et demandent à être étudiées à partir d'outils d'analyse adaptés. Cet ouvrage constitue un nouveau maillon dans l'élaboration d'un tel modèle en apportant une lecture transdisciplinaire à la question du développement de l'espace métropolitain.

  • Villeneuve d'Ascq, c'est aujourd'hui plus de 60 000 habitants et seulement 40 ans d'histoire. Nombre de Villeneuvois d'aujourd'hui ont vécu en direct sa naissance au milieu des années 1970. Leur témoignage permet de comprendre comment les aspirations à « mieux habiter » y ont été vécues, comment une mémoire locale s'est sédimentée autour de quelques événements rassembleurs - mobilisations collectives à la suite de nombreuses malfaçons dans les constructions, lancement des chartes d'aménagement et de concertation, fêtes de quartier. On retrouve certaines valeurs et utopies « post soixante-huitardes » portées par les aménageurs et par beaucoup des premiers Villeneuvois. Les récits recueillis participent d'une véritable « poétique sociale », pour reprendre les termes de l'anthropologue Michael Herzfeld, par exemple ceux qui évoquent les pratiques et les représentations de ce que nous appelons l'« espace public de proximité », les multiples manières de se l'approprier, de ruser avec ses limites, de le partager. Villeneuve d'Ascq a été une ville d'utopistes rêvant d'une ville plus humaine, plus conviviale, qu'ils soient aménageurs ou habitants « pionniers ». Avec le temps, l'arrivée de nouveaux habitants, elle se transforme. Ce que tous nous disent finalement, c'est que si une ville procède de politiques d'aménagement et des manières de l'habiter, une « bonne ville », celle où l'on se sent bien, c'est aussi une ville qu'on peut rêver et imaginer. Ainsi ce livre, tout en apportant des données nouvelles sur l'histoire de Villeneuve d'Ascq et sur sa sociologie, appuyées par de nombreux témoignages, entend montrer qu'une ville ne peut se comprendre hors du recueil des représentations que s'en font ses habitants.

  • Anabelle, qui travaille à son compte en design d'intérieur tout en rêvant d'être photographe, est mariée avec Nicolas depuis quinze ans. Ils ont deux jeunes enfants. Malgré le fait qu'elle a pourtant la vie qu'elle avait souhaitée, elle n'est plus heureuse. Car, entre l'approche de la quarantaine, sa vie de mère, son travail et son rôle d'épouse, elle a oublié d'être une femme. Alors que des questions sur le bonheur, la passion, la perte de désir l'assaillent de toute part, elle trouve une lettre compromettante dans la valise de son mari, un pilote d'avion. Celle qui craint toujours de partir et de laisser ses enfants quittera alors le foyer sur un coup de tête avec sa meilleure amie, Katherine, pour un voyage de deux semaines en Italie. Là-bas, une passion inattendue viendra bouleverser sa vie lorsque Richard, un charmant romancier, la confrontera dans les peurs les plus profondes et les plus inavouées. Puis, viendra l'inévitable heure des choix...

    Est-ce possible que le destin puisse se mêler de notre vie lorsque nous sommes incapables de décider de la voie à suivre? S'il prenait les devants pour nous guider sur la bonne route, quand on reste trop longtemps sur place sans davantage évoluer? Car il est clair que rien n'est coulé dans le béton pour le reste de son existence.

  • Boston, 1825.

    Patricia se voit contrainte d'épouser un jeune homme fortuné de la bonne société, ce qui ne l'enchante guère. Contrariée, elle se réfugie dans l'amitié d'un commis employé à la banque de son père. Obsédé par l'argent, le prénommé Frank réussit à cambrioler l'établissement où il travaille pendant qu'une tempête de neige s'abat sur la région. Fort de son exploit, le fils de forgeron séduit la belle Patricia avant de s'enfuir vers Londres, où ils planifient de se retrouver incognito. Or, suite au vol qui a placé la banque en grandes difficultés, le père de Patricia accentue les pressions. Lasse, elle accepte finalement une union avec le fils d'un célèbre avocat.

    Lorsqu'elle arrive dans la capitale anglaise pour son voyage de noces, Patricia crée une diversion qui lui permet de fausser compagnie à son nouveau mari. Mais pas de traces de son jeune amant et elle se retrouve en compagnie d'une femme des bas-fonds avec qui elle partage son triste logement. Frank parviendra-t-il à retrouver sa belle dans la capitale anglaise, ou est-il encore en mer à affronter mille et une tempêtes?

  • Chloé Saint-Hilaire a hérité d'une fortune paternelle, une des plus grandes du pays. Cette montagne d'argent lui permet de vivre dans une luxueuse résidence qu'elle déteste à cause des mauvais souvenirs qui s'y rattachent. Violée alors qu'elle n'était même pas adolescente par un proche de la famille, délaissée par ses parents, méprisée par ses cinq employés, elle ne connaît que l'alcool, la drogue, les aventures débridées, sans oublier les scandales qu'elle ne manque pas de créer en public.

    Quand Charles Ruel est engagé comme nouveau chauffeur, ce dernier se rend rapidement compte que sa patronne vit une profonde détresse. Il prend alors une décision capitale: il la protègera de tous, y compris d'elle-même. Grâce à sa franchise désarmante et son infinie patience, il percera, couche par couche, la dure carapace de sa patronne, tout en améliorant l'ambiance morne qui plane sur le domaine. S'installera d'abord le respect, qui mènera à une relation de plus en plus intime entre l'employée et l'héritière. Mais les secrets de Cloé pèsent lourd sur ses épaules et elle devra s'armer de courage afin de dénoncer celui qui a volé son enfance.

    Avec L'Héritière de la honte, Chantale Côté signe un septième roman avec les Éditions JCL. La plupart d'entre eux ont été publiés par le club de livre France Loisirs.

  • Comprendre ce qui se joue dans la relation renouvelée des villes à leurs ports de plaisance : telle est l'ambition de cet ouvrage qui réunit des chercheurs en sciences sociales et praticiens de plusieurs pays européens. En croisant leurs regards disciplinaires et leurs approches, les auteurs pointent des terrains portuaires originaux et des expériences urbaines précises dont ils questionnent la valeur d'exemplarité et d'inspiration. Ce faisant, ils entendent saisir ce qui s'est joué d'un point de vue historique et anthropologique autour de l'invention et du développement de la plaisance dans les villes portuaires, les enjeux juridiques, politiques, sociaux, culturels ou spatiaux d'aménagement des relations entre les ports de plaisance et les villes qui les abritent, enfin les dynamiques socio-économiques et spatiales à l'oeuvre sur ces territoires singuliers et actuellement en pleine recomposition.

empty