Littérature générale

  • Poussière et sueur

    Xinwu Liu

    C'est un dimanche ordinaire à Pékin. Lao He, cinquante sept ans ans, est un ouvrier migrant parmi tant d'autres, survivant d'une histoire tragique. Employé comme jardinier par la municipalité, il vit dans un foyer près du quartier d'Andingmen. Des visites familiales à la traditionnelle loterie sur la place principale, mille événements, souvent cocasses, vont rythmer son unique journée de loisir.

    Liu Xinwu reconstitue la vie de tout un quartier populaire avec ses ivrognes, ses escrocs, ses braves gens et quantité de personnages pittoresques, d'une marieuse surnommée la Girafe à un loueur de trampoline. L'occasion de décrire, avec tendresse, une société en pleine transformation, entre mode de vie traditionnel et modernité citadine.

  • Fille de pionniers qui travaillent à réduire l'immensité de la forêt canadienne, Maria Chapdelaine a les rêves de ses dix-huit ans : suivre François Paradis, un trappeur dont elle est devenue amoureuse et qui a promis de l'épouser à son retour, le printemps venu. Mais, à la veille de Noël, brûlant de retrouver sa bien-aimée, François quitte le Grand Nord et s'engage sur des chemins que l'hiver a pourtant coupés...Epopée du Canada français, le grand roman de Louis Hémon, écrit en 1913, n'a pas seulement fait date dans la conscience collective québécoise ; par le souffle de son récit et les élans poétiques de son style, il a tenu en haleine des générations de lecteurs, en France et dans le monde entier.

    3 Autres éditions :

  • Novembre1869, dans le village de Messimy, au coeur des monts du Lyonnais. Aiglantine et sa mère, Amélie, travaillent à domicile comme tisserandes de velours de soie. Pour s'assurer un salaire convenable, les canuses doivent se tenir à la tâche pendant de longues journées. Quand Amélie est retrouvée étranglée devant son métier à tisser, la consternation est générale : pourquoi avoir tué cette femme qui ne quittait jamais sa maison-atelieret à laquelle on ne connaissait aucun
    ennemi ?
    Le passé de la victime recèle pourtant bien des mystères. Et plus encore celui d'Aiglantine, revenue d'un séjour à Lyon quelques années auparavant avec suffisamment d'argent pour acheter la maison familiale et faire fabriquer son propre métier à tisser. Une tentative de meurtre sur l'héritier d'un important soyeux de la Croix-Rousse permettra de dénouer les fils d'un incroyable secret...
    Avec Le Secret d'Aiglantine, son sixième roman, Nicole Provence nous entraîne dans le monde pittoresque de la soie lyonnaise, pour un suspense haletant, à la poursuite d'un assassin machiavélique...
     

    1 autre édition :

  • Entrelacs de vies marginales à la lisière de la mangrove ou dans les squats des quart iers périphériques de Nouméa, dans une Nouvelle-Calédonie où le bulldozer trace droit, inéluctablement, la route coaltarée de la modernité, boostée par l´exploitation du nickel...

    Se croisent, pour le meilleur - et pour le pire -, un employé municipal, qui ent ret ient amoureusement les tombes de ses morts, une Miss Sunshine tout de blanc vêtue, accro... au lait en poudre, un toubib en délicatesse, un rasta singulier, un ingénieur  faussement écolo, une journaliste affriolante, un broussard, pas tendre du tout et une femme trop amoureuse..., chacun avec ses zones d´ombre et de lumière, de mystère et de poésie, de violence et de générosité...
    />
    Des destins tragiques, souvent.
    Auteur reconnu tant par ses romans que ses recueils de nouvelles, Claudine Jacques signe ici un roman féroce inspiré des travers de la société néo-calédonienne. Le lecteur y retrouvera le style fluide qui caractérise son écriture et qui donne envie de tourner les pages jusqu´à la dernière.

  • Il a douze ans, l'âge du cul-de-sac de l'enfance. Partagé entre une mère hospitalisée et un père qu'il déteste, obsédé par le Livre Guinness des records et les mystères de l'univers, il accepte sa solitude avec le stoïcisme de ce Hollandais qui est resté immergé dans la glace durant une heure quarante-deux minutes vingt-deux secondes. Jusqu'à ce qu'il rencontre Sébastian, alias Jésus, cet enfant pur dont il deviendra le protecteur et l'apôtre. Ensemble, ils tenteront de s'évader du camp de survie où ils devaient passer l'été, sans se douter de ce qui les attend. C'est l'histoire, surtout, d'une ville où la nature a repris ses droits, où les animaux chassent les humains et où des enfants disparaissent sans laisser de trace.

  • Denis, 54 ans, déconcerté par le cours de sa vie, marche sur un fil : son fragile business, des revenus à ras de terre, le vide sidéral de sa vie amoureuse, des rêves de Grand Chambardement.
    Sophie, 39 ans. Vendre des assurances, écouter du rock, manger des nems, boire du rosé, aller seule à des concerts, dire non à toutes les suppliques masculines, se faire jolie pour personne, ne pas penser à l'autobus.
    Et puis un matin, Denis heurte Sophie. Télescopage fortuit, pied écrasé, regard noir, « Désolée » poli, deux secondes et leurs chemins se séparent. Oublier, passer à autre chose, comme toujours.
    Bientôt elle regrette qu'il n'ait tenté sa chance comme tant d'autres, tandis que lui redoute que le souvenir de cette fée ne le hante à jamais.
    Et alors tout s'emballe au gré d'une longue suite de hasards à l'issue incertaine. C'est ce dont ils rêvaient, qu'il leur arrive enfin quelque chose. « Ça arrive à tout le monde », une plongée aigre-douce et farfelue dans la vie de deux âmes un peu perdues, qui deviennent sans le savoir les acteurs communs à deux histoires parallèles, qui finissent par se croiser.

  • Très affecté par le décès de sa femme survenu lors de la fameuse épidémie de grippe espagnole de 1918, Armand Boisvert reçoit un jour une lettre de son frère Edmond. Ce dernier lui propose de s'installer avec ses quatre enfants à Sainte-Anne-du-Nord, un village agroforestier naissant de l'Abitibi. La plus vieille, Éva, a quinze ans et tente tant bien que mal de remplacer sa défunte mère. Rapidement obligée par le curé de la paroisse de se marier au séduisant, mais taciturne Omer - elle qui voulait pourtant prendre le voile -, Éva devra se transformer peu à peu en une femme forte et fière pour survivre dans cet environnement difficile, voire hostile.

    Comme toutes les pionnières de cette époque, elle se révélera une femme de devoir, une mère courageuse et une épouse dévouée, et cela, peu importe les malheurs et les tragédies qui s'abattent sur elle ou son entourage. Et au seuil de sa vie, Éva ne regrettera rien, malgré les événements parfois douloureux qui ont pavé sa route. Elle a fait du mieux qu'elle le pouvait, tout ce que son créateur attendait d'elle.

  • Habiter la ville, habiter sa vie, s'habiter... tout court.
    Avec ces quatorze nouvelles immobilières, Hélèna Villovitch poursuit la chronique d'une génération précaire, la sienne. La quête d'un logement nourrit chaque mésaventure, cruelle ou burlesque, de ce recueil : entre vagabondage insouciant, co-location à l'étroit, échange d'appartements, troubles du voisinage, endettement à long terme et culbute spéculative. Autant de cloisonnements existentiels qui pèsent sur les personnages, accusent leur solitude, les minent de l'intérieur.
    Maniant la satire avec bienveillance, Hélèna Villovitch sonde les illusions perdues et les calculs égoïstes de notre époque, sans oublier jamais d'y glisser un grain de folie douce.

  • Chicoutimi, 1917.
    Alors que son amie Claire est coincée dans un mariage sans bonheur, Graziella a vu son avenir se transformer avec la mort d'Alexis lors d'une kermesse tenue deux ans plus tôt. Mais la jeune femme ne s'est jamais laissé abattre par les obstacles qui ont été placés sur son chemin et, dans l'intention de réaliser ses rêves et de donner tout ce qu'il y a de meilleur à son petit Hubert, elle accepte une proposition risquée. Alors que la Grande Guerre fait toujours rage en Europe, on lui propose de partir par bateau en Angleterre, avec Kate et William Price. De là, elle pourra se rendre à Londres et à Paris, afin d'étudier des notions sur la mode qui pourront lui être utiles plus tard lorsqu'elle ouvrira sa boutique de vêtements pour dames.


    Pour Kate, ce sera l'occasion de revoir son fils Henry, qui se bat pour la liberté dans les immondes tranchées. Mais le garçon a d'autres idées en tête lorsqu'il aperçoit enfin Graziella. Comme tous les hommes qui croisent le chemin de la belle, il en tombe follement amoureux. Toujours encline à vivre pleinement et à laisser libre cours aux pulsions qui ne sont reconnues qu'aux hommes, Graziella se laissera-t-elle séduire une fois de plus?


    Troisième et dernier tome d'une saga unique rédigée par Nicole Villeneuve, Graziella : Le Concert conclut avec brio une série portée à bout de bras par une jeune femme unique et attachante, au destin inoubliable.

  • Chicoutimi, novembre 1914.

    À une époque où les industries reliées à la forêt tournent à plein régime, Graziella, une jeune fille aventureuse et surtout ambitieuse, réussit à s'introduire dans les familles les plus en vues de Chicoutimi. Courtisée par deux jeunes hommes appartenant à la classe aisée, elle ne se laisse pas influencer par leurs belles promesses. Enceinte, elle mettra au monde son fils, puis tournera son attention vers le jeune Alexis, l'un des premiers fantassins à quitter le Saguenay pour l'Angleterre au début de la Première Guerre mondiale. A-t-elle relégué au second plan son rêve d'ouvrir à Chicoutimi une boutique de vêtements pour dames, à l'heure où les scandales les plus croustillants alimentent l'heure du thé de la haute société?

    À travers les trahisons, les déceptions, les idées préconçues ainsi que les principes véhiculés par la société et l'Église, Graziella ne peut que se laisser porter par cet instinct qui la pousse sans cesse à aller de l'avant. Cette motivation a porté, à elle seule, l'auteure Nicole Villeuve tout le long de la rédaction de ce second tome d'une trilogie.

  • Le meilleur moyen de devenir écrivain, c'est encore de devenir chômeur. Écrire ne coûte rien, ce n'est pas comme la musique, le cinéma, ou même la peinture.

    Entre deux petits boulots, David mène une véritable vie de bohème et passe le plus clair de son temps à écumer les bars et les sex-shops parisiens. Ne devient pas Henry Miller qui veut. De solitude en partouzes, de mariage en divorce, de main en main, l'homme passe et ne s'arrête rarement.

    J'avais du boulot, putain ! Devenir écrivain, c'était ça mon boulot. Et je n'avais pas une minute à perdre.

  • L'époque n'est plus au rire ; pire, il a été interdit... Le seul moyen de s'en payer une tranche : un petit tapin comique Boulevard Desproges. Entre les clowns roumains, les recalés du Jamel Comedy Club et les têtes d'affiche déchues de la grande époque, on n'a que l'embarras du choix...

    Mais, si le rire est contagieux, ne risque-t-on pas d'attraper une saloperie ?

  • Le carburant est hors de prix, le réchauffement menace, certains rêvent, chez nous, de villes sans voitures. La moitié de l'humanité dans les pays émergents rêve de conduire, et le fera dans dix, vingt ou trente ans. Il lui faudra du carburant, beaucoup de carburant. La société appelle à plus de flexibilité et de réactivité, ce qui se traduit souvent par des besoins croissants de mobilité, et elle ne baisse pas ses exigences quand le pétrole est cher...

    Autant dire que nos soucis ne font que commencer. Sommes-nous condamnés ? Oui, condamnés à réussir une transition. Vers quoi ? Une mobilité durable, bien sûr. Mais encore ? Quels en sont les ingrédients ? Des villes mieux organisées, des transports publics plus performants, des voitures moins gourmandes... Oui, on a déjà beaucoup réfléchi et écrit là dessus. Peut-être cela ne suffira-t-il pas ? Il faudra alors faire flèche de tout bois. Certains prônent, sous la bannière de l"âge de l'accès et de l'" économie de fonctionnalité ", le passage d'une économie de la possession à une économie de flux et de services. D'autres explorent les potentiels d'un modèle de consomm'acteur, où nous serions à la fois producteurs et consommateurs. Utopies ? Pour demain matin, sans doute, pour plus tard, ça se discute. Applicables à la mobilité ? Oui sur le papier, oui en vrai si nous savons proposer une vision qui aurait la chance de pouvoir être partagée par un grand nombre d'acteurs.

    C'est cet univers d'alternatives, et les conditions de son émergence, qu'explore cet ouvrage, à partir des travaux de l'auteur et des communications proposées au séminaire " Acheter ou louer " organisé par l'Institut pour la Ville en mouvement en partenariat avec l'Esc-Eap..

  • Autobiographie de Norah Shariff qui risque de créer des remous, le livre Les Secrets de Norah nous amène dans un monde dur, rempli d'obstacles s'interposant entre sa famille immédiate et la liberté. En effet, elle a grandi dans un enfer créé à la fois par les comportements abusifs et violents d'un père dégénéré, les stricts préceptes de ses grands-parents, et dans un système religieux opprimant. Elle-même victime des conjonctures, Norah cherche malgré tout à constamment épauler, voire surprotéger sa mère, qui subit quotidiennement un véritable calvaire où la violence tant physique que psychologique est de mise. Avec le temps, Norah se rend bien compte qu'elle est en train d'y laisser sa vie en entier. Cependant, sa force de tempérament et son audace seront ses deux clés maîtresse pour se libérer de ses horribles entraves.

  • Demoiselles solidaires

    Michel Pratt

    La crise économique sévissant en 1930 dans la région de Montréal, bouleverse de nombreuses vies, mais tout n'est pas uniforme. La vie continue. L'amour a toujours existé, mais son cheminement peut être parsemé d'embûches. Deux femmes physiquement éloignées l'une de l'autre par une longue distance entre Montréal, au Québec, et Ogunquit, dans l'État du Maine aux États-Unis, vivent une situation commune et hors du commun. Tout devrait les séparer, mais...

  • Shaktis

    Marc Fleury

    Pierre Longpré mène une existence heureuse avec sa femme Mylène, sur les bords du Richelieu. Mais à l´institut Jalbert où il travaille en tant que psychologue, l´influent psychiatre Eagle, en faveur d´un traitement exclusivement pharmacologique des maladies mentales, l´attaque et cherche à l´isoler, lui reprochant des tendances spiritualistes.
    Dans ce contexte tendu, le Dr Mathieu, directeur de l´institut, propose à Longpré de prendre en charge le traitement de Charles Martineau, un cas singulier. Durant sa jeunesse à Chicago, celui-ci a fait la rencontre cruciale d´une prêtresse indienne, la Shakti Ariel, et celle de sa fille Kalyani, dont il est tombé amoureux. Grand maître ès arts martiaux, Ariel enseigne l´aïkido au talentueux jeune homme. Fasciné par la science et en conflit intérieur avec un Dieu chrétien jugé insensible à la misère humaine, Charles Martineau se montre alors peu perméable au message spirituel de la Shakti. Présumant de ses forces dans un moment de crise, il engage le combat avec des voyous. Ariel et Kalyani, venues à sa rescousse, parviennent à le sauver au péril de leur vie. Une rupture s´ensuit avec les Shaktis et commence la longue errance de Martineau.
    Longpré est fasciné par son patient, se reconnaissant dans sa quête de sens et d´absolu. Leurs destins se croisent au moment propice pour s´accorder à celui des Shaktis par la puissance de l´intuition et la magie du tango..

  • 1913 : La jeune Graziella démontre davantage d'ambition que ce qui était permis à une adolescente de seize ans à cette époque. Sa mère, qui la juge trop volontaire et dérangeante, de connivence avec le curé qui ne tolère aucune conduite scandaleuse dans sa paroisse, la fait engager comme servante chez les Grenier, une famille bourgeoise de Saint-Jean-Baptiste. Mais dès l'année suivante, elle est congédiée par ses employeurs pour avoir prétendument séduit l'ainé de la famille. Dans le train qui l'amène vers Chicoutimi, la vie de la jeune fille prendra une direction différente grâce à la rencontre de Kate Davis. Sous la tutelle de sa nouvelle bienfaitrice, protestante de surcroit, Graziella aura l'opportunité de frayer parmi la haute gomme de Chicoutimi, cette ville qui bouillonne alors à tous les points de vue. Comment sera reçue la jeune femme au passé si lourd par ces hauts placés qui font l'orgueil de cette localité que l'on qualifie alors de Reine du nord?

  • Billie

    Chantale Côté

    Très indépendante et anticonformiste, Billie refuse d'être confinée à son seul rôle de femme. Le mariage, les enfants, les horaires, les limites, très peu pour elle... Elle veut être libre en tous points, refusant de ce fait l'amour qui, selon elle, n'apporte que larmes et douleurs.

    Or, lorsque Maud, une adolescente de douze ans rejetée par tous à l'école, s'impose dans sa vie, Billie devient pour la jeune fille un modèle qui l'aidera à reprendre confiance. C'est ainsi qu'au fil du temps, Billie et Maud s'apprivoiseront, s'apporteront mutuellement la guérison de leurs blessures respectives. Constamment perturbée et pleine de rancoeur, Maud s'épanouira tandis que Billie apprendra à aimer au contact de Jérémy, le séduisant père de Maud. Ce dernier tente toujours de composer avec le départ de sa femme, qui vient de le quitter pour suivre son nouveau conjoint en Afrique.

  • Admettons qu'un clochard cocaïné et à moitié transsexuel soit réellement doué de super pouvoirs, pourrait-il faire élire un président de la République tout en passant le plus clair de son temps avec des SDF imbibés et des filles trop jolies pour être honnêtes ?
    Hum... Pas sûr.

  • Anabelle, qui travaille à son compte en design d'intérieur tout en rêvant d'être photographe, est mariée avec Nicolas depuis quinze ans. Ils ont deux jeunes enfants. Malgré le fait qu'elle a pourtant la vie qu'elle avait souhaitée, elle n'est plus heureuse. Car, entre l'approche de la quarantaine, sa vie de mère, son travail et son rôle d'épouse, elle a oublié d'être une femme. Alors que des questions sur le bonheur, la passion, la perte de désir l'assaillent de toute part, elle trouve une lettre compromettante dans la valise de son mari, un pilote d'avion. Celle qui craint toujours de partir et de laisser ses enfants quittera alors le foyer sur un coup de tête avec sa meilleure amie, Katherine, pour un voyage de deux semaines en Italie. Là-bas, une passion inattendue viendra bouleverser sa vie lorsque Richard, un charmant romancier, la confrontera dans les peurs les plus profondes et les plus inavouées. Puis, viendra l'inévitable heure des choix...

    Est-ce possible que le destin puisse se mêler de notre vie lorsque nous sommes incapables de décider de la voie à suivre? S'il prenait les devants pour nous guider sur la bonne route, quand on reste trop longtemps sur place sans davantage évoluer? Car il est clair que rien n'est coulé dans le béton pour le reste de son existence.

  • Boston, 1825.

    Patricia se voit contrainte d'épouser un jeune homme fortuné de la bonne société, ce qui ne l'enchante guère. Contrariée, elle se réfugie dans l'amitié d'un commis employé à la banque de son père. Obsédé par l'argent, le prénommé Frank réussit à cambrioler l'établissement où il travaille pendant qu'une tempête de neige s'abat sur la région. Fort de son exploit, le fils de forgeron séduit la belle Patricia avant de s'enfuir vers Londres, où ils planifient de se retrouver incognito. Or, suite au vol qui a placé la banque en grandes difficultés, le père de Patricia accentue les pressions. Lasse, elle accepte finalement une union avec le fils d'un célèbre avocat.

    Lorsqu'elle arrive dans la capitale anglaise pour son voyage de noces, Patricia crée une diversion qui lui permet de fausser compagnie à son nouveau mari. Mais pas de traces de son jeune amant et elle se retrouve en compagnie d'une femme des bas-fonds avec qui elle partage son triste logement. Frank parviendra-t-il à retrouver sa belle dans la capitale anglaise, ou est-il encore en mer à affronter mille et une tempêtes?

  • Quand Hélène Leclerc observe sa réalité urbaine, des vélos filent au-dessus des roseaux, le soleil descend la côte sur un fil, le sapin s´embrouille derrière le barbecue, des étages de ciel apparaissent sur les immeubles et une pianiste géante joue sur le mur de l´église.

    Quartier des affaires au-dessus de mon reflet des étages de ciel concert à la chandelle sur le mur de l´église la pianiste géante

  • Ville de Québec, août 1932

    Pendant que la Crise économique fait des ravages, semant chômage et misère sur son chemin, le quartier Saint-Sauveur est endormi lorsqu'un terrible incendie se déclare dans la maison de Louis et de Florence. Seules la petite Marie et sa mère réussissent à s'extirper des flammes, alors que Louis et son fils Pierre périssent... Florence, qui a grandi dans un orphelinat à la suite du décès de sa mère, est recueillie par sa belle-famille. Mais la reine du foyer, Alexina, est dévastée par la mort de son fils. Elle n'a jamais aimé que lui et déteste d'autant plus l'intrigante qui a volé son coeur, maintenant qu'elle doit lui faire une maigre place sous son toit.
    />
    Or, la santé mentale de Florence chancèle depuis le drame et elle est placée temporairement dans le trop célèbre hôpital Saint-Michel-Archange. C'est pendant son séjour qu'Alexina, par l'entremise de Jules, son mari soumis, décide qu'ils devront se débarrasser de Marie...

    De son côté, le commerçant Victorin Dufour est amoureux de Florence depuis le premier regard qu'il a, jadis, posé sur elle. Puisqu'elle était mariée avec son commis, le vieux garçon a toujours gardé ses sentiments secrets. Mais la mort tragique de Pierre change tout... Lorsqu'il apprend avec stupeur que Florence se retrouve à l'asile, il décide de tout faire pour lui redonner le goût de vivre. Avec respect, douceur et tendresse, il perce peu à peu la coquille de la femme de ses rêves, jusqu'à ce que ses efforts lui permettent de redevenir elle-même et de quitter pour de bon ces sinistres lieux. Mais une nouvelle atroce concernant sa fille Marie la frappe alors de plein fouet...

    Ce roman, qui accumule les rebondissements et les situations émotives, est teinté de respect, de bonté et de maturité. Grâce à ses ambiances bien dessinées et à ses personnages plus vrais que nature, la plume de Lise Bergeron fait revivre avec justesse la réalité d'un quartier de la ville de Québec et de ses habitants.

  • Chloé Saint-Hilaire a hérité d'une fortune paternelle, une des plus grandes du pays. Cette montagne d'argent lui permet de vivre dans une luxueuse résidence qu'elle déteste à cause des mauvais souvenirs qui s'y rattachent. Violée alors qu'elle n'était même pas adolescente par un proche de la famille, délaissée par ses parents, méprisée par ses cinq employés, elle ne connaît que l'alcool, la drogue, les aventures débridées, sans oublier les scandales qu'elle ne manque pas de créer en public.

    Quand Charles Ruel est engagé comme nouveau chauffeur, ce dernier se rend rapidement compte que sa patronne vit une profonde détresse. Il prend alors une décision capitale: il la protègera de tous, y compris d'elle-même. Grâce à sa franchise désarmante et son infinie patience, il percera, couche par couche, la dure carapace de sa patronne, tout en améliorant l'ambiance morne qui plane sur le domaine. S'installera d'abord le respect, qui mènera à une relation de plus en plus intime entre l'employée et l'héritière. Mais les secrets de Cloé pèsent lourd sur ses épaules et elle devra s'armer de courage afin de dénoncer celui qui a volé son enfance.

    Avec L'Héritière de la honte, Chantale Côté signe un septième roman avec les Éditions JCL. La plupart d'entre eux ont été publiés par le club de livre France Loisirs.

empty