• Jouir

    Sarah Barmak

    • Lizzie
    • 12 Novembre 2020

    "Un manuel sur la sexualité féminine et une jouissance décorrélée de la fécondation. Drôle, percutant, l'ouvrage a aussi une visée politique. Car l'égalité sexuelle participe du combat pour l'égalité tout court. Aux orgasmes, citoyennes !", Aurélie Marcireau, Le Nouveau magazine littéraireLibérée, la sexualité des femmes d'aujourd'hui ? On serait tenté de croire que oui. Pourtant, plus de 50 % d'entre elles se disent insatisfaites, que ce soit à cause d'un manque de désir ou de difficultés à atteindre l'orgasme. Si tant de femmes ordinaires sont concernées, peut-être qu'elles n'ont rien d'anormal et que ce n'est pas à la pharmacie qu'il faut aller chercher la solution. Le remède dont elles ont besoin est plus certainement culturel, et passe par une réorientation de notre approche androcentrée du sexe et du plaisir.
    Tour à tour reportage, essai et recueil de réflexions à la première personne, cet ouvrage enquête sur les dernières découvertes scientifiques ayant trait à l'orgasme féminin. On y apprend ainsi qu'une chercheuse en psychologie clinique a recours à la méditation de pleine conscience pour traiter les troubles à caractère sexuel. On y découvre aussi diverses façons dont les femmes choisissent de redéfinir leur sexualité. Cette aventure aux confins de la jouissance nous emmène jusqu'au festival Burning Man, où l'orgasme féminin est donné à voir sur scène, ou encore dans le cabinet feutré d'une thérapeute qui propose de soigner les traumatismes liés au viol à l'aide de massages sensuels.

  • Née d'un père français et d'une mère nicaraguayenne, Cualli a fait très tôt l'expérience de la différence, dès l'école maternelle où ses cheveux crépus lui donnaient l'impression de n'être pas tout à fait comme les autres. Plus tard, alors que ses copines rêvaient de sortir avec Ken, c'étaient les garçons androgynes et mystérieux qui l'attiraient. Et puis, quand est venu le temps des premières expériences sexuelles, la douleur ressentie - au lieu du plaisir qu'on lui avait promis - a nourri durablement son mal-être. Mais qu'est-ce qui cloche chez toi, Cualli ?
    Ce roman graphique est le récit des découvertes, des rencontres et des questionnements qui jalonnent la vie des jeunes femmes d'aujourd'hui. Apprendre à connaître son corps et ses désirs, c'est mettre des mots sur ses peurs et ses douleurs. Au fil des années et des garçons qu'elle fréquente, et dont elle dresse des portraits aussi amusants que tendres, Cualli se découvre et met des mots sur ses démons : dysmorphophobie, asexualité, endométriose, vaginisme... Autant de maladies complexes qui deviennent claires sous la plume de l'auteure, qui décrit en parallèle son cheminement féministe, inextricable de son expérience personnelle.
    Un récit illustré autobiographique intimiste, sans fard, avec beaucoup d'humour, qui fut pour l'auteure le moyen de se défaire de certains tabous et permettra probablement à d'autres jeunes femmes de s'y reconnaître et être rassurées.

  • Pendant vingt ans, Hélène Goninet a accompagné des femmes souhaitant accoucher dans la sécurité de leur foyer. Son témoignage atteste de leur force innée à mettre au monde leurs petits.
    « La nuit est noire et profonde. Silencieuse. Le téléphone a sonné il y a une heure. J'ai décroché instantanément. Je n'ai pas hésité une seconde. Et je roule maintenant vers cette femme sur le point d'enfanter. Vers cet homme qui l'accompagne. Vers ce bébé qui a décidé de naître aujourd'hui. »
    Hélène se hâte d'apporter son aide à domicile, malgré l'opposition du corps médical et des pouvoirs publics. Car aider la vie qui s'en vient est un devoir sacré. Car il est vital que chaque femme qui le désire puisse accueillir son enfant dans l'intimité de sa propre demeure.
    Hélène sillonne la campagne, refusant de se laisser brimer par ceux qui voudraient supprimer cette pratique, prétextant qu'elle serait dangereuse, alors que toutes les études indiquent le contraire. Malgré les risques personnels qu'elle encourt, Hélène persiste à faire son métier auprès des couples qui l'invitent à vivre, chez eux et avec eux, l'un des moments les plus signifiants de leur existence.
    Au fil des saisons, nous la suivons aux quatre coins d'une Ardèche parfois rude, mais toujours belle. Grâce à sa plume alerte et bienveillante, nous pénétrons, encore et encore, de jour comme de nuit, dans le temps magique de l'enfantement.

    Hélène Goninet a été une pionnière du mouvement actuel de redécouverte de l'accouchement à domicile. Après une courte expérience hospitalière, elle s'est installée en libéral, dans une pratique d'accompagnement global. Diplômée en sexologie humaine, elle a ensuite élargi ses activités pour inclure des consultations dans ce domaine complémentaire.

  • Dans un traité de droit talmudique écrit en Languedoc au XIIe siècle, Abraham Ben David de Posquières (l'actuel Vauvert), pose la question du désir et du rapport amoureux dans des termes que ne désapprouverait pas la sensibilité contemporaine. En fondant l'authenticité de ce rapport sur l'intention, il esquisse une philosophie du couple visant à préserver la personne dans l'être désiré, à éviter de l'instrumentaliser à des fins de jouissance égoïste. Au point que l'on pourrait dire qu'il n'y a pas de rapport « sexuel » dans le rapport amoureux... L'interprétation que Shmuel Trigano donne du dernier chapitre du Livre des maîtres de l'âme dévoile un paysage insoupçonné dans l'univers médiéval de la Loi juive, où l'on sent le frémissement de la Kabbale provençale naissante.

    Depuis Le récit de la disparue (Gallimard, 1977) jusqu'à Le judaïsme et l'esprit du monde (Grasset, 2015) Shmuel Trigano (1948) est l'auteur d'une oeuvre abondante qui interroge l'existence juive. Il a dirigé plusieurs revues - Pardès, Controverses - et a fondé l'Université populaire du judaïsme qui dispense un enseignement gratuit sur internet autour des grands thèmes du judaïsme.

  • Réveillez-vous, femmes divines
    Vous qui êtes unique en cette terre, orchidée d'une beauté sans pareille, il est temps que vous vous réveilliez à votre divinité. Au fond de vous, vous le savez bien, personne ne vous ressemble vraiment, personne n'a votre histoire, et pourtant vous n'avez pas pleinement conscience de votre unicité, de ce qui fait de vous une femme exceptionnelle qui a, comme toute autre femme, sa place dans le monde.
    Véronique de La Cochetière, nourrie de sa longue expérience de sage-femme et de praticienne en ostéopathie intrapelvienne, va vous ouvrir les portes de votre temple sacré : votre corps. Ignoré si facilement, trop souvent gouverné par votre tête, carcan psychologique du fruit de votre histoire, de votre éducation, des règles transmises par la société, ce corps qui ne peut accueillir que le plus beau va révéler votre féminitude, cet art d'être femme aujourd'hui. Faire la paix avec vos parents en acceptant de ne pas porter le poids transgénérationnel, ne pas surinvestir la compréhension de leurs actions, faire preuve d'humilité et de gratitude, faire la paix avec vos monstres, toutes ces personnes malveillantes qui ont attenté à votre vie et à votre bien-être par des violences physiques ou psychologiques, être en phase avec vous-même sont autant de chemins que l'auteure vous invite à découvrir grâce à des rituels et à un travail corporel basé sur plusieurs outils psychosomatiques. Reconnectée à votre essence divine, vous cheminerez sur cette terre mère en citoyenne du monde, fière de votre pouvoir de transmission et de cette force d'amour et de paix.

  • « Si la jouissance se divise en dix parties, la femme en a neuf et l'homme une seule. » Ainsi s'exprime Tirésias que les aventures mythologiques ont successivement conduit à être homme et femme. La négation, le refoulement dont la sexualité féminine a été l'objet à travers les âges et les cultures sont inséparables des représentations dangereuses et démesurées qui l'accompagnent. « Femme tu es la porte du diable » écrit Tertullien.
    Ce qu'il est convenu d'appeler la « libération sexuelle » a principalement concerné les femmes. À ce bouleversement des représentations sociales de la sexualité correspond-il une transformation psychique équivalente ?

  • Comment le petit d'homme nait-il à lui-même et aux autres à partir des réseaux langagiers, familiaux et sociaux qui structurent son monde ? Devant les métamorphoses et les ruptures de l'ordre social qu'attestent la plupart des observateurs, on peut entendre la souffrance des sujets rencontrés dans le cadre d'un travail en santé mentale comme étroitement liée aux questions touchant la filiation, la sexuation, et enfin, l'identité. Cet ouvrage rassemble les exposés de penseurs et de cliniciens autour de ces questions. Le parti pris est celui de la pluridisciplinarité. Les angles philosophique, historique, anthropologique, psychanalytique et systémique éclairent une même réalité, celle d'un sujet aux prises avec ces questions qui le travaillent à son insu.

    Karl-Leo Schwering, psychanalyste, docteur en psychologie, codirecteur du service de santé mentale Centre Chapelle-aux-Champs de l'université catholique de Louvain, maitre de Conférences à l'université Paris VII Denis Diderot

  • D'une langue à l'autre, d'une culture à l'autre, la question des Désirs et sexualités connaîtrait-elle un destin différent ? Des psychanalystes issus de différents horizons en débattent.

    Tout comme les désirs et les pratiques sexuelles appartiennent à une époque et s'inscrivent dans des discours, il n'est pas indifférent d'être psychanalyste à Paris, à Rabat ou au Caire et de rendre compte de sa pratique. On trouvera dans cet ouvrage des témoignages essentiels de psychanalystes sur des questions telles que l'étude des racines linguistiques du langage sacré, les termes refoulés du côté du désir et de l'amour, les significations historiques de la peur du féminin, le poids des traditions et des rituels, l'influence du politique, de l'héritage colonial et du bilinguisme...
    />
    Jalil Bennani est psychiatre et psychanalyste à Rabat. Il est cofondateur et président du Cercle psychanalytique marocain. Il est notamment l'auteur de : Le corps suspect (Galilée, 1980), Le temps des ados (avec Alain Braconnier, Le Fennec, 2002), Psychanalyse en terre d'islam (Arcanes-érès, 2008), Traces et paroles (avec Mohammed Kacimi, Al Manar, 2008). Il est membre de la Fédération européenne de psychanalyse et de l'École psychanalytique de Strasbourg (FEDEPSY).
    Bertrand Piret est psychiatre, psychanalyste à Strasbourg, membre de la Fédération européenne de psychanalyse et de l'École psychanalytique de Strasbourg (FEDEPSY), président de l'association « Parole sans frontière ».

  • La psychanalyse et le cinéma, dont les naissances sont simultanées, peuvent se rejoindre dans cette interrogation commune sur le féminin et ses représentations, dont la folie fait partie : comment montrer, mettre en scène, les arcanes de la position féminine ? L'image de la féminité, qui trouve une expression particulièrement saisissante dans le cinéma, se construit à partir de représentations évoluant au cours de l'histoire, et se modifie au fil du temps et des époques. Mais la permanence et la multiplicité des représentations de cette figure du féminin avec ses interrogations, voire ses débordements quand il s'agit de la folie, n'est peut-être pas qu'un simple produit de l'histoire, ou du contexte social et culturel du moment. Derrière les évolutions et les mutations qui semblent contraindre les corps à se plier à des contingences sociales ou artistiques, il subsiste des permanences qui échappent à la mode et à ses processus, comme elles échappent également à ses supports ou à ses destinataires.

  • En s'appuyant sur l'aphorisme de Lacan : « L'insconscient, c'est le social », Marisa Fiumanò explore les difficultés et le dérives de la jouissance dans nos sociétés démocratiques et libérales, égalitaires et individualistes, sexuellement désinhibées mais apathiques, et interroge la place de la psychanalyse. A travers son enquête sur le mal-être d'une époque, elle montre que le gouvernail social est pointé vers une direction - jouir à tout prix - insoutenable  pour l'économie psychique.

    Le psychanalyste ne peut qu'être engagé tant dans le déchiffrage de la contemporanéité que dans le soutien du désir de ses patients. Cette tâche délicate doit tenir compte de la jouissance du corps, de ses demandes pulsionnelles, sans pour autant annuler la subjectivité, boussole psychique qui gouverne nos existences et en empêche la dérive.

    Le psychanalyste, dans l'application de son savoir à la lecture du social, sollicite la collaboration du politicien auquel sont confiées la distribution et la gestion des jouissances. La psychanalyse et la politique, toutes deux aux prises avec un « impossible » comme le soutenait Freud, devraient pouvoir collaborer l'une avec l'autre. Toutes deux ont à faire avec l'insatisfaction structurale qui habite le coeur des hommes et anime le lien social.

  • Faire revivre la pensée de Janine Chasseguet-Smirgel, tel est l'objectif qu'un certain nombre de ses amis, collaborateurs et élèves, sous l'égide de la Société psychanalytique de Paris et de son président Jean-Michel Porte, se sont proposé de concrétiser en lui consacrant une journée d'étude en septembre 2010.
    La variété des thèmes choisis pour retracer son oeuvre reflète la richesse et la radicalité d'une pensée toujours à la recherche de la subversion des apparences. Chaque orateur à la lumière de sa clinique et de ses propres réflexions théoriques, met en perspective les divers thèmes de son oeuvre. C'est à un débat ouvert que nous invitent ces auteurs : qu'ils abondent dans leur sens ou qu'ils en discutent le bien fondé, chaque contribution ici présentée trouve ses racines dans les idées développées par cette grande dame de la psychanalyse trop tôt disparue.

  • Après la mort brutale de sa soeur, Martin Sterne découvre dans ses papiers le récit d'un amour dévastateur dont il ignorait tout. Mêlant lecture et enquête, il part à la recherche de cette inconnue qu'il croyait si bien connaître.

  • Les secrets du désir au féminin

    « Pas le temps... Les enfants, la maison... Toujours mieux à faire ! »
    Une fois la passion éteinte, de nombreuses femmes n'ont plus envie de faire l'amour. Cette paresse du désir les inquiète, car elles savent que le bonheur (et l'avenir) de leur couple dépend aussi de son épanouissement sexuel. Pour être heureuse, une femme a besoin de désirer. Dans cet ouvrage devenu incontournable, le Dr Ghislaine Paris montre la complexité et les fragilités du désir féminin.
    En refermant ce livre, on sait comment guérir son désir, le gérer, l'épanouir ou le stimuler. Sans tout attendre de l'autre.

  • Au bonheur des vulves Nouv.

    Il a fallu des siècles pour découvrir le clitoris et oser parler ouvertement du vagin.

    Voici venu le temps de s'occuper de notre vulve, cet organe méconnu qui est la porte d'entrée des plaisirs, et, accessoirement, la porte de la vie. Parce qu'elle palpite durant l'orgasme, on l'appelle d'ailleurs parfois le deuxième coeur.
    Or si chaque personne dotée d'un utérus a déjà entendu parler de frottis et de mammographie, de contraception et d'accouchement, la santé et le bien-être quotidien de nos entrejambes restent tabous. Comme pour les régles, le post-partum, la ménopause et l'accouchement, l'approche médicale classique échoue souvent à aider les personnes concernées. Des mycoses à répétition aux cystites récidivantes, de la vulvodynie à la dyspareunie, de la sécheresse vaginale à la vaginose, en passant (ou pas) par la vaginite et la bartholinite, de l'endométriose aux rêgles douloureuses, ces souffrances n'ont pourtant rien d'imaginaire, ni de fatal !
    Cet ouvrage est le fruit d'une rencontre entre Camille Tallet, sage-femme, et Élise Thiébaut, femme un peu moins sage, autrice de plusieurs best-sellers sur les régles et la ménopause, et nous propose de mieux connaître nos corps pour prendre soin de nous au quotidien, sans tabou et sans honte.

    Journaliste féministe, Élise Thiébaut est notamment l'autrice du best-seller Ceci est mon sang : petite histoire des régles, de celles qui les ont et de ceux qui les font (La Découverte, 2017, 10 000 ex), traduit dans plusieurs pays, et de Les régles quelle aventure ! (La ville brûle, 2017, 12 000 ex).
    Camille Tallet est sage-femme et ostéopathe, en maternité et en libéral.

  • Lancé par le comité d'éthique de FUNAPEI et des médecins, le débat sur la stérilisation des femmes handicapées mentales apparaît sur la scène publique à la suite des avis (avril 1996) du Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé. Relancé dans les médias en été 1997 par le scandale des stérilisations en Suède et la révélation en France de cas de stérilisations effectuées à liinsu des jeunes femmes, il pose des questions de société poussée aux limites de l'humanité.

    Alors que la diversité et lief?cacité des méthodes contraceptives sont connues et que l'épidémie de sida sévit depuis quinze ans, la sexualité des personnes handicapées mentales et leur éventuel désir de procréation restent des sujets tabous en France tout comme sont ignorés les risques évidents d'abus sexuels et de maladies sexuellement transmissibles, pourtant décrits dans les travaux étrangers pour cette population.

    Face aux arguments de familles et de médecins qui justifient la stérilisation comme méthode contraceptive radicale, cet ouvrage aborde la question de la sexualité des personnes porteuses d'un handicap mental. Il propose des données, des analyses et des réflexions sur la réalité du phénomène de la stérilisation et sur la portée humaine, individuelle, sociale, juridique et éthique d'un tel acte.

  • S'inscrivant dans les recherches psychanalytiques actuellement consacrées à la féminité, ce livre dresse un bilan des pertes et profits de cette nouvelle époque de la vie que représente, de nos jours, la ménopause. Entre le biologique et le psychique, que se trame-t-il durant cette phase de maturation ?

    Physiquement bien dans leur corps grâce aux progrès de la médecine, socialement le plus souvent bien insérées grâce a leur statut professionnel ou leurs activités diverses, les femmes de cinquante ans entament une nouvelle étape de leur existence. Déliées en amont et en aval des investissements matemels et de leurs conséquences sociales, elles se trouvent "en vacance.

    Le temps de la mémoire commence et de sa projection en oeuvres dépend le futur. Nous découvrons ainsi dans cet ouvrage, tout au long de vies de femmes, comment les mains vides d'enfant peuvent s'ouvrir sur la stérile mélancolie, voire sur la pathologie, comment elles parviennent à s'animer dans l'urgence pour réaliser ce qui avait été laissé en suspens au profit du mariage et de la maternité.

    Le deuil de la procréation laisse un vide, un "rien" qui relance aussi bien la féminité que la création artistique. Ce verdict qui, pour une femme, sépare l'étant de l'existant, devient occasion d'un investissement libidinal radicalement autre. Qu'il conduise à la reconnaissance du féminin est le paradoxe soutenu. il nous encourage a ne pas faire de cette expérience l'épreuve négative dune privation. Dans le meilleur des cas, celle-ci sera le temps d'ourdir une derniere fois les deux versants d'ombre et de lumière de la féminité, le temps aussi d'être et davoir été.

  • Ce journal, dont on va lire de larges extraits entrecoupés de commentaires, contient ce qui fut noté au fil des séances d'une analyse qui dura plus de cinq ans. Ecrits immédiats et cursits le plus souvent couchés sur le papier à la fin de chaque séance quand les paroles résonnaient encore.

    Même privé du "grain de la voix, le lecteur aura ainsi accès aux paroles de la patiente, gravement atteinte de troubles aphobiques, et au travail commun de l'analysante et de l'analyste.

    Ce journal permet d'accompagner le parcours intime, souvent difficile parfois drôle, où se fraye courageusement une personnalité nouvelle. Ce témoignage rare et émouvant se lira en contrepoint de l'essai L'espace et la phobie, premier tome de La peur de la peur.

  • Face au sida, l"injonction de prévention en France, "le préservatif à tout prix", est si générale qu'elle ne s'adresse finalement à personne. La volonté louable de ne pas stigmatiser des "groupes à risques" a malheureusement constitué un obstacle majeur à la mise en place d'une prévention ciblée, bien adaptée aux diverses situations à risques.

    Ainsi, victimes d`une logique d'exclusion qui conduit inévitablement à des inégalités d"accès à la prévention, les malades mentaux, les personnes handicapées mentales, refoulés aux marges de la cité, auraient pu être les derniers à bénéficier d"une attention spécifique. Toutes les conditions étaient en effet réunies pour que les institutions spécialisées deviennent des lieux à haut risque de transmission de l'épidémie 1 rupture sociale, univers clos, défenses amoindries, déresponsabilité totale, désinvestissement corporel...

    Pour parer à cette logique d"exclusion, des professionnels de santé se sont mobilisés au sein des institutions spécialisées afin de favoriser la prise en charge psychologique et psychiatrique des personnes handicapées ou malades mentales touchées par le VIH et d"impulser une dynamique de prévention de l'épidémie. Des comités sida d'établissement se sont mis en place, créant les conditions d'une fonnation du personnel et d'une information des patients.

    ESPAS est une unité interhospitalière de psychiatrie publique qui s'est constituée en 1994 pour potentialiser les initiatives de quatre hôpitaux parisiens dans ce domaine. C'est dans cet esprit qu'ESPAS a réuni ici praticiens, décideurs, responsables d"associations (dont l'UNAPE1, AIDES, CEDEP). Tous s'accordent sur la nécessité d'une ouverture des institutions spécialisées sur un travail en réseau et d"une véritable reconnaissance des patients comme acteurs de leur propre prévention.

  • Sur une petite route des Cantons-de-l'Est, Sophia échappe de justesse à un accident et se retrouve dans un pré au milieu duquel trône une chapelle laissée à l'abandon. En y pénétrant, elle ressent une grande paix et une attirance irrésistible pour cet endroit qui lui semble si loin de la ville et de sa vie avec Paul, son mari. Sur un coup de tête, la jeune retraitée acquiert la chapelle et entreprend de la transformer en maison d'été. Sous l'autel, qui lui sert de lit durant les travaux, elle découvre des objets et des écrits troublants qui la mettront sur la piste d'un monde secret et insoupçonné où le plaisir sexuel féminin culmine et prend une connotation spirituelle.
    Mais, alors que son voisin Thomas, ami intime et bienveillant, lui révèle les mystères de « l'origine du monde »,
    comment réagira son mari, alcoolique et colérique, qu'elle ne retrouve que les fins de semaine ?
    Ce roman, où s'entremêlent érotisme, suspense et tragédie, entraînera le lecteur, homme ou femme, dans une réflexion sur sa sexualité pour, éventuellement, repartir sur de nouvelles bases.

empty