Sciences humaines & sociales

  • Cosmos

    Michel Onfray

    Qu'est-ce qui runit la mort d'un pre sous un ciel sans toiles, un jardin d'enfance, l'enfouissement d'un splologue, les fragrances d'un champagne de 1921, le hrisson des tziganes, la coquille d'un mollusque, l'anguille des Sargasses, un ver parasite, le vin biodynamique, la posie des peuples sans criture, un masque africain, des haricots sauteurs, des acacias qui communiquent, un philosophe zoophile, des vgtariens exploiteurs de poules, des porcs en batterie, des toradors habills en femmes, un cur athe, un matrialiste mort d'une indigestion de pt de faisan, une peinture paritale, un alignement de pierres, une fte du soleil indienne, une glise catholique, les anges et les comtes, les trous noirs, un haku, une toile d'Arcimboldo, le Land Art, la musique rptitive, entre autres fragments d'une Brve encyclopdie du monde ? Le cosmos. Cet ouvrage, dont Michel Onfray crit qu'il est son premier livre , propose une philosophie personnelle de la nature. Contempler le monde, comprendre ses mystres et les leons qu'il nous livre, ressaisir les intuitions fondatrices du temps, de la vie, de la nature, telle est l'ambition de Cosmos, qui renoue avec l'idal paen d'une sagesse humaine en harmonie avec le monde.

  • John Cowper Powys se défie de l'affliction autant que de la sérénité. Le philosophe avance, en funambule, sur un fil tendu au-dessus du gouffre de la solitude. Dans une approche présentée comme « libre, sceptique et indépendante », il se propose de « retourner aux sensations fondamentales de la conscience planétaire ». Pour ce faire, en grand érudit, il invoque les présocratiques, Rousseau, le stoïcisme, et renoue avec les philosophies orientales, deux décennies avant la Beat Generation.

    Mais l'auteur se fait surtout intraitable critique. Son désir de « rappeler la philosophie », comme sa dénonciation de l'impuissance des grands systèmes philosophiques, résonnent avec force. La recherche de la solitude et le mépris du destin font dès lors office de vaccin contre l'amertume de l'existence.

    John Cowper Powys est né en Angleterre en 1872 dans une famille de onze enfants. Il oriente ses premiers écrits vers la recherche poétique, puis officie de nombreuses années comme conférencier aux États-Unis. Notamment célébré pour ses romans, il est aussi l'auteur d'une riche oeuvre philosophique. Plusieurs fois nommé pour le prix Nobel de littérature, il fut admiré par des personnalités aussi diverses que Glenn Gould ou Henry Miller.

  • Les initiations ordinaires présentent les philosophes. Celle-ci vous fait cheminer avec eux. Au long de la route, ce sont Platon, Nietzsche, Heidegger et les autres qui se racontent à vous. En confiance et en confidence. Pour une fois, un vrai livre compagnon.
    Voici quelques moments majeurs de notre pensée philosophique, de Socrate ou Kant jusqu'à Camus, en passant par Montaigne, Dante, ou encore Nietzsche et Edith Stein.
    Comme à l'école buissonnière, on y croisera de célèbres figures de la philosophie, mais sous un jour inattendu : une lettre de condoléances, un amour éperdu, le cachot d'un condamné à mort, un souvenir de Méditerranée, ou une missive au Président de la République. Sans transpirer l'érudition, " sans prise de tête ", chacun de ces penseurs se rend amical, pour entraîner le lecteur sur des chemins de traverse.
    On y entre avec tendresse, on se heurte ensuite à la puissance d'une grande pensée, avant de s'engager sur la pente douce qui mène jusqu'au terme. Comme en promenade, le lecteur se retourne alors, étonné du chemin parcouru, fier de la difficulté surmontée, enrichi d'une pensée de grand style.
    Avec simplicité, on espère ainsi rendre la vérité aimable.

  • Nous sommes malades du temps, et nous l'avons toujours été. Il nous pousse, nous devance, nous ennuie, et puis un jour, après nous avoir humiliés, il s'arrête. Nous nous plaignons de son accélération et nous en profitons en même temps. Nous avons peur pour l'avenir de la planète, pour celui de nos enfants. Nous nous jetons sur toutes sortes de méthodes de développement personnel, nous rêvons de nous montrer zen et de savoir faire preuve de lâcher-prise... et nous arrivons à peine à placer dans notre agenda numérique, entre deux rendez-vous, un temps de prière ou une séance de méditation. » Christine Cayol vit en Chine depuis quinze ans. Chaque jour, elle s'étonne un peu plus de la façon dont les Chinois appréhendent le temps : un rapport à l'organisation, à la vie, à l'avenir - diamétralement opposé au nôtre - plus efficace, plus libre, plus spirituel. Sans renoncer au progrès, les Chinois puisent dans leur culture traditionnelle une discrète sagesse du temps. Là où nous rajoutons, ils vident, là où nous ralentissons, ils accélèrent. Le temps en Chine ressemble aux vagues qui se couchent sur la plage. Il faut savoir jouer avec elles. Cette agilité du temps chinois est une source d'inspiration pour tous ceux qui savent que c'est en guérissant de la maladie du temps que l'on assumera notre responsabilité du monde à venir.

  • "Il ne saurait y avoir de vérité première. Il n'y a que des erreurs premières." Gaston Bachelard L'erreur est partout, l'erreur est humaine. Penser, c'est se tromper ! Dans cette deuxième édition, Luc de Brabandere et Anne Mikolajczak nous proposent de revisiter nos erreurs quotidiennes à travers le prisme de la déduction et de l'induction, deux démarches essentielles de notre pensée. Quand on déduit, le risque est de penser mal ; quand on induit, de ne pas penser assez.

    Depuis l'Antiquité, les philosophes ont cherché à comprendre pourquoi nous nous trompons et se sont attachés à formaliser les façons de penser juste. Plus près de nous, c'est aux psychologues que l'on doit d'avoir mis en avant le rôle d'autres règles de pensée que celles de la logique : des règles intuitives, inconscientes, rapides, appelées "heuristiques". Indispensables, ces raccourcis mentaux peuvent pourtant se transformer en courts-circuits et biaiser jugement et raisonnement : ce sont les fameux "biais cognitifs".

    Nous nous trompons tous les jours parce qu'il n'est pas rationnel de passer ses journées à essayer de ne pas se tromper. La bonne attitude consiste plutôt à être conscients des biais inévitables - car penser sans point de vue est impossible - tout en évitant les biais qui polluent inutilement.

    À travers un éventail de mises en situation, d'exemples et de tests plus étonnants les uns que les autres, les auteurs nous invitent à penser mieux et à penser plus.

  • La vie invente chaque jour du nouveau au sein de notre société où de nouvelles solidarités se tissent. Les valeurs qui les sous-tendent ne sont plus, comme au temps jadis de la Modernité, fondées sur la croyance en la maîtrise et la puissance de la technique et de la science, mais sur l'altérité, c'est-à-dire sur les relations fluides et imprévisibles qui relient les humains entre eux et, au niveau de notre planète, les humains, les vivants et les choses, ouvrant le moment écologique dans lequel nous sommes entrés. De nouvelles institutions émergent de cet en-commun qui apparaît, à bas bruit, dans l'horizontalité de la société. Elles se fondent sur la non-puissance et la non-permanence, et elles se montrent plastiques et en transformation continuelle. Pour les penser, nous devons revisiter nos philosophies. Dans cet ouvrage, l'auteur se tourne vers des philosophies pour lesquelles la raison devient seconde par rapport à la vie et à l'existence, là où les paradoxes règnent et où le discours rationnel et scientifique cède la place à la sensibilité, à l'art et à la poésie. Ces philosophies de la liberté, de l'advenir et de l'impossible, s'enracinent dans les pensées de l'existence et de l'indicible, au croisement de l'immanence et de la transcendance, marginalisées au profit des philosophies purement rationnelles dominantes aux XIXe et au XXe siècles. Elles retrouvent aujourd'hui un espace de déploiement inattendu, qu'active la rencontre, à l'échelle de la planète, entre les sagesses et les spiritualités des différentes civilisations. Irrigant une nouvelle anthropologie, elles ouvrent des chemins inédits et enthousiasmants pour la pensée et pour l'action à travers l'incertitude et l'incomplétude de notre monde

  • Qui suis-je ? Pourquoi suis-je ici ? Comment cela est-il possible ? Autant d'interrogations auxquelles nous avons tous un jour fait face. Elles méritent donc que l'on s'y penche avec sérieux ; au travers d'un dialogue entre un maître et son élève, Claude Le Moal dégage plusieurs réponses inédites.
    Qu'il s'agisse de notre origine ou des raisons de notre présence sur cette terre, Transsubstantiation permet aux lecteurs de s'ouvrir à des possibilités qu'ils n'auraient probablement jamais envisagées sans ce livre aux airs de recueil de connaissances, oscillant entre philosophie et sciences humaines.
    Un ouvrage pour tous ceux qui sont persuadés que notre existence n'est pas faite de vacuité et de hasard, mais bien pétrie d'un sens grandiose.
    Tout au long de cette quête de la Vérité, la Conscience, en s'élargissant, parvient à reconquérir son libre arbitre et ce qui lui procurera l'opportunité de retrouver son formidable pouvoir de Transsubstantiation ; celui lui permettant d'accéder à nouveau à sa forme la plus glorieuse, celle qui s'harmonise naturellement avec l'Ordre Souverain de la Divine Providence.
    Ce livre ne contient aucun dogme religieux, ni aucune intolérance sectaire, et il s'adresse à des esprits libres, sans préjugés et souhaitant être éclairés par les lumières de la divine Providence.

  • Votre enfant est stressé ? Ce guide illustré vous propose une méthode de 42 exercices issus du yoga et de la sophrologie. Ils reposent sur des techniques simples, à pratiquer avec votre enfant, sans préparation ni matériel. Courts, ils durent 3 à 15 minutes. Décrits pas-à-pas, ils vous permettront de vous relaxer, vous ressourcer et récupérer.

    Respirer, prendre conscience de son corps et de lui-même, tels sont les bienfaits que votre enfant retirera de ce parcours.

  • Tout a un jour été trouvaille : la soie, l'aspirine, la boussole, l'inconscient, la chasse d'eau, la colle, la géométrie, la pile électrique, le crayon, la relativité, la boîte de conserve, le code Morse, les lentilles de contact, Gaston Lagaffe, les

  • """Les mathématiques et les sciences de la matière ont pris la première place dans nos enseignements secondaires et supérieurs; elles ne donnent à l'homme aucune lumière sur lui-même, aucun principe universel d'action. C'est la philosophie qui, depuis toujours, permet à chacun de parvenir à une version globale de l'homme et du monde, et de trouver un sens à l'existence.
    Le présent ouvrage traite de toutes les questions inscrites au programme de philosophie des différentes séries du baccalauréat. Il aborde en outre certains autres problèmes de société, d'anthropologie et de métaphysique qui suscitent aujourd'hui l'interrogation. Il a été écrit dans un langage simple, clair, aisément accessible. Il sera utile, non seulement aux élève des Classes terminales et des Classes préparatoires aux Grandes Écoles, mais aussi à toutes les personnes soucieuses de disposer d'éléments de réflexion autres que les modes et les opinions dominantes."""

empty