• La vie se déroule paisiblement dans la petite ville québécoise de Mandeville, peut-être un peu trop au goût des quelques commerçants qui tirent la langue devant le manque de clients. Invectivé sur ce point lors d'un conseil municipal, le conseiller Chevalet trouve une solution au problème en tuant accidentellement un voleur de cannabis qui croise sa route. La découverte du corps place Mandeville dans le radar des policiers et des journalistes et les touristes répondent enfin présent, mais le soufflé retombe bien vite. Notre bienfaiteur décide alors de prendre les choses en main : à défaut d'attirer les randonneurs, Mandeville pourrait devenir un lieu de pèlerinage pour les badauds en manque de frissons. Tout ce qu'il faut, c'est que les meurtres continuent...

    Né en France, André Marois habite à Montréal depuis 1992. Après une longue carrière comme concepteur-rédacteur publicitaire, il se consacre aujourd'hui entièrement à l'écriture. Il est l'auteur de plus de trente polars pour jeunes et adultes. En 2015, il a remporté le prix du Gouverneur général pour le roman graphique Le voleur de sandwichs.

  • Édition enrichie (Préface, notes, commentaires sur l'oeuvre, chronologie et bibliographie)Pour l'amour de l'ingénue d'une troupe de comédiens nomades, le jeune baron de Sigognac qui se morfondait au château de la Misère en compagnie d'un valet, d'une haridelle, d'un chien et d'un chat, joue sur les tréteaux le rôle de Matamore, le « tranche-montagne ». Il prend le nom de capitaine Fracasse, suit la troupe à Paris et dispute Isabelle à son déloyal et puissant rival, le duc de Vallombreuse.
    Lorsqu'il écrit Le Capitaine Fracasse, Gautier vient d'avoir cinquante ans. Artiste accompli et journaliste influent, il souffre des nostalgies de l'homme arrivé.
    Cette célébration de l'audace bouffonne et de l'héroïsme au grand coeur, qui idéalise la belle, pourfend l'injustice et ridiculise les conformismes, lui sera prétexte à poursuivre lui-même une aventure aux sources du temps où il menait, impasse du Doyenné, une vie de bohème.
    Les prouesses du capitaine Fracasse retentissent du cliquetis des phrases, les contrées, les bouges, les châteaux vibrent des couleurs des mots et s'imprègnent de leurs parfums.
    Edition de Jean-Luc Steinmetz. 

  • Il y a des nains furieux qu'on leur ait dérobé leur or, Jack qui n'est pas très pressé de monter à son haricot, Cloclo qui se réincarne dans le métro et des jeunes filles habillées de blanc qui hantent les routes la nuit...
    Mais il y aussi des enquêtes glauques et angoissantes, l'enfer des combats à Falloujah et des ombres qui, chaque soir, dansent pour leur public.
    Entre fantasy et fantastique, Karim Berrouka nous propose un livre où le rire se mélange à l'effroi. Des délires les plus fous aux atmosphères les plus sombres, peut-être bien, au fond que les ballons dirigeables rêvent parfois de poupées gonflables...

    Contient en bonus dix nouvelles de plus par rapport à l'original

  • Le Temps retrouvé
    À la recherche du temps perdu, volume 7
    Marcel Proust
    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    Le Temps retrouvé : Le début de ce dernier volet se passe encore à Tansonville. Le narrateur, qui voudrait devenir écrivain depuis qu'il est enfant, lit un passage du Journal des Goncourt avant de s'endormir, et cela l'amène à croire qu'il n'est pas capable d'écrire. Il décide de renoncer à devenir écrivain. Nous sommes en pleine Première Guerre mondiale. Le Paris de cette période montre des personnages globalement germanophobes, et totalement préoccupés par ce qui se passe sur le front. Charlus est une exception : il est germanophile. Saint-Loup s'est engagé et il est parti combattre. Il se fait tuer sur le champ de bataille. Après la guerre, le narrateur se rend à une matinée chez la princesse de Guermantes. En chemin, il a de nouveau conscience de son incapacité à écrire... Source Wikipédia.
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • Premier roman qui évite les lois du genre, Une ombre qui marche se présente comme l'essai d'un universitaire sur un écrivain mythique. On est pourtant dans une pure création qui s'approprie les codes universitaires pour dérouter. Mieux qu'un pastiche, ce texte qui est aussi une biographie en creux d'un personnage hors norme qui par la grâce d'un livre unique et radical a bouleversé l'humanité. Timothy Grall, spécialiste de Montaigne, a en effet composé un livre qui n'est fait que de pages vides. Le roman en est la glose, le commentaire partial d'un admirateur passionné, qui nous révèle la puissance hypnotique du pouvoir de la page blanche.
    A la fois réflexion sur l'indicible et l'ineffable, et sur la richesse qui naît de ces limites, cette fantaisie sérieuse marie légèreté et gravité.

    Tiphaine Le Gall est née en 1985 et a grandi à Rennes. Après quelques vagabondages universitaires, de la philosophie à l'ethnologie en passant par l'anglais, et un détour par une grande librairie bretonne, elle se consacre à la littérature et devient professeure agrégée de lettres modernes. Attirée par l'étendue infinie de la mer, calme ou tumultueuse, qui offre tant de prise à l'imaginaire, elle s'est établie à Brest.

  • Nous étions adulés, nous parlions devant des stades entiers de lecteurs, nous faisions rêver les foules avec nos romans de science-fiction. Mais pas de bol, les aliens ont débarqué et plus personne n'a envie de lire nos histoires de petits hommes verts.
    Du coup, pour survivre, nous sommes devenus détectives privés. Pour des affaires liées aux ET, évidemment. C'est bien le seul domaine dans lequel on peut prétendre à une quelconque qualification.
    C'est que nous, Laurent Genefort, Pierre Bordage et Laurent Whale, avons de la ressource. Aucune affaire ne nous fait peur. Les nouveaux détectives du crime sont là ! Et nos enquêtes sont... euh... formidables !
    Enfin parfois...
    Pierre Bordage est l'auteur de romans très connus comme Les Guerriers du silence, la Fraternité du Panca, Wang, l'Enjomineur etc. Laurent Whale est un des auteurs phares des éditions Critic avec des romans comme Goodbye Billy, Le Manuscrit Robinson, Les Damnés de l'asphalte, Les étoiles s'en balancent. Quant à Laurent Genefort, c'est sans doute l'auteur de science-fiction le plus en vue du moment avec Lumen, Points Chauds ou Omale. Il est l'instigateur de ce livre ébourifant.

  • 1637 : Qui a assassiné le docteur Lacanne, en plein château de Déversailles ?
    Pour connaître la réponse à cette question, le mancequetaire Thésard de la Meulière, son libram à la main, est prêt à résoudre les énigmes les plus perfides... jusqu'aux confins de l'indicible.
    Romancier émérite, Lionel Davoust navigue aussi bien dans les eaux du polar (pour la série Léviathan) que celles de l'imaginaire et notamment de la fantasy (La Messagère du Ciel, prix Elbakin.net, ou bien encore Port d'âmes).
    Avec Les Questions dangereuses, dans une édition complétée d'une longue interview, il nous offre un récit haut en couleur dans lequel la moindre énigme peut vous coûter la vie... Messieurs, si c'est un mancequetaire que vous cherchez, vous l'avez trouvé ! Allez-vous maintenant sortir de l'ombre ou faut-il que j'y aille vous quérir ?

  • "Pour l'édification des fidèles et pour le bien de leurs âmes, nous leur défendons de jamais lire aucun livre, sous peine de damnation éternelle."
    Voltaire
    « Voltaire est cette icône qui ressurgit régulièrement d'un tombeau vide pour exalter les valeurs de la tolérance et dénoncer les ravages de l'obscurantisme, de la superstition, de la censure. C'est l'homme de l'ironie, usant comme nul autre dans ses pamphlets des procédés d'antiphrase, d'amplification et d'accumulation, pastichant les récits épiques, excellant dans la litote, raillant et ferraillant. »
    Édouard launet

  • Sherlock Holmes est une des plus grandes figures de la culture populaire et son seul nom est synonyme de mystère policier, de brouillard londonien et de crimes énigmatiques.
    Depuis 1887, Sherlock Holmes est le détective privé par excellence. Devenu très rapidement un véritable mythe, avant même la sortie de sa soixantième et dernière aventure en 1927, Sherlock Holmes demeure pour certains un héros de fiction créé par Arthur Conan Doyle.
    Mais pour le plus grand nombre, c'est un homme « qui a vraiment existé », dont les enquêtes sont rapportées par son ami, le docteur Watson.
    C'est cette vie que nous avons voulu faire redécouvrir, sous la forme d'une véritable biographie. Depuis sa naissance en 1854 jusqu'à sa disparition à l'orée des années 1930, une vie de légende, où se croisent également les figures de John H. Watson, du frère aîné Mycroft Holmes, de sir Arthur Conan Doyle, mais encore d'Oscar Wilde, de Winston Churchill, d'Arsène Lupin, de la compositrice Augusta Holmes ou du comédien William Gillette. L'ère victorienne et au-delà : Sherlock Holmes, toute une existence.

  • Soixante ans après la mort de Madame la duchesse de Vaneuse survenue en 1766, son ancienne lectrice met en ordre ses papiers et sa correspondance qui relatent une impossible et terrible histoire d'amour.
    Rédigé dans le plus pur style de la fin du siècle des lumières par un spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle, La Duchesse de Vaneuse, dont le manuscrit a été retrouvé dans une malle entreposée dans un grenier, fut publié à titre posthume par les éditions José Corti en 1979.

  • Et si, après avoir été chassée par la Fourmi, la Cigale devenait chanteuse et se taillait un beau succès ? Et si le Lièvre aux pieds agiles profitait de ses talents de coureur pour tirer la Tortue d'un mauvais pas ? Et si le Loup promettait de laisser les agneaux du berger tranquilles. et de devenir végétarien ?



  • - Les politiciens ne remarquent les pauvres que quand les ghettos brûlent. Brûle le drapeau, brûle les églises. Brûle !
    - Brûlons, mais ça réchauffera l'atmosphère !
    - Saviez-vous que, au début du processus de l'Anéantissement, Soupier était un homme d'affaires, et même un des premiers investisseurs de la World Bank ?
    - Tant pis.
    - Vous êtes sans doute un des tenants de l'anticulture ?
    - L'esprit coercitif de l'anticulture me dérange.
    Érudit et pince-sans-rire, disert et culotté, John Culard truffe d'anecdotes le panorama de l'art qu'il brosse, des intentionnistes au mouvement Dodo en passant par le Programme des projeteurs. Il aborde les thèmes de société, chamboule la bourse des valeurs, met en lumière les paradoxes de l'époque et ses points de non-retour.
    L'humour belge dans toute sa finesse.

  • Le 21 mai 1420, la reine de France signait un traité par lequel le roi Charles VI reconnaissait son gendre Henri V d'Angleterre héritier de la couronne de France. Un an plus tard, l'eau d'une fontaine voisine de la porte Saint-Honoré devint rouge et le peuple resta convaincu qu'il s'agissait du signe précurseur de quelque désastre. Au même moment, Edward Holmes, clerc et demi-frère du baron de Roos tué à la bataille de Baugé, est chassé de l'hôtel parisien de son seigneur. Ne pouvant rentrer en Angleterre, Holmes trouve logis chez maître Bonacieux, greffier au Châtelet et zélé partisan bourguignon, où il partage la chambre de Gower Watson, un archer blessé à la bataille d'Azincourt.
    Dans un Paris où règnent la faim, le froid et la misère, Edward Holmes devra mettre à jour un terrible complot dans lequel les conjurés veulent entraîner son ami Gower Watson.

  • Le levant

    Mircea Cartarescu

    Hymne à la liberté et plaidoyer pour la poésie, Le Levant raconte l'aventure de Manoïl, jeune homme sensible et courageux, tourmenté par les malheurs de son peuple, qui sonne la révolte et s'en va renverser le tyran phanariote, cruel et corrompu ; au cours de son périple - sur les mers, sous terre, dans les airs - il est accompagné de sa soeur, la pulpeuse Zénaïde, et de son soupirant français Laguedoc Brillant, du pirate grec Yaourta et de son fils Zotalis, néo-tzigane, et enfin du savant Léonidas, dit l'Anthropophage, et de sa compagne Zoé, révolutionnaire aux manches retroussées.

    Épopée roumaine jouissive et ludique, divisée en douze Chants et incrustée de pastiches, de poèmes, de récits d'aventures et de contes amoureux, comme de digressions post-modernes (dixit), selon une tradition allant des Mille et une nuits ou de L'Âne d'or à Jacques le fataliste, et au-delà (Joyce, Borges), ce livre original et savoureux est sans doute l'un des plus grands de l'auteur ; c'est aujourd'hui un classique, en sa terre natale.

  • Le bon citoyen Dabaud, parvenu replet de la Révolution, découvre un beau jour le « Roman anglais », ou roman gothique, dont la fantaisie ne connaît pas de borne à peupler la littérature de toutes les horreurs macabres imaginables.

    Atteint du « sombre délire », il se plonge avec délice dans les angoisses que lui procure la lecture des Radcliffades et autres ténébreux récits où la terreur se love sournoisement derrière la moindre phrase. Mais ces sueurs froides redoublent encore lorsqu'il se réveille, au coeur d'une étrange nuit, dans une crypte obscure, humide et inquiétante...

    C'est ainsi qu'il va vivre ses fantasmes les plus fous, assailli sans relâche par divers ectoplasmes et spectres blafards à la voix sépulcrale - précieuse occasion de se livrer à la première analyse de texte in-vivo.

  • Al anunciar en la dedicatoria de la segunda Parte del Quijote (1615) la próxima salida de la que iba a ser su postrera novela, Cervantes, casi septuagenario y enfermo ya, parece lanzarse a sí mismo un último desafío, el más difícil para un creador: no superar a los demás, sino superarse a sí mismo. Autodesafío que la fortuna harto desigual de la obra - notable éxito hasta el siglo XVIII, largo eclipse posterior y lento resurgimiento actual - transforma hoy en permanente desafío para la crítica moderna. A él quiere responder el presente ensayo. Partiendo siempre del texto cervantino y poniendo en perspectiva las principales aportaciones de una extensa bibliografía, trata de formular el cuestionamiento adecuado para acercarse a la realidad específica del Persiles, novela de aventuras original y riquísimo taller de escritura. Un recorrido crítico, pues, que, tras una presentación general (una novela llena de sorpresas), examina el Persiles como novela pastiche (la relación con Heliodoro), como novela internacional (aspectos lingüísticos, narrativos e ideológicos) y como novela del deseo, sin olvidar su dimensión de transgresión irónica de todos los géneros constituidos y de la misma «novela de aventuras». Los ejes estructurantes así descubiertos permiten apreciar una diversidad barroca muy superior a la de un patchwork, y una empresa desidealizadora distinta a la del Quijote.

  • Il n'est pas nécessaire d'être Versaillais pour goûter ces nouvelles se déroulant dans la cité royale, revisitée en toute liberté par l'auteur. Elle en apprécie à la fois le charme, la grandeur et les travers. Dans ces pièces d'humour, elle déguise un pessimisme latent sous un sourire taquin, s'accordant parfois la fantaisie de pasticher quelques écrivains... Saurez-vous les reconnaître ?
    Helléniste et latiniste, professeur de lettres, Lysistrata puise son inspiration chez les auteurs qui concilient rigueur, grâce et anarchisme souriant à l'instar de Marcel Aymé. Elle a trouvé refuge dans un village de montagne entourée de ses livres, ses chats et sa musique. De son enfance et de son adolescence sous le ciel de Versailles, elle a conservé le bonheur de s'y rendre, de temps en temps, pour en humer la douceur de l'air et retrouver ses amis.

  • Quelles sont les relations entre les deux genres complexes, variés et changeants que constituent les romans grecs anciens et la poésie, épique, lyrique, dramatique, d'époque archaïque, classique, hellénistique ? Ce recueil de dix-sept articles, issus d'un colloque tenu à Nice en 2013, ouvre à nouveaux frais ce dossier. Au-delà des influences et intertextualités, quatre domaines sont étudiés : lien entre images et figures poétiques et romanesques ; jeux de références, lectures, réécritures ; effets de rythme et jeux de structure ; roman comme poésie et poésie comme roman. Chaque aspect fait l'objet d'approches à la fois théoriques et appliquées, présentant un état des lieux critique et proposant des perspectives renouvelées, voire des interrogations originales. Sont ainsi abordés l'évolution de la prononciation du grec à l'époque impériale, le rapport description/narration et l'ekphrasis , la métaphore et la fiction, la relation des romanciers anciens à la tradition rhétorique voire scolaire, le roman épique ou tragique et la poésie romanesque, ou encore les liens avec la littérature latine. Enfin, ce sont les relations entre théorie littéraire contemporaine et réflexivité ancienne, ainsi qu'entre littérature générale et philologie classique, qui sont ici réinterrogées.

  • Au moment où on s'interroge sur le sort des langues dans une perspective de mondialisation, il est important de réfléchir aux conditions d'existence des littératures de langue française, à leurs interrelations, mais aussi à leur manière de coexister avec des littératures mieux établies et plus anciennes, comme la littérature française. Les littératures francophones ont en commun d'être de jeunes littératures et leurs écrivains, placés dans des situations de « contacts de culture », de se situer « à la croisée des langues ». La notion de palimpseste y prend une importance particulière, renvoyant à la place de ces littératures sur l'échiquier mondial et aux modèles dont dispose l'écrivain pour rendre compte de sa situation. Dans quelle mesure l'hybridité à laquelle doivent faire face les écrivains francophones donne-t-elle lieu à des « poétiques forcées », selon l'expression de Glissant, ou à l'invention de nouvelles formes du dire littéraire ? Quelles esthétiques sont ainsi mises en jeu ? À partir d'exemples tirés des littératures québécoise, belge, antillaise et africaine, cet ouvrage examine les formes et les enjeux du pastiche, de la parodie et de la réécriture dans des textes emblématiques de la scène littéraire contemporaine, qu'ils contribuent à éclairer. Couverture : Romare Bearden, Conjur Woman (1964, photomontage, 37x28,5 cm) © ADAGP, Paris 2013

  • Vent blanc, noir cavalier Nouv.

    HONNEUR ! POÉSIE ! PHILOSOPHIE ! AMOUR !
    « Je ne suis pas morte », dit-elle avec une voix douce et émerveillée.
    Matari, qui s'était enfoncée dans la nuit neigeuse dans l'espoir d'y mourir, est sauvée et recueillie par Oboko, un poète et moine bouddhiste. Nous sommes au Japon, au début du dix-huitième siècle. Oboko et son ami Izzi, un poète de cour, aussi extraverti qu'Oboko est secret, s'éprennent, l'un comme l'autre, de la jeune femme, qui leur apprend que, bientôt, ils seront tous les trois rejoints, et sans doute massacrés, par le Seigneur Arishi, auquel Matari était promise, et qu'elle a fui.
    Honneur, poésie, philosophie, amour s'affrontent dans ce huis clos neigeux, où Luke Rhinehart, en rendant hommage aux Sept samouraïs du cinéaste japonais Akira Kurosawa, parvient, comme dans nul autre roman dans son oeuvre, à exprimer la nécessité existentielle du détachement de soi, comme seul voie, dans un monde où tout est vain, et destiné à mourir, pour connaître la joie, les rires, l'amitié et l'amour.
    « Un pastiche plein d'esprit, drôle et poétique en apparence, mais d'une profondeur surprenante » - London Sunday Times
    « Un drame remarquable, parfois sérieux, souvent hilarant. » - London Sunday Telegraph
    Luke Rhinehart est né en 1932 à Albany dans l'État de New York. Il est décédé en 2020, à Canaan, dans le même État. Il est l'auteur de neuf romans dont le plus connu est L'Homme-dé, roman semi-autobiographique racontant l'histoire d'un homme jouant le destin de sa vie aux dés. On lui doit aussi, traduits en français aux forges de Vulcain : Invasion (2018) et Jésus-Christ Président (2020). Vent blanc, noir cavalier est son deuxième roman. Texte inédit en français.

  • «  Salut mes merveilles, Dans ce livre j'vous ai mis la totale : des jeux sur moi, un dictionnaire de mes expressions favorites, les recettes des plats avec lesquels je me casse le bide, bref du 100 % Derrick ! C'est simple, vous saurez tout sur moi, même des trucs que moi j'sais pas. » Derrick

  • Don Quichotte, dans son titre complet, L'ingénieux hidalgo don Quichotte de la Manche, écrit par Miguel de Cervantès entre 1605 et 1615. C'est aujourd'hui un des piliers de la littérature espagnole et européenne. Cervantès fait un pastiche des livres de chevalerie qui étaient alors en vogue en critiquant leur invraisemblance et leur mauvaise influence sur les moeurs.

  • Le « Cinquième livre des histoires de Pantagruel » vient terminer le cycle écrit par Rabelais. Il termine le voyage dont le début était raconté dans les troisième et quatrième livres, Panurge obtient enfin l'oracle de la dive bouteille. La version que nous proposons est basée sur l'édition de 1564. Notre adaptation en français moderne des oeuvres de François Rabelais est originale.

  • Miss Constance PHIPS, fille d'un riche industriel américain, disparaît mystérieusement à Paris, juste après son mariage avec un baron français dont elle est terriblement amoureuse.
    Le père de la mariée pense d'abord à une facétie de son enfant, mais, les heures passant, l'inquiétude grandit, d'autant que la police française piétine et ne trouve aucune piste ni explication à cette « fugue ».
    Face à l'inefficacité des forces de l'ordre, M. Reginald PHIPS, abattu, décide de lancer une compétition entre enquêteurs privés pour espérer retrouver la chair de sa chair.
    Ce sont alors cinq détectives qui sont sélectionnés.
    Quatre d'entre eux se révèlent être les élèves de maîtres de l'investigation : Sherlock Holmes, l'Inspecteur Lecoq, Nick Carter et l'Inspecteur Tony. Le quintette est complété par un sympathique bonhomme replet à la gouaille toute provençale...

empty