SKA

  • J'ailleurs

    Brigitte Guilhot

    Lupa, dans un texte intime et bouleversant, raconte ses dernières visites à Murdos.
    « Tu me donnes tant, Lupa. Je ne sais pas ce que je pourrais t´offrir pour équilibrer la terre afin qu´elle ne bascule pas ; un cadeau qui pèse autant que l´enfant dans les bras de la Vierge Marie ou de sainte Brighid. Je ne sais pas ce que tu auras dans ta pochette surprise. Peut-être un cadavre qu´il te sera donné à faire revivre. Je serai peut-être posthume pour toi. » L´écrivain Hafed Benotman a fait son ultime envolée le 20 février 2015 à l´hôpital Georges Pompidou, à l´âge de 54 ans. Pendant les journées qui ont suivi sa mort, l´écrivain Brigitte Guilhot a adressé une dernière lettre à l'homme qui l'appelait Lupa et qu'elle appelait Murdos. Lupa et Murdos, alors que ce dernier était emprisonné à Fresnes, avaient échangé durant de longs mois une correspondance lumineuse malgré les murs. Cette correspondance fait l´objet d´une publication sous le titre La peau sur les Mots.

  • La pose

    Marie Lacroix

    La caresse du pinceau sur la toile peut amener le peintre et son modèle à des caresses bien plus brûlantes.




    - J´AIMERAIS VOUS PEINDRE, dit-il, j´adore voir plonger la ligne de votre cou vers vos seins, cette courbure au niveau de vos hanches est superbe et laisse deviner le galbe du ventre et des cuisses. Je vous en prie, acceptez de poser pour moi.


    - Je ne sais pas, bredouille Diane... Peut-être... Oui, pourquoi pas...






    Le texte léger et sensuel de Marie Lacroix évoque à merveille la passion dans l´oeil du peintre et le trouble de son modèle.

  • De soie

    Pascal Pratz

    La passion la plus débridée, née d´une improbable rencontre, mène un couple aux dernières extrémités du plaisir.




    - VOUS AIMEZ ?


    - J'aime...


    Il aimait les dentelles blanches, les galbes, les rondeurs, la situation, les miroirs qui lui renvoyaient tout cela en triple exemplaire et il aimait surtout ne pas s'être trompé. Ses joues étaient maintenant empourprées, mais c'était une gêne heureuse. Elle passa le nouvel ensemble. Une petite chose noire très seyante, jupe courte, veste serrée à la taille. Encore plus désirable, si c'était possible, du fait de la taille marquée et du décolleté ouvert.

    />




    De la passion, la vraie, l´incontrôlée, naissent le chaos et la violence, fût-elle celle d´Eros.

empty