Flammarion

  • "Je n'ai jamais oublié ni n'oublierai aucune seconde de cette nuit." Une seule fois Mrs C. a cédé, surprise, à l'envie subite d'aimer un inconnu. L'homme était jeune et se noyait dans les jeux d'argent. Elle voulut le sauver. Son histoire, magnifique, incandescente, est celle des pulsions et des passions qui nous forcent, nous portent ou nous dévastent, celle aussi des blessures intimes, des culpabilités, des hontes qu'une parole, parfois, peut soigner dans la pénombre d'une chambre d'hôtel. A sa lecture, Freud n'aura qu'un mot : "Un chef-d'oeuvre."

  • Un jour, le célèbre romancier R reçoit un étrange courrier. Dans une lettre déchirante de sincérité, une inconnue lui raconte son existence, ses joies, ses espérances, ses échecs, et lui confesse l'amour sans borne qu'elle lui voue. Bientôt le voile se lève sur l'identité de cette mystérieuse confidente, qui ne lui est, peut-être, pas complètement inconnue...

  • Mettre au jour les lois qui régissent le monde des passions, montrer que les passions engagent un rapport particulier au monde et souligner leur prégnance dans le domaine des actions humaines : telle est l'ambition de Hume dans les deux oeuvres ici réunies. Réécriture du livre II du Traité, la Dissertation sur les passions en rend plus saillantes les thèses originales.À la différence des moralistes qui dénoncent les vices des passions, des rationalistes qui entendent les subordonner aux idées claires et distinctes, et des naturalistes qui les font dériver des états du corps, Hume, s'inspirant des méthodes de la physique newtonienne, les aborde pour la première fois du point de vue d'une science générale de la nature humaine.

  • Au terme de sa longue vie, Goethe affirmait qu'il venait tout juste d'apprendre à lire. Dans ce recueil des meilleurs essais de Doris Lessing, rassemblés pour la première fois, on retrouve la sagesse et la passion d'un auteur qui a elle-même appris, au cours de son intense et longue vie, à lire le monde autrement. Depuis les expériences sexuelles secrètes de Tolstoï jusqu'aux mystères du soufisme, en passant par la critique des grands classiques de la littérature, ces essais abordent un très grand nombre de sujets, de cultures, de périodes et de thèmes.
    Peinture de l'âme humaine, de nos espoirs, de nos peurs et de nos désirs, Le temps mord offre un portrait unique en son genre de l'un des auteurs les plus talentueux de notre époque.

    « Dans ces passages résonne cette voix ferme, intransigeante et courageuse qui a fait de Lessing une icône de la liberté de pensée. » Times Literary Supplement Éditeur original : Fourth Estate, an imprint of HarperCollinsPublishers © Doris Lessing, 2004 VO : Time Bites Pour la traduction française : © Flammarion, 2011 Couverture : Doris Lessing © Sophie Bassouls / Sygma / Corbis

  • Brida, une jeune Irlandaise à la recherche de la Connaissance, s'intéresse depuis toujours aux différents aspects de la magie, mais elle aspire à quelque chose de plus. Sa quête l'amène à rencontrer des personnes d'une grande sagesse, qui lui font découvrir le monde spirituel : un mage habitant la forêt lui apprend à vaincre ses peurs et à croire en la bonté de l'univers ; une magicienne lui explique comment danser au rythme du monde et invoquer la lune. Brida part alors à la rencontre de son destin. Parviendra-t-elle à réconcilier sa vie amoureuse et son désir de tout quitter pour devenir sorcière ?
    Ce roman enchanté renoue avec des thèmes chers aux lecteurs de Paulo Coelho : le conteur y tisse un récit qui mêle amour, passion, mystère et spiritualité.

  • En Italie, la belle princesse romaine Vanina Vanini met sa vie en danger pour un jeune révolutionnaire...
    En Espagne, c'est le fougueux don Fernando qui brave, pour revoir sa fiancée, son terrible rival don Blas, le directeur de la police de Grenade !
    Dans ces deux nouvelles, les passions se mêlent et s'opposent : l'amour, qui défie le pouvoir, en paie le prix.

    Création Studio Flammarion Illustration : Casajordi © Flammarion © Flammarion, Paris, 1996.
    Édition revue, 2014.

  • Jean-Sébastien Bach est l'un des compositeurs les plus mystérieux de l'histoire de la musique. Comment une oeuvre aussi sublime a-t-elle pu jaillir d'un homme si ordinaire et si opaque ?
    John Eliot Gardiner a grandi sous le regard d'un des deux portraits authentiques de Bach, conservé dans la maison de ses parents où il avait été caché pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est depuis l'enfance qu'il étudie et joue Bach, dont il est aujourd'hui l'un des plus grands interprètes. Cet ouvrage exceptionnel est le fruit d'une vie passée à parfaire sa science et sa pratique de la musique de Bach. Nourri d'archives et d'analyses pénétrantes, il nous fait rencontrer « l'homme en sa création » : nous ressentons ce que pouvait être l'acte de faire de la musique, nous habitons les mêmes expériences, les mêmes sensations que lui.
    John Eliot Gardiner mêle avec un talent rare érudition, passion et enthousiasme. Richement illustré, salué comme un événement dans le monde entier, son livre est une somme inégalée et insurpassable.

    Grand prix de la Fondation Singer Polignac.

  • 25 mai 1895. Oscar Wilde, dramaturge admiré du Tout-Londres et amant de lord Alfred Douglas, est condamné à deux ans de travaux forcés pour «outrage aux moeurs».
    Début 1897, l'écrivain brisé, réduit au sinistre matricule «C.3.3.», obtient enfin du directeur de la prison de Reading l'autorisation d'écrire. La longue lettre qu'il rédige alors à l'intention de Douglas, à qui il reproche de l'avoir abandonné, ne sera publiée, partiellement, que cinq ans après sa mort : récit autobiographique et méditation existentielle sur l'art et la douleur, De profundis est aussi l'un des plus beaux témoignages qui soient sur la passion.
    Quant à La Ballade de la geôle de Reading (1898), inspirée d'une histoire vraie, elle retrace les derniers jours d'un soldat exécuté pour avoir égorgé sa femme par jalousie. Ce poème poignant est le chant du cygne de Wilde, qui mourut deux ans après sa publication.

  • - Les gens veulent l'amour conjugal, Rachel, parce qu'il leur apporte un bien-tre, une certaine paix. C'est un amour prvisible puisqu'ils l'attendent, qu'ils l'attendent pour des raisons prcises. Un peu ennuyeux, comme tout ce qui est prvisible. La passion amoureuse, elle, est lie au surgissement. Elle brouille l'ordre, elle surprend. Il y a une troisime catgorie. Moins connue, que j'appellerai... la rencontre invitable.- Pour toi, notre rencontre, elle appartient quelle catgorie ? Pierre et Rachel vivent une liaison courte mais intense Chteauroux la fin des annes 1950. Pierre, rudit, issu d'une famille bourgeoise, fascine Rachel, employe la Scurit sociale. Il refuse de l'pouser, mais ils font un enfant. L'amour maternel devient pour Rachel et Christine le socle d'une vie heureuse. Pierre voit sa fille pisodiquement. Des annes plus tard, Rachel apprend qu'il la viole. Le choc est immense. Un sentiment de culpabilit s'immisce progressivement entre la mre et la fille.Christine Angot entreprend ici de mettre nu une relation des plus complexes, entre amour inconditionnel pour la mre et ressentiment, dpeignant sans concession une guerre sociale amoureuse et le parcours d'une femme, dtruite par son pch originel : la passion voue l'homme qui aura finalement ananti tous les repres qu'elle s'tait construits.

  • Tout rapproche Lady Viviette, dont le mari a disparu en Afrique depuis des années, et le tout jeune Swithin, promis à une belle carrière d'astronome. Mais s'il y a des unions écrites dans les étoiles, celle-ci est contrecarrée par les déterminismes humains dont l'écrivain anglais Thomas Hardy s'est toujours fait le peintre sarcastique. Leur condition sociale, leur âge et l'« ironie de la vie » - ici incarnée par un vieil oncle misogyne qui fait de sa fortune un objet de chantage pour empêcher l'union - rendront la séparation inéluctable...C'est pour oublier combien la passion ne dure qu'un temps que Thomas Hardy a choisi comme décor de cette histoire tragique la pérennité des espaces célestes. Dans À la lumière des étoiles (1882), l'illusion de l'amour, frappée en plein coeur, reste totale.

  • Vous vous êtes aimées, il y a cinq ans, aventure brève et explosive. Un jour, pourquoi, tu ne le sauras jamais, tu composes à nouveau le numéro d'Iris, la troublante, la dangereuse Iris. Iris qui a aujourd'hui 22 ans - toujours dix de moins que toi. Et l'espace d'un coup de fil, tu replonges. Vertige des messages, silences, dialogues impossibles, rencontres ratées et étreintes fulgurantes. Accro comme avant, mais à quoi : à une fille, au sexe, à une relation perverse ? Iris est toujours plus fuyante. Iris promet mais ne tient jamais, annule, débranche son téléphone, ne revient qu'à l'extrême bord de l'abîme, quand tu t'es juré que tout était fini. Au jeu du chat et de la souris, Iris est imbattable.
    La passion. La plus solitaire des maladies, la plus tenace, la plus violente.

    © Éditions Flammarion, 2005.
    Photo : Kent Larsson © GettyImages.

  • « Je n'ai jamais vu une femme aussi belle », écrit à son propos le jeune Marcel Proust. Véritable légende vivante dans le Paris incandescent de la Belle Époque, la comtesse Greffulhe, née Élisabeth de Caraman-Chimay (1860-1952), ensorcela pendant plus d'un demi-siècle le Tout-Paris et le gotha européen avant de s'effacer des mémoires, dévorée par l'ombre des Guermantes qu'elle avait inspirés. Laure Hillerin la ressuscite ici dans sa véritable dimension à travers l'étincelant portrait d'une personnalité d'exception - originale, élégante, mais aussi généreuse, artiste et visionnaire - qui, transgressant nombre d'interdits, eut sur son époque une influence aussi réelle que méconnue. Car Élisabeth Greffulhe joua un rôle de premier plan dans le renouveau de la création musicale au tournant du siècle, lança les Ballets russes, et apporta un soutien décisif à Marie Curie ou Édouard Branly. Courageuse et sans préjugés, la comtesse prit le parti de Dreyfus, tint un salon politique et diplomatique influent, agit pour l'émancipation des femmes. Rien ne laissera jamais percevoir le mystère et la douloureuse solitude d'une épouse otage d'un mari volage et manipulateur, amoureuse écartelée entre la passion et la raison.
    Cette biographie remarquablement documentée se lit comme un roman, et culmine dans une dernière partie qui enchantera les proustiens : à travers la comtesse Greffulhe, l'auteur apporte un éclairage nouveau sur la genèse de la Recherche, et nous révèle un texte inédit de Proust que l'on croyait disparu.

    Philip Alexius de Laszlo, Portrait de la comtesse Greffulhe, huile sur toile, 1907, Collection particulière © Bridgeman Images © Editions Flammarion, Paris, 2014

  • Jean-Sébastien Bach est l'un des compositeurs les plus mystérieux de l'histoire de la musique. Comment une oeuvre aussi sublime a-t-elle pu jaillir d'un homme si ordinaire et si opaque ?
    John Eliot Gardiner a grandi sous le regard d'un des deux portraits authentiques de Bach, conservé dans la maison de ses parents où il avait été caché pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est depuis l'enfance qu'il étudie et joue Bach, dont il est aujourd'hui l'un des plus grands interprètes. Cet ouvrage exceptionnel est le fruit d'une vie passée à parfaire sa science et sa pratique de la musique de Bach. Nourri d'archives et d'analyses pénétrantes, il nous fait rencontrer « l'homme en sa création » : nous ressentons ce que pouvait être l'acte de faire de la musique, nous habitons les mêmes expériences, les mêmes sensations que lui.
    John Eliot Gardiner mêle avec un talent rare érudition, passion et enthousiasme. Richement illustré, salué comme un événement dans le monde entier, son livre est une somme inégalée et insurpassable.


    La presse en parle : « INSURPASSABLE. » NEW YORK TIMES « UN IMMENSE MUSICIEN DE NOTRE TEMPS REÇOIT DE PLEIN FOUET LA "RÉVÉLATION" BACH. » FINANCIAL TIMES VO : Music in the Castle of Heaven. A Portrait of Johann Sebastian Bach Portrait de John Eliot Gardiner : © Fred Toulet / Leemage Publié avec le soutien de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent Original English langage edition first published by Penguin Books Ltd, London © John Eliot Gardiner, 2013.
    © Flammarion, 2014, pour la traduction française.

  • Il est insupportable et séduisant, narcissique et désinvolte, cynique et candide, déloyal et fidèle, connivent et traître, affectueux et assassin, pervers et écorché vif, grand seigneur sans foi ni loi. Sa liberté est insolente. Son plaisir de la transgression, déroutant. Il fascine, il horripile, il amuse, il charme. Franz-Olivier Giesbert : la plus grosse bête médiatique française. Successivement directeur du Nouvel Observateur, du Figaro, du Point, animateur à la télévision, présent à la radio, membre de jurys littéraires, essayiste et écrivain, il tient tous les piliers du système médiatico-politico-littéraire. Obsédé du pouvoir, il se vautre dedans pour l'observer, le défier, se mesurer à lui, le détruire. L'histoire de Franz-Olivier Giesbert est celle de la politique et des élites françaises. Celle d'un carnassier atypique, dont les proies s'appellent Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Villepin ou Hollande. Entre elles, un point commun : qu'elles soient flattées ou délaissées, toutes parlent de leur prédateur avec une passion anormale. Elles veulent lui plaire. Ce livre est l'histoire d'une ambition française, d'un Don Juan du pouvoir. Le mystère d'une séduction. Le roman de FOG.

  • Chère George Sand

    Jean Chalon

    George Sand n'est que passions multiples et contra-dictoires : passion du travail et passion du plaisir qu'elle nomme pudiquement « un embrasement céleste ». Passion pour son fils, Maurice, et passion pour ses amants qu'elle considère comme autant d'enfants. Passion pour la liberté et passion pour l'esclavage. Passion des voyages qui l'entraînent en Italie ou en Espagne, et passion pour son refuge de Nohant. Passion pour les idées et pour les hommes, et, parfois, pour les femmes, quand cette femme, comme une Marie Dorval, incarne en sa personne le théâtre romantique.
    Séduisante comme Natalie Barney, intrépide comme Alexandra David-Néel, cousine par alliance de ma chère Marie-Antoinette, George Sand avait tout pour me devenir également chère, et elle l'est devenue depuis que j'ai lu, en 1964, le premier volume de sa Correspondance éditée par Georges Lubin. Vingt-quatre ont suivi, et, de ces lettres, naissent des évidences qui détruisent bien des légendes !

  • Savourer la vie

    Guy Savoy

    À toutes les recettes qui ont fait sa réputation et les délices de ses convives, Guy Savoy ajoute aujourd'hui la plus chère à son coeur et à son âme : celle qui lui permet de savourer chaque moment de la vie.
    Pour la mettre au point avant de vous la servir dans ces pages, il a mélangé des ingrédients qui font le sel de sa profession de cuisinier. Il se souvient de ses 5 ans, où, le regard déjà gourmand, il a découvert la magie de son métier en façonnant avec sa mère ses premières langues de chat. Il revient sur son apprentissage chez ses maîtres, à commencer par Louis Marchand à Bourgoin, puis Jean et Pierre Troisgros à Roanne. Il parle du feu sacré qui lui a alors permis de supporter d'innombrables brûlures physiques. Il montre son sens de l'innovation permanente, adapté à l'air et aux goûts du temps. Il nous invite à découvrir son quotidien dans des restaurants où, plutôt que de comptabiliser ses heures, il préfère compter sur des équipes dont il est, en passionné de rugby, l'entraîneur et le capitaine. Il raconte ses larmes d'émotion à l'annonce de sa troisième étoile.
    Et il clame haut et fort sa défense d'une grande cuisine française qu'il appelle « l'artisanat du rêve ». Un rêve qu'il vous fait partager en se mettant, à son tour, à table.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Il est peintre, talentueux... elle a été son élève... ils se sont mariés il y a 21 ans et, depuis 21 ans, leur amour ne connaît aucun nuage. Pour faire bouillir la marmite, leur génie artistique est tout entier tourné vers la réalisation d'affiches. Leur fille, Danielle, 20 ans, est lassée de ce bonheur sans heurts... un soir, ses parents décident qu'il est temps qu'elle songe à son avenir.... mais Danielle veut voyager.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty