Editions Philippe Picquier

  • Une jeune femme, lasse de son mariage, rencontre lors d'un colloque à Lushan un écrivain célèbre, mystérieux et taciturne vers lequel elle se sent d'emblée attirée. Là, dans ce paysage de montagnes et de pins noyés dans le brouillard, ils communieront dans un amour secret, presque dénué de mots et de contact physique. Dans cette montagne coupée de falaises et de gorges profondes, près de l'eau qui cascade en chutes, sous les nuages qui jouent avec la lune, la jeune femme se sent transformée, libérée, son coeur déborde de vitalité, tout lui paraît possible.

  • Avec Le Grand Miroir de l'amour mâle (1687), Ihara Saikaku poursuit son exploration du monde des plaisirs, mais il adopte ici un nouveau point de vue, celui d'un adepte de l'homosexualité, pour exalter les beautés et les mérites de la Voie de l'amour mâle qu'il oppose, avec une férocité tempérée par l'humour, à la Voie des femmes toute d'artifices.
    Si l'écrivain fait défiler les types les plus divers - de l'éphèbe au contempteur de l'espèce féminine en passant par les moines et leurs mignons acolytes -, il s'intéresse surtout, dans ce premier volume, aux amours des samouraïs. Leur passion amoureuse les place souvent en conflit avec les obligations qu'ils ont envers leur seigneur. Entre l'accommodement domestique et le suicide, le monde flottant n'épargne pas aux guerriers les affres de la passion.

  • Ce récit du "monde flottant" de Saikaku (1642-1693) raconte les derniers mois de la vie de l'acteur Arashi Saburôshirô. Victime des passions déchaînées autour de sa personne, Arashi s'ouvre le ventre avec un courage digne des guerriers dont il avait tenu

empty