Denoël

  • «À Domodossola en Italie, au printemps 1967, Jean Genet a tenté de se suicider dans une chambre d'hôtel. Les journaux de l'époque s'en sont émus, mais cet événement n'occupe que quelques lignes dans la plupart des biographies. L'écrivain lui-même est resté silencieux sur les raisons de cet acte - un simple faux pas dans sa légende.
    Il m'aura fallu vingt ans et ma propre histoire pour y voir le centre caché d'une vie.»

  • Obsédé par les fêlures de son amante, une femme se perd dans de singulières joutes passionnelles sur fond d'océan... Comment endurer les cinglantes lignes de fuite de Chloé, amazone à la troublante armure? Comment déchiffrer les langues intimes de son journal, vertigineuse tour de Babel intérieure dans laquelle cette dernière s'est enfermée à double tour? Comment surtout découvrir le code secret à même de pénétrer les mystérieux écrits d'Ossip, son grand-oncle survivant des camps qui vient de se jeter dans le mer? Au fil des jours se précise un tragique roman familial : la disparition des siens durant l'orgie de sang de la Seconde Guerre mondiale, l'interminable silence du dieu des Étoiles jaunes...
    D'une écriture visionnaire, Véronique Bergen conjugue les mille énigmes d'une passion à une hallucinatoire traversée des pulsions barbares du XXe siècle. Creusant les méandres d'un inépuisable panthéisme amoureux, elle nous happe dans la flamboyante folie de la guerre.

  • Voltige d'acrobate amoureux, d'un seul mouvement, magie, il la soulève et l'embrasse. Les lèvres d'Hannah, hermétiques un instant auparavant, s'épanouissent, se laissent aspirer, aspirent à leur tour, mutuelles ventouses. C'est elle qu'il porte mais c'est lui qui plane, elle lui a pardonné son retard comme elle lui pardonne tous ses défauts. Martin s'en tire bien. Ils font l'amour, un peu, souvent, passionnément comme un jour ils ne feront plus l'amour, comme un jour ils se quitteront.
    Un jour, pas ce jour.

    Installés dans leur vie sans drame majeur, quatre personnages se raccrochent à un instant d'éternité de leur jeunesse, celui du premier amour manqué, impossible... Sur la crête de l'émotion, l'auteur calligraphie une suite de miniatures existentielles et dissèque les 'illusions perdues' d'une génération flottante : celle des enfants de la crise, pris en étau entre l'espoir fou de la chute du mur de Berlin et le néant du 11-Septembre. Épousant les courts-circuits d'un temps qui fuit, le livre renvoie chacun de nous à l'énigme du premier amour et de son deuil.

empty