P.O.L

  • Le vingt-huit octobre, au bord de la Caspienne, une journée de pêche se prépare. Tout le monde est réuni autour de Jonathan Bonnefonds, tous sauf un, l'ami d'enfance.
    Ces dernières semaines, le niveau de l'eau a baissé progressivement. Les poissons suffoquent, les cormorans hantent le ciel, la lumière vient rappeler sa beauté au pays des mille eaux.
    Depuis les profondeurs aveugles de l'océan Atlantique, David Gareau, lui, écoute les sons de la mer et s'apprête à remonter pour la dernière fois.
    Il manque à l'appel de l'étang.

  • Les granules bleus

    Anne Parian

    Pourquoi des granules ? Pour quoi faire ?
    Un petit sachet de granules, parmi les tonnes probablement d'aussi bleus qui se produisent et s'écoulent, aura eu pour effet ce livre-là.
    Sans ce sachet de granules, sans ce type qui me le donne si naturellement que je ne pense pas lui demander exactement « comment ça marche ? ». Sans ce type et ses granules bleus, il n'y aurait pas ce livre dont la narratrice craintive découvre un peuplement dont elle ignorait tout.

  • Saufs riverains

    Emmanuelle Pagano

    Je m'appelle Emmanuelle Salasc. Je suis née à Rodez, Aveyron, le 15 septembre 1969, quelques minutes avant ma soeur, de Norbert Salasc, originaire d'Octon, tout près de la rivière Salagou, département de l'Hérault, et de Monique Virenque, originaire de Boussinesq, commune d'Alrance, tout près de la rivière Alrance, sur le Lévézou, département de l'Aveyron. Entre ces deux territoires familiaux, il y a le pas de l'Escalette et le plateau du Larzac. Depuis le mois de mars, dans la vallée, les vannes du barrage sur le Salagou étaient fermées. En septembre, le patient travail de la montée des eaux abordait les deux petites vignes de mon grand-père paternel, pendant que ma mère perdait les eaux, dans la ville d'en haut. Sur ces hauteurs maternelles, un autre lac artificiel, barrant déjà l'Alrance depuis plus de quinze ans, gardait contre sa rive le secret d'un autre lieu familial disparu.

  • L'île lisible

    Dominique Meens

    Du signifiant dans la nature à deux pas de chez soi.

  • Dans ma prairie

    Frédéric Boyer

    Rejoindre ma prairie je vous en prie laissez-moi.

  • Voyage au centre

    Pierre Patrolin

    Durant des siècles, tout le monde a pensé que la Terre était plate, sans doute entourée d'eau. Puis cru qu'elle formait un globe, immobile au milieu de l'univers. C'est pourtant à l'époque de ces antiques certitudes qu'ont été établis les fondements des techniques et savoirs actuels. Aujourd'hui, chacun sait que la Terre est ronde sous ses pieds, et admet que le centre de cette sphère consiste en un coeur de métaux en fusion. Un noyau de matière, concentré de masse, de chaleur et d'énergie. Impénétrable donc, sinon au terme d'un voyage impossible vers l'intérieur de la planète. Inaccessible, à moins de pouvoir se représenter le vaisseau susceptible de prétendre s'y rendre.

  • Quatre saisons. Quatre lettres adressées à l'amie lointaine.

    Jour de printemps. Il marche dans les vignes, les bois, alors qu'un poème se compose dans sa tête. Ce texte parle de l'avidité de vivre. De l'attente. L'attente de ce qu'aucun mot ne saurait nommer.

    Nuit d'un été torride. Naguère, un enfant s'était enfoncé dans la forêt à la recherche de trois hêtres immenses. Il ne les avait pas trouvés, mais il avait vécu quelques minutes inoubliables près d'une source. Autre parcours : celui de l'aventure intérieure, avec ses aléas, ses angoisses, ses découvertes, et instamment espérée, ardemment attendue, cette seconde naissance qui permet enfin de consentir à la vie.

    Journée d'automne et de balade sur les collines dans la douce et déclinante lumière de la saison préférée. Elle fait songer à un autre automne. Celui d'une existence. Celui qu'éclaire et enrichit la plénitude de la maturité.

    Après-midi d'hiver. La neige. Les oiseaux. Le profond silence. Une totale passivité. Le plus enfoui affleure et la main note.

    Des instants d'abandon, de lentes dérives. Une parole nue. Celle qui sécrète le murmure de l'intime.

empty