Plon

  • Nuit d'épine

    Christiane Taubira

    • Plon
    • 26 Septembre 2019

    La nuit, chacun la voit, la vit, la sent, l'apprivoise à sa manière. De celle de Guyane, trouée d'un faible lampadaire sous la lueur duquel, enfant, à la faveur de la moiteur et du silence, elle allait lire en cachette, à celle qui lui permettait de régler ses comptes avec les péchés capitaux que les religieuses lui faisaient réciter dans la journée, la nuit a souvent été, pour Christiane Taubira, une complice, une alliée, une sorte de soeur intime, un moment particulier.
    C'est la nuit des chansons qu'on adore et dévore, la nuit du sommeil qui refuse qu'on annonce la mort d'une mère, la nuit des études passionnées et des yeuxen feu à force de scruter les auteurs sacrés, la nuit qui ouvre sur les petits matins des métros bougons et racistes. C'est aussi la nuit des militantismes, de la Guyane qui se révolte, des combats furieux à l'Assemblée autour du mariage pour tous - un cathéter au bras et le courage en bandouillère. C'est enfin la nuit d'un tragique vendredi 13, bientôt suivie de celle où l'on décide d'un adieu.
    Ces nuits des espoirs, des questions, des inquiétudes parfois, des colères aussi sont un roman du vrai. Un récit littéraire où l'auteur montre que la vie est souvent plus forte, inventive, poétique, envoûtante, dure, terrible que bien des fictions.


  • Les féministes dénoncent depuis fort longtemps le sexisme de notre langue et en particulier de la grammaire, mais c'est au vocabulaire qu'il convient d'abord de s'attaquer. Ce sont ces innombrables mots ouvertement ou traitreusement machistes qu'il est urgent de dénoncer.

    Les féministes dénoncent depuis fort longtemps le sexisme de notre langue et en particulier de la grammaire, mais c'est au vocabulaire qu'il convient d'abord de s'attaquer. Ce sont ces innombrables mots ouvertement ou traitreusement machistes qu'il est urgent de dénoncer.
    Jean-Loup Chiflet, amoureux des mots, et Marie Deveaux, lexicographe, ont décidé de les débusquer, de les recenser et de les analyser pour faire prendre conscience aux hommes (et même parfois aux femmes) de l'extrême misogynie du français.
    Avec humour et sérieux, ils démontrent que rien n'est plus facile que d'éliminer de notre vocabulaire des mots qui n'ont d'autre utilité que d'insulter, de mépriser, de rabaisser les femmes. Le " politiquement correct " s'est imposé, ils décident d'imposer le " sexuellement correct ".

empty