Au Diable Vauvert

  • Rickey et G-man décident d'ouvrir à La Nouvelle-Orléans un restaurant où tous les plats contiendront un petit plus spiritueux... Commence une course frénétique et épicée à travers les cuisines, les arrière-cours, les bouges et les deals d'une ville amoureuse de l'alcool.

  • Trois générations d'une même famille, trois hommes issus du milieu prolétaire britannique. Terry English, skinhead propriétaire d'une petite société de taxis, n'est pas sûr d'être encore vivant pour ses cinquante ans, mais garde malgré tout sa joie de vivre grâce au ska et à sa jolie assistante Angie. Il décide de s'investir corps et âme dans la réouverture de l'Union Jack Club. Nutty Ray, punk, employé par Terry, lutte pour contrôler sa haine de la société et n'a qu'un seul plaisir : passer son temps libre à provoquer les flics de Chelsea. Et enfin Lol, quinze ans, skater punk adolescent à la recherche de lui-même...

    À travers ces trois personnages, John King va revenir sur l'apparition de la culture skin, une culture prolétaire qui s'enracine d'abord dans la musique, comme toujours en Angleterre, et une musique de pauvres, le reggae qui va s'épanouir dans le ska des années 1970, en rupture avec l'époque, alors hippie. Mais qui s'accomplit aussi dans l'amour de la sape, de la bière, et du pays. Il rend un remarquable hommage au mouvement culturel britannique des années 1960, mouvement complexe, souvent caricaturé et finalement incompris, qui a déchaîné une peur sociale et symbolique encore plus forte que le punk, décuplée par son essence radicalement et ostensiblement prolétaire.


    Un écrivain remarquable au meilleur de son talent L'arrivée d'un grand dans le catalogue du Diable.

    «Au même titre que l'écossais Irvine Welsh, et bien plus que Nick Hornby, King est l'écrivain du football et de la classe ouvriere anglaise.» Hubert Artus, DonQuiFoot (Éditions DonQuichotte, mai 2011)

  • Cinq destins subtilement liés s'organisent en un implacable crescendo jusqu'à un final spectaculaire où s'entrechoquent Albert Camus et Jérôme Bosch.

    Avec un puissant sens du détail et une empathie qui frappe en plein coeur, Aïssa Lacheb décrit le chemin de croix et la chute d'individus victimes de déterminismes dont ils ne savent pas s'extraire.

    Aïssa Lacheb nous donne à regarder des réalités brutales mais, traversée de poignants éclats de poésie, sa langue éclaire par contraste la beauté tragique de l'âme humaine. Érostrate for ever montre la souffrance et aiguise notre compassion pour les damnés et notre révolte face à l'inacceptable.

  • 2040. Dans un monde socialement fracturé, Foogle décrète la Grande lumière, rendant publiques les données personnelles de chacun. Dépourvus d'intimité, les gens s'isolent et vivent avec des androïdes facilitateurs de vie. De plus en plus nombreux, les pauvres sont chassés des centres, et perdent tous leurs droits. Après des années de dépression et de solitude, un écrivain quinquagénaire tombe fou amoureux de son androïde et rompt avec son statut protégé...

    Cette magnifique anticipation littéraire qui résonne avec la puissance des réseaux et notre actualité sociale, est aussi un très beau roman universel sur le choix de qui nous décidons d'être et comment aimer l'autre.

  • 1941. À Marseille, André Breton et ses pairs s'apprêtent à fuir la France quand débarque un ingénieur américain bien décidé à stopper Hitler par tous les moyens - y compris occultes.
    1950. Dans Paris occupée, les oeuvres surréalistes ont pris vie et combattent les démons et leurs maîtres nazis aux côtés de la Résistance.

  • Les morues

    Titiou Lecoq

    "C'est un roman qui commence comme cela :
    « Au début, il y a la sonnette ? et la porte qui s'ouvre et se referme sans cesse. Des pas qui résonnent dans l'entrée. Et des embrassades, des « ah », des « oh ». T'es déjà arrivé ? J'croyais que tu finirais plus tard le taff. Ouais, mais finalement j'ai bien avancé. Hé, Antoine on va pas parler boulot ce soir, hein ? Ça serait de la provoc ! Un brouhaha généralisé. Des verres qui tintent. T'as apporté les bougies ? Non c'était à Ema de le faire. » Et c'est un roman qui commence aussi comme cela :
    « Depuis une dizaine de minutes, Ema gardait la tête obstinément levée vers la voûte. En suivant des yeux les courbes compliquées des arches gothiques de l'église, elle espérait éviter de pleurer. Mais d'une elle commençait à avoir sérieusement mal à la nuque et de deux il devenait évident qu'elle ne pourrait pas échapper aux larmes de circonstance. » C'est donc l'histoire des Morues, d'Emma et sa bande de copines, de ses amis, et, si l'on s'y arrête une minute, c'est le roman de comment on s'aime en France au début du XXIe siècle.
    Mais c'est davantage.
    C'est un livre qui commence comme une histoire de filles, continue comme un polar féministe en milieu cultivé, se mue en thriller de journalisme politique réaliste ? au cours duquel l'audacieuse journaliste nous dévoilera les dessous de la privatisation du patrimoine culturel français - et vous laisse finalement, 500 pages plus loin sans les voir, dans le roman d'une époque embrassée dans sa totalité par le prisme de quatre personnages.
    Cet ambitieux projet romanesque, qui a pris plusieurs années à son auteur, est une réussite totale.
    D'abord parce qu'il se dévore. Que sa lecture procure un plaisir continu, et qu'il emprunte toutes ses voies pour s'inscrire dans une perspective globale avec une acuité, une ironie et une gouaille bien contemporaines, mais en y superposant le paysage littéraire d'une jeune femme d'aujourd'hui qui, petite fille, réécrivait la fin des romans de la Comtesse de Ségur pour celles qu'elle préférait lire.
    Cela donne un authentique et passionnant roman français.
    "

  • La bouleversante histoire des hommes et des bisons : un plaidoyer écologique

    Les grands troupeaux, garants de l'écosystème des Grandes Plaines, dominaient la prairie jusqu'à leur génocide, à l'époque de Buffalo Bill. Menacés d'extinction à la fin du XIXe siècle, ils n'ont dû leur survie qu'à ceux qui ont préservé leur existence et le fragile équilibre écologique des Grandes Plaines.

    Voix puissante du nature writing et expert de la faune et de la flore, Dan O'Brien gère la Wild Idea Buffalo Company, l'élevage extensif de bisons qu'il a créé en 1997. Il raconte ici l'histoire du bison et le symbolisme, central dans la culture amérindienne, de cette icône des Grandes Plaines. wildideabuffalo.com

  • Signal d'alerte

    Neil Gaiman

    Magie, monstres, mythes et miracles...
    Neil Gaiman décline librement poésie, fantastique, science-fiction, conte de fée.

  • Comment un respectable universitaire d'Oxford a-t-il pu devenir le plus grand auteur de fantasy ? La perte précoce de ses parents, les injustices subies par sa mère, son enfance dans les faubourgs viciés de Birmingham, la séparation forcée d'avec sa fi ancée, Edith, et surtout l'expérience traumatisante de la guerre de 1914 ont forgé son caractère. Sa passion pour les mots et les langues, sa rencontre avec les grandes mythologies nordiques et sa foi religieuse inébranlable lui donneront la force d'accepter la mort et de la sublimer dans un récit d'un genre inédit, une nouvelle Genèse dont l'écriture commence pendant la Grande Guerre et qui donnera naissance des années plus tard au Seigneur des Anneaux.

  • La vérité

    Neil Strauss

    Est-il naturel d'être fidèle à la même personne toute sa vie ? Les alternatives à la monogamie mènent-elles à davantage de bonheur ? Peut-on empêcher la passion de s'user avec le temps ?
    D'orgies sous Viagra en cliniques pour dépendants sexuels, de laboratoires de pointe en harems des temps modernes, Neil Strauss va chercher des réponses...
    Ce qu'il croyait savoir sur l'amour, le sexe et lui-même en sera changé à jamais.

  • Après

    Nikki Gemmell

    LE CHOIX D'UNE MÈRE, LA DOULEUR D'UNE FILLE.

    « C'est votre mère. » Dès que la porte s'est refermée. J'ai su à ce moment-là qu'Elayn était morte. Comment elle s'y était prise et pourquoi.

  • « Si un jour tu décides de te suicider vise juste ! Pour ne pas se rater il faut être en accord avec soi-même. »
    À Madrid, les chassés-croisés d'un écrivain et ses doubles, confrontés à leur disparition... Un polar borgésien qui mêle cinéma et littérature, fiction et réalité.

  • Recueil de 21 articles, essais, analyses, chroniques, Coupable est une plongée dans l'intimité de Poppy Z. Brite. Sexe, drogues, rockn'roll, décadence, passions et influences littéraires de Baudelaire à King ou Burroughs, culture gothique, underground fantastique... de quoi comprendre l'univers et les ressorts secrets d'un écrivain au romantisme noir qui bouscule l'Amérique depuis son premier livre.

  • Lors de la tournée promotionnelle d'Infinite Jest, le chefd'oeuvre qui va lui conférer une gloire mondiale, David Foster Wallace digresse sur son époque - télévision, littérature, célébrité, sport, addictions. Audelà d'un entretien, une passionnante confession, intime et artistique.

  • "Le 14 octobre 2013, Neil Gaiman a donné une conférence à l'invitation de la Reading Agency, au Barbican Centre de Londres. Voici une retranscription intégrale de son discours.   Né en 1960 en Angleterre, Neil Gaiman est auteur de célèbres comics, scénariste et romancier. Lauréat de nombreux prix, il est lu dans le monde entier.   Cette édition gratuite, destinée aux bibliothécaires, libraires et lecteurs, vous est offerte par Neil Gaiman et les éditions Au diable vauvert."

  • Roman d'une originalité étonnante, Le Cycliste traite à la fois de gastronomie et de violence politique. C'est un voyage sous les tropiques de la terreur, jusqu'aux limites de nos frontières nationales et existentielles : celles dont on hérite à la naissance, celles qu'on découvre par la suite.

    Le mystérieux narrateur du livre a fait ses classes dans l'Académie, un groupe terroriste à l'oeuvre de nos jours au Moyen-Orient. Ce pion anonyme et transnational a une mission : livrer à vélo une bombe dans un hôtel, où elle explosera, faisant des centaines de morts parmi des civils. Mais son histoire est loin d'être simple.

    Combinant surréalisme, tragique et humour, Le Cycliste est une odyssée dans les rouages troublants de l'esprit terroriste. Et tandis que le narrateur réfléchit à sa mission, seules ses réflexions sur la nourriture et l'amour nous permettent d'entrevoir sa nationalité et son but réel. Un tel amoureux de la bonne chère peut-il vraiment souscrire à la violence politique ?

    « Un superbe premier roman, tout au long duquel Berberian nous dévoile peu à peu, avec pertinence et humour, un territoire jusqu'alors inexploré. Un voyage appétissant pour nos sens, qui remet aussi en question notre sensibilité. » The Boston Globe

  • Yves Charnet a transformé une passion qui, comme beaucoup d'aficionados, le conduit chaque été par le train sur la route des arènes, en errance et en objet poétique.
    Avec ses Lettres à Juan Bautista, la figure du torero s'était déjà installée comme celle d'un double du poète, au centre de sa quête du sens et de soi. Trains, hôtels, femmes, attentes, gradins : la puissance du spectacle taurin fait que regarder le torero des gradins, le suivre de triomphes en échecs, le deviner, le guetter pour seulement l'entrevoir, place l'écrivain en posture de voyeur de sa propre condition, et le torero en muse de ses états d'âmes.
    Fragments dévoilés au rythme d'interrogations, de réminiscences ou de dialogues volés, de voyages, de rencontres, de choses banales, entre journal et prose... Il en résulte des pages sublimées par le dialogue intime entre littérature et tauromachie. Un accès de l'absolu à l'existence proche de « l'état de poésie » de Georges Haldas.

  • Des personnages se succèdent et se croisent, auxquels on s'attache le temps de quelques lignes, d'une pensée, d'un fragment d'histoire, par une fenêtre ou un rideau, un souvenir, un quai de métro, un souffle, tout ce qui tisse le fil du hasard.
    L'étudiante, le jardinier, la star, l'astronaute, l'enfant, le boulanger, le prof d'histoire, et même des morts ou le Pape... ont pourtant un point commun : cette vie continue, qui coule, circule d'âme en âme, et nous relie.
    Pris de vivacité et de fraîcheur, on entre surpris, promené comme à la marelle par un texte profond et tendrement drôle. Vite on en savoure chaque paragraphe, on le relit, on reconnaît les personnages, on se demande où cela va nous mener.
    Peu à peu, on devient l'autre, tous les autres, le texte déborde nos vies. On se surprend à regarder autour de soi, à observer son voisin.
    La vie est un miraculeux hommage à la communion muette des âmes, à notre humanité.

  • « Une véritable sensation littéraire » - Rolling Stone« Lin à l'apogée de l'humour et du mordant. » - Globe and Mail« D'une grande force émotionnelle, un roman sans une once d'autoapitoiement, de mélodrame ou d'affectation, qui fait du glacial Lin l'icône parfaite d'une génération exposée à la maturité. » - Publishers Weekly« Un chef-d'oeuvre moderne. Taipei a moins à voir avec son temps qu'avec la littérature traditionnelle de Hamsun, Hemingway et Musil. » - New York Observer« Avec Taipei, Tao Lin devient le styliste le plus intéressant de sa génération. » - Bret Easton Ellis

  • Un fils d'ouvrier de l'ouest de la France monte à la capitale. Chômeur sans perspectives, misérable errant d'une mansarde à l'autre sous les toits de Paris, il découvre dans une librairie le sens de sa vie.

  • Avant d'embrasser les ténèbres et la béatitude de l'éternité, Juanita de la Cruz, torera mexicaine, entonne un dernier chant de piété et de grandeur... La nouvelle lauréate d'un auteur à découvrir d'urgence, d'une beauté souveraine, ouvre ainsi une magnifique et étonnante liturgie en douze nouvelles où l'on visitera couvents et monastères, l'on empruntera chemins reculés et routes secondaires et connaîtra bien des lumières avant de se retrouver au paradis et autres arènes virtuelles - taurines ou littéraires -, pour finir par la magistrale et inédite participation d'un écrivain mort depuis l'avant-dernier siècle. Olé !

  • Comment le jeune Maupassant pourrait-il devenir écrivain ? Avec son teint de paysan, ses biceps de lutteur et sa furieuse passion pour les sports nautiques, il semble plus habile à trousser les filles qu'un poème convenable. Hormis Flaubert - et encore -, aucun des grands talents qu'il fréquente ne croit vraiment en lui. Pourtant, en silence, obstinément, malgré la pauvreté, les angoisses et la maladie qui menace, Guy se prépare à faire une entrée fracassante en littérature.

  • Le 24 avril 2010, José Tomás a failli perdre la vie dans les arènes d'Aguascalientes au Mexique, après une très grave blessure infligée par le taureau Navegante. Une dramatique cornada qui le maintint à l'écart des arènes pendant de longs mois. C'est de cette expérience, et des conversations que le matador entretint alors avec le taureau qui lui a laissé la vie sauve, qu'est né Dialogue avec Navegante.Dans ce livre événement, les écrivains, professeurs et éditorialistes espagnols, mexicains et français Mario Vargas LLosa, Luis Abril, Paco Aguado, Araceli Guillaume-Alonso, Zabala de la Serna, François Zumbiehl, Agustin Morales et Natalia Radetich ajoutent leurs réflexions sur la tauromachie et la figure légendaire du maestro José Tomás.

empty