Éditions Marcel Broquet

  • Les romans de Bernard Marcoux sont depuis toujours habités par des femmes : Ève, Béatrice, Marie, Chantal, Odile, toutes modernes, libres, autonomes.
    Voici, avec un septième roman, La Mandragore, une autre histoire de femmes : Olga, Charlotte, Nathalie, Agathe, de la même trempe, inévitablement blessées, néanmoins courageuses, tenaces, vibrantes,
    toujours du côté de la vie.
    Le début de La Mandragore est comme un prologue, un vestibule, où le lecteur fait la connaissance de trois personnages. Puis, un
    fait divers met l'histoire en branle : un présentateur de nouvelles de Radio-Canada est enlevé, et un deuxième, et un troisième. Par qui ?
    Pourquoi ?
    La Mandragore, mêlant intrigue policière, art, littérature, amour et mort, vous emmènera jusqu'aux Îles-de-la-Madeleine (Serait-ce la paradis ? se demandent certains personnages). Elle vous racontera
    cet instant d'une ancienne vie, qui tient quelquefois dans un seul mot, et les occasions que le destin nous offre parfois de le revivre, de lui donner une autre couleur, une autre vibration, un autre sens, pour
    rétablir ainsi l'harmonie et recréer le bonheur.

  • Un portait écrit? Genre littéraire, il emprunte ses qualités au portrait pictural. Parmi les genres de peinture que le peintre Bernard Aimé Poulin privilégie, il y a le portrait.
    Donc, le portrait d'un portraitiste. En quelque sorte, un écrit pour faire voir ! Tout au long de ses 50 ans de carrière, Poulin présente des thématiques aussi variées que sa palette est riche. Le livre fait ressortir ses portraits de gens illustres, mais aussi ceux d'enfants, d'hommes et de femmes. L'enfant capté dans sa créativité, ses émotions, sa capacité de contempler ou de s'étonner. Vous verrez des pièces attendrissantes touchant la santé de l'enfant. Bernard fut un grand mécène auprès des institutions vouées aux enfants
    dans le besoin.
    Benoît Cazabon nous donne à apprécier le parcours d'un artiste reconnu en posant des
    questions sur son engagement. Son livre retient de nombreuses oeuvres tirées d'une collection qui dépasse 3000 tableaux. Il dit : «J'ai tenté de percer la curiosité, les connaissances, l'émotion et l'inachevé qui motivent l'artiste Bernard Poulin.»
    Poulin se démarque par sa qualité d'observateur. Enfant, il était frustré que son pinceau ne reproduise pas ce que son oeil voyait. Sa persévérance eut gain de cause. À votre tour d'exercer vos talents d'observateur et d'apprécier de belles pièces : nature morte, paysage urbain, mers et eaux, que ce soit au Canada, en Italie, en France ou aux Bermudes, vous serez convié au voyage.
    Dans sa préface, le Très honorable Jean Chrétien déclare : «Je tiens à féliciter l'auteur, Benoît Cazabon et l'artiste Bernard Poulin, pour avoir réuni leurs talents dans cette réalisation de qualité. Je leur souhaite une large diffusion pour que les canadiens et tous ceux et celles qui aiment la peinture puissent se nourrir à la lecture de ce beau livre.»

  • Basées sur des faits réels et peignant des archétypes humains fascinants, ces nouvelles décrivent l'univers intimiste de personnages qui se débattent avec les ennuis et surprises de chaque jour. Leur
    courage de vivre ou de survivre séduit, nonobstant les événements contrariants, et nous rappelle à nous-mêmes.
    Avec un souci du détail et une plume légère, fluide, ces pages interrogent différentes facettes de notre société. Elles révèlent qu'une part de lumière investit le quotidien et l'empêche de s'enliser dans le noir, en dépit de l'omniprésence de la mort et de la racine du mal difficile à arracher.
    Tant que Vie, personnage à la fois Impérieux et fragile, nous habite, elle nous propulse vers des expériences et des horizons parfois palpitants, où se côtoient réel et merveilleux, ordinaire et inattendu, plaisir et déplaisir, amour et aversion.
    Le réalisme poétique et la dose optimale d'humanité de ces épisodes de vie saisissent les mouvements subtils des labyrinthes de l'âme, la dimension transcendante, souvent cachée, qui conduit à l'éveil.

empty