• En classe de 3e, Mohammed-Ali est discret et populaire. Pour lui, le collège ça roule. Tranquille. En apparence du moins, car il a une vie secrète. La nuit, il sort de chez lui pour aller taguer. Et surtout, il est amoureux d'Aimée, qui ne pense à rien d'autre qu'au football. Comment faire pour qu'elle le remarque ? Par chance, Mohammed-Ali peut compter sur le soutien de Lina et Margaux. En amour comme au football, il faut un plan de jeu. Il faut avoir du style.Il va inviter Aimée à voir un match au Stade de France.

  • Augustine aime le piano, la danse et le silence du CDI. Elle n'aime pas les salsifis, les haricots beurre, les « mous-loukoums » et les filles qui parlent constamment de « doudounes ». En plus d'avoir douze ans et demi (ce qui n'est pas rien), Augustine voit des mots partout, des mots tout le temps, en long en large et en ruban. Des mots qui jusque dans son sommeil l'enquiquinent, qui font des vrilles, des bonds, des rimes. Si au moins ça pouvait l'aider à écrire sa rédaction pour demain. Mais non, rien. Ce soir, dimanche, les mots lui manquent, et c'est le syndrome de la page blanche. Boule au ventre, petit vélo, insomnie ; elle a beau se creuser le ciboulot, consulter son dico, c'est le vide intersidéral sur sa copie. Alors cette nuit, au fond de son lit, Augustine se demande si tout ça est bien normal, si elle ne souffrirait pas d'une sorte de maladie.

  • Cent sonnets

    Boris Vian

    Cent infâmes sonnets. C'est ainsi que devait s'appeler ce recueil à l'origine. Il comporte en réalité cent douze sonnets, rédigés au début des années 1940 par le jeune Boris Vian.
    Infâmes, ces poèmes ne le sont pas vraiment... sauf à considérer que les pieds de nez à la poésie, les alexandrins à treize syllabes et les calembours relèvent du sacrilège ! La poésie joyeuse de Boris Vian s'empare de toutes les thématiques chères à l'auteur - le cinéma, le jazz, les surprises-parties, l'anticléricalisme... - avec la même fantaisie langagière, le même humour où point parfois un brin de mélancolie. On y retrouve, en germe, le parolier de génie que deviendra Boris Vian.
    Dans le manuscrit autographe des Cent Sonnets conservé à la BnF figurent des illustrations réalisées à l'époque par Peter Gna, le beau-frère de Boris Vian. Cette édition présente pour la première fois au public le texte avec ces dessins burlesques qui l'ont toujours accompagné dans le plus grand des secrets.

  • Une compilation de contrepèteries hilarantes, par le maître du genre Joël Martin ! Dans ce quatrième tome, Joël Martin nous propose une nouvelle série de contrepèteries cocasses, parfois parfaitement inonncentes, parfois carrément coquines... En voici un avant-goût : L'abeille fuit les fagots La bègue fuit les fayots Ce Danois lit Kant Ce Cannois lit Dante Un vilain quolibet qui brise Et un vilain colibri qui baise

  • Le Petit Livre qui joue avec les mots, pour envisager le monde d'une toute nouvelle façon !Plus de 150 nouvelles expressions à décypter et à adopter, pour le plaisir des zygomatiques !
    On ne dit plus Un paravent.
    On dira plutôt Le premier à quitter une soirée.
    On ne dit plus La jeune fille au pair.
    On dira plutôt L'infirmière est au bloc.
    On ne dit plus Il est censeur.
    On dira plutôt C'est un fils unique.

  • Roman philosophique et humoristique, tant sérieux que parodique, Bayamus narre les aventures d'un mutant à trois jambes, dont l'une équipée d'un patin à roulettes, qui désire créer et propager une nouvelle espèce. Cheminant vers le Théâtre de la Poésie Sémantique dans un Londres fantastique, notre héros croise la route de prostituées sémanticiennes, de monstres fervents de poésie en vers, une étrange femme à sept doigts ou encore des policiers rubiconds adeptes de la traduction instantanée. Car si l'humour est au centre de cet ouvrage, il fraie une voie royale à une réflexion sur les rouages et les absurdités du langage. L'auteur se joue des mots, de ses personnages mais aussi des lecteurs, les malmène et les distord. Car c'est la force des génies d'être sérieux sans en avoir l'air !

  • Petit livre de 150 traductions foireuses Nouv.

    Des traductions du niveau de Google Traduction, comprenant erreurs et traductions automatiques et littérales ponctuées de jeux de mots savoureux.
    Vous rêvez d'améliorer votre maîtrise des langues étrangères et de devenir le Nelson Monfort des temps modernes ? Ce petit livre ne vous y aidera sûrement pas, mais il vous apprendra à foirer vos traductions avec humour !
    Glad to meet you. --> Heureux de vous viander. I don't care about English food. --> Je m'en fiche and chips. They choose Trump for president. --> Ils ont choisi de se tromper de président. I made a trip to Caen. --> J'ai préparé des tripes de Caen. It's party time. --> C'est l'heure de partir. Un homme à tout faire --> Iron ManGrâce à ce petit livre, n'ayez plus peur des langues étrangères ! Découvrez plus de 150 traductions foireuses, drôles et décalées !

  • Villes, lieux-dits ou hameaux aux noms plus ou moins imagés... C'est dans ce joyeux terreau que deux amoureux des mots ont puisé pour entremêler bourgs et calembours, recréant de malicieux jumelages, proverbes, chansons ou anecdotes historiques.
    Vous laisserez-vous tenter par les cures d'Hadol et Sens ? Et savez-vous comment se nomment les habitants de Poivres (10) ? Ce joyeux Fourtou (11) convie à un délicieux tour de France des villes peu communes.

  • Faut-il se raser le matin ?
    Excédé des railleries sur sa barbe, l'empereur Julien répond à cette question épineuse par une satire, le Misopogon, autrement dit « l'ennemi de la barbe ».
    Au IVe siècle, la barbe d'un empereur est polémique. Au XIXe, en France, il faut « porter l'impériale » pour être à la semblance du premier président de la République. Au XXIe un candidat confie qu'il pense à la magistrature suprême tout en se barbifiant. La barbe est une arme politique à double tranchant : bien taillée et à la mode, elle est redoutable, anachronique, elle est un fardeau.
    De la Rome des Césars au palais de l'Élysée, ce petit précis de poilitique, riche d'anecdotes piquantes et de jeux de mots finement aiguisés, fait débattre des intervenants de tout poil - Montaigne, Ibsen, Yourcenar, mais aussi Mahomet, Gillette et Pierre Dac -, et entraîne son lecteur dans les recoins les plus désopilants de l'histoire.

  • Soyez swag, découvrez l'argot !
    Une langue verte, fugitive, périssable, multiple, codée, cocasse, riche, savoureuse, arme de transgression et de provocation massives, qui joue avec les mots... et les nerfs des pudibonds. Ce " latin des affranchis ", cette langue parfois étrangère, est notre deuxième langue (très très vivante) à tous et donne des couleurs à la vie.
    Des prémices de son histoire jusqu'aux évolutions les plus récentes, des subtilités de son fonctionnement jusqu'à la beauté et même la poésie de ses expressions, L'Argot pour les Nuls vous entraîne dans un voyage merveilleux au coeur du pays des argots, sans cuistrerie, sans prise de tête et en " s'enjaillant " un max !

  • « Jouer cartons sur table », « s'ennuyer comme un remords », « avoir du pain sur la manche », « prendre quelqu'un sous son épaule », « faire table basse du passé», « arrondir les ongles »... Vous découvrirez au fil des pages comment les expressions françaises, déjà fleuries, deviennent des bijoux de drôlerie lorsqu'on glisse sur les peaux de banane de notre belle langue !
    Toutes ces jolies « foirades » de la langue sont illustrées et mises en scène par Emad, jeune dessinateur franco-iranien, qui nous prouve avec humour que la réalité de ces expressions revisitées est parfois plus étonnante encore que ce que les mots nous laissaient entendre.

  • " Les malades ont leurs maux à dire ! " Les meilleurs jeux de mots, perles, calembours dans le domaine de la médecine !

    Plaisanteries de couloirs, scènes de pharmacies, brèves de consultations... plongez-vous dans notre sélection hilarante des meilleurs jeux de mots !
    " Il fait chaud dans votre pharmacie, on se croirait dans un zona ! " " Au cinéma, les pharmaciens ne viennent que pour le générique! " " Je voudrais quelque chose pour ma femme qui s'est fait une luxure au bras " " Bonjour, parlez-vous anglais?" / "Oui, pourquoi?" / "Avez-vous des Kleenex? " " Marcher, faire du sport, rien de tel pour avoir une embellie pulmonaire ! "

  • Vitrier sur le carreau recherche emploi saisonnier comme marchand de glaces.

    Votre annonce a retenu mon attention.

    Envoyez-moi votre curriculum-vitré pour que je sois au parfum.
    * Pâtissier embauche un(e) apprenti(e). Tire au flan, s'abstenir.

    Votre annonce a retenu mon attention.

    Sans en faire des tartines ou me faire mousser, je fais des merveilles dans le métier : votre commerce ira croissant en un éclair. Pas question de me gaufrer : je rouleau succès.
    * Médecin malgré lui cherche rôles au théâtre ou cinéma. J'ai joué Hamlet (toubib or not toubib) et un second rôle dans La fièvre du samedi soir. Je ne cours pas le cachet : mon plaisir serait simplement d'avoir mon nom au générique. J'ai également contracté le virus de l'écriture, mais je n'arrive pas à relire mes ordonnances...
    * Et en bonus :

    Des " épi'tafs " : Anesthésiste - " Mon sort est celui du coma des mortels ".
    Le film préféré de... : Horlogers : Vol au-dessus d'un nid de coucou / Pharmaciens : Le Magicien dose Des aptonymes (ils portent bien leur nom) : René Char, héros de guerre dans la résistance / Charles de Gaulle, ancien président de la France / Bruno Parmentier, auteur du livre Nourrir l'humanité.

  • Poils, sexe, sueur, pet, morve, anus... Des infos aussi osées que drôles ! Dans un livre avec un vrai bandeau en forme de slip !
    Certaines parties du corps, leurs sécrétions ou leurs secrets inavouables inspirent depuis toujours de bonnes blagues graveleuses. L'homme est ainsi fait : rien de tel que tout ce qui est sexuel ou répugnant (ou les deux à la fois !), pour inspirer commentaires gratinés et intarissables délires.
    Les texticules (petits textes) composant ce joyeux recueil sont toujours finement documentés, élégamment rédigés, tour à tour pétaradants ou décalés. Lorsqu'il s'agit de faire rire, le mauvais goût est toujours le meilleur. Alors, allons-y carrément !
    Quelques exemples? DÉFINITION BIBLIQUE DU SOUTIEN-GORGE
    Il soutient les faibles, maintient les forts, ramène les égarés.
    DE PROFUNDIS
    " L'Esprit seul peut sonder les profondeurs de l'être " disait saint Paul. L'invention du toucher rectal a, depuis, ouvert une autre voie.
    PRÉHISTO-PQ
    Durant la préhistoire, l'homme se torchait avec ses mains, dessinant, avec le surplus, des bisons sur les parois des cavernes. Si ses cheveux étaient assez longs, il s'essuyait avec. Il usait aussi de cailloux avoisinants. On comprend donc pourquoi l'âge de la pierre polie a représenté un gros progrès par rapport à l'âge de la pierre taillée.
    FOUILLE AU CORPS
    Le plus gros pénis répertorié serait celui d'un Américain (24,13 cm au repos, 34,29 en érection). L'homme raconte qu'il été arrêté un jour dans un aéroport comme porteur d'un objet suspect.

  • Grand DÉSORDRE dans le royaume du roi Louis le Patapouf. En effet, en plus de chercher désespérément un mari à sa fille, la princesse Désirée Parpersonne de la Pabelle, le roi est confronté aux vols répétés d'un MYSTÉRIEUX petit dragon.
    Est-ce que les valeureux chevaliers Iboud le Hardi, Tipet le Vaillant, et Doidanlenez le Dégueu sauront ramener la paix dans le royaume ? Découvre-le en lisant ce captivant... Mini Toon !

  • L'abécédaire des anibêtes, c'est la rencontre d'un animal et d'une bête. Entre vous et moi, c'est assez difficile de savoir la différence, mais enfin... Par exemple, la gazelle et l'éléphant donnent la gracieuse gazelléphant, alors que le tapir croisé avec un pirhanna donnera une bête terrible comme le féroce tapiranha. En tout, 26 créations vachement originales et inoffensives, car elles sont en papier mâché. Humour, imagination et délires sont au rendez-vous dans cet abécédaire qui se situe à des années lumières de la science avec un grand S.

  • Cul in air

    Jean-Paul Manganaro

    Jeanne Bécu, alias Madame du Barry, disait ceci : "Le croupion, oui, le croupion, toujours bien en l'air, et avec les plumes de la queue éployées en éventail, horizontalement!" Suivant à la lettre cette consigne qui aurait pu devenir un proverbe , je me

  • Après une première expérience, Maurice Nadeau récidive en vous offrant un deuxième tome à son Dictionnaire humoristique d'un libre penseur. À chaque jour, lorsqu'il lit ou parle avec les gens, il note des expressions qui lui donnent des idées pour les transformer afin de faire rire les gens de son entourage. Voici donc plus de 3000 nouvelles bonnes raisons de rire.

    Lors du lancement de son premier volume, il nous avait promis de revenir avec un Dictionnaire calembourique, voilà qui est fait quoiqu'il en ait changé le titre puisque ce nouveau dictionnaire ne contient pas que des calembours, mais aussi beaucoup d'autres jeux de mots que vous apprécierez sûrement.

  • Les mots de l'époque

    Didier Pourquery

    Qui n'a jamais entendu un éditorialiste souligner une idée « clivante », un politique vouloir « réenchanter » la vie, un ado répondre « ah ouai, j'avoue », un joueur de football se satisfaire d'avoir « fait le job » ? Qui n'a jamais voulu monter « sur » Paris, éviter les endroits « improbables » ou « déconnecter » ? Au travail, au détour d'une rue, à la terrasse d'un café, dans une rame de métro, Didier Pourquery tend l'oreille, sort son carnet et se transforme en enquêteur, curieux, agacé mais bienveillant. Tics fâcheux, air du temps, dérapages, clichés et autres expressions toutes faites : impossible de ne pas s'y reconnaître !
    En 100 billets, issus de sa chronique « Juste un mot », l'auteur nous propose un passionnant jeu de piste dans le langage quotidien. Quelques repères étymologiques, un sens aigu de l'observation et l'humour comme fil conducteur : pas de doute, ce petit livre instructif et drôle « fait le job»!

    Conception graphique : Raphaëlle Faguer © Autrement © Éditions Autrement, Paris, 2014.
    Www.autrement.com

  • Par délicatesses on doit entendre ici, bien entendu, subtilités, et de préférence agréables : finesses, élégances, raffinements. Mais on ne peut pas ne pas entendre aussi, et peut-être surtout, délicates questions, points sensibles, occasions de débats, peut-être même de disputes. En ce sens, c´est l´auteur d´un tel livre qui risque fort, le publiant, de se mettre en délicatesse avec ses contemporains...

empty