• Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre.
    Bruxelles séduit et interroge. Comment cette ville, faite de bric et de broc, où les balafres urbanistiques côtoient les splendeurs architecturales, peut-elle autant charmer, attirer, être jalousée par les autres grandes villes d'Europe ?
    Capitale multiculturelle de l'État belge, Bruxelles est enclavée en Flandre, alors qu'on y parle surtout le français. Composée de dix-neuf communes aussi différentes que la populaire Molenbeek ou la bourgeoise Uccle, elle est devenue la clé de voûte d'un royaume aux forces centrifuges, tout en générant de sa tension linguistique une intense créativité artistique. Traverser Bruxelles, c'est faire un voyage dans le temps autant qu'un tour du monde des sabirs et des saveurs.
    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il invite le lecteur à découvrir la lente métamorphose d'une vieille bourgeoise qu'on pensait assoupie jusqu'à ce que l'Europe ne la sorte de sa torpeur et n'en fasse, elle aussi, sa capitale. Parce que sous son côté rugueux, elle fait montre d'un sacré caractère, bien décidée à mériter son titre de cité mondiale. Bruxelles demande à être racontée, pour être mieux comprise. Ceci n'est pas une ville. Ceci est bien plus qu'une ville.
    Un grand récit suivi d'entretiens avec Roel Jacobs (Personne à Bruxelles n'a jamais pu parachever son oeuvre), Fatima Zibouh (Les jeunes des familles aisées croient que Molenbeek c'est le Far West) et Philippe Van Parijs (Bruxelles doit miser sur le trilinguisme).
    Une nouvelle édition (2017) de ce voyage linguistique, culturel et historique pour mieux connaître les passions bruxelloises. Et donc mieux les comprendre.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    - "(...) Belle et utile collection petit format chez Nevicata, dont chaque opuscule est dédié à un pays en particulier. Non pas un guide de voyage classique, mais, comme le dit le père de la collection, un «décodeur» des mentalités profondes et de la culture. Des journalistes, excellents connaisseurs des lieux, ont été sollicités (...). A chaque fois, un récit personnel et cultivé du pays suivi de trois entretiens avec des experts locaux. - Le Temps
    - "Comment se familiariser avec "l'âme" d'un pays pour dépasser les clichés et déceler ce qu'il y a de juste dans les images, l'héritage historique, les traditions ? Une démarche d'enquête journalistique au service d'un authentique récit de voyage : le livre-compagnon idéal des guides factuels, le roman-vrai des pays et des villes que l'on s'apprête à découvrir." - Librairie Sciences Po
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Journaliste spécialisé sur l'actualité internationale, notamment pour Le Vif L'Express, François Janne d'Othée a toujours gardé Bruxelles comme port d'attache. Il en connaît autant ses angles attachants que ses recoins moins glamour, et souvent romanesques.

  • À partir de la création de son premier atelier à l'âge de seize ans, sir Anthony van Dyck (1599-1641) devint célèbre dans le monde de l'art. Rubens, son professeur lorsqu'il était enfant, disait de lui qu'il était son élève le plus talentueux. Il confirma cette remarque par une carrière d'artiste de cour en Angleterre et en Espagne. De nos jours, il est reconnu comme peintre de portraits, capturant l'élégance et la beauté opulente de la vie des cours européennes au XVIIe siècle. Dans cette présentation fascinante de la longue carrière de Van Dyck, Natalia Gritsai met en relief le meilleur des chefs-d'oeuvre de l'artiste.

  • Pieter Bruegel, l'Ancien (près de Breda, 1525 - Bruxelles, 1569)
    Pieter Bruegel fut le premier membre important d'une famille d'artistes, actifs durant quatre générations. D'abord dessinateur avant de devenir peintre, il peignit des thèmes religieux, comme la Tour de Babel, avec des couleurs extrêmement vives. Influencé par Jérôme Bosch, il s'attela à de vastes scènes complexes décrivant la vie paysanne et des allégories bibliques ou spirituelles, souvent peuplées de sujets plongés dans des actions très variées. Pourtant, ces scènes ont en commun une intégrité informelle et un certain humour. A travers son oeuvre, il introduisit un nouvel esprit d'humanité. Ami des humanistes, Bruegel composa de véritables paysages philosophiques au coeur desquels l'Homme accepte passivement son destin, prisonnier du temps qui passe.

  • Découvrez 30 recettes authentiques d'une région chaleureuse.
    Et rassemblez les gens que vous aimez autour d'une carbonnade, d'une tarte au maroilles, d'un waterzoï...
    Sans oublier l'apéro autour d'une bonne bière !Ne résistez plus, craquez !

  • Le passage au XXIe siècle marque deux dates importantes et symboliques pour nos voisins belges : en 1999, le franc belge, « l'un des derniers droits régaliens de l'État belge », « trait d'union malgré tout », le cédera progressivement à l'euro, et cette même année sera aussi celle des élections ; en 2002, les Flamands célébreront le 700e anniversaire de la bataille des Éperons d'Or qui vit les milices flamandes défaire le roi de France, soutenu par la haute bourgeoisie francophone. Pourrait bien alors se poser de la façon la plus brûlante le problème du contentieux communautaire et des volontés séparatistes qui depuis longtemps déjà affectent la Belgique. « Spécialiste du passé, attentif au présent », Éric Vanneufville, à l'approche de cette échéance, propose un portrait historique complet et clair du pays des Belges, « des peuplades antiques aux communautés européennes », d'une terre à la « réalité mouvante au fil des siècles », placée, par la géographie et la politique, au coeur de l'Europe, dont, rappelle Marguerite Yourcenar « les princes s'arrachaient les pays comme des ivrognes à la taverne se disputent les plats », et qui plus est n'est devenu que récemment un État. Évitant toute passion partisane, il examine la diversité humaine de la Belgique, qui fut et est encore une incontestable richesse, mais aussi la source de particularismes et de conflits dont la solution n'est pas simple. Cet essai, réaliste et optimiste à la foi, ne peut laisser indifférent au moment où nos voisins, souvent méconnus, ceux que Jules César désignait comme le plus courageux des peuples de la Gaule, voient leur destin arriver à un croisement délicat.

  • Die Bruegels allen voran Pieter der Ältere, zusammen mit seinen Shnen Pieter (Hllenbruegel) und Jan (Samt- oder Blumenbruegel) sind die bedeutendste flämische Malerfamilie. Ihre Werke sind Zeugnisse des unschätzbaren Beitrags, den diese Familie in der Entwicklung der Malerei des nrdlichen Europa geleistet hat. Sie entzogen sich bewusst dem Einfluss des italienischen Manierismus und schufen damit einen ganz eigenen, unabhängigen und tief im originellen Charakter der Flamen verwurzelten Stil. In teils volkstümlichen, teils allegorischen Szenen schildern Pieter Bruegel und seine Nachfolger auf unnachahmliche Weise den Alltag der bäuerlichen und der städtischen Bevlkerung zur Zeit der spanischen Herrschaft über die Niederlande. In diesem opulent bebilderten Werk zeichnen die Autoren, Emile Michel und Victoria Charles, ein lebendiges Bild, anhand dessen wir die Entwicklung der niederländischen und flämischen Kunst in der Zeit zwischen dem 15. und dem 17. Jahrhundert nachvollziehen knnen.

  • Universally celebrated for his rosy and concupiscent nudes, Peter Paul Rubens (1577-1640) was an artist whose first concern was sensuality in all its forms. This Baroque master devoted himself to a lifelong celebration of the joys and wonders of the physical realm. He felt that the human body was as lovely and natural as the many natural landscapes he painted as a young man. In a lushly illustrated text, María Varshavskaya and Xenia Yegorova explore the master at work, bringing a unique focus to Ruben's life and work

  • Pieter Brueghel was the first important member of a family of artists who were active for four generations. Firstly a drawer before becoming a painter later, he painted religious themes, such as Babel Tower, with very bright colours. Influenced by Hieronymus Bosch, he painted large, complex scenes of peasant life and scripture or spiritual allegories, often with crowds of subjects performing a variety of acts, yet his scenes are unified with an informal integrity and often with wit. In his work, he brought a new humanising spirit. Befriending the Humanists, Brueghel composed true philosophical landscapes in the heart of which man accepts passively his fate, caught in the track of time.

  • Lang vor der Erfindung von neuen, mit exotischen Monstern gespickten Medien wie Comics und Computerspielen zeigte der niederländische Maler Hieronymus Bosch in seinen Gemälden, oft mit einer Prise Humor verbunden, eine große Anzahl von schrecklichen, wahrlich Furcht einflßenden Fantasiewesen, wie sie ausgefallener nicht hätten sein knnen. Aus seiner Malerei resultiert eine lange Diskussion über den Wahnsinn der vom rechten Weg abgekommenen Menschen, die die Weisungen Christi ignoriert hatten. Hieronymus Bosch (ca. 1450-1516) lebte in einer Welt, die sich durch den immer grßeren Einfluss der Renaissance und der Religionskämpfe grundlegend verändert hat. In bildhafter Form werden das Paradies und die Hlle dargestellt, zwischen denen oft nur ein kleiner Abstand liegt, und es liegt am Menschen, ihn zu überwinden oder sich zu verweigern. Diese Entscheidung war es, die Bosch mit seinen fantastischen Metaphern illustrieren und versinnbildlichen wollte. Virginia Pitts Rembert interpretiert das Werk des Malers und zeigt uns das uvre des Hieronymus Bosch aus einer neuen Perspektive und dechiffriert in Kleinstarbeit die geheime Symbolik des niederländischen Künstlers.

  • Peintre flamand du XVIIe siècle, Van Dyck eut une carrière aussi courte qu'éblouissante. Élève de Rubens, il devint vite le protégé des princes et des rois et fut le portraitiste attitré des plus grandes familles italiennes et anglaises. Au travers d'une composition rigoureuse, il confère à ses modèles dignité, grandeur et spiritualité. Dames fières, seigneurs caracolant sur leur cheval, Van Dyck s'entend à rendre l'élégance nonchalante et l'ennui d'une société raffinée. Peintre baroque aux inflexions chatoyantes, il joue d'une palette légère et nuancée et restitue avec la plus grande virtuosité les étoffes de velours, de satin et de soie.

    Van Dyck est considéré comme le fondateur de l'École anglaise du portrait. Il influença Lely, Dobson, Kneller et surtout Reynolds et Gainsborough, ainsi que les peintres français du XVIIIe siècle.

  • Le passage au XXIe siècle marque deux dates importantes et symboliques pour nos voisins belges : en 1999, le franc belge, « l'un des derniers droits régaliens de l'État belge », « trait d'union malgré tout », le cédera progressivement à l'euro, et cette même année sera aussi celle des élections ; en 2002, les Flamands célébreront le 700e anniversaire de la bataille des Éperons d'Or qui vit les milices flamandes défaire le roi de France, soutenu par la haute bourgeoisie francophone. Pourrait bien alors se poser de la façon la plus brûlante le problème du contentieux communautaire et des volontés séparatistes qui depuis longtemps déjà affectent la Belgique. « Spécialiste du passé, attentif au présent », Éric Vanneufville, à l'approche de cette échéance, propose un portrait historique complet et clair du pays des Belges, « des peuplades antiques aux communautés européennes », d'une terre à la « réalité mouvante au fil des siècles », placée, par la géographie et la politique, au coeur de l'Europe, dont, rappelle Marguerite Yourcenar « les princes s'arrachaient les pays comme des ivrognes à la taverne se disputent les plats », et qui plus est n'est devenu que récemment un État. Évitant toute passion partisane, il examine la diversité humaine de la Belgique, qui fut et est encore une incontestable richesse, mais aussi la source de particularismes et de conflits dont la solution n'est pas simple. Cet essai, réaliste et optimiste à la foi, ne peut laisser indifférent au moment où nos voisins, souvent méconnus, ceux que Jules César désignait comme le plus courageux des peuples de la Gaule, voient leur destin arriver à un croisement délicat.

  • Die Bruegels allen voran Pieter der Ältere, zusammen mit seinen Shnen Pieter (Hllenbruegel) und Jan (Samt- oder Blumenbruegel) sind die bedeutendste flämische Malerfamilie. Ihre Werke sind Zeugnisse des unschätzbaren Beitrags, den diese Familie in der Entwicklung der Malerei des nrdlichen Europa geleistet hat. Sie entzogen sich bewusst dem Einfluss des italienischen Manierismus und schufen damit einen ganz eigenen, unabhängigen und tief im originellen Charakter der Flamen verwurzelten Stil. In teils volkstümlichen, teils allegorischen Szenen schildern Pieter Bruegel und seine Nachfolger auf unnachahmliche Weise den Alltag der bäuerlichen und der städtischen Bevlkerung zur Zeit der spanischen Herrschaft über die Niederlande. In diesem opulent bebilderten Werk zeichnen die Autoren, Emile Michel und Victoria Charles, ein lebendiges Bild, anhand dessen wir die Entwicklung der niederländischen und flämischen Kunst in der Zeit zwischen dem 15. und dem 17. Jahrhundert nachvollziehen knnen.

  • Pieter Brueghel was the first important member of a family of artists who were active for four generations. Firstly a drawer before becoming a painter later, he painted religious themes, such as Babel Tower, with very bright colours. Influenced by Hieronymus Bosch, he painted large, complex scenes of peasant life and scripture or spiritual allegories, often with crowds of subjects performing a variety of acts, yet his scenes are unified with an informal integrity and often with wit. In his work, he brought a new humanising spirit. Befriending the Humanists, Brueghel composed true philosophical landscapes in the heart of which man accepts passively his fate, caught in the track of time.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Hieronymus Bosch (S'Hertogenbosch, 1450 - 1516)
    Né au milieu du XVe siècle, Jérôme Bosch fait l'expérience d'un monde pris dans les luttes religieuses, où les valeurs médiévales
    traditionnelles commencent à s'effondrer. Les travaux du peintre sont autant de visions de cette décrépitude morale de l'homme qui se détourne des enseignements du Christ. Autour de ces thèmes, Bosch compose des scènes d'où surgissent de nombreuses figures monstrueuses, difformes et effrayantes.

  • Mondialement célèbre pour ses nus sensuels, aux formes généreuses, Pierre Paul Rubens (1577-1640), était un artiste dont la préoccupation première était la sensualité. Ce maître baroque, célébrera toute sa vie les plaisirs et l'émerveillement que procure le corps. Il estimait que le corps humain était tout aussi naturel que les nombreux paysages qu'il peignait lorsqu'il était jeune. Dans ce texte brillamment illustré, María Varshavskaya et Xenia Yegorova observent le maître au travail, mettant l'accent de manière unique sur la vie et l'oeuvre de Rubens.

  • Pieter Bruegel, l'Ancien (près de Breda, 1525 - Bruxelles, 1569)
    Pieter Bruegel fut le premier membre important d'une famille d'artistes, actifs durant quatre générations. D'abord dessinateur avant de devenir peintre, il peignit des thèmes religieux, comme la Tour de Babel, avec des couleurs extrêmement vives. Influencé par Jérôme Bosch, il s'attela à de vastes scènes complexes décrivant la vie paysanne et des allégories bibliques ou spirituelles, souvent peuplées de sujets plongés dans des actions très variées. Pourtant, ces scènes ont en commun une intégrité informelle et un certain humour. A travers son oeuvre, il introduisit un nouvel esprit d'humanité. Ami des humanistes, Bruegel composa de véritables paysages philosophiques au coeur desquels l'Homme accepte passivement son destin, prisonnier du temps qui passe.

  • Hieronymus Bosch (S'Hertogenbosch, 1450 - 1516)
    Né au milieu du XVe siècle, Jérôme Bosch fait l'expérience d'un monde pris dans les luttes religieuses, où les valeurs médiévales
    traditionnelles commencent à s'effondrer. Les travaux du peintre sont autant de visions de cette décrépitude morale de l'homme qui se détourne des enseignements du Christ. Autour de ces thèmes, Bosch compose des scènes d'où surgissent de nombreuses figures monstrueuses, difformes et effrayantes.

  • Hieronymus Bosch (S'Hertogenbosch, 1450 - 1516)
    Né au milieu du XVe siècle, Jérôme Bosch fait l'expérience d'un monde pris dans les luttes religieuses, où les valeurs médiévales
    traditionnelles commencent à s'effondrer. Les travaux du peintre sont autant de visions de cette décrépitude morale de l'homme qui se détourne des enseignements du Christ. Autour de ces thèmes, Bosch compose des scènes d'où surgissent de nombreuses figures monstrueuses, difformes et effrayantes.

  • Pieter Bruegel, l'Ancien (près de Breda, 1525 - Bruxelles, 1569)
    Pieter Bruegel fut le premier membre important d'une famille d'artistes, actifs durant quatre générations. D'abord dessinateur avant de devenir peintre, il peignit des thèmes religieux, comme la Tour de Babel, avec des couleurs extrêmement vives. Influencé par Jérôme Bosch, il s'attela à de vastes scènes complexes décrivant la vie paysanne et des allégories bibliques ou spirituelles, souvent peuplées de sujets plongés dans des actions très variées. Pourtant, ces scènes ont en commun une intégrité informelle et un certain humour. A travers son oeuvre, il introduisit un nouvel esprit d'humanité. Ami des humanistes, Bruegel composa de véritables paysages philosophiques au coeur desquels l'Homme accepte passivement son destin, prisonnier du temps qui passe.

empty