• Une odyssée familiale puissante et passionnante. Le grand retour de Victoria Hislop à la saga historique.
    Athènes, milieu des années 1940. Récemment libérée de l'occupation allemande, la Grèce fait face à de violentes tensions internes. Confrontée aux injustices qui touchent ses proches, la jeune Themis décide de s'engager auprès des communistes et se révèle prête à tout, même à donner sa vie, au nom de la liberté. Arrêtée et envoyée sur l'île de Makronissos, véritable prison à ciel ouvert, Themis rencontre une autre femme, militante tout comme elle, avec qui elle noue une étroite amitié. Lorsque cette dernière est condamnée à mort, Themis prend une décision qui la hantera pendant des années.
    Au crépuscule de sa vie, elle lève enfin le voile sur ce passé tourmenté,
    consciente qu'il faut parfois rouvrir certaines blessures pour guérir

    1 autre édition :

  • Pas de questions, détends-toi. C'est le nouveau mot d'ordre des humains, obsédés par
    leur confort individuel et leur tranquillité d'esprit, déchargés de tout travail par les robots.
    Livres, films et sentiments sont interdits depuis des générations. Hommes et femmes se
    laissent ainsi vivre en ingurgitant les tranquillisants fournis par le gouvernement. Jusqu'au
    jour où Paul, jeune homme solitaire, apprend à lire grâce à un vieil enregistrement. Désorienté,
    il contacte le plus sophistiqué des robots jamais conçus : Spofforth, qui dirige le
    monde depuis l'université de New York. Le robot se servira-t-il de cette découverte pour
    aider l'humanité ou la perdre définitivement ?

  • Au coeur des grandes plaines de l'Ouest, au milieu du XIXe siècle, un chariot avance péniblement, à rebours de tous les colons. À l'intérieur, quatre femmes brisées, devenues folles au cours de l'hiver impitoyable de la Frontière, et que la communauté a décidé de rapatrier dans leurs familles. Une seule personne a accepté de faire cet éprouvant voyage de plusieurs semaines : Mary Bee Cuddy, une ancienne institutrice solitaire qui a
    appris à toujours laisser sa porte ouverte. Mais à cette époque, les femmes ne voyagent
    pas seules. Briggs, un bon à rien, voleur de concession sauvé de la pendaison par Mary
    Bee, doit endosser le rôle de protecteur et l'accompagner dans son imprévisible périple
    à travers le continent.

  • L'armée des ombres

    Joseph Kessel

    • Lizzie
    • 14 Janvier 2021

    Le grand roman de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE
    Londres, 1943, Joseph Kessel écrit
    L'Armée des ombres, le roman-symbole de la Résistance que l'auteur présente ainsi : " La France n'a plus de pain, de vin, de feu. Mais surtout elle n'a plus de lois. La désobéissance civique, la rébellion individuelle ou organisée sont devenues devoirs envers la patrie. (...)
    Jamais la France n'a fait guerre plus haute et plus belle que celle des caves où s'impriment ses journaux libres, des terrains nocturnes et des criques secrètes où elle reçoit ses amis libres et d'où partent ses enfants libres, des cellules de torture où malgré les tenailles, les épingles rougies au feu et les os broyés, des Français meurent en hommes libres.
    Tout ce qu'on va lire ici a été vécu par des gens de France. "

  • Corentine

    Roselyne Bachelot



    Corentine ou l'histoire d'une revanche sur un avenir de malheur et de servitude.

    En 1890, une petite fille naît dans une famille de paysans bretons au coeur de ces montagnes noires où la misère pousse des milliers de gens à émigrer.
    Ses parents vont la placer, alors qu'elle n'a que sept ans, chez un riche propriétaire où, disait-elle, elle put enfin manger à sa faim.
    À douze ans, alors qu'elle ne parle quasiment pas le français, elle part comme domestique à Paris. Elle y connaît les humiliations, l'exploitation, le mépris, la violence d'un monde qui n'épargne rien ni personne.
    Jusqu'au jour où un homme pas comme les autres frappe à sa porte. La malchance a-t-elle enfin tourné ?
    Corentine était ma grand-mère. Une femme exceptionnelle qui m'a légué l'enseignement le plus précieux : savoir qu'il suffit de se battre pour transformer sa vie en destin.
    R. B.

    1 autre édition :

  • Ariane, la fille cadette du souverain s'éprend un jour de Thésée, prince d'Athènes, pourtant condamné à connaître le même sort tragique que ses camarades. Emportée par sa fougue, la jeune fille élabore un stratagème audacieux pour permettre au jeune homme d'échapper au terrible monstre.

    1 autre édition :

  • Un couple détruit par l'alcool, le regard acéré d'un employé d'agence de voyage sur les gens fortunés, un brave gars perdu dans un bar du Sud profond, un pauvre type qui fait de curieuses rencontres nocturnes. Ces gens simples affrontent comme ils peuvent l'orage de leurs existences, banales en apparence, mais si émouvantes quand on en partage l'intimité. Des vies faites de courage, d'échec, de naïveté, de sorties de route et d'histoires d'amour qui finissent mal.

  • Depuis toujours, Milane a un rêve : elle veut devenir chevalière ! Pour ça, elle a déjà l'épée que son père avait fabriquée, croyant dur comme fer qu'il aurait un fils. Mais pour le reste, c'est compliqué... Elle est petite, potelée, pas très sûre d'elle et ne semble pas réunir toutes les qualités pour intégrer l'école de chevalerie, réservée surtout aux garçons ! Heureusement, Milane est terriblement obstinée : ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle Tête-de-Mule ! De la maison à l'école, obstacle après obstacle, celle qu'on ne remarquait pas va bousculer les traditions.

  • La médaille

    Danielle Steel

    Le courage d'une vie.
    Seconde Guerre mondiale, dans un village de la région lyonnaise, Gaëlle de Barbet assiste horrifiée à l'arrestation de sa meilleure amie par la police française. Rebecca Feldmann et sa famille sont internés dans un camp avant d'être déportés. Pendant ce temps, le commandant des troupes allemandes locales établit ses quartiers dans la demeure des Barbet. Gaëlle voit son père tué par l'occupant et sa mère sombrer peu à peu dans la folie.
    Parce qu'elle ne supporte pas de n'avoir rien pu faire pour sauver ses proches de leur funeste destin, Gaëlle s'engage corps et âme dans la Résistance. Dans le plus grand secret,
    elle sauvera de nombreux enfants juifs des griffes des nazis. À la fin de la guerre, accusée à tort d'avoir collaboré, elle part tenter sa chance à Paris.
    Des années plus tard, sa petite-fille livre son propre combat pour que Gaëlle soit reconnue comme l'héroïne de guerre qu'elle fut dans sa jeunesse.

    1 autre édition :

  • Défenseur de la cause kurde depuis longtemps, l'écrivain Olivier Weber, ancien reporter de guerre, s'est à nouveau rendu sur le terrain à la rencontre de ces militants de la liberté et des peshmergas, « les combattants de la mort ». En Syrie et en Irak, il a vu des partisans et partisanes, prompts à se battre encore, dans l'attente de l'aide internationale ou de volontaires comme lors de la guerre d'Espagne. Désireux de bâtir un Moyen-Orient en paix. Impatients de reconstruire la mémoire de la Mésopotamie. Fiers de montrer leur expérience démocratique avec le respect des minorités, l'égalité entre hommes et femmes, un modèle de société qui représente un véritable laboratoire des droits de l'homme au Moyen-Orient.

    Olivier Weber est écrivain, auteur notamment de L'Enchantement du monde, La Confession de Massoud, Le Barbaresque et L'Arrière-pays. Ses romans et essais ont remporté plusieurs prix, notamment le Prix Joseph Kessel, le Prix du Livre Européen et Méditerranéen, le Prix de l'Aventure, le Prix Albert Londres et le Prix des Romancières.

  • À la veille d'une bataille de la guerre de Sécession, Henry Fleming est un jeune soldat de l'armée nordiste fraîchement enrôlé et assailli par le doute. Pourquoi s'est-il engagé ? Sera-t-il capable, du haut de ses 17 ans, de faire face au danger ? Le lendemain, sous le feu ennemi, il réagit comme un lâche et s'en veut terriblement. Mais dans la confusion générale, Henry est frappé à la tête, recevant cet "insigne rouge du courage" qu'est une blessure de guerre. Son attitude au combat va s'en trouver radicalement modifiée.

  • Dans un format pratique et prix cadeau, un recueil de citations sur le courage en politique, dans la lignée de Vous n'aurez pas le dernier mot ! (115 000 exemplaires vendus GfK).
    " Le vrai courage, c'est celui de trois heures du matin ", disait Napoléon Bonaparte. Sans attendre une heure si matinale, Patrick Wajsman et Jean Veil présentent, dans leur contexte historique, 200 citations, tantôt pour nous inspirer bravoure et témérité, tantôt, a contrario, pour nous défendre de la cupidité ou de la lâcheté. Florilège :
    " Quand le courage empiète sur la raison, il ronge le glaive avec lequel il combat. " (Shakespeare)
    " Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint. " (Montaigne)
    " Où serait le mérite si les héros n'avaient pas peur ? " (Alphonse Daudet)
    " À mesure que l'on s'avance dans la vie, on s'aperçoit que le courage le plus rare est celui de penser. " (Anatole France)
    " Il faut savoir ce que l'on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire. Quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire. " (Georges Clemenceau)
    " Le courage est une chose qui s'organise, qui vit et qui meurt, qu'il faut entretenir comme les fusils. " (André Malraux)
    " L'impossible, nous ne l'atteignons pas mais il sert de lanterne. " (René Char)

  • Saint-Germain-de-Montbron, été 1849. Pour le plus grand bonheur des paroissiens de cette bucolique commune rurale située en Charente, un nouveau curé se présente enfin au presbytère. Or, le jeune Roland Charvaz n'a manifestement pas la vocation; il favorise de loin les conquêtes féminines au détriment de la salvation des âmes. Pour sa part, Mathilde, la jolie épouse du docteur de Salignac et mère d'un petit garçon, n'a jamais connu la passion amoureuse, du moins, jusqu'au jour où le nouveau religieux s'installe tout près de chez elle. Dès leur première rencontre, c'est le coup de foudre et les deux amants se lancent dans une aventure torride, à l'insu de tous. Leur secret honteux ne sera pas éventé jusqu'à ce que la nouvelle domestique du curé découvre leur liaison illicite. Scandalisée, Annie Meunier menace de tout révéler au mari trompé et à l'évêché. Elle ne sait dans quel piège elle vient de mettre les pieds, car Roland et Mathilde sont prêts à tout pour sauver leur honneur... et leur relation. Lorsque la vieille femme décède dans des circonstances mystérieuses, une enquête est ouverte par les autorités. Sûrs de leur crime parfait, Roland et Mathilde se pensent à l'abri de tout soupçon, mais ils ne savent pas qu'Annie a déjà fait des révélations troublantes à son entourage... Enquête et procès suivront à cause de cette femme, dont la curiosité et la langue trop bien pendue ont causé la perte. Inspiré d'une histoire vraie, ce nouveau roman de Marie-Bernadette Dupuy allie des ambiances finement dessinées à une tension constante qui explose lors d'un procès fortement médiatisé à travers toute la France.

    1 autre édition :

  • Batool est repérée un jour dans un supermarché pour participer à une émission de télévision : Le dernier survivant. Elle est ravie et donne tout lors de l'entretien afin de montrer sa détermination. Elle est sélectionnée et participe à l'émission, avec d'autres jeunes de son âge. Une fois le tournage achevé, Batool rentre chez elle heureuse, et impatiente que ses proches la découvrent à l'écran. Rien ne se passe comme prévu car le montage sans pitié des images de l'émission font dire tout et n'importe quoi aux participants. Et c'est Batool qui obtient le rôle de la méchante. Une phrase sortie de son contexte, et c'est toute sa vie qui s'effondre... Elle est insultée en permanence sur les réseaux sociaux et dans la rue, et vit un enfer. Si sa famille la soutient, nombre de ses amis lui ont tourné le dos sans chercher à comprendre la situation. Batool n'a d'autre choix que de s'éloigner du mensonge qui la tient prisonnière.

    Un récit efficace sur un thème d'actualité important pour les adolescents : les fake news.
    Toute la mécanique des glissements des réseaux sociaux qui conduisent à détruire une identité et une réputation.
    La plume vive et acérée de Julien Dufresne-Lamy, auteur chez Actes-Sud Junior et Belfond.
    ++ Une fiche pédagogique accompagnera le lancement de ce nouveau Presto.

  • Dès 1933, Edmund Husserl, d'ascendance juive, se voit rayé de la liste officielle des professeurs d'université. Peu après sa mort, le père Van Breda, alors étudiant à Louvain, rencontre sa veuve en 1938 à Fribourg. Devant la masse de documents qu'il découvre, dont maints inédits et une bibliothèque de plus de 2700 volumes souvent annotés de la main du maître, Van Breda pressent que s'y trouvent les clefs pour retracer la genèse de la phénoménologie. Sa décision est prise : il faut créer un centre d'études dédié à cette oeuvre. Les précieuses archives doivent franchir les frontières du Reich. Van Breda entend coûte que coûte les sauver d'une destruction certaine, par les mêmes moyens dont usent les nazis dans leur entreprise de spoliation. Un périlleux périple commence dans la clandestinité.

    Le père franciscain Herman Leo Van Breda (1911-1974) a 27 ans et vient tout juste d'être licencié en philosophie quand il décide de consulter le fonds d'inédits du philosophe Edmund Husserl, disparu quelques mois plus tôt à Fribourg-en-Brisgau. L'ampleur de sa découverte le conduit à fonder en 1939 les Archives Husserl à Louvain. Son action a permis d'assurer le sauvetage de ce monument de la pensée, menacé par la montée du nazisme. Van Breda dirigera cette institution jusqu'à sa mort.

  • De nos jours, dans le Sud-Ouest. Malgré leurs caractères dissemblables, les jumelles Anne et Rose ont grandi en harmonie dans un foyer uni. Autant Anne est douce et rêveuse, autant Rose est audacieuse et vive. Elles ont vingt ans et sont étudiantes quand leurs parents meurent dans un accident de la route. Livrées à elles-mêmes, l'une et l'autre partent chacune de son côté mener sa vie. Rose se lance dans une quête effrénée de liberté et de plaisir tandis qu'Anne rencontre un compagnon et fonde une famille. En dépit des silences et des doutes, le lien entre les deux soeurs reste intact. Quand Anne comprend que Rose s'enfonce dans l'enfer de la drogue, elle entreprend de tout faire pour la sauver. Jusqu'à ce qu'elle découvre la raison de la dérive de Rose : un terrible secret, trop bien gardé... Auteur surdouée aux multiples facettes, traduite jusqu'en Russie, Marie-Bernadette Dupuy nous offre une nouvelle saga, haletante, pleine de péripéties et d'émotions, qui est aussi une extraordinaire leçon de vie et de courage.

    1 autre édition :

  • Peau d'âne vit dans la forêt, isolée et bien tranquille, quand sa marraine fée lui annonce que, par décret royal, elle doit aller à l'école. Peau d'âne est très fâchée, d'autant plus qu'elle doit faire des kilomètres et des kilomètres à travers bois pour y arriver... Elle a bien raison, car ce qu'elle va y découvrir fait un peu froid dans le dos ! Toutes les petites princesses des contes les plus renommés y sont au complet : Shéhérazade, la Princesse au Bois dormant, Cendrillon, Blanche-Neige, Raiponce, la Princesse aux boucles parfaites... Dans la cour de récré, c'est à celle qui sera la plus chipie, la plus méchante et cassante... Leur maîtresse, la mère L'Oye, a beau les faire travailler sur les Contes de petites filles très malignes, tout ce joli monde n'en tire aucune leçon. Et Peau d'âne devient rapidement le souffre-douleur de la Princesse aux boucles parfaites, qui mène la danse, et de toutes ses suiveuses. Sauf que... sauf que... avec sa peau d'âne sur le dos, elle n'a pas dit son dernier mot !Et celle qui se prenait pour le centre du monde pourrait très bien retourner, invisible et seule, tout au fond de la cour de l'école ! Peau d'âne à la rude école des princesses, un conte détourné fourmillant de trouvailles !Une histoire pleine d'humour qui évoque le harcèlement à l'école, la concurrence entre les petites filles et l'amitié.

  • Incapable de parler dans certaines situations, Piper Rhodes souffre de mutisme sélectif. Elle rencontre West, le joueur star de l'équipe de foot, celui dont tout le lycée parle. Malgré ses angoisses et son isolement, la jeune fille se lie à West, sans que jamais elle ne réussisse à prononcer un seul mot... Une histoire de confiance, d'amitié et d'amour, où se révèle le pouvoir des mots qu'on dit, et de ceux qu'on ne dit pas.« Je déteste cette étiquette de mutisme sélectif. Comme si je choisissais de ne pas parler ! Depuis mes dix ans, je fais inlassablement le même voeu quand je trouve un trèfle à quatre feuilles, celui de réussir à parler quand j'en ai envie. Je suis en train de me demander s'il y aura assez de trèfles sur terre... »Titre original : The Things I didn't say.

  • Le 19 novembre 1966, Phan Thi Mao, jeune femme vietnamienne, est kidnappée, violée par plusieurs hommes avant d'être assassinée. Les auteurs de ce crime odieux ? Quatre soldats américains. Un cinquième homme de cette unité, Sven Eriksson, assiste, impuissant, à la scène. Il prend la décision de dénoncer le crime mais encourt de sévères représailles. S'ils sont convoqués devant un tribunal militaire, les quatre auteurs encourent les travaux forcés à perpétuité.

    Daniel Lang a rencontré Eriksson dans sa ferme du Minnesota. Loin de la justice froide des tribunaux militaires, l'ex-fantassin se livre sur sa décision de dénoncer ses camarades, quatre jeunes Américains comme lui, d'une vingtaine d'années, chacun dépendant des autres pour sa survie en territoire ennemi...

    Journaliste et auteur de plusieurs ouvrages - Early Tales of the Atomic Age, The Man in the Thick Lead Suit, From Hiroshima to the Moon, A Summer's Duckling, An Inquiry Into Enoughness ou encore Patriotism without Flags -, Daniel Lang (1913-1981) a collaboré durant quarante années au New Yorker, pour lequel il a notamment été correspondant de guerre.

  • En 2011, dans Ma petite entreprise a connu la crise, Nicolas Doucerain, jeune président de Solic, entreprise au bord de la faillite, racontait son combat pour permettre à sa société de survivre.
    Très bien reçu par la presse et les médias, le livre a fait l'objet d'une édition augmentée en 2012. Alors que la crise sanitaire de 2020 menace de nombreuses entreprises, Nicolas Doucerain reprend la plume pour compléter son ouvrage et le mettre à jour. Il raconte notamment comment il a rebondi après la faillite de son entreprise Solic en créant une structure d'accompagnement des entrepreneurs confrontés à des difficultés, analyse la crise sanitaire actuelle et ses conséquences pour les entreprises, et propose des solutions pour changer nos paradigmes entrepreneuriaux et nos façons de travailler.

    Né en 1976, Nicolas Doucerain est un entrepreneur autodidacte. Après la faillite de son cabinet de recrutement Solic à la suite de la crise financière de 2008, il a partagé son expérience dans son livre, Ma petite entreprise a connu la crise, et lors de conférences auprès d'entreprises, de grandes écoles, d'associations, etc. En 2019, il crée Valumen, un cabinet spécialisé dans le management de transition premium. Il est également chroniqueur sur BFM Business.

  • Jeune et beau gabarier, Hugo, élevé par un père aimant mais taciturne, a toujours cru que sa mère était morte en le mettant au monde. Mais la réalité est tout autre. Lorsqu'il découvre la vérité, le jeune homme voit sa vie prendre un chemin qu'il était loin d'avoir soupçonné. Il va de mauvaises surprises en amères déceptions, se sent trahi à la fois par la personne la plus importante de sa vie et les ombres malveillantes du destin. Et son coeur tourneboulé l'empêche de voir que l'amour et le bonheur sont si près de lui qu'il n'a qu'à tendre la main pour les cueillir.

    Mais celle qui l'aime - et que lui ne voit pas - a la patience et la foi. Elle le sait: un jour, elle et lui, ces deux enfants du Pas du Loup, seront ensemble à jamais, comme les deux âmes soeurs qu'ils sont et ont toujours été.

    1 autre édition :

  • Pour les hommes du 231e régiment d'infanterie, les différences d'âge et de condition sociale n'importent plus. Tous sont venus s'enterrer dans les tranchées boueuses de Crouy, sous la pluie et le feu de la mitraille allemande. Leur seule certitude face aux armées ennemies : « I' faut t'nir. » Barbusse fut l'un des leurs. Tiré de ses carnets de guerre, ce roman, prix Goncourt 1916, révéla à ceux de l'arrière le quotidien des poilus : leur courage, leur camaraderie, leur argot, mais aussi la saleté, l'attente et l'ennui. Cette guerre, l'état-major, le gouvernement et la presse patriotique la censurent. Il faudra un roman comme Le Feu pour en dire toute la barbarie mécanique, mais aussi l'espoir : celui d'en sortir vivant... Couverture Virginie Berthemet © Flammarion

  • Courage de s'accomplir et de s'affirmer, courage de se mettre en danger pour sauver une vie, courage d'assumer

    une différence, courage de la résilience face à la souffrance, courage physique des guerriers... Cette vertu aux multiples facettes, valorisée depuis des siècles, reste centrale dans notre société : nous l'admirons chez ceux qui en font preuve, nous l'exigeons de ceux entre les mains desquels nous remettons notre destinée... Nous-même espérons n'en être pas dépourvu.

     

    Et si nous partions à la découverte de notre courage originel et de son potentiel ? Ce livre magistral, accessible et profond nous explique comment débloquer cette vertu qui est en nous et qui ne demande qu'à s'épanouir pour que nous soyons la personne que nous souhaitons vraiment être. Et cela, en apprenant à prendre des risques, à recourir à notre curiosité, notre imagination et notre ruse, à passer à l'acte malgré les difficultés et les échecs possibles...

     

    En s'appuyant sur la vie d'innombrables héros de l'histoire et des plus grands penseurs, cet ouvrage décrypte la vertu du courage et nous aide à en avoir davantage afi n que nous puissions déterminer notre propre vie, sans les entraves de nos doutes et des attentes des autres. Cette philosophie, profondément libératrice, nous permettra alors de devenir meilleur.

     

    Rendons honneur au courage, Modeste ou spectaculaire, de chacun !

  • Tsipora, douze ans, vit avec ses parents, son grand frère Uriel et sa petite soeur Deborah dans leur ferme non loin de Jérusalem, au temps du roi Salomon (près d'un millénaire avant J.-C.). Sa vie paisible est rythmée par les tâches domestiques, et par les visites à la famille pour les fêtes. Mais Tsipora, dont le nom signifie « l'oiseau », préfère se promener, jouer, et suivre son père et son frère, plutôt que de rester à la maison ou de se marier, comme les autres filles. Elle picore, bavarde, toujours prête à s'envoler !Un jour, elle fait la rencontre d'Ezra, un jeune homme en fuite. Dans la région, l'hospitalité est un devoir sacré, aussi elle n'hésite pas à le cacher et le nourrir. Il ne leur faut pas longtemps pour s'apprivoiser, et bientôt Ezra lui confie son secret : il veut aller à Hébron, ville refuge qui le protègera du vengeur de sang, car s'il se cache, c'est parce qu'il croit avoir tué un homme... Que s'est-il vraiment passé ? Tsipora est bien décidée à découvrir la vérité, et à protéger son ami. Ezra a des yeux si doux qu'il ne peut pas être coupable... Alors elle se tourne vers son père, un juge sage et bon, qui connaît toutes les lois de son peuple. Lui saura faire ce qui est juste, même s'il s'agit d'une histoire compliquée impliquant deux hommes, un puits et un âne.  Une voix radieuse de toute jeune fille vive, impulsive, pleine d'humour et de douceur innocente. Le portrait d'une héroïne qui prend les choses en main et assume son rôle protecteur.Un roman à la lisière du conte, qui permet d'en apprendre plus sur les traditions juives de l'époque, depuis la vie quotidienne et la cuisine jusqu'aux lois et à la religion, en passant par le mariage, la signification des prénoms, les coutumes...

empty