• Cent sonnets

    Boris Vian

    Cent infâmes sonnets. C'est ainsi que devait s'appeler ce recueil à l'origine. Il comporte en réalité cent douze sonnets, rédigés au début des années 1940 par le jeune Boris Vian.
    Infâmes, ces poèmes ne le sont pas vraiment... sauf à considérer que les pieds de nez à la poésie, les alexandrins à treize syllabes et les calembours relèvent du sacrilège ! La poésie joyeuse de Boris Vian s'empare de toutes les thématiques chères à l'auteur - le cinéma, le jazz, les surprises-parties, l'anticléricalisme... - avec la même fantaisie langagière, le même humour où point parfois un brin de mélancolie. On y retrouve, en germe, le parolier de génie que deviendra Boris Vian.
    Dans le manuscrit autographe des Cent Sonnets conservé à la BnF figurent des illustrations réalisées à l'époque par Peter Gna, le beau-frère de Boris Vian. Cette édition présente pour la première fois au public le texte avec ces dessins burlesques qui l'ont toujours accompagné dans le plus grand des secrets.

  • C'est à un extraordinaire voyage dans un monde enchanté qu'est invité le lecteur de ce livre. En cent épisodes aussi chaleureux qu'érudits, il aborde des contrées et des sujets d'une infinie variété tant est vaste et divers le monde de la vigne, du vin et des vignerons. De la variété des terroirs à celle des cépages, des méthodes de culture aux modes de vinification, de la mise au point des façons de conserver le précieux liquide à la manière de le boire et de l'accompagner, aux portraits hauts en couleur de grands producteurs, les uns discrets, les autres illustres, des vieilles terres de production comme le Proche-Orient et l'Europe aux nouveaux mondes du vin comme l'Extrême-Orient ou l'Océanie, l'auteur dresse à petites touches une fresque vivante et passionnante où l'homme joue toujours le premier rôle. Il n'oublie pas de mettre les Français en garde lorsqu'ils répugnent à se remettre en question ou lorsque leurs pouvoirs publics entretiennent sur le vin des préjugés d'un autre âge. Aux antipodes des traités trop austères ou des manuels de dégustation, voici un plaisant livre de chevet de tous les amoureux de la dive bouteille.

  • En 1380, à l'agonie, lors du dernier siège qu'il commande contre les ennemis du roi de France Charles V, Bertrand Du Guesclin confie à son fidèle compagnon d'armes ce que fut sa vie.
    Celui que ses ennemis avaient surnommé par dérision 'le dogue noir de Brocéliande' évoque son enfance douloureuse dans sa Bretagne natale pour laquelle il a toujours combattu. Comme il lui avait été prédit, et, sans doute, imagine-t-il, avec le soutien de Merlin l'Enchanteur, sa fidélité infaillible envers la France engagée dans la Guerre de cent ans sera récompensée par le titre de connétable du roi...

  • Cent jours de folie, cent jours d'hrosme, cent jours d'audace, cent jours qui composent la tragdie la plus acheve de l'Histoire de France. Le 1 mars 1815, Napolon dbarque Golfe-Juan. Seul contre tous, il va reconqurir son trne avec seulement une poigne de soldats, pour le perdre nouveau trois mois plus tard Waterloo, crivant le chapitre le plus romanesque de son pope. Pour reconstituer l'itinraire de Napolon jour aprs jour, heure par heure, j'ai choisi de raconter ces Cent-Jours comme un reporter embedded, qui aurait suivi l'empereur pas pas de l'le d'Elbe la plaine de Waterloo. Grce une inpuisable bibliographie - rservoir de faits vrifis, de scnes authentiques, de phrases historiques ou triviales - j'ai eu accs aux palais et aux tats-majors, j'ai vcu les combats et les conciliabules, j'ai observ au plus prs les faits et gestes des acteurs. Pour complter ce travail, j'ai visit les lieux de l'action, du palais de Fontainebleau l'le d'Elbe, de l'lyse la ferme du Caillou, de la Belle-Alliance l'le d'Aix. Voici mon reportage. Laurent Joffrin

empty