Alicia Éditions

  • L'Art de LIRE

    Emile Faguet


    Émile Faguet, grand écrivain et critique français, s'est attaqué dans cet ouvrage à la question importante de la lecture, de sa nécessité jusqu'au plaisir qu'elle procure. Il nous aide à comprendre à quel point LIRE est un moyen d'épanouissement et de développement personnel tout en étant également essentiel aux rapports que nous entretenons avec les autres. Il insiste notamment sur la notion de lire lentement et de choisir ses lectures.


    Dans nos sociétés modernes, où le temps manque, où tout s'accélère, il est plus que nécessaire de réhabiliter cette saine activité dont les effets bénéfiques sur l'homme ne cessent d'être démontrés par de nombreuses études scientifiques.


    Ce livre, par la profondeur et la clarté de ses idées, l'heureuse abondance de ses formules et la parfaite sincérité de ses conclusions, nous invite donc à LIRE.



    EXTRAIT : « On lit très peu, disait Voltaire, et, parmi ceux qui veulent s'instruire, la plupart lisent très mal. De même un épigrammatiste inconnu, du moins de moi, disait, au commencement, je crois, du XIX

    e


    siècle :




    Le sort des hommes est ceci :




    Beaucoup d'appelés, peu d'élus ;




    Le sort des livres, le voici :




    Beaucoup d'épelés, peu de lus.




    Savoir lire, on le sent, est donc un art et il y a un art de lire. C'est à quoi songeait Sainte-Beuve quand il disait : « Le critique n'est qu'un homme qui sait lire et qui apprend à lire aux autres. »




    Mais en quoi cet art consiste-t-il ? Je crois que nous voilà tous embarrassés.





    Un art se définissant d'après le but qu'il se propose, nous avons sans doute à nous demander pourquoi nous lisons. Est-ce pour nous instruire ? Est-ce pour juger des ouvrages ? Est-ce pour en jouir ? Si c'est pour nous instruire, nous devons lire très lentement, en notant plume en main tout ce que le livre nous apprend, tout ce qu'il contient d'inconnu pour nous - et puis, nous devons relire, très lentement, tout ce que nous avons écrit. C'est un travail très sérieux, très grave et où il n'y a aucun plaisir, si ce n'est celui de se sentir plus instruit de moment en moment.





    »


  • *** Premium Ebook with beautiful layout ***

    Orientalists and other impartial persons admit that no religion in the world contains a more sublime system of moral rules than Buddhism, but if we wish this to become known to Buddhist children, we adult Buddhists must take the task upon ourselves. Many a Buddhist boy has been "converted"; to Christianity, or otherwise brought to despise his ancestral religion, from ignorance of its merits.

  • De la Nature des Choses (De rerum natura) apparaît comme l'un des textes importants de la philosophie épicurienne. Lucrèce joua en effet un rôle essentiel quant à la diffusion de cette doctrine dans la mesure où son ouvrage, qui possède une ambition pédagogique, vise ici à traduire et à rendre accessible une philosophie qu'il était alors difficile de lire en raison de sa complexité. Constitué de six livres, on y retrouve ainsi développés des thèmes tels que la mort, le sentiment amoureux, la vie psychique ou l'histoire de l'humanité.

  • « Le vrai bonheur ne coûte pas cher, et pourtant, combien cher nous payons ses contrefaçons ! »
    Va, petit livre, et choisis tes lecteurs ! A ceux qui ont trouvé la force suffisante pour bien vivre, tu n'auras probablement pas beaucoup à apprendre. Mais à la multitude de ceux qui voudraient arriver à quelque chose de meilleur et ne savent comment s'y prendre, à tous ceux qui cherchent, aux déprimés, aux découragés, aux indécis, aux neurasthéniques, porte ton message réconfortant.

    Montre-leur le sommet à atteindre, et, pendant l'ascension, soit pour eux un guide inspirateur, illuminateur et dévoué !

  • L'Athéisme

    Felix Le Dantec

    Cet ebook bénéficie d'une mise en page esthétique optimisée pour la lecture numérique.

    La croyance en un ou plusieurs dieux peut-elle coexister avec un esprit scientifique ? Cette question continue de faire l'objet de débats enflammés dans les sphères scientifiques. Félix Le Dantec (1869-1917), biologiste et philosophe des sciences, prône un athéisme éclairé et nous invite à partager ses idées à l'aide d'argumentations bien construites. Selon sa thèse, il n'y a qu'une minorité d'athées et il démontre que l'anticléricalisme n'est pas synonyme d'athéisme.
    Plus de cent ans après sa première publication, ce texte écrit à l'époque de la révolution Darwinienne, reste d'actualité en nous invitant notamment à nous interroger sur la place de Dieu dans nos sociétés modernes.

  • Cet ebook bénéficie d'une mise en page esthétique optimisée pour la lecture numérique.

    Léon Ollé-Laprune est selon le philosophe anglais William P. Coyne « le plus grand laïc catholique français depuis Ozanam ».
    Fervent catholique, il a enseigné avec brio la philosophie à lEcole Normale Supérieure en faisant preuve d'une grande tolérance pour ceux qui ne partageait pas ses croyances religieuses. Il fut notamment le maître de Jean ue qui lui voua une grande admiration.
    Dans ce texte puissant, il nous invite à réfléchir au sens de la vie et nous explique pourquoi la vie vaut la peine d'être vécue. En nous démontant à quelle point la vie est précieuse, ils nous rappellent à l'ordre sur nos actions quotidiennes, pauvres insouciants que nous sommes tous de la fragilité de nos existences...
    Cette oeuvre reste d'une modernité déconcertante, une vraie philosophie de vie !


    Le texte comprend 185 notes dynamiques



    EXTRAIT : « Quand, il y a deux ans bientôt, j'offrais au public ces études sur ce que je puis nommer la philosophie de la vie, ou encore, d'un beau mot emprunté à Aristote, la philosophie des choses humaines, je disais : « Je suis convaincu, et je voudrais convaincre les autres que la vie est singulièrement précieuse, si l'on sait voir ce pour quoi elle nous est donnée et ce que nous pouvons et devons en faire. »


    C'est bien là l'idée maîtresse de ce livre, et c'est pour cela qu'il a pour titre le Prix de la vie. À cette déclaration je n'ai rien à ajouter, sinon, peut-être, que du double souci partout présent dans ces pages, celui de ne point mutiler l'homme et celui de prêcher le devoir d'agir, l'urgence, si je puis dire, est de plus en plus visible et va croissant.


    Dans l'ordre intellectuel et philosophique, s'il est vrai que l'on constate une certaine aspiration à une synthèse de plus en plus compréhensive, une attention plus sérieuse donnée à des faits de différentes sortes longtemps négligés, un certain élargissement des cadres de la pensée et de la pensée elle-même, il est vrai aussi que la persistance trop générale de vieux préjugés entrave ce retour aux meilleures pratiques et ces heureuses nouveautés, et condamne les désirs, les efforts, les tentatives à demeurer trop souvent stériles ; qu'à l'égard des sciences il subsiste en bien des endroits une méconnaissance fâcheuse de leur véritable esprit, de leur juste portée et, par suite, un emploi peu judicieux de leur méthode et de leurs résultats ; et qu'enfin à l'égard de ce qui est chrétien la défiance est grande, très grande en beaucoup de régions du monde qui pense, ou qui croit penser, et en beaucoup d'autres, l'intolérance même est très aveugle, très haineuse, très active. Ainsi l'humanité se divise d'avec elle-même, et rejette ou néglige quelque chose d'elle-même et des ressources mises à sa disposition. »

empty