• Edition illustrée et enrichie (illustrations originales de la collection Hetzel et dossier sur l'auteur)
    Phileas Fogg, gentleman anglais, parie avec les membres de son club qu'il fera le tour de la terre en 80 jours. Et, aussitôt, le voilà parti, accompagné de son domestique Jean, un Parisien, dit Passepartout. Il devra être revenu à Londres, pour gagner, le samedi 21 décembre 1872 à 20 heures 45 minutes !
    Soupçonné d'être l'audacieux voleur de la Banque d'Angleterre, Phileas Fogg va être filé tout au long de ses pérégrinations par le détective Fix qui ne peut cependant pas l'arrêter, le mandat d'amener arrivant toujours trop tard...
    Les pays traversés, les multiples aventures, les stratagèmes employés pour contourner les nombreux obstacles, l'activité débordante de Phileas Fogg pour lutter contre le temps en ne se départant jamais de son flegme tout britannique, les personnalités de Passepartout et de l'obstiné Fix, font du Tour du monde en 80 jours un merveilleux roman, l'un des meilleurs de Jules Verne, dont le succès considérable ne s'est jamais démenti depuis sa parution, en 1873.

  • Bel-Ami

    Guy de Maupassant

    Le second roman de Guy de Maupassant, retrace l'ascension sociale de Georges Duroy, homme ambi- tieux et séducteur sans scrupule, arriviste et oppor- tuniste, employé au bureau des chemins de fer du Nord, qui parviendra au sommet de la pyramide sociale Parisienne grâce à ses maîtresses et à la col- lusion entre la finance, la presse et la politique.

  • Edition enrichie de Roger Borderie comportant une préface et un dossier sur le roman.

    Victor Hugo a vingt-six ans quand il écrit, en deux mois et demi, Le Dernier Jour d'un Condamné, roman qui constitue sans doute le réquisitoire le plus véhément jamais prononcé contre la peine de mort.
    Nous ne saurons pas qui est le Condamné, nous ne saurons rien du crime qu'il a commis. Car le propos de l'auteur n'est pas d'entrer dans un débat mais d'exhiber l'horreur et l'absurdité de la situation dans laquelle se trouve n'importe quel homme à qui l'on va trancher le cou dans quelques heures.
    Ce roman - aux accents souvent étrangement modernes - a une telle puissance de suggestion que le lecteur finit par s'identifier au narrateur dont il partage tour à tour l'angoisse et les vaines espérances. Jusqu'aux dernières lignes du livre, le génie de Victor Hugo nous fait participer à une attente effarée : celle du bruit grinçant que fera le couperet se précipitant dans les rails de la guillotine.
    Quiconque aura lu ce livre n'oubliera plus jamais cette saisissante leçon d'écriture et d'humanité.

  • "Classiques & Patrimoine", la seule collection de classiques pédagogiques avec un rabat Histoire des arts et un rabat Repères chronologiques !
    En 1819, dans un Paris en pleine mutation, tiraillé entre le respect des traditions et le pouvoir cynique de l'argent, Rastignac, pauvre mais ambitieux, va affronter les épreuves de son initiation.
    Notions littéraires : la decription, la littérature en feuilleton et la caricature au XIXe siècle, la comédie humaine : le retour des personnagesHistoire des arts : Paris dans la première moitié du XIXe siècle, romantisme et réalisme, le temps romanesque
     
     

  • Le destin de Jean Valjean, forçat échappé du bagne, est bouleversé par sa rencontre avec Fantine. Mourante et sans le sou, celle-ci lui demande de prendre soin de Cosette, sa fille confiée aux Thénardier. Ce couple d'aubergistes, malhonnête et sans scrupules, exploitent la fillette jusqu'à ce que Jean Valjean tienne sa promesse et l'adopte. Cosette devient alors sa raison de vivre. Mais son passé le rattrape et l'inspecteur Javert le traque...

  • Édition enrichie (Préface, notes, dossier sur l'oeuvre, chronologie et bibliographie)Octave Mouret affole les femmes de désir. Son grand magasin parisien, Au Bonheur des Dames, est un paradis pour les sens. Les tissus s'amoncellent, éblouissants, délicats. Tout ce qu'une femme peut acheter en 1883, Octave Mouret le vend, avec des techniques révolutionnaires. Le succès est immense. Mais ce bazar est une catastrophe pour le quartier, les petits commerces meurent, les spéculations immobilières se multiplient. Et le personnel connaît une vie d'enfer. Denise échoue de Valognes dans cette fournaise, démunie mais tenace.
    Zola fait de la jeune fille et de son puissant patron amoureux d'elle le symbole du modernisme et des crises qu'il suscite. Personne ne pourra plus entrer dans un grand magasin sans ressentir ce que Zola raconte avec génie : les fourmillements de la vie.

  • À la cour du roi Henri II, la princesse de Clèves, jeune mariée, craint d'aimer le duc de Nemours, dont elle est aimée. Cruellement déchirée entre son désir et son devoir, elle avoue ses sentiments à son époux, qu'elle met au désespoir. Le prince meurt bientôt, rongé par le chagrin. Mme de Clèves lui reste fidèle et s'interdit de jamais céder à sa passion pour le duc.
    Peinture d'une âme tourmentée érigée en symbole de vertu, le roman de Mme de Lafayette demeure l'un des chefs-d'oeuvre de la littérature amoureuse.

    + Étude de l'oeuvre
    o explications de texte
    o points de grammaire
    o La Princesse de Clèves au cinéma
    + Parcours : « Individu, morale et société »
    o amour et morale au XVIIe siècle : la critique de la passion amoureuse
    o « J'ai un amant ! » : amour, sexualité et morale dans la littérature, du XVIIIe au XXIe siècle
    + Cahier photos
    + Sujets de bac.

  • Edition enrichie (Introduction, notes, commentaires et dossier sur l'oeuvre, chronologie et bibliographie)Enfant trouvé, fasciné par la carrière des armes, Hyacinthe dit Chabert s'est illustré aux premiers rangs de la Grande Armée. Laissé pour mort à Eylau, puis miraculeusement sauvé, il tentera quelques années plus tard de retrouver sa place dans une France bourgeoise qui veut oublier ses héros, auprès d'une femme qui lui doit tout, qui l-a dépouillé et qui le rejette.
    Nul destin, peut-être, n'éclaire mieux que le sien l'envers de la «comédie humaine», dans cette tragédie domestique doublée d'un drame social où le sublime côtoie constamment le sordide.
    Nous n'oublierons jamais l'entrée pitoyable de Chabert à l'étude Derville éclairée au gaz le matin, avec le déjeuner, réchauffé sur la cheminée, des clercs, des clercs rieurs, insolents et clabaudeurs, Chabert avec ses rides blanches, son vieux carrick, Chabert méprisé, aliéné de cette patrie et de cette femme qu'il continue à aimer, dénoncé de cette société où, bien qu'enfant trouvé, il s'était, si difficilement, fait un nom... Chabert a sa place dans toutes les mémoires, à côté du cousin Pons et du père Goriot, et sur le même rang.
    Le Colonel Chabert, admirable histoire de revenant.
    Paul Morand.
    Edition de Stéphane Vachon. 

  • Un héritage inattendu déclenche une haine maladive entre deux frères. Derrière l'argument simple de ce roman, Maupassant laisse affleurer ses hantises et ses plus sombres obsessions, dans l'une de ses ultimes tentatives de catharsis par l'écrit.

  • Edition enrichie de Louis Forestier comportant une préface et un dossier sur le roman.

    Rouen, occupé par les Prussiens, durant la guerre de 1870. Des bourgeois tentent de fuir la ville en diligence. Parmi eux se trouve une prostituée, celle qu'on surnomme Boule de suif. Tous vont abuser de sa générosité et la forcer à céder au chantage sexuel d'un Prussien. Maupassant dresse ici un portrait inégalé de l'hypocrisie et de la lâcheté humaines. Il condamne sans appel la guerre et la classe dirigeante, paternaliste et profiteuse. Il nous communique toute sa tendresse pour une fille au grand coeur, symbole d'une résistance vouée à l'échec.

  • Edition enrichie de Albert Thibaudet comportant une préface et un dossier sur le roman.

    "L'Histoire d'un coeur simple / est tout bonnement le récit d'une vie obscure, / celle d'une pauvre fille de campagne, / dévote mais pas mystique, dévouée / sans exaltation et tendre comme du pain frais. / Elle aime successivement un homme, / les enfants de sa maîtresse, un neveu, / un vieillard qu'elle soigne, / puis son perroquet [...]. / Cela n'est nullement ironique comme / vous le supposez, mais au contraire / très sérieux et très triste. / Je veux apitoyer, faire pleurer / les âmes sensibles / - en étant une moi-même."

    Flaubert, Lettre à Edma Roger des Genettes,19 juin 1876

  • Plongez en VO dans le magnifique roman épistolaire et découvrez, noatmment à travers les lettres de Jonathan, l'histoire du comte Dracula. Pour vous aider, des traductions en marge  vous permettront de bien comprendre le texte original. Ces textes en VO font partie des lectures imposées pour les classes de Première dans le cadre du nouveau bac de 2020.

  • Edition enrichie (Introduction, notes et bibliographie)Un jeune aristocrate désargenté et désespéré, Raphaël de Valentin, reçoit d'un vieil antiquaire une peau d'onagre miraculeuse et maléfique : elle satisfait tous ses désirs, mais sa superficie, liée par un charme mystérieux à la durée de la vie de son possesseur, rétrécit à chaque souhait exaucé. Raphaël, qui rêvait de conquérir le monde, découvre ainsi, au prix de sa propre existence, que « Vouloir nous brûle et Pouvoir nous détruit ». Seul face à sa mort, dont il peut chaque jour calculer l'échéance, il délaisse la société des hommes, renonce à la jouissance du monde : en vain, même l'amour pur et partagé ne pourra le sauver.
    Dans le décor très réaliste des années 1830, La Peau de chagrin plonge le lecteur dans un univers proprement fantastique, un univers de l'étrange qui illustre l'une des théories philosophiques fondamentales de l'oeuvre balzacienne : l'énergie vitale.
    Introduction et notes de Jacques Martineau. 

  • Après dix ans de silence, Franck téléphone un soir à ses parents. Curieusement, c'est un petit garçon qui décroche. Plus curieusement encore, il s'appelle Alexandre, comme son frère disparu des années auparavant. Franck décide alors de revenir dans la ferme familiale. Louise, elle, a prévu d'y passer quelques jours avec son fils. Franck et Louise, sans se confier, semblent se comprendre. « On ne refait pas sa vie, c'est juste l'ancienne sur laquelle on insiste », pense Franck en arrivant. Mais dans le silence de cet été ensoleillé et chaud, autour d'un enfant de cinq ans, « insister » finit par ressembler à la vie réinventée.
    L'Amour sans le faire, c'est une histoire de la tendresse en même temps qu'un hymne à la nature, une nature sauvage, imprévisible, qui invite à changer - et pourquoi pas à renaître.

  • 'Vous vous réveillerez dans un caveau où nul n'est descendu depuis vingt ans, et dans lequel, d'ici à vingt ans peut-être, nul ne descendra encore. N'ayez donc aucun espoir de secours, car il serait inutile. Vous trouverez du poison près de cette lettre : tout ce que je puis faire pour vous est de vous offrir une mort prompte et douce au lieu d'une agonie lente et douloureuse. Dans l'un et l'autre cas, et quelque parti que vous preniez, à compter de cette heure, vous êtes morte.'
    Pauline (1838) est un des premiers romans de Dumas, où Monte-Cristo se trouve en germe. C'est un livre qu'il a écrit seul, et qui se déroule de son temps. La fiction brode sur les thèmes du roman gothique, en 'noir', nuit, cottage en ruine, sentes perdues, passages secrets, brigands impitoyables, héroïne enterrée vivante, substitution de cadavres.
    Pauline fait face à un bourreau mystérieux, 'homme fatal'. C'est le roman d'une jeunesse déboussolée qui tente de se faire une place dans une société mesquine.

  • Programme Bac 2022 Première générale et Premières technologiques.
    Parcours  :  Rire et savoirLa bonne éducation
    L'oeuvre :
    Pour incarner l'homme nouveau de la Renaissance, Rabelais crée un géant, Gargantua, et nous invite à le suivre dans ses aventures extraordinaires. Tout en lui est gigantesque  : son corps, sa force, son appétit, son intelligence et son rire. Son esprit moqueur a deux ennemis  : les docteurs de l'ancienne école  ; les seigneurs qui répandent la guerre. Gargantua croit en la liberté  ; il prône une éducation et un art de vivre qui respectent la nature humaine et concilient christianisme et bonheur. Pour raconter les prouesses de son héros, Rabelais invente une langue jubilatoire où se retrouvent poésie et prose, langues et dialectes, mots savants et mots grossiers, carnaval et philosophie. Avec Gargantua, Rabelais donne pour toujours un visage et un corps à l'humanisme du XVIe siècle.
    DOSSIER SPÉCIAL BAC 2022 :Deux groupements de textesDes sujets d'écrit
    AVANT DE LIRE L'OEUVRE :L'essentiel sur l'auteurL'essentiel sur l'oeuvreSituer l'oeuvre 
    AU FIL DE L'OEUVRE :  Des questionnaires d'explication linéaire  d'extraits de l'oeuvre, pour se préparer à l'oral du bac
     
    LE DOSSIER BIBLIOLYCEE  :Structure de l'oeuvreBiographie de l'auteurContexte de l'oeuvreGenèse et réception de l'oeuvreGenre de l'oeuvreThèmes et enjeuxProlongements artistiques et culturelsÉtude des documents de couverture

  • BnF collection ebooks - "Elle avait un jupon rouge fort court qui laissait voir des bas de soie blancs avec plus d'un trou, et des souliers mignons de maroquin rouge attachés avec des rubans couleur de feu. Elle écartait sa mantille afin de montrer ses épaules et un gros bouquet de cassie qui sortait de sa chemise. Elle avait encore une fleur de cassie dans le coin de la bouche, et elle s'avançait en se balançant sur ses hanches comme une pouliche du haras de Cordoue."

  • CE SONT EUX QUI ONT FAIT DE NOUS LES MÉCHANTS
    Mary Elizabeth est une lycéenne comme les autres.  À un détail près : après les cours, elle est en stage au poste de police central de Monarch City. Entre deux tas de paperasses, elle observe avec envie les agents lutter contre la criminalité. Depuis des années, les tensions s'accumulent entre l'élite aisée de la ville et les habi-tants de la Cicatrice, le quartier défavorisé où régnait autrefois la magie.
    Lorsque la fille de l'un des plus puissants hommes d'af-faires de Monarch disparaît, Mary Elizabeth est chargée de l'enquête et a enfin l'occasion de faire ses preuves. Mais cet enlèvement n'est que le début d'un mystère bien plus épais et sinistre. Au fil de l'enquête, la jeune fille sera prise dans le combat qui oppose ceux qui maniaient autrefois la magie et ceux qui seraient prêts à tout pour la retrouver. Quitte à engendrer des monstres...

  • Avant de devenir Cruella d'Enfer...
     
    Londres, été 1967. Estella, 16 ans, bourrée de talent, d'ingéniosité et d'ambition, rêve de devenir une grande créatrice de mode. Mais la vie semble en décider autrement  : la jeune lle passe ses journées à errer dans les rues en compagnie d'Horace et Jasper. Ces voleurs amateurs deviennent vite sa famille de fortune et ses complices de méfaits en tous genres. Comment Estella pourrait-elle intégrer l'élite de la mode londonienne quand elle passe son temps à coudre des costumes destinés aux braquages du trio ?
    Sa rencontre inattendue avec Magda et Richard Moresby-Plum, deux jeunes héritiers de la haute société, laisse entrevoir à Estella un monde de luxe et de célébrité  : et si elle était destinée à plus que ce qu'elle imaginait ? Tout à coup, le quotidien d'Estella se pare de soirées glamour, de restaurants huppés, de irts avec une rock star montante et, bien sûr, des créations de mode les plus tendances au monde. Mais suivre ce rythme eff réné a un coût... Estella est-elle prête à le payer ?

  • « Splendeurs et misères des courtisanes » est un roman d'Honoré de Balzac écrit et publié sur une période de neuf ans, avant de prendre sa forme actuelle et finale, celle d'un roman fleuve, sorte de mini- Comédie Humaine, commençant comme un roman d'une facture balzacienne classique, et se métamorphosant en roman judiciaire, avant de se conclure avec le dernier coup d'archet de Jacques Collin, alias Vautrin, alias Carlos Herrera, alias Trompe-la-mort, qui triomphe une nouvelle fois de ses ennemis, et devient chef de la Police. Balzac n'a jamais dissimulé la parenté entre le personnage de Vautrin et Vidocq->aut160], qu'il rencontre dès 1822, dont il découvre les Mémoires en 1828, et qu'il continue à « fréquenter » par la suite. Comme dans Une ténébreuse affaire->art405], Balzac nous fait aussi la démonstration de son excellente connaissance du système pénal, de l'Instruction, il nous fait visiter les recoins les plus sombres du Palais de Justice. Esther, Rubempré, Sérizy, Rastignac, Nucingen, et évidemment Vautrin, tous apparaissent dans ce long roman, un roman charnière dans l'oeuvre de Balzac-, un de ses plus grands romans. Précédé d'une préface détaillée et d'une biographie originales. A lire !

  • Entre son ex-femme dont il est toujours amoureux, ses enfants qui lui manquent, son frère qui le somme de partir s'occuper de ses parents « pour une fois », son père ouvrier qui s'apprête à voter FN et le tsunami qui ravage un Japon où il a vécu les meilleurs moments de sa vie, tout semble pousser Paul Steiner aux lisières de sa propre existence. De retour dans la banlieue de son enfance, il va se confronter au monde qui l'a fondé et qu'il a fui. En quelques semaines et autant de rencontres, c'est à un véritable état des lieux personnel, social et culturel qu'il se livre, porté par l'espoir de trouver, enfin, sa place.
    Dans ce roman ample et percutant, Olivier Adam embrasse dans un même souffle le destin d'un homme et le portrait d'une certaine France, à la périphérie d'elle-même.

  • Dolmancé à Eugénie : 'Soyez de même extrêmement libre avec les hommes ; affichez avec eux l'irréligion et l'impudence : loin de vous effrayer des libertés qu'ils prendront, accordez-leur mystérieusement tout ce qui peut les amuser sans vous compromettre ; laissez-vous manier par eux... ; mais, puisque l'honneur chimérique des femmes tient à leurs prémices antérieures, rendez-vous plus difficile sur cela ; une fois mariée, prenez des laquais, point d'amant, ou payez quelques gens sûrs : de ce moment tout est à couvert ; plus d'atteinte à votre réputation, et sans qu'on ait jamais pu vous suspecter, vous avez trouvé l'art de faire tout ce qui vous a plu.

  • Rousseau ne voulait pas qu'un portrait de lui figure en tête de ses OEuvres.
    Son vrai portrait, le seul qui ne mentirait pas, c'est en lisant ses Confessions qu'on l'aurait sous les yeux : Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme, ce sera moi. Mais quelle identité assigner à ce moi qui déclare : Je suis autre ? Autre que tous les autres, et pourtant leur semblable. Perpétuellement autre que soi, et pourtant toujours même.
    e Bigarre et singulier assemblage d'identifications multiples où Narcisse et Caton, Alceste et Céladon, Mentor et le petit Jésus, Socrate et la cigale, Orphée et la fourmi, le rat des villes, celui des champs, le berger extravagant, l'agneau immaculé et le bouc émissaire tiennent tour à tour le devant de la scène, sans nuire pour autant à l'unité d'action, tant tout se tient, tout est un dans mon caractère .
    Au lecteur d'en juger.

  • Édition enrichie (Préface, notes, dossier sur l'oeuvre, documents, chronologie et bibliographie)Le jour de Noël 1860, devant la cathédrale de Beaumont enneigée, Angélique, une enfant trouvée et martyrisée, cheveux blonds et regard couleur de violette, est recueillie par Hubertine et son mari Hubert. Ils élèvent la sauvageonne qui apprend la broderie et se met à lire avec passion La Légende dorée de Jacques de Voragine. Une vie de travail et de piété, illuminée bientôt par lidylle qui se noue entre Angélique et Félicien.
    La publication de La Terre, le précédent roman des Rougon-Macquart, a valu à Zola des critiques acerbes. On dénonce la grossièreté de son art : « Il est des âmes pures et des curs héroïques, écrit ainsi Anatole France. M. Zola ne le sait pas. » Pour prendre le contre-pied de ces attaques, le romancier se décide à évoquer des personnages irréprochables et des sentiments purs. Et, en 1888, ce changement de registre correspond à lattente de son public : quelques critiques ont beau ironiser, le romancier gagne son pari et Le Rêve est un succès.

empty