• Pourquoi publier des scénarios ? L'essentiel, le but véritable n'est-il pas le film auquel celui-ci a donné vie ? Publie-t-on un scénario par défaut, lorsqu'un film est resté à l'état de projet, afin que le désir de cinéma dont il était porteur ne tombe pas dans l'oubli ? Et lorsque le film a bien été réalisé puis diffusé, quel scénario publie-t-on, autrement dit quelle version ? Publie-t-on différents textes selon les supports et les publics supposés ? Certains se demanderont même quel intérêt on trouve à lire un scénario : s'agit-il de retrouver le souvenir d'un film aimé, de comprendre « comment ça marche », d'apprendre à écrire d'autres scénarios, ou d'imaginer des films qu'on n'a pas vus, certains parce qu'ils n'ont pas été tournés ?

    Jean-Louis Jeannelle est Professeur de littérature du xxe siècle à l'Université de Rouen. Il est notamment l'auteur de Films sans images : une histoire des scénarios non réalisés de « La Condition humaine » (Seuil, coll. « Poétique », 2015).

    Mireille Brangé, ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure, enseigne la littérature générale et comparée à l'université Paris 13. Elle est notamment l'auteur de Delphine Seyrig. Une vie (Editions Nouveau Monde, 2018).

  • Quel nom conviendrait mieux à cet art dont Émile Zola écrivait que «jamais auparavant des peintures ne lui avaient paru posséder une telle dignité. On peut presque entendre les voix intérieures de la terre et sentir les arbres bourgeonner». Plus qu'un art émotionnel, il s'agissait d'un art révolutionnaire qui rompait catégoriquement avec les règles rigides de l'art académique. Ainsi, les peintres purent se laisser enchanter par la lumière dansant sur les arbres, ou ses reflets dans l'eau. Expérimentée par Théodore Rousseau, la méthode allait être intensément développée par Monet, Renoir, Pissaro, Manet ou encore Berthe Morisot, chacun à sa propre manière.

  • Élève, muse, amie, complice : voici ce que fut Jeanne Baudot pour Renoir pendant plus de vingt-six ans. Elle vouait au maître une admiration sans borne que la passion commune pour la nature et ses beautés exacerbait. Que de moments précieux et joyeux partagèrent-ils ! Dès son plus jeune âge, évoluant au coeur de la sphère privilégiée d'intellectuels, d'artistes et de collectionneurs parisiens de la Belle Epoque, cousine de Paul Gallimard, amie des petites Manet, de Degas, Mallarmé, Maillol, Maurice Denis, Valéry et de tant d'autres, Jeanne ne pouvait que succomber à l'appel de l'Art. La peinture l'ensorcela.
    À la lumière de Renoir tente de percer le secret de cette folle passion aux vertus rédemptrices. « Grâce à la peinture, j'ai éprouvé dans ma vie des émotions et des joies esthétiques qui m'élevèrent dans le royaume de la Beauté pure et m'immunisèrent contre tant d'atteintes terrestres. », dira-t-elle dans ses souvenirs.

  • Pierre-Auguste Renoir (Limoges, 1841 - Cagnes-Sur-Mer, 1919) Pierre-Auguste Renoir naquit le 25 février 1841 à Limoges. En 1854, ses parents retirèrent l'enfant de l'école et le placèrent dans l'atelier des frères Lévy afin qu'il apprenne la peinture sur porcelaine. Son frère cadet, Edmond Renoir,racontait : «De ce qu'il usait des bouts de charbon sur les murs, on en conclut qu'il aurait du goût pour une profession artistique. Nos parents le placèrent donc chez un peintre en porcelaine. » Un des ouvriers de Lévy, Emile Laporte, pratiquait la peinture à l'huile pour son plaisir. Il proposa à Renoir d'utiliser ses toiles et ses couleurs. Et c'est récisément ainsi que naquit le premier tableau du futur impressionniste, qui fut montré très solennellement à Laporte dans la maison des Renoir. En 1862, Auguste Renoir réussit son examen d'entrée à l'École des Beaux-Arts. Il fréquente en même temps un atelier libre où enseigne le professeur Charles Gleyre. Le deuxième événement important de cette période de la vie de Renoir fut la rencontre, dans l'atelier Gleyre, de ceux qui devinrent ses meilleurs amis tout au long de sa vie et ses compagnons dans l'art. À un âge plus avancé, l'artiste déjà mûr eut la possibilité de voir des Rembrandt en Hollande, des Velàzquez, Goya et le Greco en Espagne, et des Raphaël en Italie. À l'époque où les amis se retrouvaient à la Closerie des Lilas, Renoir continuait de puiser son inspiration au Louvre : «Et pour moi, au moment de Gleyre, le Louvre c'était Delacroix. » La première exposition des impressionnistes devint, pour Renoir, le moment d'assertion de sa propre vision du peintre. Dans la vie de l'artiste, cette période fut marquée encore par un événement significatif : en 1873, il emménagea à Montmartre au numéro 35 de la rue Saint-Georges, où il vécut jusqu'en 1884. Il resta fidèle à Montmartre jusqu'à la fin de sa vie. Là, il trouva ses motifs de plein air, ses modèles et même sa famille. C'est justement dans les années 1870 que Renoir se fit des amis qui l'accompagnèrent jusqu'à la fin de ses jours. Le marchand Durand-Ruel devint l'un d'eux. Il commença à lui acheter des tableaux en 1872. L'été, comme toujours, Renoir peignait beaucoup, avec Monet, en plein air. Il venait à Argenteuil où Monet louait une maison pour sa famille. Avec eux travaillait parfois Edouard Manet. En 1877, à la troisième exposition des impressionnistes, Renoir présenta plus de vingt peintures. C'étaient des paysages exécutés à Paris, sur la Seine, en dehors de la ville et dans le jardin de Claude Monet ; des études de visages de femmes et des bouquets de fleurs ; les portraits de Sisley, de l'actrice Jeanne Samary, de l'écrivain Alphonse Daudet et de l'homme politique Spuller ; il y avait aussi La Balançoire et le Bal au Moulin de la Galette. Dans les années 1880, Renoir connut enfin le véritable succès. Il travaillait sur des commandes de riches financiers, de la propriétaire des Grands Magasins du Louvre, du sénateur Goujon. Ses peintures furent exposées à Londres, à Bruxelles, à la septième exposition internationale chez Georges Petit (1886).
    Dans sa lettre adressée à Durand-Ruel, à New York, il écrit : «L'exposition de Petit est ouverte et elle a pas mal de succès, diton.
    Car c'est difficile de savoir soi-même ce qui se passe. Je crois avoir fait un pas dans l'estime publique, petit pas. Mais c'est toujours ça ».

  • « Lorsque vous prenez une fleur dans les mains et que vous la regardez attentivement, elle devient votre univers le temps d'un instant. Je veux offrir cet univers aux autres, à tous ceux qui n'ont pas le temps de regarder une fleur. Je veux que les gens la voient, qu'ils le veuillent ou non », disait Georgia O'Keeffe. Les fleurs sont au centre de la plupart des natures mortes de notre art pictural. La palette de couleurs, la diversité des formes et des textures qu'elles offrent en font surtout un sujet de représentation idéal, se prêtant à toutes les techniques artistiques. Les fleurs ont inspiré bien des peintres, de Rubens à Dalí, sans oublier Renoir ou encore Matisse. Au coeur des oeuvres, elles sont bien souvent devenues des chefs-d'oeuvre.

  • « Les impressionnistes privilégient la couleur au trait », « L'impressionnisme est un événement parisien », « Les impressionnistes sont des autodidactes en marge de tout système », « L'impressionnisme est une peinture populaire », « Les plus beaux tableaux impressionnistes sont aux États-Unis »...
    Ce portrait que nous brosse l'auteur de ces « révolutionnaires » de la peinture est une occasion de découvrir ou redécouvrir ce mouvement célèbre pour son innovation et sa puissance de contestation, ce que l'on a parfois oublié tant les impressionnistes sont devenus une véritable « institution ».

  • Les auteurs :
    PHILIPPE AZOURY - ANTOINE DE BAECQUE - SONIA BUCHMAN - JEAN-FRANÇOIS BUIRÉ - MARC CERISUELO - ANGIE DAVID - SAMUEL DOUHAIRE - JEAN-LUC DOUIN - AVRIL DUNOYER - RÉMI FONTANEL - MARIE ANNE GUERIN - ANDRÉ HABIB - MICHEL MARIE - OLIVIER PÉLISSON - NATACHA THIÉRY - FRANCIS VANOYE Jean Eustache a tourné treize films de tout format et de tout genre, des films courts (plutôt que des courts métrages) et des films fleuves, des films de cinéma et des films pour la télévision, des documents (plutôt que des documentaires) et des fictions, un film célèbre, La Maman et la Putain, et des films discrets. Tous ont une part autobiographique, au sens où Eustache était l'ethnographe de son propre réel.
    Ce fut un cinéaste secret, souffrant du manque de succès, mais charismatique. Qu'est-ce qui nous touche tant chez lui, quand Alexandre parle à n'en plus finir, que Véronika rit et pleure dans le même mouvement, que la Rosière sourit ou qu'on découpe le cochon ? Qu'est-ce qui subsiste ainsi, irréductiblement, trente ans après son suicide, en novembre 1981, diamant qu'on ne saurait rayer, regard clair qui ne saurait s'éteindre ?
    À ces différentes questions, le Dictionnaire Eustache voudrait répondre, explorant cet univers et cette vie comme un puzzle bio-filmographique, une forme en multiples détails - ces détails dont Eustache était fou -, une marqueterie faite de séquences, d'histoires, d'amitiés, d'amours, de collaborations, de références et de fétiches personnels. Qu'est-ce ainsi que le « désir » ou la «mort » chez Eustache, l'« adolescence » ou le «montage », la « captation du réel » ou le « fondu au noir » ? Pourquoi le « vouvoiement », le « trou », le « passé », le « sexe », la « mélancolie » ou la « drague » ? Quelles places ont occupées ses acteurs, tels Jean-Pierre Léaud ou Françoise Lebrun, ses proches et sources d'inspiration, tels Jean-Noël Picq ou Jean-Jacques Schuhl, ses modèles cinématographiques, tels Murnau ou Renoir ?
    Le Dictionnaire Eustache propose une manière originale, ludique, cinéphile et littéraire de décrire et de comprendre l'univers et la vie du cinéaste, curiosité se déclinant sur près de deux cents entrées qui tentent de dire au plus juste qui il était et ce qu'étaient ses films.

  • Avant le XVIIe siècle, l´école française n´occupait qu´une modeste place dans la peinture européenne. C´est seulement à partir de cette date que les peintres anonymes cédèrent la place à toute une pléiade de noms devenus célèbres : Nicolas Poussin, Georges de la Tour, Claude Le Lorrain, les frères Le Nain...Aux XVIIIe et XIXe siècles, la peinture française est à son apogée. Les musées du monde entier conservent aujourd´hui les toiles de Watteau, David, Ingres, Delacroix, Rousseau, Monet, Renoir. Cet ouvrage offre à l´amateur d´art, pour chaque genre, (natures mortes, portraits, paysages...) une étude complète et illustrée sur l´évolution de la peinture française pendant cinq siècles.

  • Anna, libraire vient d'acquérir aux enchères le journal intime de Anne-Elisabeth Cézanne, mère du célèbre peintre.
    Cette femme discrète qui a vécu entre un homme d'affaires de grand talent et un fils, génie de la peinture, a-t-elle trouvée une place pour s'épanouir ?
    Au fil des pages, qui nous comptent des morceaux de vie empreinte de sensibilité, on découvre une personne, touchante et bienveillante.
    Une femme qui a côtoyé de grands noms tels que Renoir, qui adorait sa cuisine, Zola, ami de son fils Paul, Gauguin qui admirait la peinture de son fils...
    Tout comme Anna, on se laisse emporter par l'émotion de chaque mot, touché par la retenue qui s'en dégage.

    Une lecture qui fait du bien et qui nous permet de faire partie, un instant, de ce tableau qui est la vie d'Anne-Elisabeth Cézanne.

  • Van Gogh Vincent

    Theodore Duret

    VAN GOGH par Théodore Duret est un texte de référence sur l´artiste, par un contemporain engagé dans l´aventure de la peinture de son époque.

    On y suit l´artiste tout au long de sa vie, y compris dans les périodes antérieures à ses débuts artistiques. L'auteur analyse aussi l'oeuvre de Vincent : son évolution, ses innovations, ses techniques, mais aussi ses dessins et son oeuvre littéraire. Au-delà de l´aspect biographique très réussi, le texte est aussi celui d´un critique d´art perspicace, certainement le plus grand de son temps. Maints aspects de ce texte apparaissent avec le recul comme prophétiques. Duret était bien plus qu´un témoin, il était aussi un acteur (il a entre-autres introduit le japonisme en France en 1872) et a lui-même influencé Van Gogh , comme on le verra dans le livre.

    L'édition enrichie de VisiMuZ comprend en sus du texte 150 photos de tableaux, agrandissables en plein écran par simple-tap. Pour chacune, les dimensions, la localisation sont précisées.

    Tableaux, dessins, lithographies sont aussi commentés lorsque des informations complémentaires peuvent enrichir la lecture.

    S'il est d'abord une source de plaisir, le texte devient aussi un instrument d'étude pour les étudiants et professionnels de l'art. En sus de la lecture classique, vous pouvez parcourir les oeuvres sous forme de diaporama.



    Pour un livre d´art, voici au moins 4 bonnes raisons de préférer le numérique au papier :



    - Agrandissement de la photo pour mise en valeur des détails - Bénéficier grâce à la tablette d´un cadre qui met en valeur le tableau - Création d´une photothèque personnelle avec les photos de l´ebook - Adaptation de la taille des caractères à la vue de chacun.



    Plusieurs catalogues raisonnés de l´oeuvre de Van Gogh ont été réalisés. Celui de Jean-Baptiste de La Faille (1928, dernière édition en 1970), malgré les découvertes faites depuis son élaboration, continue à servir de référence. Un catalogue plus récent a été établi par Giovanni Testori et Luisa Arrigoni en 1990. Pour faciliter le repérage dans l'oeuvre de Manet, nous indiquons donc pour chaque tableau le numéro de référence dans ces deux catalogues.

  • Pierre-Auguste Renoir war Augenzeuge vieler bedeutender Ereignisse. Sein jüngerer Bruder Edmond erzählte: "Seine Kohlezeichnungen an den Mauern brachten die Eltern auf den Gedanken, dass er ein malerisches Talent besitze, und sie schickten ihn in die Lehre zu einem Porzellanmaler. Er hat also Glück gehabt, was nicht so oft vorkommt." Bald darauf entstand das erste Bild des künftigen Impressionisten. Er bestand 1862 die Aufnahmeprüfungen an der Ecole des Beaux-Arts und nahm sein Studium in der Werkstatt von Charles Gleyre auf. Viel später, als bereits ausgereifter Künstler, erhielt Renoir die Möglichkeit, das Schaffen von Rembrandt direkt in Holland, die Werke von Velázquez, Goya und El Greco in Spanien und die Raphaels in Italien kennen zu lernen. Aber die erste Ausstellung der Impressionisten war für Renoir der erste Schritt zur Behauptung seiner eigenen künstlerischen Sicht. Ab 1873 ließ er sich auf dem Montmartre nieder, wo er bis 1884 lebte. Dort fand er auch seine Familie und lernte in den 1870er Jahren seine treuesten Freunde kennen. Auf der dritten Impressionisten-Ausstellung im Jahr 1877 zeigte Renoir ein ganzes Panorama von Bildern (über 20 Arbeiten). Darunter waren viele Landschaften, die in Paris an der Seine, in der Umgebung der Stadt und im Garten Monets gemalt worden waren, Studien von Frauenköpfen und Blumensträußen, Portraits, aber auch Die Schaukel und Ball im Moulin de la Galette. Durand-Ruel veranstaltete 1883 auf dem Boulevard de la Madeleine in Paris die erste Einzelausstellung Renoirs, auf der 70 Werke gezeigt wurden. Damit begann für Renoir eine Glückssträhne. Seine Bilder wurden in London, Brüssel und auf der Siebten Internationalen Ausstellung bei Georges Petit im Jahre 1886 ausgestellt. In einem Brief schrieb der Maler: "Die Ausstellung von Petit ist eröffnet und soll Erfolg haben. Es ist ja so schwer, über sich selbst zu urteilen. Ich glaube, es ist mir gelungen, einen Schritt auf dem Weg zur Achtung des Publikums zu tun, einen kleinen Schritt. Aber immerhin."

  • Just before his death, Claude Monet wrote: "I'm still sorry to have been the cause of the name given to this group, most of whom were not in the least bit impressionistic". Starting with this paradox - an ensemble that saw itself as a coherent group, while affirming artistic individuality as the ultimate goal - the author, Nathalia Brodskaïa, explores the contradictions of late nineteenth-century art. Was it not Manet who evoked the definitive formula: "I paint what I see and not what others want to see" ? There would be a long way to go before the world recognised the difference between traditional, academic art and the birth of modern, non-figurative painting. After analysing the essential elements of the Impressionist movement, Nathalia Brodskaïa pursues, across the oeuvre of each of the main players, the search for "that conviction they had, of justice in their principles and value in their art". From this assertion of difference, modern painting was born.

  • Découvrez les fascinants chefs-d'oeuvre de Gustave Caillebotte et promenez-vous sur les boulevards de son Paris du XIXe siècle aux côtés des membres distingués de la haute société de l'époque. Chaque oeuvre est accompagnée de trois détails mettant en lumière tous les éléments charmants de l'héritage de cet artiste de talent. Gentilshommes, parisiens et proprets, travailleurs en plein labeur, boulevards parisiens baignés de soleil et barques nonchalantes dérivant sur la rivière, tout scintille dans l'OEuvre captivant de cet impressionniste peu connu. Bien qu'ayant organisé huit de leurs expositions, Gustave Caillebotte (1848-1894) est généralement négligé parmi ses légendaires camarades impressionnistes. Pourtant, un regard attentif à sa manière moderne de portraiturer la vie parisienne contemporaine est essentiel, ses compositions saisissantes attirant notre attention, nous happant au coeur de la réalité de cette société en constante mutation. Né dans une famille aisée de la bourgeoisie, Caillebotte savait mieux que personne ce que Paris avait à offrir, et, depuis son appartement situé derrière l'opéra, il peignit certains des paysages urbains atmosphériques pour lesquels il est particulièrement célèbre.

  • Kurz vor seinem Tod schrieb Claude Monet: Es tut mir noch immer Leid, dass ich verantwortlich bin für den Namen einer Gruppe von Malern, von denen die meisten ganz und gar keine Impressionisten waren. Monet charakterisierte seine Einstellung zur Malerei so: Ich male, was ich sehe, und nicht das, was die Anderen gern sehen mchten. In diesem offensichtlichen Paradox zwischen einer Gruppe, die sich selbst als ein zusammengehriges Ganzes sah, aber auch als den Ausdruck der künstlerischen Individualität als ihrem hchsten Ziel, sieht die Autorin, Nathalia Brodskaya, die Ursache der zahlreichen Widersprüche in der Kunst gegen Ende des 19. Jahrhunderts. Zwischen dem so genannten Akademischen Kunststil und dem Beginn der modernen abstrakten Kunst lag ein langer, mühsamer Weg zur Anerkennung. Nathalia Brodskaya analysiert zunächst die grundlegenden Elemente der impressionistischen Bewegung und sucht dann im Werk der verschiedenen Künstler die ihnen eigene Überzeugung von der Richtigkeit ihrer Prinzipien und vom Wert ihrer Kunst aufzuspüren. Genau aus diesem Anspruch auf Anderssein ist schließlich die moderne Malerei entstanden.

  • A ktet a legismertebb, leghíresebb fest?k képeinek bemutatásával ad áttekintést a stílusirányzatról.

  • The influence of works by French artists extends itself across all artistic styles, and many French works have gained world fame as classics. This book gives an overview of the French milestones in still lifes, portraits, and landscapes, and includes artists like Poussin, Clouet, Moreau, Millet, Courbet, Signac, and Rouault. The convenient format makes the Mega Square edition an ideal gift for any art lover.

  • Blumen sind das zentrale Objekt einer Vielzahl von Stillleben in der Malerei. Mit ihren Farben und Formen drücken Künstler von Brueghel bis O'Keeffe Leben, aber auch Vergänglichkeit aus. Van Goghs Sonnenblumen, Monets Seerosen und Matisse' Bouquets sind unvergessliche Meisterwerke. Dieses Buch versammelt die großen Meister der Blumenmalerei und sein praktisches Format macht es zu einem idealen Geschenk.

  • Der Einfluss der Werke franzsischer Maler zieht sich durch alle Stilrichtungen und viele von ihnen sind zu Klassikern von Weltruhm geworden. Dieses Buch gibt einen Überblick über die franzsischen Meilensteine der Stillleben, der Portraits und der Landschaftsmalerei, indem es Künstler wie Poussin, Clouet, Moreau, Millet, Courbet, Signac und Rouault umschließt. Sein handliches Format macht diese Mega Square Ausgabe zu einem idealen Geschenk für jeden Kunstliebhaber.

  • Amikor egy virágot a kezünkbe veszünk, és alaposan megfigyeljük, egy pillanatra ez a virág a szemünkben maga lesz a világmindenség. Én meg akarom osztani másokkal is ezt a világot. A városlakók tbbnyire rks rohanásban élnek, és nincs idejük arra, hogy megszemléljenek egy virágot. Én azt akarom, hogy lássák, akár akarják, akár nem. Georgia O'Keeffe

  • Histoire d'Édouard Manet et de son oeuvre est d'abord l'histoire d'une aventure hors du commun, celle de l'homme Manet, et celle de la révolution qu'il introduisit à son corps défendant dans la vie artistique de son époque. On y croise tous les grands peintres mais aussi les poètes (Baudelaire, Mallarmé), les politiques, les critiques, les demi-mondaines, les amis et les ennemis. L'auteur analyse aussi l'oeuvre de Manet : ses évolutions, ses innovations, ses choix (par exemple ses liens avec les Impressionnistes), ses ruptures, en les confrontant à celles des tenants de la tradition. On y découvre les conceptions de Manet vis-à-vis de ses oeuvres, les raisons des lazzi du public, on suit aussi les évolutions du goût sur près de 70 ans.

    Le texte de l'auteur Théodore Duret (1838-1927), de huit ans plus jeune que Manet, était devenu son ami. Il avait d'abord soutenu son oeuvre à la fois comme critique d'art et comme collectionneur, à une époque où son oeuvre était moquée et méprisée, puis l'a côtoyé.

    Aorès la mort de l'artiste, Duret a établi le premier catalogue de ses oeuvres et écrit sa biographie. La première édition a été publiée en 1902, chez Georges Charpentier, éditeur proche des artistes. La seconde a été éditée par la galerie Bernheim-Jeune en 1919. Nous avons repris le texte, remanié par l'auteur, de cette édition.

    Le texte fourmille d'anecdotes, de tranches de la vie artistique et parisienne entre 1850 et 1883. Il permet aussi de structurer la connaissance que l'on a de l'artiste en le replaçant dans le temps et les lieux de sa vie. C'est tout un monde qui revit, et la compréhension des querelles artistiques de cette époque éclaire toute la vision de l'art au XXe siècle qui suivra.

    Le texte de l'édition de 1919 comprenait un peu plus de 230 pages. Enrichie par l'iconographie, l'édition numérique de VisiMuZ correspond à un équivalent papier de plus de 300 pages (le nombre de pages dépendant évidemment pour un livre numérique de la police choisie) L'édition enrichie de VisiMuZ Elle comprend en sus du texte 140 photos de tableaux soit un quart de l'oeuvre complète de l'artiste. Pour chacune, les dimensions, la localisation sont précisées, ainsi que la référence au catalogue raisonné établi par Denis Rouart (fils de Julie Manet, et petit-fils d'Eugène Manet et Berthe Morisot) et Sandra Orienti en 1967. Pour faciliter le repérage dans l'oeuvre de Manet, nous indiquons donc pour chaque tableau le numéro de référence (précédé de la lettre O) dans le catalogue raisonné Rouart-Orienti.

    Tableaux, dessins, lithographies sont parfois commentés lorsque des informations complémentaires peuvent enrichir la lecture.

    S'il est d'abord une source de plaisir, le texte devient aussi par là-même un instrument d'étude pour les étudiants et professionnels de l'art.

    En sus de la lecture classique, vous pouvez parcourir les oeuvre sous forme de diaporama.
    Pour un livre d´art, voici au moins 4 bonnes raisons de préférer le numérique au papier :



    - Agrandissement de la photo pour mise en valeur des détails - Bénéficier grâce à la tablette d´un cadre qui met en valeur le tableau - Création d´une photothèque personnelle avec les photos de l´ebook - Adaptation de la taille des caractères à la vue de chacun

  • Derrière un musée et une collection, il y a d'abord des hommes et des femmes, des envies, des volontés de créer, de bâtir, de témoigner, de contribuer à une meilleure civilisation. L'institut Courtauld en est un exemple frappant. Le Courtauld Institute of Arts a été créé en 1932. Il est parfois désigné au Royaume-Uni comme la « collection des collections ». À côté des deux créateurs de l'institut - Samuel Courtauld et Lord Arthur Lee of Fareham - il faut citer d'autres personnages essentiels : Sir Robert Witt, Sir Stephen Courtauld, Mark Gambier Parry, le comte Antoine Seilern. Leurs collections étaient très diverses mais toujours d'une exceptionnelle qualité. C'est grâce à eux tous que le Courtauld mérite pleinement son appellation de « collection des collections ».
    Ce livre reprend les tableaux les plus importants présents dans le musée ainsi que quelques dessins particulièrement exceptionnels. C'est ainsi 116 oeuvres de près de 50 artistes qui sont présentées et reproduites ici, de Botticelli à Michel-Ange, de Robert Campin à Cranach et Pierre Bruegel, de Rubens et Claude Lorrain, à Tiepolo, Goya, Turner. Samuel Courtauld a contribué à faire connaître au Royaume-Uni les impressionnistes (Manet, Monet, Sisley, Renoir, Degas, Morisot, Pissarro) et leurs successeurs (Cézanne, Seurat, Signac, Van Gogh, Gauguin, Lautrec, Rousseau, Bonnard, Vuillard). Les oeuvres qu'il a collectionnées sont des tableaux importants, ancrés dans la mémoire collective et sa collection a ensuite été augmentée par les autres dons et legs. Le XXe siècle (Modigliani, Soutine, etc.) n'est pas oublié.
    Les reproductions sont agrandissables en plein écran, aucun livre papier ne vous donne une telle richesse d'informations.
    Ce guide VisiMuZ vous donne une vision d'ensemble des collections de l'institut Courtauld. Il est nomade, rapide à télécharger, ne nécessite ensuite aucune connexion. Les livres numériques beaux-arts de VisiMuZ sont innovants, complets, simples, pratiques. Nativement numériques, ils profitent pleinement des avantages du support (navigation intuitive, recherche textuelle, police adaptée à la vue du lecteur, annotations, etc.)

    (Attention: en 2019, a lieu à Paris une exposition dont le périmètre est plus restreint. Elle est dédiée à la collection de Samuel Courtauld et non à toute la collection de la Courtauld Gallery.)

  • Ce livre est à la fois une biographie et une présentation de l'oeuvre de Camille Pissarro (1830-1903).
    Pissarro est d'abord l'aîné des impressionnistes, le peintre de la campagne, celui des quais et des ports, celui de Paris. Il est aussi l'admirateur de Millet et Manet, l'ami de Cézanne, Monet et Gauguin, le chercheur infatigable, qui n'a cessé d'innover, qui a embrassé un temps le divisionnisme de ses cadets Seurat et Signac. Il est enfin à la fois Français et Danois, né et ayant grandi aux Caraïbes, le père d'une famille d'enfants tous artistes, et un anarchiste convancu. Il y a tant à raconter sur cette vie souvent difficile, et toujours très riche.
    L'édition VisiMuZ de PISSARRO est un nouveau type de monographie, alliant textes originaux, anecdotes, et une iconographie très abondante et judicieusement placée. Elle s'adresse à tous les publics.
    La première édition de ce texte parut en 1924. L'auteur Adolphe Tabarant a connu le peintre de 1890 à 1903, ce qui rend ses observations très vivantes. Proche des impressionnistes et de tous les critiques et admirateurs qui gravitaient autour, il est le premier à avoir écrit une monographie précise sur l'artiste.
    Nous avons repris le texte original dans son intégralité, et parfois rétabli une réalité de la vie privée occultée par la pudeur de l'époque. Nous avons naturellement actualisé les possesseurs des tableaux. Nous avons aussi ajouté quelques notes qui nous semblaient nécessaires.
    L'édition originelle comprenait 40 illustrations hors-texte. Cette édition comprend plus de 280 reproductions d'oeuvres de l'artiste, afin de mieux comprendre à la fois son travail et son cheminement. On pourra juger de la richesse et la diversité de sa production sur 50 ans de vie artistique. Pour chacune des reproductions, les dimensions, la localisation (musée, collection) sont précisées. Le lecteur voit apparaître les différents tableaux au fur et à mesure de sa lecture, peut les consulter en plein écran, et les agrandir plus encore pour regarder un détail.
    Cette édition est donc à la fois un livre de la catégorie « beaux-arts » et une monographie qui, avec l'équivalent de 480 pages (dont 280 de planches), est une référence pour l'artiste. C'est aussi la première monographie sur Pissarro publiée depuis longtemps en France.
    o En replaçant les tableaux dans la vie du peintre, VisiMuZ permet au lecteur de mieux comprendre son évolution artistique, et rend la lecture plus attrayante et pédagogique.
    o Pour un livre d'art, voici au moins 5 bonnes raisons de choisir un livre numérique :
    - disponibilité permanente où que vous soyez, avec un encombrement minimal,
    - adaptation de la taille des caractères à la vue de chacun,
    - agrandissement des photos pour mise en valeur des détails,
    - création d'une photothèque personnelle avec les photos de l'ebook,
    - constitution d'une bibliothèque « Beaux-Arts » pour un budget très raisonnable.

  • RENOIR par Ambroise Vollard est un texte de référence sur l´artiste, par un contemporain engagé dans l´aventure de la peinture de son époque.


    Ambroise Vollard (1866-1939) est d´abord un marchand d´art précurseur et célèbre mais il est aussi un écrivain constamment réédité depuis 1920. Il a suivi l´artiste comme marchand et comme confident de 1894 à sa mort en 1919. Il a noté ses conversations avec Renoir et a écrit ensuite une biographie qui a fait date. Rédigé le plus souvent sous forme de dialogue, son texte est particulièrement vivant et intéressant.


    L'édition enrichie de VisiMuZ rajoute au texte intégral de la biographie, plus de 200 photos de tableaux, agrandissables en plein écran par simple-tap. Pour chacune, les dimensions, la localisation (musée, collection) sont précisées. Cette édition est donc à la fois un livre de la catégorie « beaux-arts » et une biographie de référence. Le lecteur voit apparaître les différents tableaux au fur et à mesure de sa lecture, peut les consulter en plein écran, et les agrandir plus encore pour regarder un détail.

    Outre les illustrations, ces textes de référence sont complétés par d´autres anecdotes issues des biographies de Georges Rivière et Jean Renoir et des commentaires VisiMuZ.
    En replaçant les tableaux dans le contexte global de l´oeuvre de l´artiste, en faisant comprendre au lecteur l´évolution artistique du peintre, VisiMuZ rend sa biographie plus attrayante et pédagogique.

    Pour un livre d´art, voici au moins 5 bonnes raisons de préférer un livre numérique au papier :
    - disponibilité permanente où que vous soyez, avec un encombrement minimal, - adaptation de la taille des caractères à la vue de chacun, - agrandissement des photos pour mise en valeur des détails, - création d´une photothèque personnelle avec les photos de l´ebook, - tableaux mis en valeur, encadrés par la tablette.

empty