• Cédric Gras aime la Russie et les climats difficiles. Après Vladivostok et Donetsk, le voici embarquant au Cap, direction l'Antarctique.
    L'Akademik Fedorov, bateau hérité de l'ère soviétique, doit assurer le ravitaillement des bases de Progress et Mirny, déposer les candidats à l'hivernage et récupérer l'équipe qui vient de passer un an à Vostok. Durant trois mois, Cédric Gras a partagé le quotidien des passagers du brise-glace, scientifiques, marins et techniciens en partance ou de retour. Il a vécu aux côtés des Poliarniks, ces hommes sélectionnés pour leurs capacités physiques, leur sang-froid face aux dangers. Ces hommes qui, enfants, rêvaient soit d'aller dans l'espace, soit de partir en Antarctique. Car la Russie a ceci de particulier que ses aventuriers en herbe rêvent d'étoiles ou de grand froid. Ces hommes qui, durant de longues années délaissent leur famille pour le pôle et mènent parfois une double vie (une femme à terre et une à bord). Embarquer pour l'Antarctique, c'est pour eux l'occasion de découvrir le monde, loin des contrées de Russie : Singapour, l'île Maurice, Le Cap, Hobbart.
    Et la mer des Cosmonautes ? C'est celle des Poliarniks, située près du continent antarctique, et qui leur offre ses paysages lunaires depuis le pont de l'Akademik Fedorov.

  • Cinq mille kilomètres en train, du coeur du continent sibérien jusqu'aux rives du Pacifique. Cinq mille kilomètres le long de la Grande ligne Baïkal-Amour, l'autre chemin de fer transsibérien, et au-delà du détroit de Tartarie jusqu'à l'île de Sakhaline et au souvenir de Tchékhov, qui
    y alla visiter le bagne en 1890.
    Des villes de pionniers à demi abandonnées dans l'immensité, des vies si humaines qui ne savent plus où elles vont, la mémoire enfouie mais ineffaçable des centaines de milliers de déportés qui construisirent cette ligne et ces villes au prix de leur vie, la grandeur et le malheur, la mélancolie russes...
    Il y a tout cela dans ce livre que traverse pourtant, né de l'espace sans bornes, un sentiment de liberté :
    " Tout fuit, tout glisse, on se dit qu'on est bien ici, loin de chez soi, libre provisoirement de toute attache, et que c'est pour ça qu'on voyage. "

  • Le village

    Dan Smith

    Sur la piste d'un tueur en série dans la Russie de Staline.Sur la piste d'un tueur en série dans la Russie de Staline. Hiver 1930. Vyriv, un petit village isolé de l'ouest de l'Ukraine. Dans la steppe enneigée, Luka, vétéran de la guerre de Crimée, recueille un homme inconscient. Dans son traîneau, deux corps d'enfants atrocement mutilés. Lorsque Luka revient au village, les habitants s'affolent. Avec l'arrivée au pouvoir de Staline, la paranoïa règne. Dans cette petite communauté jusqu'ici préservée, tout le monde craint l'arrivée de l'Armée rouge et des activistes. La venue de cet étranger n'annonce-t-elle pas un péril plus grave encore ? Luka n'aurait-il pas fait entrer un monstre dans le village, un assassin d'enfants, l'incarnation du mal ? Quand une fillette du village disparaît, Luka promet solennellement de la retrouver. À travers les étendues gelées de cette région hostile déchirée par la guerre et la brutalité, où la survie est un souci de chaque instant, il se lance alors à la poursuite d'un prédateur particulièrement retors.
    Un héros d'une humanité rare, un sens du réalisme et de l'authenticité quasi documentaire, une traque impitoyable dans des conditions extrêmes, avec
    Le Village, Dan Smith nous entraîne au coeur des ténèbres de l'âme humaine. Dressant un portrait aussi juste qu'effrayant des débuts du stalinisme, il atteint avec une force d'émotion et une tension permanentes une maîtrise romanesque qui fait de ce thriller inouï, déjà salué par une critique unanime, un classique immédiat.

  • La meilleure histoire de la Russie.Fruit de plus de dix ans de travail, ce maître-livre raconte la riche et grande histoire de la Russie, des origines à la fin de l'URSS, en passant par l'établissement d'une autocratie impérialiste assise sur la force de l'orthodoxie et d'un nationalisme conquérant. Un classique dont l'ampleur et l'intelligence se conjuguent avec un rare bonheur d'écriture, ici présenté dans une édition entièrement revue et augmentée d'une préface inédite de Marie-Pierre Rey.
    " C'est un travail sans équivalent, une lecture indispensable pour qui s'intéresse au pouvoir de la Russie et s'interroge sur son avenir. "
    Jean-François Revel

  • " Débordant de passion, d'héroïsme, de musique, de drames, un Docteur Jivago qui aurait pour toile de fond Tchernobyl. " The BooksellerDans un minuscule appartement de Moscou, un petit prodige de neuf ans joue silencieusement du piano pour ne pas déranger les voisins.
    Dans une usine de banlieue, sa tante travaille à la chaîne sur des pièces de voiture et tente de faire oublier son passé de dissidente.
    Dans un hôpital non loin de là, un chirurgien s'étourdit dans le travail pour ne pas penser à son mariage brisé.
    Dans la campagne biélorusse, un jeune garçon observe les premières lueurs de l'aube, une aube rouge, belle, étrange, inquiétante.
    Nous sommes le 26 avril 1986. Dans la centrale de Tchernobyl, quelque chose vient de se passer.
    Le monde ne sera plus jamais le même.
    Prix
    Lire-L'Express du Premier roman étranger 2015.

  • Le roman vrai d'un homme d'honneur, pris en otage entre deux cultures et deux fidélités.
    En 1839, au coeur des montagnes du Caucase, les cavaliers musulmans de l'imam Shamil résistent à l'invasion des puissantes armées du tsar Nicolas Ier. Contraints de négocier avec les Russes, ils leur remettent le fils aîné de l'Imam, Djemmal-Eddin, garant de leur bonne foi durant les pourparlers de paix. Le petit garçon, à peine âgé de huit ans, sera obligatoirement rendu à son peuple, une fois les accords signés. Mais les Russes, au mépris des traditions, de la parole donnée et du code de l'honneur, l'enlèvent et l'expédient de force à Saint-Pétersbourg. L'enfant y connaît une vie d'angoisses, de déchirures, de doutes et de découvertes. Le Tsar, touché par sa dignité, le fait instruire à la cour avec ses propres fils. Djemmal-Eddin devient un lettré, peintre, musicien, excellent officier. Cependant il ne renie pas ses origines et reste fidèle à l'Islam. Jusqu'au jour où il tombe amoureux... Construit comme un roman d'aventure, mais fondé sur une impeccable documentation, Tout l'honneur des hommes est le récit d'une histoire vraie qui met en scène des personnages d'une immense envergure. De la résistance tchétchène... aux ors du Palais d'Hiver. Des appels du Muezzin... aux valses de Glinka. Des farouches cavaliers du Caucase... aux charmes des princesses russes.

  • Un des grands livres sur la Russie tsariste. La Russie sous l'Ancien régime (paru en 1974 aux Etats unis puis en Angleterre) est d'abord une formidable introduction à la civilisation russe, écrite de main de maître par un historien connu pour sa prose limpide et son sens du récit. Fondamentalement différente des pays européens, soumise à des contraintes géographiques fortes, la Russie était caractérisée par la permanence d'un système " patrimonial " : l'État, qu'il soit tsariste ou soviétique, était le propriétaire du pays et de ses habitants.
    C'est ensuite un livre à thèse passionnant qui rappelle utilement, que le coup d'État bolchevique de 1917 et le régime totalitaire qui en est issu, n'ont jamais fait " table rase du passé ", mais au contraire, ont bénéficié d'un terreau idéal - celui de l'autocratie tsariste que Pipes raconte et dissèque dans la lignée de L'Empire des tsars de Leroy-Beaulieu. Il semble que l'échec de la Russie à mettre en place un régime véritablement démocratique après la chute du communisme, si l'on compare son destin à celui d'autres pays d'Europe de l'Est, confirme la thèse de départ de Pipes : La Russie n'est pas condamnée à vivre éternellement sous un régime despotique ou semi-despotique, mais son héritage historique rend la rupture définitive d'avec ce dernier particulièrement difficile.
    Alors que la Russie de " Poutine II " s'enfonce aujourd'hui dans une nouvelle dictature, tous ceux qui s'intéressent à ce pays doivent lire cet ouvrage essentiel.
    "Limpide et éloquent"
    Le Figaro Histoire "Enfin édité en France"
    Le Figaro Littéraire "Le récit est passionnant, mystérieux, comme toujours. Et surtout il éclaire le présent."
    Point de vue "Chacun l'aura compris, on tient là, enfin, à l'ouvrage capital dont on ne voit pas qu'à ce jour il ait pu être dépassé"
    Les affiches de Normandie "Un portait percutant et acerbe de la Russie d'avant 1917"
    Le Temps

  • Le nouveau thriller historique de Steve Berry : un voyage palpitant à travers les secrets les mieux gardés de la Grande Russie.Après L'Héritage des Templiers et Le Mystère Napoléon, le nouveau thriller historique de Steve Berry : un voyage palpitant à travers les secrets les mieux gardés de la Grande Russie. Mars 1917. Nikolaï Aleksandrovitch Romanov, dit Nicolas II, tsar de toutes les Russies, abdique devant la pression révolutionnaire avant d'être arrêté par les bolcheviks, puis maintenu de longs mois en captivité. Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, il est conduit avec sa famille et ses proches dans les caves de la villa Ipatiev à Ekaterinbourg, dans l'Oural. Un peloton armé les attend et les exécute. Les onze corps sont enterrés en toute hâte dans la forêt avoisinante. Moscou, de nos jours. Alors que la Russie traverse un véritable bouleversement politique, Miles Lord, avocat originaire d'Atlanta et spécialiste de l'histoire russe, met la main sur des documents troublants : une étrange prophétie de Raspoutine, proche de la tsarine Alexandra, et un texte manuscrit attribué à Lénine dans lequel celui-ci se demande si tous les Romanov sont bien morts à Ekaterinbourg. Toutes les certitudes de Miles quant à l'histoire " officielle " de la famille impériale sont alors remises en cause. Lorsqu'il devient la cible d'une impitoyable chasse à l'homme, il n'aura d'autre choix que d'aller au bout de son enquête et d'élucider les nombreuses énigmes entourant la mort des Romanov. Après Le Musée perdu, Steve Berry délaisse une nouvelle fois son héros Cotton Malone pour nous plonger dans l'histoire de la Grande Russie et de ses tsars. Plus de deux millions d'amateurs de thrillers et de passionnés d'histoire à travers le monde ont déjà plébiscité ce roman haletant aux rebondissements incessants." Brillant, ingénieux, séduisant - le genre de livre que j'aime. " Dan Brown

  • Vagabondage amoureux dans la cité des Tsars.Le
    Dictionnaire amoureux de Saint-Petersbourg, c'est d'abord un livre d'évasion : les grand tsars, les artistes et les égéries passionnées nous y accompagnent, pour permettre aux lecteurs de déchiffrer les mystères de cette ville insolite, qui ne ressemble à aucune autre cité du monde. Cet ouvrage évoque non seulement son architecture, ou encore son histoire unique, mais surtout l'âme russe avec ses contrastes,ses élans et ses tragédies sans nom.
    Mais le
    Dictionnaire amoureux de Saint-Pétersbourg c'est aussi un livre de révélations, apportant (à partir d'archives et de témoignages inédits) de nouveaux éléments à l'histoire secrète des révolutions russes de février et octobre 1917, ou encore à la chronique confidentielle de l'assassinat de Raspoutine en décembre 1916. C'est enfin un livre d'actualité car l'entrée sur Vladimir Poutine est rédigée à partir d'une enquête explosive sur les faces cachées de l'actuel président russe qui a passé une grande partie de sa vie à Saint-Petersbourg.
    Lancé à la veille du centenaire de ces événements, il ne manquera pas de provoquer un véritable débat d'idées et sera très médiatisé.

  • Directement associé à la dictature de Staline, le goulag enferma et soumit au travail forcé plus de 22 millions d'individus. En expansion permanente de 1930 à 1953, cette pratique ne survivra pourtant pas au petit père des peuples. Synthétique et concis, cet ouvrage explicite la place de ce système pénitentiaire au sein de la dynamique soviétique avant d'en montrer l'importance, au-delà de son contexte, pour notre compréhension historique du XX e siècle.
    Pendant la dictature stalinienne, la police politique enferma au Goulag et soumit au travail forcé plus de 28 millions de personnes. Les répressions contre les opposants politiques et les campagnes pour purger et discipliner la population soviétique alimentèrent camps et villages d'exil pendant trente ans (1930-1960). Composant une main-d'oeuvre corvéable à merci, détenus et exilés furent au service d'une entreprise productiviste sans précédent.
    Comment expliquer l'importance du Goulag dans les dynamiques de croissance extensive en URSS ? Quel type de société s'est formé dans les camps et en exil ? Quelle influence ce système pénitentiaire a-t-il exercé sur la société soviétique ? Pourquoi et comment les compagnons de Staline ont-ils démantelé le Goulag après sa mort en 1953 ?
    L'expérience du Goulag dépasse le cadre de la seule histoire de l'URSS : elle concerna non seulement des Soviétiques de toutes nationalités, mais aussi des millions d'Européens et d'Asiatiques. À ce titre aussi, elle est au coeur de l'histoire du XXe siècle.

  • Pour approcher, visiter, comprendre une ville, qu'y a-t-il de mieux que de découvrir ce que les grands auteurs ont pu en dire ? Laissez-vous surprendre par les textes consacrés aux plus belles cités du monde, puisés dans les récits de voyage, correspondances et autres carnets de route des écrivains-voyageurs. Voltaire, Diderot, Dumas, Zola, Casanova, Mérimée... Saint- Pétersbourg a fait couler beaucoup d'encre. Et, des grands de ce monde aux modestes voyageurs, l'avis est unanime : la ville étonne. Ces palais époustoufl ants sont-ils faits de bois ou de marbre ? Survivront-ils aux années ? Si certains s'interrogent, d'autres préfèrent simplement admirer... " De Novgorod jusqu'à Pétersbourg, il n'y a presque plus que des marais, et l'on arrive dans l'une des plus belles villes du monde, comme si, d'un coup de baguette, un enchanteur faisait sortir toutes les merveilles de l'Europe et de l'Asie au sein des déserts. " Germaine de Staël, 1812


  • Des coulisses du Kremlin au Birobidjan, l'État juif créé par Staline en Sibérie ; du Goulag aux prisons du FBI ; du théâtre yiddish à Broadway... l'épopée extraordinaire d'une jeune actrice russe.

    Une héroïne de légende, un grand roman d'aventures, d'espionnage et d'amour dans la Russie de Staline.

    Juin 1950, Washington. Accusée d'assassinat et d'espionnage, Maria Apron risque la chaise électrique. Pour se défendre, elle n'a que sa beauté et ses souvenirs. Telle Schéhérazade, elle va raconter son histoire pour sauver sa tête.
    Maria Apron, de son vrai nom Marina Andreïeva Gousseïev, commence par une révélation fracassante : en octobre 1932, étoile montante du théâtre moscovite, elle se laisse séduire par Staline. Mais, ce soir-là, l'épouse du tyran se suicide, et Staline veut effacer tous les témoins. La vie pleine de promesses de Maria se mue en une fuite éperdue.
    Réfugiée au Birobidjan, le petit pays juif créé par Staline en Sibérie, Marina découvre l'incroyable vitalité du répertoire yiddish. Elle renoue avec le travail d'actrice, oublie la folie stalinienne et devient juive parmi les Juifs, alors que les nazis les massacrent partout en Occident. Puis elle tombe amoureuse. Il s'appelle Michael, il est médecin et américain. Marina croit enfin au bonheur. Mais qui peut échapper au maître du Kremlin ? Michael, accusé d'espionnage, est condamné au Goulag. Pour le tirer du camp où il doit mourir, Marina brave l'enfer sibérien.
    En Sibérie comme dans l'Amérique de McCarthy, Marina défie l'Histoire, avec pour seules armes l'amour d'un homme, la puissance du théâtre et la beauté d'une langue.

  • Trotski

    Robert Service

    La biographie de référence de Léon Trotski (1879-1940), élu " meilleur livre d'histoire 2011 " par le magazine Lire.Révolutionnaire, chef de guerre, mais aussi écrivain brillant, amoureux des femmes, juif en conflit avec ses racines, icône puis bouc émissaire et victime traquée, Léon Trotski a vécu l'une des vies les plus extraordinaires qui soient. Fondateur de l'Armée rouge, opposant à son rival Staline qui le pourchasse, à partir de 1929, en Turquie, en France puis au Mexique, sa vie s'achève dans un apogée de violence, à l'image de son existence tourmentée. Théoricien " pur " d'apparence, célébré de son vivant et jusqu'aux années 2000 comme un archange de la " bonne " révolution, cet homme aussi monstrueux que génial fut habité par l'obsession du pouvoir, sans jamais parvenir à le conserver.

  • Pour approcher, visiter, comprendre une ville, qu'y a-t-il de mieux que de découvrir ce que les grands auteurs ont pu en dire ? Laissez-vous surprendre par les textes consacrés aux plus belles cités du monde, puisés dans les récits de voyage, correspondances et autres carnets de route des écrivains-voyageurs. " Ceux qui n'ont pas vu Moscou ne peuvent dire avoir vu la Russie... " Si ce ne sont pas les monuments de la ville qui ont inspiré ces mots à Casanova mais ses femmes, les voyageurs illustres qui l'ont visitée sans négliger pour leur part le Kremlin, ses églises aux coupoles dorées, ses palais, s'accordent à dire que Moscou est une " Byzance de terre ferme ", une " fantastique Bagdad ", une " Rome asiatique " : bref, l'Orient tel qu'on le rêvait au XIXe siècle. Au grand plaisir du lecteur, Mme de Staël, Dumas, Gautier... dressent le tableau vivant d'une ville-musée. " Aux yeux d'un Parisien, c'était une ville fabuleusement splendide et chimériquement lointaine, une tiare de pierreries posée dans un désert de neige. " Théophile Gautier.

  • Gorbatchev

    Bernard Lecomte

    La première biographie de Mikhaïl Gorbatchev.Prix Nobel de la paix, personnage ambigu et attachant, Mikhaïl Gorbatchev reste un mystère : a-t-il voulu mettre fin à la plus puissante idéologie du siècle, ou a-t-il été dépassé par les événements qu'il a provoqués ? A cette question clé qui divise, Bernard Lecomte apporte des réponses précises et parfois surprenantes après trois années d'enquête minutieuse.
    Parvenu en 1985 à la tête du Parti communiste de l'Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, jeune successeur des grandes figures que furent Staline, Khrouchtchev et Brejnev, avait deux objectifs : moderniser le système communiste et éviter l'éclatement de l'Empire soviétique. Les réformes qu'il entreprend dans ce double but - la " perestroïka " - ont abouti, contre son gré, à la chute du Mur de Berlin en 1989 et à l'effondrement de l'URSS en 1991.
    Dans le cartouche couleur :
    " L'auteur explique avec brio comment perestroïka et glasnost, piliers du gorbatchévisme, précipitèrent la fin de l'URSS. "Le Figaro Magazine

  • L'histoire inédite du front le plus meurtrier et oublié de la Grande Guerre.L'histoire inédite du front le plus meurtrier, mais oublié, de la Grande Guerre. Si l'on connaît tout ou presque du conflit qui s'est déroulé en France, sait-on qu'en Russie, au même moment, 15 millions de soldats du tsar affrontent seuls trois empires ? Que la population souffre des disparitions, des déportations et des occupations au point de s'opposer, par son engagement patriotique et économique, au pouvoir qui la méprise ? Après deux révolutions - Février et Octobre 1917 -, la guerre prend fin ici aussi en mars 1918, mais plutôt que d'engendrer la paix, elle se prolonge en une myriade de luttes politiques et sociales réunies sous le nom de guerre civile.

  • " Si on me trouve suicidé, c'est que j'aurai été assassiné. " Victor Krebnitsky Lundi 10 février 1941, Washington, hôtel Bellevue. Un client de passage est retrouvé mort d'une balle dans la tête, une arme près de lui. La police conclut au suicide. Nul ne sait encore que l'inconnu a été l'un des plus importants agents du renseignement de l'URSS... En 1936, Victor Krebnitsky poursuit son rêve de révolution mondiale quand il découvre l'emprise stalinienne sur la guerre d'Espagne. Malgré lui, il participe à l'élimination d'un transfuge soviétique, mais il est trop tard pour quitter les rangs ; l'époque est au soupçon général. Tandis qu'à Moscou les fonctionnaires du NKVD se défenestrent pour échapper aux purges, Victor doit gagner Paris et honorer une effroyable mission visant son meilleur ami. En dépit des menaces qui pèsent sur sa propre famille, il refuse de commettre l'impensable. Condamné dès lors à une exécution officieuse, contraint à une éternelle fuite en avant, il ne peut plus compter que sur sa ruse et... sur une arme au pouvoir dévastateur : le document secret prouvant la trahison et le " grand mensonge " de Staline. S'en servir signifie la mort. Ou la dernière chance qu'aura Victor de sauver la femme qu'il aime et leur petit garçon.

  • Pots-de-vin, Bakchichs et vodka !
    Dans un futur proche, reclus dans une luxueuse datcha de la campagne moscovite, l'octogénaire Vladimir P. délire, s'imaginant encore président. Le vieil homme entretient de longues conversations avec ses ex-complices : les oligarques qui l'ont porté au pouvoir et les anciens du KGB.
    Entouré vingt-quatre heures sur vingt-quatre par une kyrielle de domes tiques tous plus corrompus les uns que les autres, Vladimir pourrait bien finir sur la paille. Seul Nikolaï Ilitch Cheremetiev, son infirmier, ne profite pas de lui. Mais le monde du brave homme s'écroule lorsque son neveu Pavel est jeté en prison pour avoir critiqué le régime. Si sa famille ne paie pas l'énorme caution demandée contre sa libération, le sort du garçon est scellé. Inspiré par l'ancien politicien qui, entre deux crises hallucinatoires, revit ses moments de gloire, Nikolaï se lance dans l'art du chantage et de la magouille.
    Un roman à l'humour corrosif et politiquement incorrect !
    " Michael Honig a eu une idée de génie et l'a réalisée d'une façon [...] complètement dingue [...]. L'auteur nous livre avec style une comédie burlesque mais aussi une satire de la société. " The Independant

  • Une synthèse originale sur l'histoire russe de la mort de Staline jusqu'à nos jours.
    Vladimir Poutine est-il l'homme d'État qui redonnera à la Russie son statut de grande puissance ou n'est-il qu'un dictateur qui rêve d'empire ? La crise économique actuelle pourrait-elle plonger le pays dans un nouveau cycle de violences, un siècle après la révolution de 1917 ? Doit-on voir dans la Russie notre alliée naturelle contre le terrorisme, au risque d'oublier que sa législation a rétabli le délit de blasphème ?
    Pour tenter de répondre à ces questions, et bien d'autres, l'auteur entame son récit en mars 1953, alors que Staline est à l'agonie et l'Union soviétique à la croisée des chemins. De Khrouchtchev à Poutine, tous ses successeurs seront des réformateurs qui sentiront sur leur nuque le souffle glacé du Commandeur.
    Une histoire enrichie de nombreux textes et documents inédits traduits du russe par l'auteur.


  • La Russie comme vous ne l'avez jamais vue.

    En Russie, la réalité politique est bien différente des clichés habituels. Si le pouvoir de Poutine est indéniable, il est très largement assujetti à quelques grandes figures du pays, entre lesquelles les intrigues sont dignes de la cour des Médicis. Des centaines d'heures d'entretiens exclusifs, souvent clandestins, ont permis à Mikhail Zygar de nous dresser un portrait du pays, qui n'est pas sans rappeler la série House of Cards.
    Entre les conseillers qui, dans l'ombre, se livrent une véritable guerre d'influence, les seigneurs inamovibles qui, en région, tiennent leurs fiefs, les hommes nouveaux qui se pressent aux marches du pouvoir, Poutine est astreint à un véritable jeu d'échecs. Les rivalités personnelles y sont nombreuses, les alliances, souvent surprenantes, les conspirations, multiples.
    Si le Poutine que l'on imagine volontiers est, par bien des aspects, une vue de l'esprit, celui qui se dessine ici est certainement plus fascinant et peut-être plus terrifiant encore.
    " L'unique journaliste capable de nous ouvrir ainsi les yeux sur une réalité que l'on croyait pourtant connaître. "The Washington Post

    " L'un des meilleurs journalistes du pays et, on le constate ici, le mieux renseigné de tous. "The New York Times

  • " La " biographie politique de Lénine, l'homme qui a fait basculer le monde dans le XXe siècle - l'époque des totalitarismes communistes, fascistes et nazi - par Stéphane Courtois, le maitre d'oeuvre du Livre noir du communisme, best-seller mondial.Vladimir Ilitch Oulianov, plus connu sous le nom de Lénine, a été l'un des personnages clés du XXe siècle. Celui qui, avant 1917, n'était connu que des habitués du mouvement révolutionnaire russe, est soudain apparu en pleine lumière. Il s'empara avec une formidable audace du pouvoir en Russie, y créa le premier régime communiste qui allait essaimer dans une vingtaine de pays jusqu'en 1989-1991, ainsi qu'une Internationale communiste dirigeant plus de 90 partis dans le monde.
    Ce régime et ce mouvement international furent la première manifestation de ce que, dès les années 1920, de nombreux observateurs nommèrent le totalitarisme, un phénomène politique inédit caractérisé par sa haine de la démocratie représentative, son mépris absolu des droits de l'homme et la volonté de domination totale d'un parti sur l'État, sur la société et même sur l'individu.
    Alors que " le Grand Lénine " a été présenté durant un siècle comme un immense héros populaire, voire comme un démocrate, l'auteur, s'appuyant sur une impressionnante documentation peu exploitée jusqu'ici, montre qu'en réalité le chef du parti bolchevique avait conçu son projet liberticide dans l'ombre de la clandestinité durant une quinzaine d'années, avant de profiter, en 1917, de circonstances inattendues pour le mettre en oeuvre.
    Mélange d'utopie radicale et de terreur systématique, ce projet finit par imploser en 1989-1991 non sans laisser derrière lui, à travers le monde, une immense tragédie humaine ponctuée de guerres civiles, de Goulags, de destruction de la culture et de massacres de masse.
    Loin de l'image glorieuse établie par la propagande des uns et l'ignorance des autres, Stéphane Courtois éclaire la face obscure d'un Lénine qui, dès 1920, devint le modèle-repoussoir de Mussolini puis de Hitler, tandis que ses héritiers - Staline, Mao, Pol Pot ... - poussaient la logique du système " léniniste " jusqu'à l'extrême limite du contrôle social et du crime de masse.

  • Yakov Blumkine prétendait avoir eu neuf vies et fut notamment l'assassin de l'ambassadeur d'Allemagne, un poète proche de l'avant-garde, le secrétaire de Trotski et un atout stratégique essentiel en diverses occasions et latitudes. Suivre au plus près les déplacements de cette figure historique, décisive mais fantomatique, exigeait une nouvelle forme de récit. Initié il y a plus de trente ans, Le Projet Blumkine propose un voyage insolite sur les pas d'une légende oubliée de la révolution russe.
    Il y a plus de trente ans, Christian Salmon renonçait au projet d'écrire la vie d'une légende oubliée de la Révolution russe : Iakov Blumkine, terroriste, tchékiste, poète, stratège militaire, agent secret, exécuté à l'âge de vingt-neuf ans sur ordre de Staline.
    Les années ont passé jusqu'à ce que l'auteur découvre à l'occasion d'un déménagement une malle contenant les archives du " projet Blumkine " : des manuscrits, des documents, de rares photographies, et des souvenirs personnels.
    Il décide alors de reprendre le " projet Blumkine " et propose ici un récit biographique inclassable, à l'image de ce personnage pris dans les reflets de sa légende : l'enfant romantique d'Odessa, l'assassin de l'ambassadeur d'Allemagne en 1918, le poète qui fréquente Isadora Duncan et l'avant-garde artistique du début des années 1920, le guerrier et le stratège qui reconquièrent la Mongolie, l'agent du NKVD en Palestine, le secrétaire de Trotski... L'auteur entreprend un voyage sur les pas de ce jeune homme qui prétendait avoir eu neuf vies et qui avait tout " d'un amant authentique de la poésie et d'un tueur-né ". Un voyage qui le mène d'Odessa à Moscou, d'Istanbul jusqu'aux plateaux du Tibet...
    Mais les événements se télescopent : la vie du héros rencontre celle de l'auteur, l'Histoire percute les soubresauts du présent. Le " projet Blumkine " change alors de nature, il déborde de son cadre, la chronologie est pulvérisée, le biographe est à la peine. Un autre voyage commence...

  • L'histoire bi-séculaire de l'une de ces grandes familles qui contribuèrent à faire l'Europe de la finance, de la politique et de la culture. Une saga franco-russe.La dynastie russe des barons de Gunzburg a tenu une place considérable dans l'Europe du xixe et de la première moitié du xxe siècle tant par ses entreprises économiques que ses activités philanthropiques, son mécénat et ses engagements politiques. En mêlant approche intime et grande histoire, Lorraine de Meaux fait surgir de l'oubli l'une après l'autre les figures emblématiques de cette famille qui joua un rôle de chef de file au sein de la communauté juive de Russie : le rabbin et le banquier, le propriétaire de mines d'or et le chasseur émérite, le savant orientaliste et l'aventurier, le peintre et l'impresario des Ballets russes, le comédien à Hollywood et le résistant de premier plan... Dès le Second Empire, les Gunzburg s'installent dans un fastueux hôtel particulier de la place de l'Etoile et choisissent la France pour seconde patrie. Chacune à sa manière, les générations successives viennent enrichir cette saga entre Russie et France. Et si la fortune leur sourit souvent, elles n'échappent pas à la tragédie, subissant faillite, pogroms et antisémitisme. Des somptueux palais de Saint-Pétersbourg à la Seconde Guerre mondiale, de la révolution de 1917 à la Shoah, succès et épreuves ressuscitent un monde disparu, où se croisent grands-ducs et talmudistes du shtetl, peintres et hommes politiques, écrivains et artistes...
    Ce livre rend ainsi pour la première fois aux Gunzburg la dimension qui leur revient aux côtés des grandes familles juives telles que les Ephrussi, les Camondo, les Warburg ou les Rothschild.
    Agrégée et docteur en histoire, Lorraine de Meaux est spécialiste de la Russie. Elle a notamment publié La Russie et la tentation de l'Orient, Saint-Pétersbourg. Histoire, promenades, anthologie et dictionnaire
    et, en 2017, avec Patrice Gueniffey, Les Couples illustres de l'histoire de France.

  • Un regard historique et littéraire très précis et précieux sur la famille impériale russe.
    Quand le dernier des Romanov, Nicolas II, accède au pouvoir en 1894, succédant à cinq tsars depuis 1821, l'instabilité politique domine en France, et ce depuis une longue période. C'est ce contraste auquel s'intéresse ici l'historien et romancier Ernest Daudet, frère aîné d'Alphonse. Dévoilant les coulisses du jeu diplomatique grâce à une méthode alliant l'emploi de sources inédites et la vivacité d'un récit parfaitement cohérent, il rappelle les épisodes amicaux et les périodes de refroidissement qui émaillent les rapports entre France et Russie. En donnant vie et parole à des documents et des personnalités situés au coeur des événements et des tractations, Ernest Daudet raconte le cheminement qui a conduit les deux pays à la célèbre Alliance de 1892. Et il livre en même temps une analyse sur les causes profondes de la chute de la dynastie Romanov et sur la genèse des deux Révolutions russes de 1917.
    Ce Règne des Romanov fournit l'un des principaux éclairages sur l'histoire des relations franco-russes.
    Édition établie et présentée par Stéphane Giocanti
    INÉDIT
    Disponible chez 12-21, l'éditeur numérique

empty