• Le discours du Nobel d'Olga Tokarczuk, dont la parole est à la fois lucide et porteuse d'espérance.
    La complexité grandissante du monde, l'interdépendance largement insoupçonnée de tous ses éléments, voilà qui exige, selon Olga Tokarczuk, « de nouvelles façons de raconter le monde ». Et si les deux premières décennies du siècle ont été le triomphe des séries télé, il est certain que la littérature n'a pas dit son dernier mot. Elle est la mieux à même de travailler à partir de fragments, de révéler un spectre plus large de la réalité, pour autant qu'elle se libère du vieux moi-narrateur.
    Le « tendre narrateur », c'est l'invention d'une quatrième personne du sujet, une voix à la fois impersonnelle et douée de tendresse, « la plus modeste forme de l'amour », celle qui permet de porter attention à tout ce qui n'est pas soi - les autres, les animaux, les éléments -, avec la conscience « un peu mélancolique » d'une communauté de destin.
    Suivi d'un texte intitulé Comment les traducteurs sauvent le monde, et d'un inédit sur la période du confinement, La Fenêtre, dans lequel l'auteure expose les craintes et les espoirs que lui inspire l'avenir.
    Prix Nobel de littérature, Olga Tokarczuk a reçu le Man Booker International Prize 2018 pour Les Pérégrins. Traduit en français en 2010 chez Noir sur Blanc, ce roman avait été couronné par le prix Niké (équivalent polonais du Goncourt), un prix que, chose rarissime, l'auteure a une nouvelle fois reçu pour son monumental roman : Les Livres de Jakób.
    Née en Pologne en 1962, Olga Tokarczuk a étudié la psychologie à l'Université de Varsovie. Romancière polonaise la plus traduite à travers le monde, elle est reconnue à la fois par la critique et par le public. Sept de ses livres ont déjà été publiés en France : Dieu, le temps, les hommes et les anges ; Maison de jour, maison de nuit (Robert Laffont, 1998 et 2001) ; Récits ultimes, Les Pérégrins et Sur les ossements des morts (Noir sur Blanc, 2007, 2010, 2012) ; Les Enfants verts (La Contre-allée, 2016) ; et enfin Les Livres de Jakób (Noir sur Blanc, 2018).

  • Non, la retraite ce n´est pas le début de la fin ! Au contraire c´est le début d´une vie enfin libre. Elle est dans le mouvement, l´action, la plénitude. L´occasion rêvée de réaliser des projets longtemps différés, d´être créatif et citoyen.

    La Vie commence à soixante ans est  une invitation à suivre le chemin du temps retrouvé, pour soi, et pour les autres.

  • J'ai 7 ans Nouv.

    - On s'appelle Dutheil. Avant, on s'appelait Deutsch, mais maintenant c'est Dutheil. Dutheil, c'est très bien. En France, il y a plein de Dutheil.Il y en a qui n'ont pas de h mais nous, on a gardé le h, comme le h de Deutsch. [...] Avec un nom comme celui-là, il n'y a rien à craindre.À sept ans, le narrateur apprend de ses parents qu'ils ont changé de nom, mais il n'accorde pas grande importance à ce secret. Quelques années plus tard, à la faveur d'un jeu reposant sur l'étymologie des patronymes, il révèle en classe son « vrai » nom. Quand l'enfant le raconte à ses parents, le soir même, il n'a aucune idée de la boîte de Pandore qu'il vient d'ouvrir. Car de Dutheil à Deutsch surgissent une multitude de questions que l'oubli et le silence privent de réponses.J'ai 7 ans est l'histoire d'une révélation qui tire sa force de sa pudeur.

    Laurent Dutheil est né à Paris en 1956. Avocat, homme politique, responsable de collectivités publiques, il a créé avec Jean-Paul Huchon le « Lieu du design », organisme d'innovation et de recherche qui invite au mariage de l'art et de l'industrie organisant de nombreuses expositions.

  • Les lames du cardinal T.1

    Pierre Pevel

    Paris, an de grâce 1633.
    Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Le Cardinal, l'une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse se garder des ennemis de la Couronne. L'espionnage, l'assassinat, la guerre, tout est bon pour parvenir à leurs fins... et même la sorcellerie, qui est l'oeuvre des plus fourbes adversaires du royaume : les dragons ! Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir.
    Déjà la cour d'Espagne est tombée entre leurs griffes... Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Il reçoit en secret un bretteur exceptionnel, un officier dévoué que la trahison et le déshonneur n'ont pourtant pas épargné : le capitaine La Fargue. Car l'heure est venue de reformer l'élite secrète qu'il commandait jadis, une compagnie d'aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d'élégance, de courage et d'astuce, ne redoutant nul danger.
    Les Lames du Cardinal !

  • Un acteur qui fuit les studios le temps d'un match de base-ball et une starlette qui déteste sa célébrité, des plages californiennes
    et des bars où l'alcool coule à flot, Los Angeles... et Eve. Eve qui promène au coeur de ce monde son insolente sensualité et nous le raconte avec beaucoup d'esprit et une superbe légèreté. Hédoniste et éternelle amoureuse, Eve Babitz possède une voix sans égale et nous entraine à travers une ville frénétique comme un studio de cinéma et pétillante comme une coupe de champagne.

  • Christian Barthomeuf est l'inventeur du cidre de glace. C'est aussi un des pionniers de l'agriculture biologique au Québec. Témoin privilégié des déséquilibres provoqués par les humains, ce paysan hors normes a décidé, dès les années 80, de s'engager dans une autre voie, celle de l'agriculture non seulement biologique, mais aussi régénératrice de la santé des sols et plus largement, de la biodiversité, une façon de faire qu'il nomme la culture fondamentale. Dans Autoportrait d'un paysan rebelle, son premier livre, il revient sur son parcours de vie, de son enfance dans le Cantal (France) à son arrivée au Québec dans les années 70, en passant par la création du cidre de glace en 1989 et la fondation du domaine Clos Saragnat. Avec une grande générosité et sans langue de bois, cet autodidacte et rebelle dans l'âme nous livre ses réflexions et coups de gueule sur la production du vin et du cidre, l'agriculture locale et mondiale, les dérives de l'industrie agroalimentaire, l'importance
    de la biodiversité agricole et générale, et au travers de ces thématiques, ses apprentissages, ses observations, ses essais et erreurs, ses impulsions créatives. Son récit est guidé par les interventions de la nutritionniste et conférencière Julie Aubé (Prenez le champ !, 2016), et ponctué des superbes photographies de Virginie Gosselin (Au gré des champs, 2015).

  • Céline, âgée de soixante-quinze ans, quitte le mas familial où elle a passé toute sa vie pour entrer dans une maison de retraite. Cette nouvelle existence lui donne l'occasion de se replonger dans son passé, qu'elle rapporte minutieusement dans un cahier : son enfance, sa rencontre avec l'homme de sa vie, la Résistance, l'élevage des vers à soie, les travaux des champs, les veillées, les rires des enfants et les histoires des anciens... Autant de souvenirs drôles ou émouvants, tragiques ou anodins d'une vie simple et belle, que Céline lègue à son arrière-petite-fille.



  • Les seize histoires réunies dans Contes étranges ont été rédigées au cours des vingt années qui précédèrent la publication du chef-d'oeuvre de Nathaniel Hawthorne, La Lettre écarlate (1850). Les choix établis par Edouard-Auguste Spoll mettent en lumière les multiples facettes du talent de l'auteur. De La Marque de naissance à La Grande Figure de pierre en passant par Mr Wakefield ou L'Image de neige, ils témoignent de la maîtrise absolue de l'auteur quand il s'agit d'analyser la condition humaine et la société puritaine.

    1 autre édition :

  • Les grands récits mythologiques dans votre poche ! Orphée et Eurydice, Thésée et le Minotaure, Ulysse et Circée, mais aussi les mythes platoniciens de la Caverne et de l'Atlantide, et enfin l'histoire de Romulus et Remus : tels sont certains récits que vous (re)découvrirez dans ce petit livre ! En grande partie consacré aux grands mythes grecs, peuplés de dieux tout puissants et de héros malheureux, ce petit livre n'entend pas pour autant oublier les quelques récits fondateurs romains, ainsi que les grands mythes platoniciens.

  • Cuits à point

    Elodie Serrano

    On appelle Gauthier et Anna lorsque des phénomènes prétendument surnaturels surviennent.
    Leur job, c'est de trouver la supercherie et à qui elle profite. Car ils en sont persuadés, rien ne résiste à la logique et à leurs esprits cartésiens. Mais lorsque les Lords anglais les appellent au secours, l'affaire est d'une tout autre ampleur. Alors que toute l'Angleterre est sous la neige, il fait un temps caniculaire à Londres. Avec l'aide d'Anton, un confrère britannique, ils vont devoir résoudre cet étonnant problème de température... et découvrir qu'il y a bien plus qu'un simple problème météo.
    Dynamique, percutant, détonnant, Cuits à point est un roman qui se dévore.
    Élodie Serrano signe une histoire toute en fraîcheur au coeur des mystères et de la magie londonienne.

  • Toute la magie de la mythologie dans votre poche ! Les dieux et les héros de la mythologie grecque et romaine font partie des fondements de notre culture et ont constitué à travers les époques une grande source d'inspiration pour les peintres, les compositeurs, les hommes politiques, les penseurs, etc. Si bien que pour certains, ils font partie de la langue courante, de notre quotidien. Avec ce petit livre, rafraîchissez-vous la mémoire et faites plus ample connaissance avec 100 dieux et héros de la mythologie gréco-romaine à travers des portraits clairs et concis, classés par ordre alphabétique. D'Achille à Zeus (ou Jupiter), en passant par Ulysse, Minerve, Oedipe ou Hercule, tous les dieux et héros de la mythologie n'auront bientôt plus de secrets pour vous !



  • On découvre dans Le Chameau ivre ce qui a fait pendant plusieurs décennies le quotidien et l'horizon de la « génération brûlée », les enfants de la révolution islamique et de la guerre Iran-Irak. On y retrouve l'attachement au sol dont Henri Michaux parle dans « Mes Propriétés » (La Nuit remue).




    Une voix amie emmène le lecteur au coeur d'une réalité à laquelle il n'a, le plus souvent, pas accès. Dix-neuf récits montrent dans le désordre un Iran intime et universel, contemporain et éternel. Une fiction cousue au fil du réel, avec son lot de raccourcis et d'hyperboles.




    L'écriture visite les registres comique et tragique avec une élégance gouailleuse, une impertinence orientale faite de distance et de familiarité.





    Il y a du vin et de la violence, des guerres et du yaourt, de la technologie obsolète et plusieurs millions de poissons rouges, autant de ferments de bonnes histoires, celles qui sont vraies parce qu'elles sont faites avec les larmes et avec la joie, et le sel de la vie.

  • Ces Chroniques, qui courent sur quatre décennies, racontent le cheminement d'une pensée d'immigré qui, tout en veillant à sa liberté et à son esprit critique, se découvre, « à l'insu de son plein gré », plus intégré qu'il ne se pensait, voire, aux yeux de certains, « plus français qu'un Français ».

    Salah Guemriche est un auteur algérien, vivant en France depuis 1976. Journaliste indépendant, essayiste et romancier, ses premiers textes parus en France ont été publiés par Simone de Beauvoir dans Les Temps
    Modernes. Il a récemment publié, chez le même éditeur, Israël et son prochain.

  • Édition bilingue / Edición bilingüe (français / español) J'ai toujours été intrigué par le fait que quelqu'un puisse perdre le fil de son discours et transformer une conférence en confidence. Jusqu'à quel point maîtrise-t-on les mots que l'on prononce ? Comme un acteur, le conférencier peut oublier son discours ou succomber à la tentation de révéler quelque chose de gênant ou de dévastateur. Conférence sur la pluie s'inscrit dans une longue tradition littéraire de la digression, c'est-à-dire, dans l'art distrait de dire une chose pour en dire une autre. Cet antécédent et d'autres m'ont incité à combiner les hésitations mentales et les prédicats amoureux du protagoniste avec une dissertation sur un sujet cardinal de la littérature : la relation entre la pluie et la poésie. Siempre me ha intrigado la posibilidad de perder el hilo del discurso y convertir la exposición de ideas en una confesión. ¿Hasta dónde controlamos lo que decimos? Al modo de un actor, el conferencista puede olvidar sus parlamentos o sucumbir a la tentación de revelar algo incómodo o devastador. Conferencia sobre la lluvia se inscribe en la larga estirpe literaria de la digresión, es decir, en el distraído arte de decir una cosa para hablar de otra. Este antecedente con otros me incitaron a combinar las vacilaciones mentales y los predicamentos amorosos del protagonista con una disertación sobre un asunto cardinal de la literatura: el vínculo entre la lluvia y la poesía Juan Villoro (Mexico, 1956) fut attaché culturel à l'ambassade du Mexique à Berlin de 1981 à 1984. Collaborant à de nombreux journaux et revues (La Jornada de 1995 à 1998), il enseigne également à l'université. Il a construit une oeuvre qui, dans ses romans, recueils de nouvelles, livres de chroniques et pièces de théâtre, plonge le lecteur dans la société mexicaine et le monde occidental contemporains.

  • Rock'n philo

    Francis Métivier

    • J'ai lu
    • 25 Mars 2015

    Le rock et la philosophie s'accordent-ils ? Évidemment! La première Méditation de Descartes et le « Where is my mind ? » des Pixies posent les mêmes problématiques : le réel est-il ce que je vois ? Le message des Pensées de Pascal et celui de « Smells like teen spirit » de Nirvana est similaire : le moi est haïssable.
    Cet ouvrage, associant l'analyse de textes philosophiques et de textes (et musiques) de rock, propose de (re)découvrir les auteurs classiques tout en (ré)écoutant ses morceaux préférés autrement. Il passe en revue des thèmes majeurs tels que la liberté, le bonheur, l'art, le désir, etc., à travers des artistes aussi variés que les Beatles, The Doors, The Who, Noir Désir, Bob Dylan, Bashung, Led Zeppelin, Patti Smith, Radiohead, Springsteen, Marylin Manson, Pink Floyd, Hendrix, Téléphone, Nina Hagen, Elvis,The Rolling Stones et bien d'autres encore, qui réconcilient toutes les générations.

  • Lillian et son restaurant ont une manière tout à fait singulière de rassembler les gens. Il y a tout d'abord Al, le comptable, qui voit une signification dans les chiffres et les rituels ; Chloé, un futur chef prometteur qui a perdu toute confiance en l'autre après un chagrin d'amour ; Finnegan, aussi discret et solide qu'un arbre ; Louise, l'épouse d'Al, emplie d'une colère prête à exploser ; et Isabelle, dont les souvenirs s'es- tompent petit à petit. Enfin, il y a Lillian bien sûr, dont la vie prend un tournant inattendu... Toutes ces personnes se croisent, se rencontrent, se mélangent, se séparent ; des souvenirs ressurgissent et d'autres se créent. Et de là, naîtra une famille que tous auront choisie.

  • Serge Amisi n'a pas dix ans quand il est enlevé par les soldats de Kabila. Conditionné, drogué, n'ayant pour père et mère que la kalachnikov, il sera, comme ses compagnons d'armes, acteur et témoin d'une des plus grandes guerres qu'ait connues l'humanité depuis 1945, celle du Congo.

    Mais l'enfant, arme de guerre redoutable quand les adultes ont perdu toute humanité, ne cesse de s'interroger, ne cesse de vouloir retrouver sa place d'enfant, juste sa part d'enfance.
    Ce récit de Serge Amisi, au-delà du témoignage d'un enfant-soldat, crée un univers saisissant. Écrit dans une langue musicale, lancinante, d'une extrême sensibilité et d'une grande finesse, il est bouleversant. Impossible de le lire sans trouble, sans remettre profondément en cause nos perceptions, nos rapports avec le monde. Un livre fort, indispensable.

  • Vous qui croyez qu'être rockeur empêche d'être philosophe au grand coeur, vous allez changer d'avis en lisant ce deuxième opus inédit ! Par la mise en regard de textes philosophiques et de morceaux rock incontournables, cet ouvrage aborde avec intelligence et simplicité des concepts majeurs tels que la conscience, le désir, le langage ou encore la raison. À la lumière des paroles de « Bohemian Rhapsody » et de Kierkegaard vous verrez l'art sous un nouveau jour, vous retrouverez la raison sous la houlette de Rousseau et de Supertramp, et Rage Against The Machine achèvera de vous remettre sur le chemin du droit. L'auteur invite Pascal, Aristote, Hegel, Hannah Arendt, Hume et bien d'autres à débattre avec Bob Dylan, Camille, The Kinks, Patti Smith ou encore Mathieu Chedid : une expérience plus que rock'n roll !

  • Parti à la rencontre des exclus qui vivent « en bas » de nos grandes villes, dans ce métro devenu terre d'asile, Bernard Ollivier raconte, avec tendresse et lucidité, cette vie parallèle, cette vie en marge, dans laquelle tout un chacun peut un jour basculer...
     

  • Une aube de vie

    Raymond Boutin

    Le prénom de savane flaire bon la campagne, la prairie aux herbes folles et l'originalité; il ignore le monde officiel de l'état-civil. Raymond Boutin s'est servi de cette dualité pour nous livrer un récit dialogué de ses souvenirs d'enfance. Chemin faisant Cyprien son double l'interroge, le relance, le complète, en un mot l'aide à brosser un tableau de la Guadeloupe des années d'après-guerre. Par petites touches sobres il peint la société, ses origines, ses activités, son habitat, sa vitalité, ses travers, ses tensions, la rudesse de ses méthodes éducatives. Tous les deux nous restituent avec tendresse et humour, la vie d'une époque. Le réveil des habitants, le départ des femmes en direction des champs de cannes, les annonces du garde champêtre, la roublardise des livreurs de pierres, la confection de filets de football par les marins pêcheurs, les tours et détours des chemins d'école, les pratiques politiques, les jeux et amusements des enfants. En tout, un monde de survie avec ses joies, ses élans, ses conflits, ses espoirs et sa foi dans l'avenir.

  • «?Qu'elle évoque son enfance pauvre, le rôle assigné aux femmes, la casse dans l'agriculture paysanne, ses escapades de jeunesse en Bretagne ou ses réflexions de citoyenne face à l'univers politique, Irène Frain sait nous parler comme en confidence. À travers des textes ciselés, humains, d'une vérité frappante, la romancière montre un talent rare pour raconter avec un sens exacerbé du détail juste. Un regard perçant au service d'une écriture farouchement libre. C'est un don et un art que de savoir ainsi capter l'attention. Elle écrit et on la suit, elle aligne des mots comme autant de cailloux blancs ou noirs, et nous voilà embarqués dans un univers tout sauf artificiel. Irène Frain nous fait un cadeau qui n'a pas de prix?: une émotion sans pareille qui va avec la sincérité quand elle s'unit au talent.?»
    Éric Fottorino, Directeur de l'hebdomadaire Le 1

    Entrée en littérature avec Le Nabab en 1982, Irène Frain est notamment l'auteure de L'Inimitable (1998), une biographie de Cléopâtre, et de Beauvoir in love (2012). Elle a également écrit de nombreux portraits de femmes pour la presse et a participé à la fondation du Women's Forum for the Economy and Society.

  • - 43%

    Sous la houlette de Malika, les dames du Val-Sud m'ont conviée à leur table. Dans la Maison de quartier, nous avons partagé récits de vie, thé à la menthe et confidences, romances poétiques au parfum de philosophie, portées par le regard bienveillant des filles de la montagne verte.
    Une plongée dans l'univers intérieur de femmes immigrées qui ont choisi de vivre à Argenteuil. Un livre plein de malice et de pertinence dans lequel des femmes simples mais déterminées portent un regard sans détour sur leur existence...

    Editions Tangerine nights

  • Au fond d'un PMU de la rue du Faubourg-Saint-Martin, je tends le texte d'une de mes nouvelles à l'aventurier de la mine d'or.
    Il lit les premières lignes et déclare : « C'est toi » comme il cracherait deux écorces de graines de tournesol.
    Il aurait pu dire :
    « Je viens de décider de t'emmener avec moi, aussi ton destin va-t-il basculer dans les minutes qui suivent, tu vas connaître le monde entier, les grandes ivresses, le sexe, l'amour et le danger, et tu vas devenir écrivain d'une manière que tu n'aurais jamais imaginé. »
    Mais non.
    Juste : « C'est toi. »
    L'incroyable odyssée autour du monde, au sommet du succès littéraire et au coeur de l'amitié de deux hommes que tout oppose.
    Un récit trépidant et truculent, dur et drôle, invraisemblable et vrai : inlâchable.

  • Qui n'a jamais rêvé, un jour, en accompa¬gnant son enfant à l'école, de découvrir ou redécouvrir l'envers du décor ? Que se passe-t-il, une fois la porte refermée, dans la salle de classe d'un professeur que l'on n'a pas choisi ? Quelles relations les élèves entretiennent-ils entre eux et avec les adultes ?
    Avec humour et tendresse, à travers mille et une anecdotes véridiques et vécues, Patrice Romain nous entraîne dans le quotidien d'une école primaire, avec ses moments de joie, d'émotion ou de colère,ses sentiments d'impuissance ou de révolte, ses fous rires, ses tragédies, parfois... Por-traits de ces petits pourtant déjà si grands, qui ne manqueront pas d'être touchants.

    Couverture : © Studio J'ai lu

empty