OXYMORON Éditions

  • Un crime vient d´être commis dans le quartier des Batignolles. Anthénor Pigoreau, un vieil homme riche, est retrouvé assassiné, allongé dans son sang. Sur le plancher, près de lui, est écrit à la pointe de son doigt ensanglanté « MONIS ».




    La police n'a pas beaucoup à réfléchir pour se tourner vers l´évident coupable : le neveu du mort. Ce dernier s'appelle Monistrol, il a des soucis d'argent et il est l'unique héritier du vieillard. De plus, comment se tromper quand le coupable avoue son crime ?




    Mais, très vite, l'agent de la sûreté Méchinet, et son acolyte et voisin, l'officier de santé Godeuil, réfutent l´évidence de la situation et ont une tout autre hypothèse...




    Lentement mais sûrement, les deux hommes vont analyser tous les indices, suivre toutes les pistes, démonter toutes les évidences pour faire naître la vérité.









    Émile Gaboriau est un écrivain français né en 1832 et mort en 1873. Il est reconnu comme le père fondateur du roman policier.




    Auteur de nombreux romans et feuilletons pour les journaux de l´époque, son style, sa narration et ses personnages inspireront les plus grands auteurs de « polars » comme Arthur Conan Doyle ou Georges Simenon.

  •  Wan est un jeune français d´origine asiatique, un peu enveloppé et lymphatique. Il est nourri aux aventures de Sherlock Holmes.
     Ted est une jeune femme menue. Experte dans les combats à mains nues, elle n´a rien à envier à Bruce Lee.
     Outre maintenir à flot leur Agence de Détectives « Wan & Ted », le duo à un autre passe-temps commun, baver devant les courbes généreuses de la blonde voisine. Habitués aux petites affaires de disparitions ou d´adultères, ils sont embauchés, cette fois-ci, pour retrouver le responsable d´un cambriolage sanglant. Toutefois, les déductions de Wan entrent en contradiction avec le témoignage du mari de la victime...
     Imaginez, un peu, l´atmosphère d´une enquête du Commissaire San Antonio menée par un « Sherlock Holmes » asiatique et une «Bruce Lee» occidentale ! Même là, vous êtes encore loin de ce que peuvent être les aventures de ces deux fins limiers.
     « Wan & Ted » s´inscrit dans la veine des polars à l´ambiance burlesque. Les deux personnages de ce roman, aussi originaux qu´attachants, vous emmèneront au bout d´une aventure littéraire hors du commun.

     

  • Décidément, le Pays catalan l´aura déprimée deux fois. Une fois en arrivant, mais, surtout, au moment de le quitter.
    Andrée-Nadine Tedorowsky alias Ted et Wan Ching Mui, deux détectives privés de la capitale ne s´attendaient pas à un tel choc en débarquant au « Centre du Monde », la gare de Perpignan, pour y enquêter sur la disparition du petit-fils de leur voisine.
    Pourtant réticente à abandonner sa mégalopole, Ted va vite être enchantée par les paysages variés et envoûtants du Pays catalan.
    Pendant que Wan va devoir jouer de ses neurones et plonger au coeur de l´histoire de la région afin de démêler l´affaire, Ted, elle, devra jouer de ses poings pour la conclure. Mais les deux amis seront-ils suffisamment performants dans leurs domaines respectifs pour mener le dossier à son terme ?
    Les aventures trépidantes des deux limiers les plus atypiques de la littérature vont vous transporter à travers l´Histoire, la géographie et les infrastructures ancestrales de la Catalogne Nord.
    Les tribulations tant humoristiques que policières du duo de héros sont aussi l´occasion, pour l´auteur, de rendre hommage aux terres si chères à son coeur.

     

  • INSPECTEUR PINSON L'Inspecteur PINSON n'est pas réputé pour sa gaieté, mais pour ses connaissances en matière de vols et autres crimes qu'il met à profit pour résoudre rapidement les énigmes auxquelles il est confronté dans son métier. Tout truand pris dans ses serres est voué à déchanter, enfermé dans une cage. Les graines de brigand n'ont qu'à bien se tenir pour ne pas tomber sur un bec et se faire voler dans les plumes par l'Inspecteur PINSON. Ce recueil est composé de quinze courtes enquêtes à picorer sans modération, bien au chaud au fond de son nid ou dans les transports en commun lors de périodes migratoires. JACQUES BELLÊME est un auteur mystérieux qui a oeuvré dans différents genres et sous une multitude de pseudonymes tels que Jules France, Roger Nivès, Henri Sevin et dont le plus connu demeure H.R. Woestyn. Critique d'art et traducteur d'une partie des oeuvres d'Edgar Allan Poe, c'est, avant tout, en tant qu'auteur de romans d'aventures et policiers publiés par les « Éditions Tallandier » et la « maison d'édition J. Ferenczi & fils », qu'il s'est fait connaître.

  • Les Deux Aveux Maître Cantelme, grand notaire, raconte ses mésaventures à son cher ami Pingré, juge d'instruction. Il a été la victime d'un vol au sein même de son cabinet et le voleur n'est autre que son jeune second clerc, du moins, c'est ce que laisse présager le fait que ce dernier n'est pas venu travailler le lendemain, prétextant une maladie. Mais, si le doute était permis, sa confession lors d'un délire dû à la fièvre ne laisse plus de doute possible... sauf dans l'esprit du juge d'instruction qui fait plus confiance à son instinct qu'aux confessions...



    Paul Bourget est un écrivain et essayiste français né à Amiens en 1952 et mort en 1935. Plus connu pour ses études de moeurs, ses romans à idées et ses romans psychologiques, il s´est aussi confronté à la poésie, la pièce de théâtre et les nouvelles policières.

  • Le docteur Violet revient d´une conférence et débarque à la Gare Saint-Charles quand il est abordé par une mendiante portant un enfant enveloppé dans un voile. Après lui avoir fait l´aumône, le docteur est titillé par une étrange impression et, découvrant le gamin, il constate que celui-ci est mort récemment suite à de nombreuses privations.




    Le temps d´aller chercher un agent de police un cri retentie dans la gare, la mendiante a été assassiné d´un violent coup de couteau.




    Alors que la police se concentre sur l´étrange fille de la mendiante, Marius Pégomas, lui, préfère s´intéresser au monde de la mendicité, persuadé d´y trouver la clé du mystère...









    Pierre Yrondy est un auteur énigmatique dans lequel certains voient un pseudonyme du journaliste et écrivain Jules de Gastyne, né en 1847 et mort en 1920. Cette hypothèse est peu probable au vu des dates de certaines de ses publications, mais peu importe.




    Ce que l´on sait avec certitude c´est que Pierre Yrondy est l´auteur de deux séries en fascicules : « Les aventures de Thérèse Arnaud, espionne française » et « Marius Pégomas, le détective Marseillais ».

  • L´ATTENTAT DE LA CORNICHE Sur la route du Prado, un immeuble de trois étages s´écroule à la suite de l´explosion d´une bombe. Dans les égouts où a été posé l´engin explosif, la police découvre un corps sans vie et dans l'une de ses poches, un mot signé « Les Gangsters de la Joliette » revendiquant l´attentat. Le maire, habitant de l´immeuble visé, était-il la cible des terroristes ? Pendant que la police se démène pour trouver des indices, Marius Pégomas reçoit la visite de l´oncle du défunt. Ce dernier certifie au détective que son neveu ne peut être le coupable et lui demande de faire toute la vérité sur une histoire bien plus complexe qu´il n´y paraît.


    />



    Pierre YRONDY est un auteur énigmatique dans lequel certains voient un pseudonyme du journaliste et écrivain Jules de Gastyne, né en 1847 et mort en 1920. Cette hypothèse est peu probable au vu des dates de certaines publications, mais peu importe. Ce que l´on sait avec certitude, c´est que Pierre YRONDY est l´auteur de deux séries en fascicules :


    « Les aventures de Thérèse Arnaud, Espionne française » et « Marius Pégomas, Détective marseillais » .

  • Le Docteur Mercadier vient solliciter l´aide de son ami Marius Pégomas pour enquêter sur le suicide de son collègue le Docteur Bourgaton. Si la police a rapidement conclu à un suicide, le Docteur Mercadier ne croit pas du tout à cette thèse. Mais le décès du Docteur Bourgaton conduit rapidement le détective au suicide d'une jeune femme pour laquelle le médecin avait refusé le permis d'inhumation. L'affaire se complique quand tous les suspects possibles dans l'éventuel crime du médecin gravitent autour d'un riche jeune homme et d'une cartomancienne...









    Pierre YRONDY est un auteur énigmatique dans lequel certains voient un pseudonyme du journaliste et écrivain Jules de Gastyne, né en 1847 et mort en 1920. Cette hypothèse est peu probable au vu des dates de certaines publications, mais peu importe. Ce que l´on sait avec certitude, c´est que Pierre YRONDY est l´auteur de deux séries en fascicules :


    « Les aventures de Thérèse Arnaud, Espionne française » et « Marius Pégomas, Détective marseillais » .

  • M. le Vicomte est marié de la veille et s'apprête à amener sa jeune femme en avion vers une destination paradisiaque. Malheureusement, une fois dans le hangar d'où doit décoller l'appareil, le pilote les prévient que l´engin est victime d'une panne et qu'il va leur falloir passer la nuit dans un hôtel voisin, aux abords de l'étang de Berre, le temps que la réparation se fasse. Seulement, au matin, la jeune mariée a mystérieusement disparu. Devant l'incapacité de la police à trouver une piste, l'oncle de la mariée voit en Marius Pégomas l'unique espoir de revoir sa nièce...



    Pierre YRONDY est un auteur énigmatique dans lequel certains voient un pseudonyme du journaliste et écrivain Jules de Gastyne , né en 1847 et mort en 1920. Cette hypothèse est peu probable au vu des dates de certaines publications, mais peu importe. Ce que l´on sait avec certitude, c´est que Pierre YRONDY est l´auteur de deux séries en fascicules : « Les aventures de Thérèse Arnaud, Espionne française » et « Marius Pégomas, Détective marseillais » .

  • Une jeune danseuse est poignardée sur scène pendant qu'un groupe de fêtards entre dans le cabaret, détournant l'attention des spectateurs du crime qui vient de s´y dérouler. Quand la police débarque, elle apprend qu'une seule personne a quitté l'établissement pour y revenir et en repartir et, pourtant, aux vestiaires, quatre pardessus ne trouvent pas leurs possesseurs. Qui est l'homme qui s'est enfui avant de retourner au cabaret ? À qui appartiennent les trois autres pardessus ? Pourquoi poignarder une danseuse ? Voilà ce qu'aura à coeur de démêler Marius Pégomas , d'autant que la victime est sa petite amie.









    Pierre YRONDY est un auteur énigmatique dans lequel certains voient un pseudonyme du journaliste et écrivain Jules de Gastyne , né en 1847 et mort en 1920. Cette hypothèse est peu probable au vu des dates de certaines publications, mais peu importe. Ce que l´on sait avec certitude, c´est que Pierre YRONDY est l´auteur de deux séries en fascicules :


    « Les aventures de Thérèse Arnaud, Espionne française » et « Marius Pégomas, Détective marseillais » .

  • LES TREIZE APACHES
    « Où Toto Fouinard sauve la vie à un apache et où douze autres tiennent la sienne entre leurs mains.»
    Alors qu'il revient de la Fête de Saint-Cloud, en passant sur le pont du même nom, Toto Fouinard est agressé par deux brigands. Dans la bagarre, il est propulsé par-dessus la rambarde du pont, entraînant dans sa chute l'un des apaches. Toto Fouinard, bonne poire, sauve son agresseur de la noyade au péril de sa vie et, en remerciements, son « assassin » lui apprend qu'une bande de voleurs appelée « Les Treize Apaches » et dirigée par le redoutable « Ferragus » en veut à sa vie et fera tout pour l'envoyer « ad patres ! ». Devant la détermination de la bande, Toto Fouinard n'aura d'autres choix que de se jeter dans la gueule du loup pour lui arracher les crocs, un à un.
    JULES LERMINA (1839 - 1915) est un romancier français principalement connu pour les suites qu'il a données à de grandes oeuvres de la littérature (« Les mystères de Paris », « Le comte de Monte-Cristo », ...) et de nombreux autres ouvrages, mais il est aussi l'auteur de petits romans destinés à être diffusés en supplément de journaux de l'époque. C'est le cas des aventures de Toto Fouinard, ce jeune détective drôle, fougueux et attachant, qui oeuvrera sur 12 enquêtes savoureuses.



  • LE FORÇAT MARTYR
    « Où Toto Fouinard est jeté dans un puits au fond duquel il trouve la vérité.»
    Mme Mulard est une femme abattue, son fils vient de mourir subitement à l'âge de sept ans. Elle est persuadée que celui-ci a été victime d'une malédiction dont elle est responsable pour avoir, sept ans auparavant, accepté contre de l'argent de faire un faux témoignage dans une affaire d'homicide. Dans un dernier souffle, elle supplie Toto Fouinard de reprendre cette enquête vieille de sept ans afin de prouver l'innocence de l'homme qu'elle a envoyé au bagne à l'époque.
    JULES LERMINA (1839 - 1915) est un romancier français principalement connu pour les suites qu'il a données à de grandes oeuvres de la littérature (« Les mystères de Paris », « Le comte de Monte-Cristo », ...) et de nombreux autres ouvrages, mais il est aussi l'auteur de petits romans destinés à être diffusés en supplément de journaux de l'époque. C'est le cas des aventures de Toto Fouinard, ce jeune détective drôle, fougueux et attachant, qui oeuvrera sur 12 enquêtes savoureuses.

  • Monsieur Vanloo, diamantaire, est retrouvé mort d'une balle dans la tempe, dans sa voiture stoppée sur le bord de la route. Les diamants qu'il transportait, dans le but d'une vente, ont disparu. Le dossier semble simple aux yeux du juge d'instruction, d'autant que, le chauffeur de Monsieur Vanloo - lui aussi disparu - a été aperçu prenant le train pour Paris, peu de temps après le crime. Serge Vorgan, Inspecteur-Chef de la Sûreté générale, pense que l'affaire est bien plus complexe qu'il n'y paraît et va se lancer, avec ses fidèles brigadiers, Pointillon et Labrosse, sur une tout autre piste... Gustave GAILHARD est un écrivain français mort en 1943 et membre, dès 1927, de la Société des Gens de Lettres. Directeur de Collection chez J.FERENCZI & FILS, Éditeurs à Paris, il y a également officié en tant qu'auteur, se confrontant à tous les genres de la littérature populaire : romans d'aventures, romans policiers, romans d'amour, romans de cape et d'épée... Auteur prolifique, Gustave GAILHARD laisse, derrière lui, de nombreux romans qui ont ravi des générations de lecteurs passionnés.

  • Des meurtres mystérieux suivis de vols ont lieu dans des hôtels en Allemagne. Seul indice, un objet représentant un papillon rouge est retrouvé à chaque fois sur les lieux.
    Le ou les assassins ont déjà sévi à deux reprises dans le « Schwarzwald hôtel » près de Bade. Le célèbre détective anglais Ardinson y fouine, incognito - ou presque -, puisqu'il est reconnu et appelé par Miss Mulwer, ce qui n'échappe pas à un bien curieux duo, dont l'attitude va très vite attirer la suspicion de l'enquêteur.
    Mais une troisième personne, une vieille et sombre princesse, semble également compromise dans les homicides.
    Pour résoudre l'affaire, Ardinson va devoir multiplier les déguisements dans le but d'approcher les différents protagonistes...

  • Le procureur de la République reçoit un courrier anonyme affirmant que la mort d'un couple de petits propriétaires de Châtillon n'est en rien naturelle. Lui semble mort de maladie, elle d'une chute dans ses escaliers.
    Pour le corbeau, l'homme est mort empoisonné, la femme assommée violemment.
    Pour ne pas être accusé de laxisme si les révélations étaient justes ni d'empressement dans le cas contraire, le procureur fait appel au chef de la Sûreté de Paris qui envoie un de ses hommes sur place pour enquêter discrètement.
    Rapidement, les soupçons se portent sur la famille de la morte qui hérite des biens de celle-ci et, surtout, sur le fils des héritiers...

  • À l'article de la mort, Mme Servin fait appeler son notaire pour officialiser le legs de sa fortune, biens et immeubles, à Mlle Lucie, sa fille adoptive qu'elle chérit plus que tout. Au moment de l'ouverture du testament, Maître Girard constate, avec effroi, que celui-ci a été échangé avec une feuille de papier vierge alors qu'il n'avait pas quitté son coffre-fort depuis la mort de sa cliente. Pendant que les soupçons pèsent sur le propre fils de Maître Girard, sur son domestique, et même sur l'un de ses clercs, un parent direct de Mme Servin se présente pour toucher l'héritage. Léon Vassor, l'amoureux de Mlle Lucie, propose alors ses services à Maître Girard afin de laver son honneur de notaire et de permettre à la femme de sa vie d'entrer en possession du patrimoine de sa « mère »...

  • Au journal « Le Phare de la Femme », la préposée aux petites annonces est intriguée par un personnage qui vient déposer le texte suivant : « Papillon Rose peut revenir. Gros rat noir n'a rien vu. » Quand l'étrange individu revient passer un message plus insistant, signé « Petite fleur bleue », la curiosité de la secrétaire redouble, s'imaginant une embrouille dans un couple. Mais le duo amoureux devient vite trio lorsqu'un jeune homme intervient à son tour avec un communiqué venant de « Papillon Rose ». La brouille aurait-elle tourné au drame ? Toujours est-il que le Papillon a été épinglé en plein coeur à la sortie des locaux du magazine. Mme Ophélia, la directrice, n'a d'autre choix que de prévenir la police de l'insolite échange épistolier dont son média a été le témoin. Le commissaire Serge Vorgan est alors chargé du dossier et son flair légendaire le pousse à penser que l'affaire dépasse de loin le cadre banal du simple crime passionnel...

  • « Où Toto Fouinard éclaircit le Mystère de la rue du Pont-Neuf et transforme un assassiné en assassin. »
    Théophile Piédeboeuf, sommé de quitter la préfecture à la suite de démêlés avec Toto Fouinard, s'est replié dans un appartement miteux d'une maison de la rue du Pont-Neuf où il a installé son agence de détective qui vivote tant bien que mal. Quand un crime est commis à l'étage inférieur, il est convié par le concierge à venir faire les premières constatations. Piédeboeuf, d'abord réticent, voit vite là une manière de rentrer dans les bonnes grâces de ses anciens supérieurs et, peut-être, récupérer son poste tout en jouant un sale tour à Toto Fouinard. Mais Toto Fouinard ne semble pas se soucier de cette histoire ni s'émouvoir du retour en grâce de son ennemi, préférant se préoccuper des malheurs d'un pauvre homme ayant échappé de justesse à la mort lors d'une agression en pleine rue. Pourtant, les deux affaires vont finir par se rejoindre et confronter, à nouveau, les deux antagonistes...

    Jules LERMINA (1839 - 1915) est un romancier français principalement connu pour les suites qu'il a données à de grandes oeuvres de la littérature (« Les mystères de Paris », « Le comte de Monte-Cristo », ...) et de nombreux autres ouvrages, mais il est aussi l'auteur de petits romans destinés à être diffusés en supplément de journaux de l'époque. C'est le cas des aventures de Toto Fouinard, ce jeune détective drôle, fougueux et attachant, qui oeuvrera sur 12 enquêtes savoureuses.

  • Odilon QUENTIN fête sa toute nouvelle promotion au titre de « commissaire aux délégations judiciaires » à la table d'un bistrot avec ses bras droits quand il aperçoit, dans la rue, un petit homme sec aborder une grosse blonde outrageusement fardée, à la poitrine lourde et à l'arrière-train de jument poulinière.
    Le contraste entre la prostituée et son client fait sourire l'inspecteur Chenu et le brigadier Dubosc, mais pas le commissaire Odilon QUENTIN qui, dans les traits du micheton, reconnaît l'homme sur lequel il a enquêté récemment, à la suite du décès de la femme de celui-ci. Si le veuf avait l'air éploré, le simple fait d'avoir contracté une assurance-vie très élevée sur la tête de sa femme, quelques mois auparavant, jetait la suspicion sur lui.
    Le Commissaire Odilon QUENTIN décide de rouvrir l'enquête, maintenant qu'il est persuadé que le monsieur n'aimait peut-être pas tant sa femme que ça...

  • L'inspecteur principal Odilon QUENTIN n'est pas dans sa meilleure forme physique, mentale et professionnelle. Ses capacités sont amoindries par un gros rhume et il est confronté à un dossier épineux, l'assassinat insolite d'un ancien brigadier de tribunal à coup d'épingle à chapeau.
    Si la soeur du défunt - animée par son goût de l'argent et par sa haine fraternelle -, semble être la suspecte idéale, un autre crime étrange va mettre le policier sur une autre piste qui n'aboutira à rien... quoique...

  • Monsieur Séraphin PERVENCHE est un « gentil monsieur » pour les enfants à qui il distribue quelques pièces de monnaie, pour sa concierge dont il semble se soucier, pour les voisins avec qui il est toujours prévenant... mais Séraphin PERVENCHE n'est « gentil » qu'en apparence, parce que sa gentillesse feinte est son meilleur atout pour attirer la confiance des pigeons désespérés à qui il prête de l'argent en s'assurant pouvoir les plumer à tous les coups.
    Aussi, quand il est retrouvé mort, dans son lit, asphyxié au gaz, les prétendants au titre de « coupable » sont nombreux.
    L'inspecteur Odilon QUENTIN va se charger de trouver l'assassin de ce fieffé gredin qu'il voulait mettre sous les barreaux depuis fort longtemps. Pour cela, le policier va user de sa meilleure arme, son aspect mollasson et son air benêt qui font que personne ne se méfie de lui...

empty