Les éditions Pulsio

  • La Poupée sanglante suivi de La machine à assassiner.

    La poupée sanglante : Christine, fille d'un horloger habile et fiancée du savant Jacques Cotentin, ne trouve qu'un défaut à son bel automate Gabriel : son absence d'âme. Comme elle aimerait que celui-ci ait la belle âme poétesse de son voisin Bénédict Masson ! Hélas, simple mécanique, il ne peut donner que ce que ses rouages savent du monde. Bien peu. Bénédict est quant à lui un relieur à l'esprit fin et sensible, malheureusement affligé d'une laideur physique qui tient Christine loin des bras de sa belle âme. Il ignore la nature de l'étrange jeune homme, au port noble et à la mine si parfaite, qu'il observe parfois de sa fenêtre visiter l'élue de son coeur. Mais voilà qu'un soir Bénédict Masson entend une dispute entre Christine et son père. Christine le supplie de ne pas « le » tuer. Mais de qui parle-t-elle ?... Un jour, étrangement, Christine se confie au relieur. Elle lui demande s'il ne pourrait pas travailler à mi-temps pour l'aider dans la bibliothèque du marquis. Ce dernier aurait voulu l'embrasser, ce qui a déplu à la jeune fille. La machine à assassiner : La peur s'abat à nouveau sur Paris. Alors que le relieur d'art Bénédict Masson a été guillotiné pour avoir tué de nombreuses femmes, les mystères continuent. Bénédict Masson avait toujours clamé son innocence, qu'en est-il maintenant après sa mort ?

empty