• 1868, Sarthe. Victor est le cadet d'une famille de brigands qui enchaîne les menus larcins. Jusqu'au jour où une agression tourne mal : il se voit contraint par son paternel de se laisser accuser du meurtre commis par son frère. À tout juste seize ans, il est incarcéré au Mans puis au bagne de Toulon. Le début de son calvaire pénitentiaire sonne le glas d'une vie de malheur. Jusqu'à sa rencontre avec Léopold Lebeau, un prisonnier communard idéaliste et indomptable, avec qui il se lie d'amitié.

    1872, arrivée en Nouvelle-Calédonie. Les forçats envoyés au bagne de La Nouvelle, à Nouméa, partagent les conditions sordides et les punitions éprouvantes d'une détention placée sous la férule de gardiens sans pitié. Un monde de privations et de violences inhumaines rythme leur quotidien, où la cruauté des règles édictées par l'administration pénitentiaire est la norme. C'est alors qu'un audacieux projet d'évasion voit le jour...

    Franck Chanloup est né au Maroc en 1970. Après quelques années passées en France, il décide d'émigrer en Nouvelle-Calédonie pour raisons professionnelles et se découvre un grand intérêt pour le voyage et l'histoire, trop méconnue, de ce territoire. Passionné de littérature depuis toujours, captivé par des auteurs tels que John Fante, Jonathan Safran Foer ou Pat Conroy, Franck Chanloup est blogueur littéraire, et signe ici son premier roman.

  • Écrites au cours des quarante dernières années, les soixante-dix-sept nouvelles qui composent Le Roman noir de l'Histoire retracent, par la fiction documentée, les soubresauts de plus d'un siècle et demi d'histoire contemporaine française. Classées dans l'ordre chronologique de l'action, de 1855 à 2030, elles décrivent une trajectoire singulière prenant naissance sur l'île anglo-normande d'exil d'un poète, pour s'achever sur une orbite interstellaire encombrée des déchets de la conquête spatiale. Les onze chapitres qui rythment le recueil épousent les grands mouvements du temps, les utopies de la Commune, le fracas de la chute des empires, les refus d'obéir, les solidarités, la soif de justice, l'espoir toujours recommencé, mais aussi les enfermements, les trahisons, les rêves foudroyés, les mots qui ne parviennent plus à dire ce qui est... Les personnages peuplant cette histoire ne sont pas ceux dont les manuels ont retenu le nom, ceux dont les statues attirent les pigeons sur nos places. Manifestant mulhousien de 1912, déserteur de 1917, sportif de 1936, contrebandier espagnol de 1938, boxeur juif de 1941, Gitan belge en exode, môme analphabète indigène, Kanak rejeté, prostituée aveuglée, sidérurgiste bafoué, prolote amnésique, vendeuse de roses meurtrière, réfugié calaisien, ils ne sont rien. Et comme dit la chanson, ils sont tout.

  • L'histoire commence le 24 septembre 1853 avec la
    prise de possession de la Nouvelle-Calédonie par la France de Napoléon III, et elle ne s'achèvera pas le 4 octobre 2020, quel que soit le résultat du scrutin par lequel les habitants du
    Caillou sont appelés, pour la seconde fois, à voter pour ou contre l'indépendance de l'île. Le processus inédit engagé par les accords de Matignon de 1988, consécutifs à la tragédie de la grotte d'Ouvéa entre les deux tours de l'élection présidentielle de cette année, puis par l'accord de Nouméa de 1998, dont le préambule reconnaît pour la première fois officiellement le fait colonial de la République française, touche à son terme.
    Après une
    transition de trente ans, la
    Kanaky-Nouvelle-Calédonie, ainsi que voudraient la nommer les tenants de l'indépendance, est-elle prête pour la pleine souveraineté ? Les clivages entre Kanak et Caldoches, qui ont fait des dizaines de morts pendant les années 1980, ne sont pas effacés, mais ils se sont reconfigurés, laissant aujourd'hui ouvertes aussi bien la possibilité de leur dépassement que celle d'un nouvel embrasement.
    Archipel géographique, mosaïque ethnique, concentré d'invention poli-tique, la Nouvelle-Calédonie est aussi un laboratoire institutionnel et un modèle d'intelligence collective qui nous parle, au présent, de ce qu'était notre passé et de ce que pourrait être notre avenir. Cette île, qui fut l'une des rares colonies de peuplement de la France et dont le peuple autochtone - les Kanak - a failli disparaître, pourrait-elle constituer la première décolonisa-tion réussie de l'État français et être, grâce aux pratiques de ce peuple, le lieu d'un autre rapport à la terre, d'une économie non capitaliste et d'une politique de long terme, pour habiter ensemble un monde postcolonial ?

  • En cet été caniculaire, Renato Donatelli, dit le Kanak, s'ennuie à la section des courses et jeux. Lorsqu'il apprend que Six, son partenaire, serait impliqué dans l'exécution d'un baron de la drogue, il se lance dans une contre-enquête au grand dam de sa hiérarchie. Mais à fouiller le passé, on ressuscite de vieux démons que le gardien de la paix aurait aimé ne plus croiser. Comme une trainée de poudre, sa vie personnelle s'embrase alors que les coups montés et règlements de compte s'accumulent. L'hôtel de police est en ébullition, il y a de l'électricité dans l'air. À un rythme effréné, le Kanak, géant au grand coeur, est entraîné bien malgré lui dans un tourbillon d'évènements tragiques. Luttant contre les vents contraires, il avance tant bien que mal, porté par ses ancêtres, par ses coutumes et souhaitant qu'enfin tombe le silence.

  • 1931, l'Exposition coloniale. Quelques jours avant l'inauguration officielle, empoisonnés ou victimes d'une nourriture inadaptée, tous les crocodiles du marigot meurent d'un coup. Une solution est négociée par les organisateurs afin de remédier à la catastrophe. Le cirque Höffner de Francfort-sur-le-Main, qui souhaite renouveler l'intérêt du public, veut bien prêter les siens, mais en échange d'autant de Canaques. Qu'à cela ne tienne?! Les «?cannibales?» seront expédiés. Inspiré par ce fait authentique, le récit déroule l'intrigue sur fond du Paris des années trente - ses mentalités, l'univers étrange de l'exposition - tout en mettant en perspective les révoltes qui devaient avoir lieu un demi-siècle plus tard en Nouvelle-Calédonie. Le second récit commence au moment où Gocéné, le héros de Cannibale, pose le pied sur le sol de la «?métropole?», trois quarts de siècle après son premier séjour forcé lors de l'Exposition coloniale. Il sait seulement qu'il est venu pour honorer un engagement. Et si, à ce moment précis, on lui posait la question de savoir ce qu'il compte faire à Paris, il répondrait qu'il vient chercher un frère canaque dont la trace s'est perdue cent vingt-quatre ans plus tôt, et qu'il compte bien le ramener parmi les siens. Le Retour d'Ataï se penche sur les exactions de la politique colonialiste, tandis qu'apparaissent en écho les luttes tragiques pour la libération, durant les années quatre-vingt. Aux côtés du héros, le lecteur découvre une fois encore comment la réalité historique prend parfois de surprenantes allures de fiction.

  • Les sciences sociales peuvent-elles décrire la vulnérabilité, l'incertitude, la solitude ? Pour répondre à cette question, Michel Naepels, assumant sa position d'auteur, adopte dans ce livre une approche pragmatique et s'interroge sur le rôle du chercheur et le statut du témoignage qu'il suscite, à partir d'enquêtes menées dans des zones de conflits et de troubles, et de lectures à la fois anthropologiques, philosophiques et littéraires. Au lecteur qui se demande quelle est la place de celui ou celle qui enquête dans des situations de détresse, cet essai propose une anthropologie politique renouvelée de la violence, de la prédation, du capitalisme. Il endosse un point de vue, celui de la vulnérabilité et de l'exposition à la violence, en prêtant attention aux subjectivités, aux émotions et aux pensées des personnes qui y sont confrontées. Il s'agit d'articuler l'exploitation de l'homme et de la nature avec la construction de soi, de penser dans le sensible, avec la douleur, malgré tout.

  • Depuis les accords de Matignon (1988) et de Nouméa (1998) et après plus d'une décennie de transferts de compétences, la Nouvelle-Calédonie dispose d'une autonomie élargie. Le processus d'autodétermination dans lequel elle est lancée prend tout son sens à partir de 2014, avec l'organisation de référendums portant sur la question de l'indépendance. La période qui débute est donc capitale pour son avenir. En parallèle de cette dynamique institutionnelle et identitaire, singulière et émancipatrice, le contexte économique a également évolué. L'exploitation des énormes réserves de nickel a suscité récemment la construction et la mise en service de deux grandes usines métallurgiques, l'une dans le sud, l'autre dans le nord, en plus de celle de Nouméa. Une nouvelle ère économique et sociale débute-t-elle? Écrit à une époque charnière de l'histoire néo-calédonienne, ce livre est un outil pour comprendre un territoire en profonde mutation. Les principaux mécanismes socio-spatiaux à l'oeuvre aujourd'hui y sont analysés avec discernement et pédagogie. Les questions d'inégalités, de disparités ou d'aménagement sont les fils conducteurs de cette réflexion. Une attention toute particulière est portée au « rééquilibrage », à ses enjeux et ses conséquences. Richement illustré, cet ouvrage dévoile avec clarté le destin peu commun de la Nouvelle-Calédonie au sein de la République française. Il passionnera tous ceux qui s'intéressent aux évolutions de l'Océanie et de la France d'outre-mer.

  • Commençant par l´énigme d´un rêve et se terminant par une parabole, Good night friend parle du tressage des cultures, de Kanaks qui aiment l´opéra, de l´exil hors des tribus, du va´a, de la terre qui est maintenant dans l´inconscient, mais aussi d´être désormais de la ville. La ville vue à travers la métaphore de la prison de pierre qui enferme mais qui permet l´amitié malgré les différences ethniques.
    Roman qui nous en dit beaucoup sur la Nouvelle-Calédonie et sur le lien familial fort qui englobe présents et absents, les ancêtres mais aussi ceux qui sont adoptés. Par petites touches, à la manière des impressionnistes, l´auteur joue avec le «je» du narrateur qui devient comme un témoin et passe d´un personnage à l´autre. Il dévoile au fil du récit une sombre histoire d´envoûtement avec meurtre et nous tire jusqu´au coeur des problématiques océaniennes attachées au nom et à la terre.

  • Jean-Marie Tjibaou, leader charismatique du mouvement indépendantiste kanak des années 1980, est incontestablement une figure emblématique de lhistoire contemporaine de la Nouvelle-Calédonie. Un visage et une parole qui ont largement dépassé les côtes de larchipel océanien, tant par sa stature dhomme dÉtat que par la portée universelle de son message. Cette biographie » intellectuelle » dEric Waddell est le fruit dune longue recherche.
    Publiée en anglais en 2008 sous le titre « Jean-Marie Tjibaou, Kanak Witness to the World : An Intellectual Biography », cet ouvrage, désormais traduit et augmenté par Patrice Godin, est une source dinformations indispensables pour connaître et comprendre le parcours dun homme dexception, dont le destin est intimement mêlé à lhistoire de la Nouvelle-Calédonie.

  • La tarodière

    Denis Pourawa

    Du premier au dernier texte, ce recueil se lit comme un seul jardin, une seule parcelle de terre, un lieu ouvert à la fécondité. Dans le Pacifique, le taro d'eau est un élément de l'humidité, une nourriture de bonne santé, un plant de partage et de consommation. Denis Pourawa nous laisse ici parcourir ses terres kanak où chaque pas, chaque plan sont une étape entre l'homme ancestral et l'homme inscrit dans son temps. Progressivement, l'évidence de l'action s'impose face à la contemplation. Denis Pourawa se révèle bien ici comme un auteur majeur de la nouvelle génération. De cette génération qui a choisi avec force la moderne complexité d'une écriture de combat et d'une libre parole. Comme glisse une goutte d'eau sur la feuille du taro, la fureur tranquille de Denis Pourawa nous entraîne à nourrir notre propre jardin.


    Denis Pourawa est originaire de Canala en Nouvelle-Calédonie. Adolescent, il s'est retrouvé sur les terres ancestrales de la côte est secouées par les graves événements politiques qui ont marqué les années 1980. Ce n'est qu'à vingt ans qu'il découvre à travers les livres la pensée occidentale. Il est l'auteur de Téâ Kanaké, l'homme aux cinq vies (Grain de sable) et de Entre voir: les mots des murs (Grain de sable).

  • Il y a Arthur Bernard, l'auteur, le narrateur qui court toujours derrière les autres noms. Il y a Arthur Ferdinand Bernard ou AFB, apprenti relieur de dix-huit ans à Montparnasse en 1890, également apprenti assassin puisqu'il ratera son crime et même son châtiment. Condamné à mort, il sera gracié et transporté à la Nouvelle-Calédonie. Le dossier sur lui aux Archives s'arrête en 1895. Alors on va lui inventer une suite. C'est là-bas qu'il deviendra vraiment relieur et notamment de L'Odyssée. Il construira aussi des cerfs-volants dont un oiseau géant capable de l'élever dans les airs, au-dessus de l'océan. Il ne reviendra jamais. Tout appartient à la poussière, cette insatiable. Elle dissout les morts et protège les livres que liront les vivants.Arthur Bernard a publié, entre autres romans, La Chute des graves (Minuit), Les parapets de l'Europe (Cent pages) et Gaby et son maître (Champ Vallon).

  • Des vies « sans défaite ni combat », dans tout ce que lordinaire peut offrir de merveilleux pour celui qui sait observer, ressentir et dire le moindre souffle, la plus infime palpitation. Nicolas Kurtovitch compose ici lun de ses recueils les plus personnels où souvenirs, contes et réflexions poétiques sentremêlent. Tisserand, il noue un à un les fils des mémoires et des instants vécus ou imaginaires pour nous dire limportance dêtre au monde en pleine conscience, de transmettre, de célébrer le pouvoir de la littérature et de lhumanité

  • Initialement paru en 1992, Le pays du Non-Dit s'est immédiatement imposé comme un ouvrage de réflexion majeur sur la Nouvelle-Calédonie, son passé, ses blessures et ses voies d'avenir.
    Épuisé pendant deux décennies, l'ouvrage n'a pourtant jamais cessé d'être cité et d'alimenter les propos et les débats qui l'ont suivi.
    À travers cette réédition, nous sommes heureux de le rendre à nouveau disponible auprès du grand public.

  • Depuis 3 000 ans, les hommes installés sur l'île de Maré en Nouvelle-Calédonie ont su tirer profit au mieux de leur environnement végétal pour se nourrir, se loger et se soigner. À travers divers mythes et représentations, leur univers social et spirituel est ainsi émaillé de références au monde végétal. La langue des habitants de Maré, les si Nengone, est riche de nombreux termes qui renvoient aux plantes et à leurs usages. Or aujourd'hui, l'influence de la société de consommation et de la mondialisation semble avoir sonné le glas de ces savoirs ancestraux, pourtant si précieux. Si certaines de ces « plantes utiles » sont encore employées quotidiennement, beaucoup sont déjà tombées en désuétude. Pour remédier à la perte de ces savoirs traditionnels, cet ouvrage recense et décrit les principaux usages du patrimoine végétal de Maré. Fruit d'un méticuleux travail de terrain et de l'exploitation de données botaniques et anthropologiques vérifiées et réactualisées, il présente plus de 300 espèces de plantes. Chacune fait l'objet d'une fiche illustrée décrivant son habitat, sa répartition, ses usages ainsi que ses caractéristiques chimiques et ses propriétés pharmacologiques. Avec l'aide de nombreux informateurs maréens, les auteurs ont porté une attention particulière aux usages des plantes dans la médecine traditionnelle. Rédigé dans la perspective d'une réappropriation par la communauté si Nengone de son patrimoine culturel, cet ouvrage s'adresse également aux médecins, ethnopharmacologues, botanistes et à tout public intéressé par l'environnement végétal de la Nouvelle-Calédonie et de l'Océanie.

  • Dans un contexte de raréfaction des ressources en énergie fossile et de changements climatiques, la Nouvelle-Calédonie, qui n´est pas actuellement soumise au protocole de Kyoto, doit répondre aux préoccupations environnementales et trouver les voies et moyens d´une moins grande dépendance énergétique. Au moment où le Territoire définit son Schéma d´aménagement et de développement 2025 et, dans le prolongement, son Schéma de l´énergie et du climat, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et l´ADEME, via le Comité territorial pour la maîtrise de l´énergie (CTME), ont demandé à l´Institut de recherche pour le développement (IRD) de produire un état des lieux complet et une analyse pluridisciplinaire des enjeux constitutifs de la question de l´énergie dans le développement de la Nouvelle-Calédonie. La maîtrise de l´énergie, les nouvelles technologies en matière de production et de stockage d´énergie, les moyens de réduction des émissions de gaz à effet de serre, la géopolitique de l´énergie et du climat et la coopération régionale, la gouvernance de l´énergie et du climat en Nouvelle-Calédonie, ont ainsi été examinés au cours de l´année 2009 par un collège d´experts qui en restitue ici le bilan détaillé. Cette expertise collégiale, qui a mobilisé l´ensemble des données scientifiques disponibles pour les décliner sur le cas particulier de la Nouvelle-Calédonie, livre une série de recommandations qui pourront utilement venir à l´appui des politiques que le Territoire est sur le point de se donner. Against the backdrop of increasingly scarce fossil fuel resources and climate change, New Caledonia, which is not currently subject to the Kyoto protocol, must respond to environmental concerns, and find ways and means of becoming less energy-dependent. With the Territory defining its Land Use and Development plan for 2025 and, further down the line, its energy and climate plan, the Government of New Caledonia and the Environment and Energy Management Agency (ADEME), via the Territorial Energy Management Committee (CTME), have asked the Development Research Institute (IRD) to produce a complete report of the situation and a multi-disciplinary analysis of the issues involved in the question of energy in the development New Caledonia. During the course of 2009, a board of experts also examined energy management, new energy production and storage technologies, ways of reducing greenhouse gas emissions, the geopolitical position concerning energy and climate, and regional cooperation along with energy and climate management in New Caledonia. Their detailed assessment is provided here. In accordance with the expert report model developed, the body of experts called up all available scientific data and knowledge so as to apply this understanding to the specific situation in New Caledonia. The body was thus able to deliver a series of recommendations, which may usefully support the policies that the Territory is on the point of adopting.

  • Au collège de Nouméa, Théa Forestier n'est pas une élève comme les autres. Elle a quinze ans à peine. Mais sous sa robe à smocks, son visage lisse et sa frange bien nette se cache un petit carnassier cruel. Son frère et elle s'aiment à la vie, à la mort. Avec Isabelle Demur, sa meilleure amie, elles veulent tout partager. Tout, tout de suite. Ivre de sensations nouvelles, elle joue la passion, la haine, la souffrance, la peur, le plaisir. Elle humilie son amoureux, terrorise Isabelle. Cachée derrière les bougainvillées, elle espionne sa mère qui, tous les matins, disparaît pour d'étranges promenades à cheval.
    Chronique tumultueuse du monde des colonies à l'heure où la IVe République agonise, "le Bal du Gouverneur" en restitue la violence, la sensualité et les sortilèges. Vous y apprendrez les mille et une manières d'utiliser une bicyclette, la valeur inestimable des cagous - ces oiseaux qui aboient -, comment les cornes de nacre repoussent les requins-marteaux, comment une adolescente peut, seule, neutraliser un phare, comment on tue des "bagnards" avant l'arrivée du ministre...et comment on peut - presque - mourir d'amour.

  • La poésie de Nicolas Kurtovitch est une étrange rumeur, le bruit d'une île, la parole d'une terre partagée. C'est sûrement ce mélange entre conscience d'un exil et recherche d'une place juste qui fait que son écriture résonne tant en nous. Ce «·nous·» universel et pluriel qui nous interroge sans cesse dans notre quotidien singulier. C'est de cette matière qu'est faite la poésie de Nicolas Kurtovitch?: une glaise où chaque homme trouve à façonner son quotidien pour construire son existence.Prix Antonio Viccaro 2008 Né à Nouméa en 1955, Nicolas Kurtovitch est l'une des grandes voix de la poésie calédonienne. De père yougoslave et de mère calédonienne, il est l'un des premiers à s'être explicitement interrogés sur la nature de la relation entre les communautés en présence sur leur terre natale. Cette interrogation s'est traduite à deux reprises par des écritures à quatre mains avec les auteurs kanak Déwé Gorodé en 1999 (Dire le vrai/To Tell the Truth, Grain de sable) et Pierre Gope en 2002 (Les dieux sont borgnes, Grain de sable). Il obtient le prix du Salon du livre insulaire d'Ouessant en 2003 pour son recueil Le piéton du dharma (Grain de sable) et en 2008 le prix de poésie Antonio Viccaro.

  • Le cri de l´acacia ou tous ces cris que l´on n´entend pas ! Parce qu´ils seraient trop forts, trop présents, lancinants. Alors prendre conscience un instant : entendre la vie qui endure le grandiose et le dérisoire. Dans des tragédies banales ou des comédies grinçantes, tous ces destins chiffonnés sont ceux de héros du quotidien.

    Quelques beaux visages d´hommes vaillants et de femmes intrépides au courage ordinaire, inscrits dans la dynamique d´un dépassement obligé, tellement habituel, face aux violences, à l´alcool, à la pornographie et à la dépendance de leur propre vie.

  • Entrelacs de vies marginales à la lisière de la mangrove ou dans les squats des quart iers périphériques de Nouméa, dans une Nouvelle-Calédonie où le bulldozer trace droit, inéluctablement, la route coaltarée de la modernité, boostée par l´exploitation du nickel...

    Se croisent, pour le meilleur - et pour le pire -, un employé municipal, qui ent ret ient amoureusement les tombes de ses morts, une Miss Sunshine tout de blanc vêtue, accro... au lait en poudre, un toubib en délicatesse, un rasta singulier, un ingénieur  faussement écolo, une journaliste affriolante, un broussard, pas tendre du tout et une femme trop amoureuse..., chacun avec ses zones d´ombre et de lumière, de mystère et de poésie, de violence et de générosité...
    />
    Des destins tragiques, souvent.
    Auteur reconnu tant par ses romans que ses recueils de nouvelles, Claudine Jacques signe ici un roman féroce inspiré des travers de la société néo-calédonienne. Le lecteur y retrouvera le style fluide qui caractérise son écriture et qui donne envie de tourner les pages jusqu´à la dernière.

  • Troisième volet dune trilogie commencée avec « Goodnight friend » et « Les Heures italiques ».
    « Dans le ciel splendide » regarde vivre un groupe dindividus en un lieu, en un temps, face à eux-mêmes : les uns avec les autres et séparément, mus par la force des liens qui les unissent familiaux, amicaux, amoureux ou simplement humains -, la profondeur des questions ou réponses existentielles qui les traversent, et le drame des destins qui sentrecroisent dans la vie comme dans le rêve, et se retrouvent par-delà les frontières et les labyrinthes du monde et de lêtre, et au-delà de la mort-même.
    Nicolas Kurtovitch, dont lécriture dépasse les genres quil a tous visités poésie, nouvelle, essai, théâtre offre avec ce roman des témoignages de vies calédoniennes, afghanes, bosniaques ou tibétaines de Mouéaou, Dila, Jérémy, Johanna, Manuel, Léa, Camille, le sergent, Aten... et Théo, le patchwork dune humanité qui se cherche dans sa complexité, empreinte de cruelles tragédies et de douceurs aussi, où « vivre ensemble » semble finalement trouver son épilogue.

  • Tandis que les dangers la guettent, Irène découvre avec passion la Nouvelle-Calédonie. Dans cette oasis perdue du Pacifique, elle ne désespère pas de trouver enfin la paix de l'âme qu'elle n'a jamais pu approcher ailleurs.


    Écrivain et journaliste, Marie Lincourt dépeint ici l'époque coloniale de 1955 avec beaucoup de précision et de sensibilité.



  • FICHIER EPUB - MISE EN PAGE FIXE. - Le 23 mai 1866 j'embarquais, en qualité de médecin en second, à bord de la frégate à voile la Néréide qui, appareillant de Brest, devait aller ravitailler nos colonies de la Réunion, de la Nouvelle-Calédonie et de Taïti. [...] Mon rêve, en quittant la France, avait été de rester quelque temps dans l'intérieur de la Calédonie. Je désirais observer par mes propres yeux, chez des populations sauvages, ou vierges encore, ce que peut l'homme, réduit à ses propres forces, aux prises avec la nature, et combler, si je le pouvais, par cette étude, une lacune qui me semblait exister dans tous les écrits que j'avais lus sur l'ethnographie calédonienne. [...] Je profitai de ce premier séjour pour rompre petit à petit avec les habitudes européennes et prendre celles des naturels. J'y parvins si complètement que, lorsque on m'envoya comme médecin-major à Houagape, je n'eus que bien peu de choses à faire pour amener les Canaques à me traiter comme un de leurs chefs. [...] Je me suis proposé d'apprendre au public, dans les quelques pages qu'on va lire, ce qu'est à l'heure présente la Nouvelle-Calédonie, ce que l'on y fait, comment on y vit, et ce qu'avec de la bonne volonté et des bras on pourrait y obtenir de résultats heureux, tant pour les naturels que pour les colons et la métropole (extrait de la Préface, édition originale, 1873).
    Jules Patouillet, médecin de marine, résidera de 1867 à 1870 en Nouvelle-Calédonie. Son ouvrage quasi introuvable, réédité en fac-similé dans les années 1980, mérite pourtant d'être mieux connu. Ouvrage majeur sur la Nouvelle-Calédonie au XIXe siècle, à la fois historique dans sa première partie, la seconde étant consacrée à l'anthropologie, l'ethnologie et aux moeurs des Canaques.

  • Armande Alavaill, une innocente jeune fille, sembarque avec sa mère pour rejoindre son père malade qui vit en déportation. Quand elle arrive à Nouméa, elle fait la connaissance d'un compagnon dinfortune de son père, Danclade, un redoutable révolutionnaire, sous les traits duquel on reconnaît aisément Rochefort lui-même. Une idylle va naître "LÉvadé" rencontra un immense succès lors de sa parution en 1880. Rochefort réussit ce tour de force doffrir dans le même temps une parodie de roman daventures, du roman sentimental et du roman exotique.

  • La voix de l'océan

    Caroline Pivert


    Caroline Pivert nous propose « la voix de l'océan », un ouvrage entre le récit de voyages et l'autobiographie. Son coeur en exil y raconte comment cet appel incessant de l'océan fait écho à sa passion pour les îles de sa Polynésie natale et la Nouvelle Calédonie. Dans les plus beaux éclats de cette voix, Caroline perçoit les fous rires de son enfance heureuse entourée de ses parents bien-aimés et de sa soeur. Comme celle d'un ami ou d'un ange gardien, elle la ramènera saine et sauve de tous les « naufrages » de la vie, de l'amour, et de leur apprentissage pour lesquels, et pour notre plus grand plaisir, l'auteur a fait le tour du monde. Nous découvrirons entre autres, l'Egypte, le Portugal, l'Allemagne, Paris. Au détour des chemins, en Bretagne, dans la force intrinsèque de son paysage, Caroline Pivert achèvera sa route.
    C'était le Pacifique, c'était, aux toutes premières lueurs de l'existence, Tahiti et Moorea, ces îles d'incandescence, ces archipels habités sans répit de sa voix, à l'océan rédempteur, source de tant de joies, de clarté, de sourires. Ces jeux inventés sans relâche, sans jamais se calmer, tout près de lui, sur le sable, ou dans le coeur de ses bras.
    Je me souviens de ma famille, aussi, des êtres chers qui ont peuplé ces mondes, tout comme moi. De mon père pilote de ligne, de ma mère hôtesse de l'air, dans cette compagnie d'outre-mer, qui n'existe plus aujourd'hui. De ma soeur aînée Léa, qui avait vu le jour un an avant moi, en Nouvelle-Calédonie, patrie de mes grands-parents maternels, exilés là-bas après la guerre.

empty