• Scandale dans une pension de famille « comme il faut », sur la Côte d´Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d´un des clients, s´est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n´avait passé là qu´une journée... Seul le narrateur tente de comprendre cette « créature sans moralité », avec l´aide inattendue d´une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez elle. Ce récit d´une passion foudroyante, bref et aigu comme les affectionnait l´auteur d´Amok et du Joueur d´échecs, est une de ses plus incontestables réussites.

  • « ... un matin, comme je me promenais près de mon parterre de rosiers, je vis, je vis distinctement tout près de moi, la tige d'une des plus belles roses se casser comme si une main invisible l'eût cueillie, la fleur resta suspendue dans l'air transparent, toute seule, immobile, effrayante, à trois pas de mes yeux.
    Saisi d'une épouvante folle, je me jetai sur elle pour la saisir. Je ne trouvai rien. Elle avait disparu...
    à partir de ce moment-là, je sus qu'il existait près de moi un être invisible qui m'avait hanté et qui revenait. Un peu plus tard, j'en eus la preuve. » Confession lucide et maîtrisée d'un homme qui assiste au naufrage de sa propre raison, Le Horla nous révèle la trajectoire secrète et fulgurante qui relie la plénitude de la santé au martyre de la démence. Nul autre récit fantastique - en raison, peut-être, de certains accents autobiographiques - n'a développé avec plus de rigueur et de vérité clinique l'implacable logique de l'imaginaire. 

  • Rouen, occupé par les Prussiens, durant la guerre de 1870. Des bourgeois tentent de fuir la ville en diligence. Parmi eux se trouve une prostituée, celle qu'on surnomme Boule de suif. Tous vont abuser de sa générosité et la forcer à céder au chantage sexuel d'un Prussien. Maupassant dresse ici un portrait inégalé de l'hypocrisie et de la lâcheté humaines. Il condamne sans appel la guerre et la classe dirigeante, paternaliste et profiteuse. Il nous communique toute sa tendresse pour une fille au grand coeur, symbole d'une résistance vouée à l'échec.

  • Le tour d´écrou

    Henry James

    Edition enrichie (Préface, notes et chronologie)Le huis clos d´une vieille demeure dans la campagne anglaise. Les lumières et les ombres d´un été basculant vers l´automne. Dans le parc, quatre silhouettes - l´intendante de la maison, deux enfants nimbés de toute la grâce de l´innocence, l´institutrice à qui les a confiés un tuteur désinvolte et lointain. Quatre... ou six ? Que sont Quint et Miss Jessel ? Les fantômes de serviteurs dépravés qui veulent attirer dans leurs rets les chérubins envoûtés ? Ou les fantasmes d´une jeune fille aux rêveries nourries de romanesque désuet ? De la littérature, Borgès disait que c´est « un jardin aux sentiers qui bifurquent ». Le Tour d´écrou n´en a pas fini d´égarer ses lecteurs.Traduction, préface, notes et dossier de Monique Nemer.

  • Édition enrichie (Présentation, notes et bibliographie)A Paris, au début du xviie siècle, trois peintres devisent de leur art. L'un est un jeune inconnu, promis à la gloire : Nicolas Poussin. Le deuxième, Franz Porbus, portraitiste officiel de feu le roi Henri IV, est, lui, dans la plénitude de son talent et au faîte de la renommée. Le troisième, maître Frenhofer, personnage plein de mystère qui a côtoyé les plus grands maîtres et assimilé leurs leçons, met la dernière main dans le plus grand secret à un bien mystérieux «chef-d'oeuvre». Il faudra que Gillette, la compagne de Poussin, en qui Frenhofer espère trouver le modèle idéal cherché en vain depuis des années, soit admise dans l'atelier du peintre pour que, y pénétrant derrière elle, Porbus et Poussin découvrent le tableau dont Frenhofer gardait jalousement le secret. Et cette découverte les plongera dans la stupéfaction.
    Ce «conte fantastique» à la manière d'Hoffmann est aussi une méditation sur le pouvoir de l'esprit dans le domaine de l'art. Il prend naturellement sa place parmi les Etudes philosophiques de La Comédie humaine. 

  • Les Voyages de Gulliver est un roman satirique de l'auteur anglais Jonathan Swift . Le livre est un classique incontournable de la littérature du siccle des Lumicres. Il conte quatre voyages extraordinaires de Lemuel Gulliver, médecin de marine. Le premier conduit le héros au pays des Lilliputiens. Le deuxicme ´r Brobdingnag, la cité des géants dans laquelle Gulliver se trouve lui-meme en situation de Lilliputien. Le troisicme voyage mcne Gulliver ´r Laputa, une île volante, royaume des musiciens et mathématiciens. Lors de son quatricme voyage, Gulliver découvre un pays gouverné non point par des hommes mais par des chevaux intelligents, les Houyhnhnms. Bien que le récit des aventures merveilleuses de Gulliver se lise comme un fascinant roman d'aventures, l'oeuvre de Jonathan Swift est profondément philosophique. Elle s'inscrit dans l'histoire des idées comme la premicre critique sérieuse des temps modernes.

  • Émilie et Charlotte sont les meilleures amies du monde. Quand les parents de cette dernière décident de la changer de collège, c'est une vraie catastrophe ! Elles vont alors tout tenter pour se retrouver de nouveau ensemble. Charlotte accumule les bêtises pour se faire renvoyer, tandis qu'Émilie élabore des stratégies compliquées pour que ses parents la changent de collège.

  • Le Talon de fer (The Iron Heel, 1908) appartient au patrimoine littéraire mondial. Francis Lacassin le désignait comme un « classique de la révolte ». Dans ce récit d'anticipation publié durant la période la plus créative de sa vie (soit juste avant Martin Eden), Jack London imagine la société future : révolte ouvrière, grève générale et... impitoyable répression.

    Roman socialiste à thèse, récit d'amour (la narratrice Avis Everhard relate la geste de son compagnon Ernest Everhard, un double de Jack London), ce texte a été lu comme une préfiguration de la société capitaliste poussée à sa forme extrême : le fascisme.

    Jack London (1876-1916), est l'auteur d'une oeuvre immense dont Libertalia retraduit tout le volet social.

  • La Maison du Chat-qui-pelote, c´est d´abord une enseigne de boutique doublée d´un tableau : « Une formidable pièce de bois, horizontalement appuyée sur quatre piliers qui paraissaient courbés par le poids de cette maison décrépite, avait été rechampie d´autant de couches de diverses peintures que la joue d´une vieille duchesse en a reçu de rouge. Au milieu de cette large poutre mignardement sculptée se trouvait un antique tableau représentant un chat qui pelotait. » Mais cette nouvelle, écrite en 1829 et plus tard placée par Balzac en ouverture de La Comédie humaine, est elle aussi un tableau vrai, tableau du Paris commerçant - le Marais et la rue Saint-Denis - que l´écrivain prend plaisir à peindre. Un tableau de moeurs, également, et son premier titre, Gloire et malheur, laissait plus directement deviner que s´y jouait le destin d´une femme : « Les humbles et modestes fleurs, écloses dans les vallées, meurent peut-être quand elles sont transplantées trop près des cieux, aux régions où se forment les orages, où le soleil est brûlant. » Présentation et notes par Patrick Berthier. 

  • « C'est une idole vous dis-je ; on le voit bien à son air... On dirait qu'elle vous dévisage. » Tels sont les propos du paysan qui vient de déterrer une étrange statue antique. Sitôt exhumée, elle tombe sur la jambe de son compagnon, le laissant gravement handicapé... S'enchaînent alors bien d'autres malheurs et faits étranges, qui se concluent par un assassinat. Cette divinité serait-elle l'incarnation du mal ? La statue se métamorphoserait-elle, la nuit, en criminelle ? Dans ce récit spectaculaire et riche en rebondissements, Mérimée révèle, entre autres, une parfaite maîtrise du genre fantastique.
    Notions littéraires : l'incipit dans un roman ou une nouvelle, le romantisme et le goût de l'exotisme, la nouvelle fantastique, les points de vue et registres narratifsHistoire des arts : qui était Aphrodite, alias Vénus ?, la caricatureRepères élèves : frise historique et culturelle du XIXe siècle, lexique littéraire, notes de vocabulaire, méthode
    Oeuvre du rabat  : Aphrodite, bronze (yeux incrustés d'argent), 1re moitié du IIIe siècle av. J.-C., époque hellénistique.

  • Pour Clara ; nouvelles d'ados

    Collectif

    • Fleurus
    • 6 Novembre 2020

    "Écrire a toujours été pour moi une manière d'interagir avec le monde. Grâce aux mots, je transmets mes sentiments, mes peurs, mais aussi mon univers"Sept jeunes auteurs entre douze et dix-sept ans ont pris la plume pour écrire une nouvelle qui leur ressemble.Ils nous emmènent dans les tranchées un soir de Noël, ou dans l'Angleterre victorienne, nous font découvrir des sociétés futuristes, nous accompagnent dans la fin de l'enfance, ou dans les pas d'une aveugle, nous plongent dans la guerre, encore. Ils nous dérangent, nous bouleversent, nous interrogent, nous remuent.Lisez-les.Ce prix a été créé en mémoire de Clara, décédée subitement à l'âge de 13 ans des suites d'une malformation cardiaque. Destiné aux adolescents qui, comme elle, aiment lire et écrire,il est décerné par un jury présidé par Erik Orsenna et composé de personnalités du monde des lettres et de l'édition.La vocation du prix Clara est caritative. Les bénéfices de la vente de la vente de ce livre seront versés à l'Association pour la Recherche en Cardiologie du Foetus à l'Adulte (ARCFA) de l'hôpital Necker-Enfants malades.

  • Le pitch : Deux franc-maçons britanniques, Carnehan et Dravot, à la fin du XIXème siècle, aux Indes, désirent devenir roi du Kafiristan, pays sauvage au nord de l'Afghanistan. Deux ans plus tard, un seul revient et conte son histoire au journaliste qui les avait aidés.

  • Après le monde perdu et le ciel empoisonné, la troisième aventure du Professeur Challenger nous entraine dans le monde de la voyance, un domaine qui met ses convictions à l'épreuve. Son ami le journaliste Edward Mallone semble en revanche convaincu par les médiums rencontrés lors d'étranges réunions. Prêt à en decoudre avec les fantômes et autres esprits, entre spiritisme et supercherie, le Professeur Challenger entreprend de lui prouver son erreur.

  • Carmilla

    Joseph Sheridan Le Fanu

    .

  • Dans une auberge de campagne en bord de Seine, la famille Dufour rencontre deux jeunes canotiers, dont l'un part en promenade sur l'eau en compagnie de Mlle Dufour. La balade va vite prendre une couleur très intime, qui la marquera à jamais...
    Notions littéraires : l'incipit ; le texte réaliste ; la satire. Contextualisation : la bourgeoisie ; la presse et les gazettes. Histoire des arts : le développement de la nouvelle au XIXe s. ; Renoir, père et fils ; l'adaptation cinématographique.
    Oeuvre du rabat : Renoir

  • Les Papiers de Jeffrey Aspern (The Aspern Papers), est une nouvelle d'Henry James, parue de mars à mai 1888. Elle a été composée au cours d'un séjour au palais Barbaro-Curtis de Venise.
    L'une des nouvelles les plus célèbres et acclamées de l'auteur, vient d'une anecdote dont il eut vent au sujet d'un admirateur transi de Percy Bysshe Shelley qui tenta d'obtenir des lettres manuscrites de grande valeur écrites par le poète. Situé à Venise, le récit démontre la capacité de James à générer un suspense irrésistible sans jamais négliger la psychologie des personnages.
    Présentation
    | Le narrateur du récit est mandaté par un éditeur sans scrupules pour mettre la main sur les papiers personnels de Jeffrey Aspern, un grand poète américain maintenant décédé, qui aurait fait le legs de ce trésor à une ancienne amante, Juliana Bordereau, qui réside dans un vieux palais décrépit de Venise. Or, on dit la vieille dame très méfiante. Aussi le narrateur a-t-il tout intérêt à cacher ses vues sur les fameux papiers. Il se présente donc à elle, et à sa nièce, Miss Tina, comme un simple voyageur, amoureux de Venise, qui cherche un gîte, ce qu'offrent les deux femmes moyennant un substantiel loyer dont elles ont grandement besoin...|
    |Source Wikipédia|

  • C'est la rentrée ! Suzanne, Ninon, Lydie, Zélie, Cerise et Léa, les membres du club des Licornes, sont bien contentes de se retrouver. Mais une nouvelle licorne fait son apparition...

  • Nominées ou lauréates des plus grands prix, ces dix nouvelles ont fait la notoriété de Paolo Bacigalupi et posé le saisissant univers postpétrole de ses fictions ainsi que les thèmes sociaux, politiques et environnementaux chers à l'une des voix les plus

  • Suite à un terrible accident, le pianiste Stephen Orlac perd l'usage de ses deux mains. Un chirurgien se propose de lui en greffer une nouvelle paire, avec succès. Quand de mystérieux crimes se produisent dans son entourage, un horrible soupçon naît dans son esprit... Un classique de la littérature fantastique, maintes fois adapté au cinéma et enfin réédité.
    Stéphen Orlac est un pianiste virtuose de renommée internationale. Grièvement blessé à la tête et privé de l'usage de ses mains à la suite d'un accident de chemin de fer, il voit sa carrière et sa vie s'effondrer en un instant. L'espoir lui est rendu par la rencontre inespérée d'un chirurgien qui lui greffe une nouvelle paire de mains.
    Très vite, cependant, Orlac est hanté par d'horribles hallucinations. Ses mains semblent animées de pulsions autonomes. Et si, au lieu d'appartenir à un compositeur décédé, ces appendices avaient été prélevés sur un assassin fraîchement guillotiné ? Tandis que les crimes se multiplient, Rosine, son épouse, mène l'enquête...
    Paru en 1920, Les Mains d'Orlac est rapidement devenu un classique de la littérature fantastique, adapté à quatre reprises au cinéma. Maître de l'horreur et du mystère, Maurice Renard y combine fantastique, occultisme et roman policier avec un art unique du suspense.

  • « Quand tu te marieras, reprit le comte [...], n´ accomplis pas légèrement cet acte, le plus important de tous ceux auxquels nous oblige la société. Souviens-toi d´étudier longtemps le caractère de la femme avec laquelle tu dois t´associer [...]. Le défaut d´union entre deux époux, par quelque cause qu´il soit produit, amène d´effroyables malheurs [...]. » Dans cette mise en garde adressée à son fils, c´est toute son histoire que résume le comte de Granville. L´adultère ne saurait être la solution à un mariage raté, nous dit Une double famille, une des premières Scènes de la vie privée, mais pour notre plus grand plaisir de lecture, on ne court pas tout droit à cette conclusion. La construction savante du roman, en brouillant les images de l´épouse et de la maîtresse, oblige à réfléchir sur le message délivré : Balzac pose d´emblée la question du mariage dans toute sa complexité.

  • Un an a passé depuis les folles aventures des scouts et des guides dans les Pyrénées. Édouard est désormais chef de la patrouille des Loups. Mais qui pourrait bien le seconder ? Si Ange, cet ex-murmureur devenu son ami, n'habitait pas si loin, il serait parfait pour le rôle...Cette année, pour leur camp d'été, les scouts s'installent à Brocéliande, terre des légendes du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde, en compagnie de Clémence et de ses amies guides. Lorsque les Loups découvrent une preuve qu'Excalibur existe bel et bien, ils se lancent dans une quête pleine d'énigmes et de découvertes aux quatre coins de cette forêt féerique.Seule ombre au tableau... ils ne sont pas les seuls à rechercher la légendaire épée. Mais, au fond, qui sont vraiment les ennemis des Loups ? Cette dangereuse Guilde du chevalier noir ou l'ombre qui les suit, tel un revenant venu les hanter ? Jusqu'où Édouard sera-t-il prêt à aller pour retrouver l'épée et remporter le camp ?

  • Gobseck

    Honoré de Balzac

    La scène débute dans le salon de Madame de Grandlieu, en conversation avec un ami de la famille, l´avoué Maître Derville. L'avoué entend pendant la conversation de Mme de Grandlieu avec sa fille Camille, que celle-ci est amoureuse du jeune Ernest de Restaud, fils d'Anastasie de Restaud, née Goriot.
    Mme de Grandlieu désapprouve cet amour : la mère d´Ernest est dépensière, enlisée dans une relation illégitime avec Maxime de Trailles, pour lequel elle gaspille sa fortune. Derville intervient en faveur de Camille : il démontre qu´Ernest s´est vu attribuer depuis peu l´intégralité de l´héritage familial.

    Ce récit, qui constitue une mise en abîme d´un type humain du monde balzacien, met en lumière les personnages de Jean-Esther van Gobseck, usurier, et de Maître Derville, avocat en début de carrière. Ces deux personnages, qui jouent un rôle essentiel dans ce roman, reparaissent dans l´ensemble de la Comédie humaine , soit sous forme d´évocation : Gobseck, soit en personne : Maître Derville, que l´on retrouve dans le Colonel Chabert , Splendeurs et misères des courtisanes et dans de nombreux autres volumes de la Comédie humaine. Il fait partie, dans les personnages de la Comédie humaine, des Gens de robe honnêtes.

  • Charles Perrault décide d'adapter son conte Cendrillon en pièce de théâtre. Il demande aux demoiselles de Versailles de monter sur scène pour l'interpréter. La pièce sera jouée devant la cour et le roi en personne ! Coline, Clémence, Pascaline, Acanthe et Aglaé vont devoir montrer tous leurs talents...

  • Cette nuit là, quatre voyageurs cherchent à se réfugier. Le tonnerre gronde, et la pluie s'abat avec violence. Il n'y a rien aux alentours, seulement une sombre demeure. Et une homme lugubre... qui clame avoir vu le diable. Jamais plus il ne perdra aux jeux. Repenti, il attend vainement que son pacte cesse... Mais les voyageurs n'y croient pas, et ils entament une nouvelle partie de cartes... Peut-être la dernière de leur vie...



    Gaston Leroux (1868-1927) est un écrivain français. Exerçant le métier d'avocat, il commence par arrondir ses fins de mois en publiant des comptes-rendus de procès pour le journal L'Écho de Paris. Il est repéré en 1893 par le directeur du journal Le Matin: il y devient chroniqueur judiciaire. Son travail est une source d'inspiration pour ses romans. En 1901 il est promu grand reporter, et publie en 1903 «La Double Vie de Théophraste Longuet» sous forme de feuilleton. Sur sa lancée, il publie en 1908 «Le Mystère de la Chambre Jaune», un véritable succès qu'il assure par «Le Fantôme de L'opéra» en 1910, «La Poupée Sanglante» en 1923, «Chéri-Bibi» à compter de 1913.

empty