• Le maître du thriller historique au sommet de son art ! Plongez dans l'aventure...
    L'archéologue plongeur Jack Howard est de retour ; il va découvrir un terrible secret qui pourrait changer le cours de l'histoire...
    Le Caire, 1890. Un soldat britannique émerge des profondeurs d'un égout. Il prétend avoir été pris au piège d'une cave sous-marine où il aurait découvert un trésor composé de bijoux et d'or et de milliers de papyrus... Personne ne prête attention à son récit qui semble être le produit d'une imagination délirante, et son histoire est oubliée.
    De nos jours. Jack Howard tombe sur le récit du soldat et il est interpellé par sa mention d'un " sas de lumière aveuglante ". Alors que la situation politique en Egypte est explosive, Jack et son équipe se lancent dans une expédition archéologique au péril de leurs vies. Leur mission les conduira dans les abysses de la mer Rouge et sur les traces du sanguinaire pharaon soleil Akhenaton, qui était le gardien d'un terrible secret...

  •  Le livre 1798 est l´année de tous les dangers pour Richard Bolitho. Récemment promu commodore, en proie aux sautes d´humeur de sa troupe et aux caprices des tempêtes, il subit en Méditerranée les assauts répétés d´une impressionnante armada française qui ne cesse de se moderniser. L´enjeu, loin des côtes de l´Angleterre, n´est rien de moins que le sort de la nation. Aussi, quand s´ouvre enfin sur les eaux du Nil la bataille d´Aboukir, Richard Bolitho sait que ce qui se joue là tutoie l´Histoire et dépasse de loin son seul avenir personnel...
      L'auteur Alexander Kent, de son vrai nom Douglas Reeman, est né à Thames-Ditton en Angleterre, en 1924.
    Engagé à l´âge de 16 ans dans la Royal Navy, il débute sa carrière maritime comme aspirant de marine lors de la Seconde Guerre mondiale dans les campagnes de l´Atlantique et de la Méditerranée. À la fin de la guerre, il exerce des métiers aussi différents que loueur de bateaux ou policier, puis retourne dans l´armée active pour la Guerre de Corée, avant d´être versé dans la réserve.
    En 1968, dix ans après avoir publié ses premiers romans, il retourne à son sujet de prédilection : les romans maritimes de l´époque napoléonienne et commence, avec Cap sur la gloire une longue et passionnante série, dans laquelle il met en scène les personnages d´Adam et Richard Bolitho.
    Qualifié par le New York Times de « maître incontesté du roman d´aventures maritimes » et unanimement reconnu comme l´héritier de Forester, Alexandre Kent doit son succès à sa parfaite connaissance de la vie à bord.

  • Un voyage fascinant au pays des pharaons, à la découverte de la vie quotidienne des Egyptiens, dans les souks, sur les rives et sur le fleuve-roi, le Nil.

  • Pétra en Jordanie, n´est pas une ville tout à fait comme les autres. Héritage des Nabatéens, cette cité mythique, d´une beauté époustouflante, s´est perdue, durant six siècles, cachée, quelque part entre le Nil et l´Euphrate, aux portes du désert et de l´Islam, jusqu´à ce que Johann Burckhardt ne la retrouve il y a précisément 200 ans.

    C´est un livre de poète, un livre de rencontres avec le temps où se sont précisément croisées quelques-unes des plus grandes civilisations.
    « Votre Pétra est historique, légendaire et métaphysique. Il est rare de pouvoir faire apparaître tant d´images avec les seuls mots. Vous avez pénétré le secret de cette région du monde, mieux que quiconque. » J.M.G. Le Clézio.



    Emeric de Monteynard, né en 1956, vit et travaille à Paris et en Normandie. Ses voyages l´ont conduit au Mali, Mauritanie, Algérie, Lybie, Égypte, Jordanie...

  • Les mille ans qui sont l'objet de ce volume voient, après la fin de l'Ancien Empire, l'ensemble de la vallée du Nil entrer dans l'histoire. L'Égypte devient une sorte d'Empire colonial. La jonction se fait entre le domaine égyptien et celui de la Syrie et des États mésopotamiens.

  • 1801.
    Un homme né dans un port de Macédoine, petit négociant en tabac, ne sachant ni lire ni écrire, débarque dans la vallée du Nil. Se hissant à la tête de l'Égypte, il devient en quatre ans, quelque trente siècles après Ramsès II, le dernier pharaon. Maître absolu, il réalise l'impossible, arrache le pays aux ténèbres, crée un empire qui s'étend du golfe Persique au désert de Libye, du Soudan à la Méditerranée, soit dix fois la France - la moitié de l'Europe - se rapprochant ainsi des nues où trône son idole : Napoléon Bonaparte.
    D'une terre sans forêts, il tire une marine. Il fonde des écoles, des hôpitaux, un arsenal, des industries, une armée - la plus puissante de tout l'Orient - importe les premières machines à vapeur, dote l'Égypte de plus de cent soixante kilomètres de canaux, d'un télégraphe aérien, fait planter plus de cent mille pieds d'oliviers et dix millions de mûriers aux frontières du désert. Et tout cela, il l'accomplit avec la France et grâce aux Français.
    C'est ce dernier pharaon - celui à qui la France doit l'obélisque de la Concorde - que Gilbert Sinoué fait revivre sous nos yeux. Il le fait, avec l'extrême rigueur de l'historien et le grand talent de conteur qu'on lui sait. "Sans doute parce qu'il vit le jour dans ce pays et qu'il comprend si profondément le Proche-Orient, Gilbert Sinoué a-t-il pu pénétrer avec tant de finesse la mentalité de son héros, analyser ses réactions, comprendre les mobiles qui l'animèrent et, guidé par une érudition méticuleuse et sans faille, suivre jusqu'à sa mort l'invraisemblable aventure de l'homme de Kavàla.
    " Christiane Desroches Noblecourt

  • De Toutânkhamon à Horemheb se pose le problème de la transmission du pouvoir. Au début de la XIXe dynastie, Séthi Ier rétablit une royauté héréditaire, garante de la stabilité de l'État égyptien et la légitimise, en présentant son fils ? le futur Ramsès II ? comme le dauphin. Au tout début de son règne, le roi consolide la position de l'Égypte au Proche-Orient et dans les territoires localisés à l'ouest du Delta. Il manifeste également sa volonté de renouveau : en moins de dix ans, Séthi Ier fait construire plusieurs temples prestigieux, comme la « salle hypostyle » de Karnak et sa forêt de 134 colonnes. Sa tombe, innovante à bien des égards, est la plus grande de celles qui ont été aménagées dans la Vallée des Rois. Il fait, de plus, restaurer les monuments de ses prédécesseurs, notamment en Nubie, où l'hégémonie égyptienne est affermie par la création de nouvelles villes. En étudiant les sources contemporaines, Julie Masquelier-Loorius met en évidence l'importance cruciale du règne de Séthi Ier, qui a aujourd'hui tendance à être occultée par l'éclat du règne suivant. Grand stratège militaire, il est un digne successeur de Thoutmosis III. Il est aussi un roi bâtisseur, dans la lignée d'Amenhotep III. Sa consolidation de l'État et sa politique de grands travaux créèrent les conditions d'une réelle prospérité économique et d'un véritable foisonnement intellectuel et culturel de la société égyptienne. Sans la politique mise en oeuvre par son père, Ramsès II n'aurait pas été cet illustre pharaon à jamais associé à la postérité de la civilisation égyptienne.

    Création Studio Flammarion Détail d'une statue en granodiorite de Séthi Ier à genoux provenant d'Abydos, Égypte, règne de Séthi Ier (1294-1279 av. J.-C.) © The Metropolitan Museum of Art, Dist. RMN-Grand Palais / image of the MMA

  • Les célèbres détectives Tom BROWNING et Césaire RABASCASSE ont été appelés d'urgence au Caire pour découvrir la cause d'une véritable épidémie de morts subites survenues en quelques jours et ayant affecté des personnages divers : patron de bateau du Nil, magistrats, marchands d'antiquités, employés du Ramsès-Palace...
    Après s'être entendus avec le chef de la police du Caire, et avoir longuement discuté le problème qui leur est soumis, les deux associés gagnent un hôtel.
    RABASCASSE propose à BROWNING de se déguiser en élégant gentleman afin d'enquêter au Ramsès-Palace, tandis que lui, RABASCASSE, explorera les bas-fonds du Caire.
    Chacun ne tarde pas à suivre une piste qu'il juge prometteuse...

  • Chaque livre contient sa propre histoire. Pour embrasser toutes celles qui fleurissent dans ce Jardin de papier, il faut en raconter plusieurs?: une rencontre dans les ruines d'une librairie de Québec, la quête d'un imprimeur sommé de créer un livre infini pour satisfaire un excentrique féru d'énigmes, un périple fabuleux de Venise à Alexandrie en passant par Canton et Londres, en compagnie d'un automate, d'un corsaire à la peau d'ébène et d'une jeune fille capable de respirer sous l'eau.

    Chaque livre en contient aussi d'autres. Imaginez la réunion, sous le couvert d'une «?bibliographie de livres imaginaires?», d'oeuvres littéraires dont les pages disparaissent pour migrer vers d'autres bouquins, d'un roman envahissant la réalité ou d'un personnage expulsé de sa fiction, de livres aussi grands que des îles... Imaginez bien ce livre. Fermez les yeux, ouvrez-les. Il est là, entre vos mains.

    OEuvres soeurs enfin rassemblées, Un jardin de papier et Logogryphe offrent la plus éclatante célébration du pouvoir magique de la fiction depuis Borges et Calvino.

    Préface d'Alberto Manguel

    Traduit de l'anglais par Sophie Voillot

  • « Le Nil est le berceau de la civilisation égyptienne », « La femme égyptienne jouissait d'un statut égal à celui de l'homme », « Les pharaons étaient adorés comme des dieux », « Akhénaton est l'inventeur du monothéisme », « L'Egypte pharaonique est la plus ancienne des civilisations », « L'art égyptien n'a pas évolué pendant trois millénaires »... Revenant sur les origines de l'égyptomanie, Dimitri Laboury confronte la réalité historique de la civilisation égyptienne aux nombreux fantasmes qu'elle a engendrés.

  • Pourquoi le sphinx de Guizeh représente-t-il un lion à tête humaine ? Que disent réellement les temples d'Abou Simbel, et pour quelle raison Ramsès les a-t-il placés à cet endroit précis ? Comment la Grotte Sacrée de la Vallée des Reines est-elle gardée par une vache et un hippopotame ? Pourquoi le lotus symbolise-t-il la renaissance, et le papyrus le monde des disparus ? Comment le Nil et son inondation annuelle a-t-il profondément façonné les mentalités ?

    Pour comprendre l'esprit de l'ancienne Égypte, il faut tenir compte de l'environnement naturel de ses habitants. L'aridité du désert rocheux, l'apparente monotonie du cycle de son fleuve, et le sol peu généreux furent dominés et utilisés avec bonheur par ce peuple attentif au moindre soupir de la nature. Sensible à l'appel du divin, il sut tirer un enseignement profond de tous les signes.

    Christiane Desroches Noblecourt propose un parcours personnel et passionnant au cur du système de pensée des Égyptiens. À l'aide de cent cinquante illustrations, elle raconte avec un constant souci de pédagogie comment ces hommes et ces femmes, témoignant d'une grande richesse créatrice, aboutirent à l'élaboration de nombreux mythes à partir d'une nature qui leur « parlait » et qu'ils savaient écouter.

empty