• « Quand la vie joue les prolongations, il faut bien s´autoriser quelques caprices. » Allan KarlssonAlors que tous dans la maison de retraite s´apprêtent à célébrer dignement son centième anniversaire, Allan Karlsson, qui déteste ce genre de pince-fesses, décide de fuguer. Chaussé de ses plus belles charentaises, il saute par la fenêtre de sa chambre et prend ses jambes à son cou. Débutent alors une improbable cavale à travers la Suède et un voyage décoiffant au coeur de l´histoire du XXe siècle. Car méfiez-vous des apparences ! Derrière ce frêle vieillard en pantoufles se cache un artificier de génie qui a eu la bonne idée de naître au début d´un siècle sanguinaire. Grâce à son talent pour les explosifs, et avec quelques coups de pouce du destin, Allan Karlsson, individu lambda, apolitique et inculte, s´est ainsi retrouvé mêlé à presque cent ans d´événements majeurs aux côtés des grands de ce monde, de Franco à Staline en passant par Truman et Mao...

    « Un chef-d´oeuvre dans l´art du mensonge. J´oserai même prétendre que le souffle d´Arto Paasilinna traverse les pages de ce livre. »Smålandsposten

  • " Statistiquement, la probabilité qu'une analphabète née dans les années 1960 à Soweto grandisse et se retrouve un jour enfermée dans un camion de pommes de terre en compagnie du roi de Suède et de son Premier ministre est d'une sur quarante-cinq milliards six cent soixante-six millions deux cent douze mille huit cent dix.
    Selon les calculs de ladite analphabète. " Tout semblait vouer Nombeko Mayeki, petite fille noire née dans le plus grand ghetto d'Afrique du Sud, à mener une existence de dur labeur et à mourir jeune dans l'indifférence générale. Tout sauf le destin. Et sa prodigieuse faculté à manier les nombres. Ainsi, Nombeko, l'analphabète qui sait compter, se retrouve propulsée loin de son pays et de la misère, dans les hautes sphères de la politique internationale. Lors de son incroyable périple à travers le monde, notre héroïne rencontre des personnages hauts en couleur, parmi lesquels deux frères physiquement identiques et pourtant très différents, une jeune fille en colère et un potier paranoïaque. Elle se met à dos les services secrets les plus redoutés au monde et se retrouve enfermée dans un camion de pommes de terre. A ce moment-là, l'humanité entière est menacée de destruction.
    Après le succès mondial du Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Jonas Jonasson nous livre une comédie tout aussi explosive que la première. Il s'y attaque, avec l'humour déjanté qu'on lui connaît, aux préjugés, et démolit pour de bon le mythe selon lequel les rois ne tordent pas le cou aux poules.

  • Il est de retour

    Timur Vermes

    A Berlin, en 2011.
    Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n'est pas content : quoi, plus personne ne fait le salut nazi ? L'Allemagne ne rayonne plus sur l'Europe ? Tous ces Turcs qui ont pignon sur rue sont venus de leur plein gré ? Et, surtout, c'est une FEMME qui dirige le pays ?
    Il est temps d'agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour ça, il lui faut une tribune. Ca tombe bien, une équipe de télé, par l'odeur du bon filon alléchée, est toute prête à la lui fournir.
    La machine médiatique s'emballe et bientôt, le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise...
    Hitler est ravi qui n'en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. Reste pour lui à porter l'estocade qui lui permettra d'accomplir enfin ce qu'il n'avait pu achever...

  • "Plein d'esprit et complètement barré!"Bild Tour à tour incisif, léger et émouvant,Maudit Karmaest un roman jubilatoire.

  • Dans un grand restaurant d'Amsterdam, deux couples passent une soirée sous haute tension. Un huis clos étouffant et dérangeant, un roman coup de poing qui dresse un portrait à la fois ridicule et glaçant d'une bourgeoisie prête à renoncer à toutes ses valeurs morales.

    Paul se rend à contre-coeur avec sa femme, Claire, au restaurant choisi par son frère Serge, politicien charismatique et futur candidat au poste de premier ministre. Avec un retard soigneusement calculé, Serge et Babette, son épouse, font leur entrée. Le dîner peut commencer.

    La conversation s'installe péniblement, ponctuée par les demandes d'autographes des autres convives et les commentaires aussi ridicules que guindés du maître d'hôtel sur la nourriture. Serge parle sans discontinuer, Babette éclate en sanglots, Paul s'éclipse, Claire tente de calmer le jeu. C'est alors que, juste avant le dessert, Serge annonce qu'il compte retirer sa candidature aux élections. Et pour cause...

    Car est enfin mis sur la table ce que Claire savait déjà, ce que Paul vient d'apprendre et ce qui explique les larmes de Babette: leurs fils respectifs ont violemment agressé une clocharde. La scène a été filmée par des caméras de surveillance, la police a fait un appel à témoin. Si personne n'a encore identifié les fils Lohman, les vidéos ont été postées sur internet par quelqu'un qui menace de révéler toute la vérité.

    Se taire ou dénoncer les enfants ? Terrible dilemme, dans lequel sacrifice, compassion et sincérité n'entrent pas forcément en ligne de compte...

  • Les coïncidences n'existent pas ! Aurélie en est convaincue depuis qu'un triste vendredi de novembre, éplorée suite à une rupture, un roman lui a redonné goût à la vie. À sa grande surprise, elle y apparaît, ainsi que son propre restaurant, Le Temps des cerises, un charmant bistrot du 6e arrondissement. Intriguée, Aurélie tente d'entrer en contact avec l'auteur -; un Anglais réfugié dans son cottage et peu enclin aux échanges avec le monde extérieur, selon sa maison d'édition -; et se heurte à un mur, de la part notamment d'André, l'éditeur revêche de cette traduction. Et pour cause, mis au défi par son patron de trouver au plus vite un best-seller, André a lui-même écrit Le Sourire des femmes, faute d'auteur prometteur sous la main. Publié sous pseudo, le roman a rencontré un succès immense. Mais la ravissante Aurélie, en dévoilant le pot aux roses, pourrait bien tout compromettre.
    Cette comédie romantique peint avec charme et saveur un Paris chromo et gourmet, à la Amélie Poulain. Enchaînant délicieusement les situations cocasses et les quiproquos, Le Sourire des femmes est un divertissement enchanteur. Une lecture chavirante.

  • WANTED Ils sont cinq, trois femmes, deux hommes. Cheveux blancs, déambulateurs, ils s'apprêtent à commettre le casse du siècle. Si vous les croisez, restez prudents, et surtout ne tentez pas de vous interposer.
    Ils s'appellent Märtha, Stina, Anna-Greta,

  • La nouvelle comédie irrésistible venue de Suède !

    Ove est veuf, dépressif et grincheux - bien qu'il prétende le contraire. Depuis que sa femme est décédée, il se sent inutile. Plus encore depuis qu'il a été licencié. Chaque jour, il erre dans sa maison, graisse le plan de travail de la cuisine, fait ses rondes de sécurité dans le quartier pour vérifier que tout est en ordre, engueule tous les réfractaires qui roulent en voiture dans le lotissement (ne savent-ils pas lire le panneau d'interdiction ?!)... Et puis après ? Non, vraiment, il ne peut plus continuer ainsi. Alors il a décidé d'en finir...
    Mais entre la corde qui cède alors qu'il s'apprête à se pendre et un chat de gouttière qui ose le défier, ce n'est pas simple. Et c'est sans compter sur l'arrivée de ses nouveaux voisins, une jeune femme iranienne, son mari, et leurs deux enfants. Bousculant Ove dans ses derniers retranchements, interrompant chacune de ses tentatives de suicides - ce qui le met dans une rage folle -, Parvaneh va peu à peu le sortir de sa léthargie. Non sans mal... Toute sa vie, Ove a suivi les principes moraux que lui avait enseignés son père, principes dictés par une économie de tout, en toute circonstance. Inconditionnel de mécanique (Saab uniquement, le reste ne vaut rien), seule la rencontre de celle qui est devenue sa femme l'a sauvé d'une existence morne et triste. Mais au crépuscule de sa vie, un nouveau tournant est en vue. Peut-être pas celui auquel il s'attendait... Et nous non plus !Tel un chat cabossé et craintif, à la fois drôle et touchant, Ove réveille l'instinct protecteur qui sommeille en nous. Mais attention, il griffe !

  • Villa avec piscine

    Herman Koch

    Après l´énorme succès international duDîner,le grand retour d´Herman Koch pour un roman toujours aussi noir, grinçant, dérangeant : peut-on se faire justice soi-même, a fortiori quand on est médecin ?Dans une banlieue chic d´Amsterdam, de nos jours.



    Marié et père de deux filles, le docteur Marc Schlosser, généraliste, est apprécié de sa clientèle pour ses qualités d´écoute et ses diagnostics éclairés.

    En réalité, Marc est capable d´établir un diagnostic dans les 30 premières secondes mais met un point d´honneur à accorder 20 mn à chaque patient, essentiellement pour le rassurer, lui dresser une ordonnance bien remplie et éviter à tout prix de l´envoyer chez un spécialiste. De ses patients, Marc se contrefout.

    /> Tout comme il est peu inquiet quand il apprend sa convocation devant le Conseil de l´ordre pour une erreur médicale : tous les membres se connaissent, que risque-t-il ? Un rappel à l´ordre, au pire une courte suspension ?

    Mais les choses se corsent lorsque la veuve du patient, un acteur célèbre, l´accuse publiquement de meurtre. Pour elle, c´est sûr, la mort de Ralph, son mari, est suspecte. Car Ralph est tombé malade juste après des vacances communes, dans une villa louée par le couple star.

    Qui dit vrai ? Marc a-t-il raté un symptôme ? Ou pire, a-t-il « aidé » la maladie de Ralph ? Que s´est-il passé cet été, dans cette villa avec piscine ?

  •  0500Afin de réparer ses erreurs et reconquérir l´homme de sa vie, Rosa décide d´avoir recours aux services de Prospero, un magicien soi-disant capable de faire voyager les gens dans le passé. Et voilà comment la jeune femme se réveille dans la peau du génial William Shakespeare ! Lequel,oh dear, n´apprécie pas vraiment cette cohabitation forcée...Loufoque, rythmée et profondément humaine, la nouvelle comédie de David Safier offre un grand moment de divertissement.0300Deux dans un corps, c´est un de trop !Rosa n´en revient toujours pas : comment un homme aussi beau et intelligent que Jan a-t-il bien pu tomber amoureux d´elle, une institutrice sans charme particulier, moyenne à tous les niveaux ? Pour se rassurer sur son potentiel de séduction, Rosa accepte les avances d´un jeune homme rencontré lors d´une fête. Malheureusement, Jan surprend les deux tourtereaux d´un soir et, profondément blessé, quitte Rosa.Quelques années plus tard, Jan est sur le point d´épouser la parfaite Olivia. Toujours amoureuse de lui mais manquant terriblement de confiance en elle, Rosa décide d´avoir recours aux services de Prospero, un magicien soi-disant capable de faire voyager les gens dans le passé. Mais celui-ci pose une condition : Rosa ne pourra réintégrer son époque qu´une fois qu´elle aura vraiment découvert ce qu´est l´amour. Et voilà comment la jeune femme se réveille dans la peau... du grand William Shakespeare !

  • Emma Wünschmann a sacrifié sa carrière prometteuse dans l´édition pour se consacrer à ses enfants. Un choix qu´elle regrette aujourd´hui. En effet, la librairie jeunesse qu´elle possède à Berlin périclite, et sa famille ne se montre pas d´un grand soutien. Sa fille adolescente a honte d´elle, son fils vit reclus dans ses livres. Quant à son mari, il se montre très fatigué ces derniers temps...

    Lorsqu´un ancien collègue lui demande d´accueillir dans sa librairie la célébrissime Stephenie Meyer, Emma y voit l´occasion de relancer son commerce. Malheureusement, la rencontre préliminaire avec l´auteur se passe très mal. Alors qu´Emma et sa famille, tous déguisés en monstres pour l´occasion, sont sur le chemin du retour, ils ont le malheur de croiser une étrange vieille dame qui leur jette un sort : chacun se retrouve propulsé dans la peau du personnage dont il porte le déguisement - momie, la créature de Frankenstein, loup-garou ou vampire. Afin de briser le sortilège, il leur faut retrouver la vieille femme. Mais, pour cela, ils vont devoir développer l´esprit d´équipe !

  •  0500Marie est abonnée aux échec sentimentaux. Alors qu'elle vient de saboter son premier mariage, elle rencontre un charpentier plein de qualités. Doux, sensible et généreux, Joshua a tout de l'homme idéal. A un détail près: il lui déclare être Jésus. Marie pense tout d'abord avoir une fois de plus affaire à un tordu. Mais il n'est pas donné à tout le monde de marcher sur l'eau...0300Après le succès deMaudit Karma, son premier roman, David Safier confirme son talent pour la comédie avecJésus m'aime, une réjouissante histoire d'amour, de famille et de tolérance. Du divertissement à l'état pur !
    Troublé par les charmes de Marie, Joshua/Jésus en viendrait même à oublier la raison pour laquelle on l´a envoyé sur terre ? une bonne nouvelle pour Satan, qui, afin de prendre les forces du Bien par surprise, a décidé de ne pas attendre mardi pour déclencher l´apocalypse...

  • Herbjörg Maria Björnsson. Un nom imprononçable que vous n'êtes pas près d'oublier.

    Condamnée à vivre dans un garage avec pour seule compagnie son ordinateur portable, une provision de cigarettes et une grenade datant de la fin de la Seconde Guerre mondiale, une octogénaire islandaise atteinte d'un cancer en phase terminale revient sur sa vie en attendant la mort. Car Herra, comme on l'appelle, a beaucoup de choses à raconter. Petite-fille du premier président d'Islande, fille d'une paysanne et du seul nazi islandais avéré, elle a, au fil de son existence mouvementée, vécu la guerre et l'exil, connu beaucoup d'hommes, parfois célèbres, et vu la mort, de bien trop près. Avant de s'envoyer en l'air pour de bon, elle passe en revue son passé et celui de son pays, l'occasion pour elle de régler au passage quelques comptes.
    Dans ce roman inclassable et truculent qui, à la manière d'un collage, alterne humour, cynisme, tendresse, absurde, poésie et noirceur, Hallgrímur Helgason fait preuve d'une inventivité linguistique époustouflante. La Femme à 1000° navigue entre légèreté et profondeur au gré du récité de l'irrévérencieuse Herra, dont l'histoire est à l'image de celle de l'Islande, sa patrie, et de celle de l'Europe: mouvementée, sanglante et tragique.

  • Roman d´une famille, Quand la lumière décline retrace l´ascension et la chute de trois générations d´intellectuels d´Allemagne de l´Est. Fervents communistes, les grand-parents Charlotte et Wilhelm décident de rentrer de leur exil mexicain dans la jeune RDA, en 1952, pour participer à la construction de l´État socialiste. Le fils Kurt rentre, lui, de Sibérie, après avoir fui le nazisme à Moscou et frôlé la mort dans un goulag stalinien. Ramenant avec lui son épouse russe Irina, il croit encore au rayonnement des idéaux révolutionnaires.

    Alexander, le petit-fils, se sent au contraire à l´étroit dans la patrie d´élection de sa famille, et choisit de passer à l´Ouest, alors que le Mur est sur le point de s´effondrer. Mais pour Markus, l´arrière-petit-fils, toute ces luttes politiques passées ne sont bientôt rien d´autre que l´objet d´ennuyeux cours d´histoire. Et le jour de l´anniversaire des 90 ans du patriarche, tous ces destins vont se croiser, s´affronter, se rencontrer ou se séparer...

  • Mexique, début du XXe siècle. Juan Mendez, un jeune chef indien, révolté par les conditions de vie inhumaines des péons qui travaillent dans les plantations d'acajou pour de riches propriétaires terriens, décide de lever une armée. Une armée de pauvres, de paysans illettrés, en haillons, affamés, qui, en dépit de leur faiblesse, vont aller de petites victoires en petites victoires, prenant d'abord quelques fermes, avant de marcher, toujours plus nombreux, sur des villes de plus en plus importantes. Cette révolte inquiète bientôt le pouvoir central du dictateur Porfirio Diaz qui va envoyer les troupes gouvernementales à l'assaut du " général de la jungle " et de son armée de péons.

    On retrouve dans ce roman inédit de Traven, écrit en 1937, toute l'humanité et le talent de l'auteur. Jamais manichéen, il restitue avec une grâce inouïe toute la complexité de son sujet, n'ignorant aucun aspect de cette révolte, profondément inspirée de l'aventure d'Emiliano Zapata : sens de l'histoire, mouvements sociaux, culture indienne, dictature, racisme, esclavage par dettes, corruption du pouvoir, etc. Surtout, Traven montre une égale compassion pour les opprimés et pour les oppresseurs, tous victimes finalement des mêmes mécanismes de domination, au-delà desquels il excelle à mettre en relief l'humanité meurtrie.

  • Les délices de Turquie

    Jan Wolkers

    Original, cru, provocateur, tendre, joyeux, désespéré, un roman puissant, entreLes ValseusesetLe Dernier Tango à Paris,par un des plus grands écrivains hollandais.


    A Amsterdam, dans les années 60.


    « Deux pigeons s´aimaient d´amour tendre...

    Cette histoire a été racontée sur tous les tons, sur tous les temps. Mais voici que de Hollande nous arrive une passion folle et grave, érotique et drôle, tragique et délirante.Les Délices de Turquie sont à la littérature ce que Le Dernier Tango à Paris fut au cinéma : une entreprise raisonnée de dérèglement de tous les sens. Si l´amour fou du jeune peintre et d´Olga la Rousse rappelle celui de Mona et d´Henry Miller dans Sexus, il respire le vin et les canaux d´Amsterdam, les draps de lit froissés et les crépuscules où l´on se serre l´un contre l´autre. Un livre de nos chevets les plus intimes. » 4e originale de l´édition de 1976, tout est dit !

  • SOS. Femme au foyer cherche bonheur désespérément.Agée de trente-six ans, Juliette a tout pour être comblée. Un mari, deux enfants, une belle maison. Mais Juliette est malheureuse. Elle s'ennuie. Elle veut fuir. Etre, pour une fois dans sa vie, une mauvaise mère, une mauvaise épouse, une mauvaise fille. Etouffée par la routine, elle décide un beau matin de laisser sa famille derrière elle. De se la jouer Thelma et Louise, mais en solo. Direction, le soleil.Sur un coup de tête, elle choisit de s'envoler vers le Portugal. Là-bas, Julia fera ce que beaucoup rêvent de faire sans jamais l'oser : donner libre cours à ses désirs, à ses fantasmes. Au risque parfois de se perdre. Mais n'est-ce pas le prix de sa liberté nouvellement acquise ?

  • La redécouverte d'un grand nom de la littérature suédoise et d'une oeuvre majeure des lettres scandinaves. À travers les carnets de notes d'un instituteur de campagne au crépuscule de sa vie, un roman magnifique et profondément humain sur le courage de vivre.
    Dès les premières lignes, l´auteur, Lars Gustafsson, prend congé de ses lecteurs pour donner une dernière fois la parole à un double fictif, Lars Lennart Westin, maître d´école à la retraite.



    Depuis son divorce et l´abandon prématuré de son métier, Westin mène une vie solitaire à la campagne, dans un petit coin du Västmanland, à l´ouest de Stockholm. À sa mort, en 1975, il laisse trois carnets de notes. Dans ces pages, dont les plus anciennes remontent à l´été 1964, sont livrées les visions et les réflexions d´un homme atteint d´un cancer et promis, pense-t-il, à la mort. Car il a brûlé sans l´ouvrir la lettre contenant le diagnostic. Sans nouvelles de l´hôpital, ses douleurs s´aggravant, il vit dans l´attente d´une fin proche, tout en tâchant de mener une existence normale. Il cultive son potager et récolte le miel de ses ruches. Tente d´écrire pour deux garçons du coin un roman de science-fiction. Se raccroche à ses souvenirs : les bals d´étudiants à Uppsala, les premières filles, l´amour pour Margareth, qui deviendra sa femme, et puis l´enfance, les parties de pêche à l´écluse de Färmansbo, l´anniversaire de ses trois ans sous les feuillages du parc de Västerå avec sa grand-mère Emma... Autant de brefs intermèdes à la douleur qui revient, toujours plus forte et plus cuisante. Autant de petites fenêtres ouvertes sur un possible coin de Paradis...

  • Après minuit

    Irmgard Keun

    A Francfort, en 1936.
    La ville est surexcitée. Bourgeois, commerçants, employés, tout le monde s'agite. Partout des banderoles, des oriflammes, les uns ont mis leurs plus beaux habits, les autres leurs uniformes tout neufs. Le Führer vient d'arriver, il prendra la parole à l'Opéra. C'est la fête.
    Gaie, vive, jolie, Suzanne Moder a dix-huit ans. Avec ses amies, elle se moque des garçons dans leurs tenues de parade. Certains paraissent franchement lourdauds, d'autres ne manquent pas d'allure. Les brasseries regorgent de bandes exubérantes.
    Amourettes, chansons, discussions passionnées, pourquoi ne pas s'abandonner à ce monde nouveau, enthousiaste et fascinant ?
    Mais en réalité, Suzanne a peur. Elle s'effraie de ce délire trop joyeux auquel elle sent confusément devoir résister. Certains signes l'inquiètent : la police et ses perquisitions, les juifs et leurs regards traqués, les ouvriers qui murmurent.
    Fuir cette Allemagne qu'elle aime tant pour ne pas la haïr ou rester et fermer les yeux ? Pour Suzanne comme pour tant d'autres, l'heure est venue du choix.

  • « Je suis là, les yeux fermés, et autour de moi je sens l´océan et le soleil et l´écume des brisants et les vagues qui me font osciller d´avant en arrière, d´avant en arrière. Quand je m´éveille, l´océan n´est plus là. Le fracas que j´entends est celui des roues du train à bestiaux, le flux et le reflux du wagon qui grince et tangue. »Dès son arrivée en 1943 à Terezín, Daniel Faigel, jeune médecin danois hanté par un lourd passé, se retrouve plongé en enfer. Présentée par les nazis comme une « colonie juive modèle », la ville sert en réalité de zone de transit vers des camps d´extermination. Affectéà l´hôpital du ghetto, Daniel passe ses journées à essayer d´arracher à la mort et aux déportations quelques-uns de ses patients. Parmi eux se trouve Ludmilla. L´amour qui naît entre eux leur donne la force de supporter un quotidien ponctué par la peur de faire partie du prochain convoi, dont on sait intuitivement qu´on ne reviendra pas.Comme tous les habitants du ghetto, les deux amants vont bientôt devoir prendre par à une gigantesque mascarade orchestrée par les nazis : l´embellissement du camp en vue d´une inspection de la Croix-Rouge.Saisissant tableau de la vie dans un camp qui servit de vitrine à la propagande nazie, ce roman, écrit dans une langue limpide, précise, met en scène le destin de deux êtres happés par l´histoire, qui s´accrochent à l´espoir, coûte que coûte.

  • Dans son deuxième roman, Morten Brask retrace le destin passionnant et tragique de William James Sidis (1898-1944), considéré comme l´un des plus grands surdoués de tous les temps.

    C´est en 1910 à Harvard que William Sidis donne sa première conférence devant un parterre composé de quelques-uns des professeurs et chercheurs américains les plus éminents. Alors âgé de 11 ans, il est déjà étudiant de cette prestigieuse université. Le lendemain, tous les journaux titrent sur le « phénomène » Sidis : lecture du New York Timesà 18 mois, maîtrise du latin et du grec - qu´il a appris seul - à 3 ans, rédaction d´ouvrages de grammaire, d´astronomie et d´anatomie à 8 ans, âge auquel il avait même déjà inventé une langue, le Vendergood. D´aucuns prédisent qu´il sera le prochain Newton ou Euclide.

    Alors pourquoi l´histoire n´a-t-elle pas retenu le nom de Sidis ? Qu´est-il arrivé à cet enfant prodige que ses parents n´ont cessé de pousser ?

  • Pas si bête.
    Nils Uddenberg, psychiatre à la retraite, s'était juré qu'il ne s'encombrerait pas d'un animal de compagnie, jusqu'au jour où...
    Alors qu'il rentre d'un séjour en Afrique avec sa femme, Nils découvre une petite chatte gris et brun sur le toit de la cabane du jardin, le fixant de ses grands yeux jaunes.
    Le couple pense qu'il s'agit de l'animal d'un voisin. Mais le chat ne part pas et devient un sujet de conversation quotidien.
    Nils met des affichettes dans le quartier, sans succès ; il contacte le refuge, qui ne veut pas le recueillir ; il appelle la police, qui lui conseille de ne surtout pas le nourrir... Nils avoue honteusement l'avoir déjà fait et réalise qu'il ressent de l'affection pour le félin.
    Petit à petit, le chat prend ses aises, s'aventure dans la maison... Toute résistance des propriétaires est dès lors impossible et bientôt l'animal devient l'âme du foyer. Avec beaucoup d'ironie et d'autodérision, Nils se demande - déformation professionnelle oblige - si la petite chatte a de l'humour, si elle éprouve les mêmes sentiments qu'un être humain. Et si, question plus délicate, elle est consciente de l'attachement qu'il a pour elle et du temps qu'il a fallu à Nils pour l'accepter.

  • Depuis des années qu´ils sont mariés, Alice et Jules ont leur petit rituel : chaque matin, tandis qu´elle paresse au lit, c´est lui qui prépare le café avant de dresser, au salon, la table du petit-déjeuner. Puis, à dix heures pile, le fils de la voisine, David, a l´habitude de sonner à leur porte pour une partie d´échecs avec celui qu´il appelle " M. Jules ". Enfant autiste, David aime profiter du calme des deux retraités, de leur douce lenteur et de leur vie bien réglée. Mais ce jour-là, lorsque Alice rejoint son époux au salon, elle le retrouve tranquillement assis sur le canapé, toujours vêtu de son pyjama, l´air serein mais le regard étonné. Mort.Que faire ? Doit-elle téléphoner aux pompes funèbres ? Hors de question : en moins d´une heure, des croque-morts viendraient chercher le corps de Jules et exhiberaient aux yeux d´Alice leurs sinistres catalogues, pleins de cercueils. Doit-elle appeler leur fils Herman ? Il est sans doute déjà parti travailler, et Alice n´a pas envie de lui annoncer la mauvaise nouvelle en passant par sa femme. Autant attendre le soir pour le ménager un peu. Et d´ailleurs, pourquoi bouleverser tous leurs repères quotidiens ? David ne doit-il pas arriver, d´ici une heure, pour sa partie d´échecs ? Puisque de surcroît la neige tombe à gros flocons dehors, elle décide de ne rien précipiter. Dans ce temps suspendu et grâce à la complicité de David, Alice va garder son homme chez elle, à ses côtés une journée encore, et prendre le temps de lui confier tout ce qu´elle n´avait pas pu, ou su, lui dire de son vivant...

  • En plein coeur de la Roumanie, à Baia Luna, un petit village des Carpates isolé du monde, les Roumains, les Hongrois, les Saxons, et les Tziganes vivent ensemble, dans une joyeuse entente. Mais le 3 novembre 1957, leSpoutnik 2est envoyé dans l´espace... et comme si l´ordre terrestre devait se trouver renversé par cette victoire cosmique du socialisme, une série d´événements funestes et étranges se succèdent au village : le prêtre est égorgé dans sa chapelle, puis son corps se volatilise ; l´institutrice, Angela Barbulescu, se suicide de manière incompréhensible, et voilà que la Vierge du Perpétuel Secours disparaît à son tour... Les peurs et les rumeurs enflent, une puissance maléfique semble s´être abattue sur Baia Luna.
    Accompagné de Buba, une jeune Tzigane espiègle, et de Dimitru, chef des Tziganes et meilleur ami de son grand-père, Pavel Botev, quinze ans, s´engage dans une enquête qui va le conduire à fouiller le passé politique et personnel de certains des habitants. C´est la mission de sa vie, il en est persuadé... : venger Angela, et tenir la promesse qu´il lui a faite un jour ; envoyer en enfer Stephanescu, le secrétaire du Parti de la région. Mais plus de trente ans vont passer... Pavel devra attendre la chute du socialisme, en 1989, pour accomplir sa mission, retrouver la vérité, l´amour et la liberté, qu´il aura perdus en chemin. Loufoque et d´une intelligence acérée, ce roman s´apparente tantôt à un conte drolatique, tantôt à un aperçu dramatique d´un demi-siècle de socialisme : son réalisme cruel est à la hauteur de l´humour et de la fantaisie des personnages, et ce contraste donne au récit une profondeur et une vérité bouleversantes.

empty