Littérature générale

  • "Rien de plus antipoetique que le lien logique entre deux objets de quelque espece qu'ils soient. Il faut briser les amarres des liens visibles et invisibles. Il faut laisser les objets et les concepts aller librement ou ils veulent, qu'ils luttent, qu'ils volent pour que le monde soit plus amusant et que puisse exister la veritable poesie.
    Vous les poetes avez une peur terrible de perdre la tête et un amour incomprehensible de la qualite logique. C'est absurde de te conformer a l'idee selon laquelle la chaussure n'a d'autre utilite que d'être chaussure et la cuillere cuillere. La chaussure et la cuillere sont deux formes d'une extrême beaute et ont une vie propre aussi intense que la tienne et surtout elles ont une capacite d'AVENTURE que tu ne soupconnes même pas."

    Federico García Lorca est né le 5 juin 1898 dans le village de Fuentevaqueros près de Grenade. Poète, dramaturge, prosateur, mais aussi peintre et musicien, il est l'auteur d'une oeuvre qui fait de lui l'un des voix majeures de la littérature mondiale. En 1927, ses romances le propulsent sur le devant de la scène poétique, mais il refuse d'y être identifié et décide d'explorer une autre voie, celle de la prose. Il sera fusillé en août 1936, entre Viznar et Alfacar, par des milices franquistes.

  • Dans les lieux et les non-lieux de ses voyages, Olga Tokarczuk a rassemblé des histoires, des images et des situations qui éclairent sur un monde à la fois connu et absolument mystérieux, mouvant réseau de flux et de correspondances... Et elle offre, avec la myriade de textes courts qui compose Les Pérégrins, un panorama coloré du nomadisme moderne.

  • 1920. Sur le site minier de Faymoreau en Vendée, un coup de grisou a provoqué l'effondrement d'une galerie. Apprenant la tragédie, Isaure Millet, la fille des métayers du château, s'est précipitée sur les lieux. Thomas Marot, l'homme qu'elle aime depuis toujours, fait partie des mineurs pris au piège. Les secours s'activent. Thomas est sauvé mais le soulagement d'Isaure est de courte durée : le jeune homme est déjà fiancé à une ouvrière polonaise. Comment pourra-t-elle se résoudre à renoncer à lui ?
    Les suites de la catastrophe prennent une tournure inattendue: l'une des victimes retrouvées sans vie au fond de la mine a, en fait, été assassinée d'une balle dans le dos... L'enquête bute sur le mutisme des témoins. La belle Isaure, qui lutte pour dissimuler les sentiments qu'elle voue à Thomas, en sait-elle plus qu'elle ne prétend ? Quel secret cache la petite communauté de gueules noires ?
    Marie-Bernadette Dupuy est l'auteur d'une oeuvre extrêmement riche et variée, traduite jusqu'en Russie, qui lui a permis de conquérir le coeur de nombreux lecteurs. Elle revient avec une époustouflante saga, dédiée au monde de la mine, sur les pas d'une héroïne extraordinairement attachante.
     

    1 autre édition :

  • Dans le village minier de Feymorau, en Vendée, dans les années vingt, Isaure, fille de paysans de la région, et Thomas, un mineur dont la femme, d'origine polonaise, est repartie vivre dans sa patrie, décident de faire fi de la morale et de leur culpabilité : ils s'aiment et se retrouvent en cachette sous le vieux chêne qui abritait leurs rendez-vous adolescents.
    Un dimanche, alors qu'elle vient de passer la nuit avec Thomas, Isaure est appelée d'urgence au chevet de sa mère, Lucienne. Celle-ci est au plus mal. Avant de mourir, elle tient à avouer à sa fille le secret de sa naissance : le véritable père d'Isaure n'est autre que le châtelain local, le comte de Régnier, l'amour de jeunesse de Lucienne.
    Cette terrible révélation bouleverse Isaure, qui voit ses tourments familiaux s'éclairer d'un jour nouveau. Mais elle ignore encore à quel point cet aveu va faire basculer son destin...
    Marie-Bernadette Dupuy  nous entraîne dans une époustouflante saga dédiée au monde de la mine, sur les pas d'une héroïne extraordinairement attachante.

    1 autre édition :

  • Veronika Zarnik est de ces femmes troublantes, insaisissables, de celles que l´on n´oublie pas. Sensuelle, excentrique, éprise de liberté, impudente et imprudente, elle forme avec Leo, son mari, un couple bourgeois peu conventionnel aux heures sombres de


  • Au XXe siècle. Le Moulin du Loup abrite les bonheurs et les drames de Claire, qui élève seule Faustine, la fillette que lui a confiée Jean Dumont, son premier amour. Retrouvailles, séparations puis la guerre vont jalonner la vie de ces trois êtres vulnérables.

    Claire, la fille du maître papetier Colin Roy, espère le retour de Jean Dumont, son premier amour, parti travailler au loin. Même si la vie les a séparés, le jeune homme lui a confié l'éducation de sa fille, Faustine, orpheline de mère. Au Moulin du Loup, la vie poursuit son cours paisible en cette année 1905. Portée par son entourage et sa passion pour l'herboristerie, Claire a trouvé un équilibre.
    Mais Jean est de retour, accompagné de Térésa, une veuve tapageuse et volubile. Le couple décide de garder Faustine, au grand désespoir de tous. Mais Claire ne renonce pas. Elle veut reconquérir l'homme qu'elle aime et retrouver coûte que coûte Faustine. Sa force morale et sa sincérité viendront à bout de tous les obstacles...

    1 autre édition :

  • Troisième tome de la série initiée par Le Moulin du loup, Les Tristes Noces commence à la toute fin de la Guerre de 1914-1918. Après le retour de Jean et de Léon, sains et saufs, la vie cherche à reprendre son cours normal dans la vallée des Eaux-Claires. Faustine est maintenant institutrice dans un orphelinat d'Angoulème et doit se marier avec Denis Giraud, le riche héritier du domaine de Ponriant. Mais elle comprend vite qu'elle aime plutôt Matthieu, que sa famille considère comme son frère d'adoption. De leur côté, Jean et Claire connaissent encore des heures sombres. Lui n'a plus goût à travailler la terre, les horreurs qu'il a connues sur le front l'ayant profondément marqué. Quant à Claire, tout en tentant d'encourager son mari qui est presque totalement ruiné, elle décide de recueillir son jeune demi-frère Arthur, âgé de quatre ans, le garçon d'Étiennette.

    Or, la situation semble enfin s'améliorer quand le moulin est loué à un papetier anglais qui souhaite s'installer en France, William Lancester. Ce dernier, qui verse une avance qui sauve la famille de la ruine, profite rapidement des nombreuses absences de Jean pour courtiser Claire, de plus en plus distraite par ce jeu amoureux.

    Parallèlement, un double mariage est organisé : Faustine épouse Denis Giraud et Matthieu, qui suit des cours dans une école d'ingénierie, épouse Corentine Giraud, la soeur de Denis. L'avocat Bertrand Giraud apporte d'ailleurs son soutien financier à l'ouverture d'une institution pour orphelines que dirigera Faustine, sa belle-fille.

    Mais au domaine, la situation s'envenime. Denis se met à boire et devient de plus en plus violent et agressif envers Faustine. Il forcera même la bonne Greta à devenir sa maîtresse. Matthieu, lui, part travailler à l'étranger. Faustine, désespérée, se donne à lui et ils comprennent qu'ils sont faits l'un pour l'autre. Cependant, Denis meurt accidentellement, et ce décès dont sa femme se juge responsable la persuade de renoncer à Matthieu. Pourtant, le soir où il revient dans la vallée, elle court vers lui et ils décident de ne plus se quitter.

  • Marie, l´orpheline du bois des Loups, est devenue une femme accomplie. En Corrèze, à Aubazine, le village de son enfance, elle mène de front son métier d´institutrice et sa vie de famille. Mais les rancoeurs du passé la rattrapent... Suite deL'Orpheline du bois des Loups.

    « Marie ne put retenir ses larmes en assistant à l´échange des anneaux. Elle-même avait épousé Pierre dans cette petite église. La ronde des souvenirs continuait à la tourmenter malgré son désir de regarder vers le futur . » De 1946 à 1970. Les années de femme, de mère et d´épouse de Marie sont jalonnées d´intenses bonheurs (sa réussite tant privée que professionnelle, la naissance de ses petits-enfants, la venue dans la famille d´une jeune orpheline, son amour des siens, ses élèves à l´école) mais aussi de terribles douleurs (le suicide de l´une de ses filles, le décès de Nanette, sa fidèle nourrice, la jalousie et la rancoeur de ses « ennemis » anciens).

    Avec en toile de fond les grands événements et les faits marquants des Trente Glorieuses, l´élection de De Gaulle, l´émancipation des femmes, la marche sur la Lune...

    Une chronique attachante entre grande saga familiale et portrait intimiste d´une femme simple et courageuse.

    1 autre édition :

  • Pianiste virtuose, Hélène, 23 ans, est pétillante de vie. Appelée au chevet d'un vieil ami mourant, elle rencontre Alexandre, un inconnu dont le regard magnétique et la
    force paisible troublent la jeune femme jusqu'au plus profond de son être.
    Qui est-il? La réponse glace le coeur d'Hélène : il est prêtre...
    Elle est alors loin d'imaginer les années de douleur et de tourments qui l'attendent.
    Alexandre, qui a juré fidélité à Dieu, se trouve face a un choix cornélien. Renoncera-t-il à son sacerdoce pour aimer Hélène ?

    1 autre édition :

  • La condition pavillonnaire nous plonge dans la vie parfaite de M.-A., avec son mari et ses enfants, sa petite maison. Tout va bien et, cependant, il lui manque quelque chose. L´insatisfaction la ronge, la pousse à multiplier les exutoires : l´adultère, l´humanitaire, le yoga, ou quelques autres loisirs proposés par notre société, tous vite abandonnés. Le temps passe, rien ne change dans le ciel bleu du confort. L´héroïne est une velléitaire, une inassouvie, une Bovary... Mais pouvons-nous trouver jamais ce qui nous comble ? Un romand profond, moderne, sensible et ironique sur la condition féminine, la condition humaine.

    Sophie Divry est née en 1979 à Montpellier. Elle vit actuellement à Lyon. Après La Cote 400, traduit en cinq langues, La condition pavillonnaire est son troisième roman.

  • Toute petite, Violaine, enfant unique, perd son père, mort de la tuberculose, puis, moins d'un an plus tard, sa mère, qui succombe à la même maladie. Dans ce petit village côtier où l'argent manque et où chaque bouche à nourrir représente un défi pratiquement insurmontable, personne ne peut recueillir la fillette cruellement éprouvée. À gauche et à droite, on cherche des solutions, une façon de lui venir en aide, mais le miracle attendu ne se produit pas.

    C'est ainsi qu'elle est envoyée dans les Pyrénées chez sa tante Marcelline et son oncle Albert qui l'accueillent froidement, pour ne pas dire brutalement, et se mettent très vite à lui mener une existence insoutenable. Heureusement, Sidonie Fernandez, une Espagnole aux dons fascinants et surnommée la «brouche» (sorcière), prend la jeune fille sous son aile et ne l'abandonne pas malgré les coups obstinés de cette terrible fatalité qui ne cesse de frapper impitoyablement.

    1 autre édition :

  • Son amour pour la grande chanson française, et notamment pour Serge Reggiani, inoubliable interprète du célèbre texte de Georges Moustaki, n'est pas fortuite : l'avocat pénaliste Éric Dupond-Moretti, auteur de plus de 150 acquittements, se livre ici comme jamais, au travers d'une sélection de confessions, de révélations, d'analyses, qui exposent un combattant de la liberté. De toutes les libertés, la sienne bien sûr, mais aussi celle des autres, de chaque autre et de tous les autres, cette liberté que les diktats de l'hygiénisme de l'uniformité, de la transparence, de la sécurité, de la moralisation mettent aujourd'hui en péril. À 58 ans, il est parvenu à une liberté d'homme, qui sert d'exemple à celle que la société est appelée à sanctuariser.
    />
    Éric Dupond-Moretti est un avocat pénaliste français, réputé pour le nombre record d'acquittements qu'il a obtenus. Il a déjà publié, chez le même auteur, Le droit d'être libre (2018).

  • "J'ai l'idée d'un poème
    qui changerait l'abord
    du jour qui commence

    Qui te ferait sentir
    le rayon de lumière
    frappant la feuille tombée

    Qui te rappellerait
    d'une suspension de l'air
    la beauté qui se cache

    Dans ce tumulte-là."

    Poète et journaliste, né en 1975, Stéphane Bataillon a co-dirigé chez Seghers l'anthologie Poésies de langue française et présenté un inédit de Guillevic, Humour blanc, avant de publier en 2010 son premier recueil aux Éditions Bruno Doucey, Où nos ombres s'épousent, livre de la perte et du deuil salué comme l'une des révélations poétiques de l'année. Trois ans plus tard, paraissent Les Terres rares, voué à la question de la paternité. Avec Contre la nuit, le poète signe son troisème recueil.

  • 1452. Deux êtres que tout sépare ont choisi pour s´aimer un lieu de fin du monde : Byzance assiégée par les Turcs. Un an plus tard, la cité ne sera plus qu´un amas de cendres. Pendant six mois, l´existence de Jean L´Ange et de la belle Anna Notaras battra au rythme de ce grand corps agonisant. Deux amants jouets d´un destin ironique dont la cruauté même les autorise à prendre avec le monde les plus folles libertés.

    Né le 19 septembre 1908 à Helsinki, fils d´un pasteur luthérien et formé à la théologie, Mika Waltari est l´auteur de romans, nouvelles, pièces de théâtre et scénarios. Il fut aussi traducteur et écrivit des centaines d´articles pour les journaux. Traduit en quarante langues, il est l´écrivain le plus prolifique et le plus célèbre de la littérature finlandaise. Il est par ailleurs considéré par le quotidien Le Monde comme « le maître absolu du roman historique », genre dans lequel il développe un pessimisme teinté de mélancolie. Érudit scrupuleux habité par un étrange esprit d´insoumission - on l´a souvent comparé à Marguerite Yourcenar -, il avoua n´avoir exploré les méandres du passé que pour pouvoir éclairer, avec un maximum de distance désillusionnée, les incompréhensibles soubresauts de l´aventure humaine - et particulièrement ceux de son siècle. Mika Waltari publia en 1945 Sinouhé l´Égyptien, vaste fresque épique ayant la Méditerranée antique pour arrière-plan. Il est mort le 26 août 1979.

  • Considéré outre-Rhin comme l´un des livres majeurs consacrés à l´Allemagne de l´entre-deux-guerres, le récit d´Angelika Schrobsdorff retrace la vie anticonformiste de sa mère, Else Kirschner, née dans une famille de la bourgeoisie juive de Berlin. Libérée des préjugés de son temps, choisissant de vivre avec un artiste plutôt que d´épouser l´excellent parti qui lui était présenté, mère de trois enfants de trois pères différents et immergée dans l´intelligentsia berlinoise des Années folles, cette femme, éprise d´indépendance et convertie au christianisme, sera happée par une horreur à laquelle elle refusait de croire. Elle trouvera pourtant dans l´épreuve et l´exil une clairvoyance et un courage inédits au regard d´une vie jusqu´alors consacrée à la bohème, aux fêtes et à l´amour.

    />

    Née en Allemagne en 1927, Angelika Schrobsdorff a grandi à Berlin avant de s´exiler avec sa mère et sa soeur en 1938 en Bulgarie, où elle est restée jusqu´à la fin de la guerre. Son premier roman, Die Herren (« Ces messieurs »), publié en 1961, a fait scandale par sa liberté de ton. Au début des années 1970, elle part vivre à Paris, où elle épouse de Claude Lanzmann, puis s´installe à Jérusalem en 1983, avant de retourner vivre à Berlin en 2006.

  • Fille de pionniers qui travaillent à réduire l'immensité de la forêt canadienne, Maria Chapdelaine a les rêves de ses dix-huit ans : suivre François Paradis, un trappeur dont elle est devenue amoureuse et qui a promis de l'épouser à son retour, le printemps venu. Mais, à la veille de Noël, brûlant de retrouver sa bien-aimée, François quitte le Grand Nord et s'engage sur des chemins que l'hiver a pourtant coupés...Epopée du Canada français, le grand roman de Louis Hémon, écrit en 1913, n'a pas seulement fait date dans la conscience collective québécoise ; par le souffle de son récit et les élans poétiques de son style, il a tenu en haleine des générations de lecteurs, en France et dans le monde entier.

    3 Autres éditions :

  • Ce texte, qui est la reprise et l'approfondissement de différents travaux (articles, colloques, conférences), peut être lu comme une introduction à la poésie d'Aimé Césaire. Souvent jugés hermétiques, les poèmes de Césaire se montrent à la lumière de cet essai dans ce qu'ils ont de plus déchirant, de plus profondément humain : cette part intime par où les grands textes littéraires nous arrachent, et en même temps, nous ramènent, à nous-mêmes.

  • à vivre couché

    Pauline Hillier

    Invitée par erreur dans une soirée parisienne, la narratrice se voit sommée de se raconter. Débute un invraisemblable récit où se croisent Céline Dion, Madonna ou encore les Spice Girls. Légère et subversive, fantasque et attachante, menteuse et amoureuse, on découvre au fil des chapitres une jeune femme captive d'une quête magnifique autant que pathétique : comment faire coexister liberté absolue et besoin d'attachement ? Pauline Hillier décode avec talent les mécanismes à l'oeuvre dans les rapports humains, le tout sur fond d'un trip à l'acide qui tient autant du Justine de Sade que de Into the wild de Sean Penn. Car, enfin, ne serait-ce pas dans la confrontation solitaire et pacifique avec son animalité que la narratrice pourra trouver le bonheur ?

  • Chronique d´une famille dans la province du début de ce siècle, En silence évoque une époque qui pour des millions de gens fut d´abord celle d´un exil : des paysans croient trouver un avenir meilleur à la ville, et se voient dès lors contraints à l´errance des âmes en peine. Edgar a vendu la pauvre ferme que les siens tenaient au hameau des Doisnons, dans les monts de la Madeleine, et part s´installer à Roanne en compagnie de sa femme Adélaïde et de ses deux filles, Marie et Anne. Mais la ville est un lieu étrange, où le plaisir s´achète - et s´échappe -, où la terre n´est plus là pour vous protéger de son autorité. Edgar n´y résistera pas longtemps. Il laisse après lui trois femmes qui tenteront, avec des fortunes diverses, de s´inventer chacune un nouveau monde où vivre... Toutes les trois demeurent hantées par le sentiment d´une perte à combler : Adélaïde, impuissante à saisir la vie, se mure dans la réclusion ; Marie, qui incarne la norme (égoïsme et ambition mêlés), offrira bientôt l´image de ce qu´on appelle un peu vite une réussite ; Anne, quant à elle, gardienne des anciennes sauvageries, refusera d´abandonner les libres chemins dussent-ils conduire au pire. Trois personnages condamnés à vivre hors de soi à qui ne restent plus que le désir éperdu de se trouver - ou la ferveur de se perdre. Tout en eux est sans retour. Portés par le souvenir d´un passé dont ils se savent exclus, ils sont à la merci des caprices et des renoncements de leur propre mémoire. Voués par elle à n´être plus, bien avant l´heure de la fin, que vide et silence. Un silence assourdissant, résonnant des mille questions que nous ne parvenons pas à formuler.

    Éditeur du domaine étranger chez Phébus depuis 2000, Daniel Arsand a notamment été le « passeur » d´auteurs aujourd´hui considérés comme incontournables : William Trevor, Keith Ridgway, Joseph O´Connor, Edward Carey et bien sûr d´Elif Shafak et de Julie Otsuka. Son premier roman, La Province des Ténèbres, obtient en 1998 le prix Femina du premier roman, en 2000 il reçoit le Grand Prix Jean Giono du deuxième roman pour En Silence (Phébus) et le Prix Chapitre du roman européen 2011 pour Un certain mois d'avril à Adana (Flammarion).Ses livres sont traduits dans une dizaine de pays dont les États-Unis.

  • « Je n´ai jamais rencontré quelqu´un qui fut aussi doué que moi pour le bonheur. » Ainsi se définissait Simone de Beauvoir. Un don qui a poussé la philosophe à saisir toutes les opportunités, à n´accepter aucune contrainte, à ne refuser aucun amour, aucune amitié. Le couple mythique qu´elle a formé avec Jean-Paul Sartre témoigne de cette belle indépendance qu´elle défendait avec vigueur. C´est l´histoire d´une femme qui ne s´est pas contentée d´être libre, mais a ouvert aussi la voie à toutes les autres, grâce à sa plume et à ses combats.

    Bernadette Costa-Prades est journaliste, spécialisée en psychologie. Sa biographie de Frida Kahlo est également parue en Libretto.

  • Désordres

    Rémy Lapierre

     "Je ne veux pas te tuer ! Je ne vais pas te tuer ! Je ne peux pas te tuer. Et puis ce n'est peut-être pas toi qu'ils vont venir prendre la prochaine fois. Ce sera peut-être moi. Ou Charles. Ou Sophie. Peut-être qu'ils ne vont plus jamais venir te prendre. On ne sait pas. On ne sait jamais ce qui va se passer." Rémy Lapierre

  • Chapeau et psychanalyse

    Zede Byben-Tai

    Les quatre nouvelles qui composent le recueil mettent en scène des femmes en quête de liberté.


    À travers leurs histoires singulières et extraordinaires, ces figures féminines nous emmènent dans des univers très différents ; tantôt contes, tantôt f

  • Nous sommes entrés dans un monde de données. Un monde où ces données sont en passe de devenir l'essence même de la connaissance et de l'information. La donnée (data) est la plus petite part d'information accessible, à la manière des zéros et des uns qui constituent les bits d'information à l'heure du numérique. Elle est déterminée par des valeurs, par des champs qui s'appliquent à elle et la qualifient.

    Avec l'informatisation de notre quotidien, tout devient données. Elles sont le moteur du Web sémantique de Tim Berners-Lee (ce Web de données ou Web 3.0) comme du Web² de John Battelle et Tim O'Reilly. C'est le moteur du Web implicite, celui qui comprend le moindre de nos clics. C'est bien sûr le moteur principal du Web 2.0 et des interfaces de programmation qui le structurent. C'est aussi celui du Web relationnel, qui fait communiquer les données entre elles. C'est le moteur de la compréhension de nos existences et de nouvelles perspectives scientifiques, journalistiques, marketing ou démocratiques.

    Ces données deviennent intelligentes par leur recoupement et leur capacité à adapter notre environnement au contexte que les machines perçoivent de nous via leurs capteurs. Ce sont elles qui nous font entrer dans le Siècle des réseaux, qui s'apprêtent à transformer la connaissance, jusqu'au fondement de la méthode scientifique.

    Ces données sont multiples, hétéroclites, hétérogènes, mais elles se relient les unes aux autres. Elles répondent à des principes, des taxonomies, et produisent chaque jour des effets toujours plus puissants sur le corps économico-social de notre société.

    L'un de leurs plus formidables espoirs repose sur leur capacité à modifier le réel et plus encore sur leur capacité prédictive. « Au risque de tuer notre libre arbitre, individuel comme collectif », comme l'explique Antoinette Rouvroy, chercheuse au Fonds de la Recherche Scientifique (FNRS) dans l'émission que consacrait à ce sujet le dernier numéro de Place de la Toile.

    Les menaces de cette société de la donnée sont à la hauteur de leur puissance, de cette nouvelle compréhension de l'individu et de la société que les données impliquent. Nous sommes entrés dans un monde où notre vie privée est désormais en réseau, où toutes les données sont potentiellement personnelles. Un monde où l'alternative n'est déjà plus de les contenir mais de trouver les moyens de les altérer pour préserver sa vie privée, quand bien même leurs promesses ne seraient pas toutes tenues...

    HG

empty