• Afin de rompre son ennui, Richard Fowley, riche et puissant, décide d'élaborer un jeu qui consiste à enfermer cinq candidats dans un labyrinthe au coeur même de son domaine. Le premier qui trouve la sortie possédera le château et ses dépendances. Mais la réalité sera tout autre...
    Inspiré de la série noire, ce polar psychologique, déjanté, atypique et inclassable, entraîne le lecteur dans les dédales et les méandres noueux d'une intrigue surprenante, vers la magie de la belle Albion, non sans oublier le flegme typiquement anglais, la folie, l'humour et la peur...

  • Les modifications profondes de notre système socio-culturel font émerger des questions éthiques nouvelles, à l'intérieur de toutes les disciplines qui ont l'homme pour objet, telles l'esthétique, la philosophie, la politique, le droit, la médecine. Pour comprendre ces questions, par-delà leur « actualité ponctuelle », dans le flux vivant de leur constitution, leur approche doit être patiente, complexe, parfois aussi éprouvante qu'une initiation au parcours du labyrinthe. C'est cette tâche difficile que les auteurs de ce livre ont tenté d'amorcer. Leurs contributions sont issues du cycle de leçons publiques qui ont été organisées durant l'année académique 1984-1985, par l'École des sciences philosophiques et religieuses des Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles.

  • Condamnée à errer dans le Labyrinthe, va-t-il l'aider à sauver son âme ?

    Coupable d'avoir provoqué un accident, Clothilde pense se réveiller à l'hôpital.
    Il n'en est rien ! Son esprit a quitté son corps. Elle se retrouve dans un endroit effrayant, un purgatoire où on lui accorde une chance de se racheter.
    Il est le démon du Labyrinthe, créature sans nom, terrifiante et redoutée. L'agaçante petite Clothilde l'intrigue, elle refuse de le craindre et de trembler devant lui. Seulement, elle a aussi éveillé son intérêt...

    L'aidera-t-il ou la gardera-t-il pour lui ?


    *****


    Extrait :

    " Je passe la main dans mes cheveux, et je me fige. J'avais oublié l'état de ma tignasse. Si j'attrape celui qui a commis ce massacre, je le tue. Cette pensée, bien que réjouissante, ne résout pas mes problèmes. Moi aussi je commence à avoir faim, et mon cerveau est en surchauffe.
    Trop d'informations délirantes en trop peu de temps. Si je n'étais pas si fatiguée, j'hyperventilerais et je ferais une petite crise de nerfs en me roulant par terre, histoire de me détendre. Malheureusement, comme l'a toujours dit ma mère, j'ai beau jouer les évaporées quand ça m'arrange, j'ai la tête aussi dure et solidement attachée aux épaules que mon père. J'aimerais bien pleurer, me lamenter sur mes misères... mais ça ne vient pas. Je suis trop pragmatique, trop terre à terre pour me laisser aller aux jérémiades.
    Comme le répétait mon grand-père, geindre c'est bon pour les trouillards et ceux qui ont du temps à perdre. Moi, je n'en ai pas. Je dois survivre et je suis seule dans ce cauchemar. En plus, si je m'autorise à penser à l'enfant que j'ai heurté avec ma voiture, là je n'aurai pas envie de pleurer, mais juste de mourir. Je vais remiser cette idée pour plus tard, quand j'aurai réussi à voir clair et à comprendre le délire qui m'entoure. C'est étrange, je n'avais jamais imaginé que ma curiosité me maintiendrait un jour en vie. Et puis, il faut bien reconnaître qu'il me paraît assez difficile de m'ouvrir les veines avec une cuillère en bois. Il me restera quand même l'option du plongeon dans l'une des cheminées - si elle veut bien ne pas s'éteindre au moment où je me précipite dedans -, ou la possibilité d'une dégringolade d'escalier la tête en premier si je décide de passer à l'acte.

    Quoique... si je suis morte, est-ce que je peux encore mourir ? Est-ce qu'on peut se suicider en enfer ? Ça, c'est une question pour le Bac de philo. "

  •  « ... Sommes-nous supérieur à vous ? Nous ne comprenons pas vos sciences. Le sang des autres est notre richesse. Nous en distillons la quintessence, extirpons les souvenirs et les apprentissages. Puissants de ces expériences capturées, nous sommes  enivrés de centaines de vies. Et dans ce jeu qui nous oppose, nous devinons le prochain coup... »   Qui était Auguste Maillard ? Cet homme étrange avait quatre-vingt-dix-sept ans alors qu´il en paraissait trente. Et pourquoi a-t-il mordu sa victime à la gorge juste avant de mourir mystérieusement ?


      Jeannette aimait Auguste et se retrouve interrogée dans le bureau du capitaine Limousin.


    De la jeunesse d´un enfant de Semier aux plateaux de Lozère en passant par Tchernobyl, elle se souvient d´un passé qui n´est pas le sien, d´une lutte ancestrale qui finira devant sa porte, avec le sang comme seul témoin.

      Présentation de l'auteur :






      Né dans les Ardennes, Thierry Dufrenne a suivi des études paramédicales à Reims où il vit. Il travaille dans la santé depuis presque trente ans et connaît bien ce milieu.


    Après deux thrillers : 7 morts sans  ordonnance et Effets secondaires publiés aux éditions Ex-Aequo, voici son troisième roman, alliant policier et fantastique sans pour autant renier l´environnement médical, toujours source d'inspiration. 

  • Errances

    Lise-Marie Lecompte

    De hautes parois verdoyantes, constituées d'un buis impénétrable. Un sol pavé de granit aux différentes nuances rosées. Entraînée par un lapin en peluche bondissant et guidée par une boussole qui semble avoir perdu le nord, une femme s'est égarée.
    Comment est-elle passée d'une librairie parisienne hétéroclite à cet endroit abracadabrant ? Un Labyrinthe à nul autre pareil. Un dédale qui n'aboutit qu'aux ténèbres, aux impasses et autres univers fantasmagoriques. Des univers d'autant plus troublants qu'ils lui sont familiers ; décors, personnages et autres situations, parfois périlleuses. Car cette femme n'est autre que l'autrice elle-même.
    Perdue dans un monde mystérieux, aussi beau que perturbant, elle n'aura de cesse de vouloir revenir de l'autre coté du miroir. De préférence, en évitant le "Minotaure" lancé à sa poursuite ; une mystérieuse femme vêtue de noir, nourrissant des intentions funestes.

    Une ode aux livres, à l'imaginaire, à la créativité et surtout aux "magiciens des mots" que sont les écrivains. Errances est une escapade onirique où les romans sont tout autant de portes menant à d'autres mondes. Pour peu que l'on ne finisse pas par s'y perdre pour de bon.

  • Damien se réveille au beau milieu d'une immense et terrifiante demeure. Croyant à une mauvaise blague de ses camarades de classe, le jeune garçon de dix ans commence à explorer l'étrange endroit. Perdu dans l'obscurité, dans une bâtisse qui semble sans limites, il découvrira rapidement qu'il n'est pas le seul à arpenter les couloirs enténébrés et, surtout, qu'on en veut à sa vie.
    Il n'a pas d'autre choix : il doit absolument trouver comment s'échapper !

  • Le monde caché Nouv.

    Pour ses 18 ans, Dawn Danger, une étudiante passionnée de dessin, décide sur un coup de tête de se faire tatouer.
    Si elle croyait franchir un cap pour sa majorité, elle est loin d'imaginer ce qui l'attend. En effet, ce tatouage est bien plus qu'une marque indélébile sur sa peau. Grâce à lui, elle va découvrir un monde nouveau, l'Oasis. Un monde peuplé par les Natifs, qui possèdent d'incroyables pouvoirs liés aux éléments. Et dans ce monde, il y a Kayron et son sourire ravageur, ses yeux bleus perçants et les mystères qui l'entourent.
    Ensemble, ils vont devoir déjouer un complot qui menace l'équilibre entre les deux mondes, celui des natifs, et le nôtre...
    Dawn va devoir jongler entre la défense de cet univers protégé, son attirance pour Kayron, tout en préservant sa vie.

    Entre pouvoirs et révélations, Dawn devra faire des choix.

empty