• À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu'elles étaient bébés, Maia d'Aplièse et ses soeurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève. Pour héritage, elles reçoivent chacune un mystérieux indice qui leur permettra peut-être de percer le secret de leurs origines. La piste de Maia la conduit au-delà des océans, dans un manoir en ruines sur les collines de Rio de Janeiro, au Brésil. C'est là que son histoire a commencé...
    Dans ce récit épique qui mêle amour et tragédie, premier volet d'une série de sept volumes inspirée des légendes de la constellation des Sept Soeurs, Lucinda Riley prouve comme jamais son merveilleux talent de conteuse.
    Lucinda Riley est née en Irlande. Après une carrière d'actrice au théâtre, au cinéma et à la télévision, elle écrit son premier roman à 24 ans. Ses livres ont depuis été traduits dans plus de trente langues et se sont vendus à quinze millions d'exemplaires dans le monde entier. Elle figure fréquemment en tête de liste des auteurs best-sellers du New York et du Sunday.
    Les quatre premiers tomes de sa série Les Sept soeurs se sont hissés en tête des meilleures ventes dans toute l'Europe.

  • À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu'elles étaient bébés, Ally d'Aplièse et ses soeurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, sur les bords du lac de Genève. Ally, la deuxième soeur au tempérament tempétueux, est navigatrice et musicienne. Lorsqu'une nouvelle tragédie la touche, la jeune femme décide de partir sur les traces de ses origines. Les indices que lui a laissés son père en guise d'héritage vont la mener au coeur de la Norvège et de ses fjords sublimes. Entourée par la beauté de son pays natal, Ally découvre l'histoire intense d'une lignée de virtuoses célébrés pour leur talent, un siècle plus tôt, une famille aux lourds secrets...
    Quel est son lien avec la belle Anna Landvik, merveilleuse chanteuse qui fut une proche d'Edvard Grieg et interpréta son célèbre Peer Gynt ?
    Et plus que tout, Ally arrivera-t-elle à laisser son passé pour construire son avenir ?
    LA REINE DU ROMAN FÉMININ
    Lucinda Riley est née en Irlande. Après une carrière d'actrice (cinéma, théâtre et télévision), elle écrit son premier roman à l'âge de vingt-quatre ans. Ses livres ont été traduits dans plus de trente langues, et se sont vendus à quinze millions d'exemplaires dans le monde entier.
    Elle figure fréquemment dans la liste des auteurs best-sellers du New York Times et du Sunday Times. Lucinda écrit actuellement la série des Sept Soeurs, qui raconte l'histoire de soeurs adoptées, et qui se base allégoriquement sur le mythe de la célèbre constellation.
    Les quatre premiers tomes de la série ont tous été n°1 des best-sellers dans toute l'Europe.

  • « Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme ce sera moi. Moi, seul. Je sens mon coeur et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j'ai vus ; j'ose croire n'être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m'a jeté, c'est ce dont on ne peut juger qu'après m'avoir lu. »

  • Horace-Benedict de Saussure peut être considéré comme le découvreur des Alpes, au même titre que Ramond de Carbonnières pour ce qui touche aux Pyrénées. L'oeuvre du Genevois Saussure, monumentale, est difficile d'accès aujourd'hui, tant par son volume que par son côté encyclopédique très "XVIIIe siècle".
    Il sait, pourtant, dans ses récits d'ascensions, être d'une modernité de ton et de réflexion que lui envieront tous ceux qui, après lui, se lancèrent dans ce genre bien spécifique qu'est la littérature de montagne.
    Même s'il n'est pas le premier à gravir le Mont-Blanc, H.-B. de Saussure sera celui qui l'immortalisera et lui donnera ses lettres de noblesse.
    Le présent ouvrage est extrait des Voyages dans les Alpes - partie pittoresque des ouvrages de H.-B. de Saussure (1852).
    Horace Bénédict de Saussure (1740-1799) né à Conches, près de Genève, physicien, géologue et naturaliste suisse. C'est l'intérêt de Saussure pour la botanique qui l'amène à entreprendre dès 1758 ses tout premiers voyages dans les Alpes. Ses travaux ne cessent de s'enrichir par la suite de nouvelles dimensions : étude des glaciers, géologie, minéralogie, physique de l'atmosphère, météorologie, ethnographie, et même physiologie. La plupart de ses résultats sont consignés dans les quatre tomes de ses Voyages dans les Alpes (1779-1796).
    Nouvelle édition, entièrement revue et illustrée qui remplace la précédente qui datait de 2002.

  • Cette nouvelle série de publications des registres du Petit Conseil de Genève poursuit celle entreprise au siècle passé par E. Rivoire et V. van Berchem, qui couvre les années 1409-1536, interrompue en mai 1536 avec l'adoption officielle de la Réforme, quelques semaines avant l'arrivée de Jean Calvin à Genève. Les mois suivants (mai-décembre 1536) font l'objet de la présente publication ; ils constituent une période décisive pour l'avenir de la Seigneurie. En politique extérieure, cette dernière doit affirmer son indépendance à l'égard des Bernois qui occupent, depuis février 1536, les bailliages savoyards de Gex et de Ternier, encerclant ainsi complètement Genève, et qui ont remplacé le duc de Savoie Charles III dans ses prérogatives judiciaires dans les terres de Saint-Victor et Chapitre, sous dépendance genevoise. Elle doit également défendre les intérêts de ses bénéfices ecclésiastiques en Faucigny, territoire appartenant à Charlotte d'Orléans, duchesse de Nemours, alors sous protectorat français. Enfin, en politique intérieure, soutenue par Guillaume Farel, la Seigneurie proclame des édits et prend des mesures disciplinaires pour mettre en place la nouvelle doctrine religieuse. Cette édition est enrichie de nombreuses pièces annexes provenant des Archives d'Etat de Genève, de Berne et de la Bibliothèque nationale à Paris.

  • Le troisième volume des Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève marque le début, ou plutôt la « relance », d'une édition qui devra nous conduire au moins jusqu'en 1618, date du Synode de Dordrecht. C'est en juin 1966 que l'on reprit l'idée de continuer le travail de MM. Bergier et Kingdon. {p. VIII}Le Fonds national de la recherche scientifique suisse accepta de prendre à sa charge les frais de la préparation de l'édition sous la responsabilité de MM. Louis Binz et Alain Dufour.

  • Instruction et confession de foy dont on use en l'Église de Genève est un abrégé de L'Institution de la religion chrétienne de 1536, explication des trois textes majeurs de la foi chrétienne: le Décalogue, le Credo et le Notre Père, donnée ici en latin et dans la traduction de Calvin lui-même.,La seconde partie de cette édition comprend une confession de foi lue au synode de Lausanne en mai 1537, lorsque Calvin fut accusé, ainsi que ses collègues Farel et Viret, de verser dans l'arianisme. Les malentendus furent assez sérieux pour que Calvin ait été obligé de rédiger deux courts textes supplémentaires, avant que son orthodoxie ne soit reconnue au synode tenu à Berne en septembre 1537.,,,

  • C'est en 1620 lorsqu'il trouve refuge à Genève qu'Agrippa d'Aubigné entreprend de réviser son Histoire Universelle en trois tomes. Amplement corrigée et augmentée, c'est cette seconde version qui est ici éditée, suivant le découpage de Ruble en XV livres. On trouvera dans le dixième et dernier volume de la présente édition le quatrième tome qu'Agrippa d'Aubigné entreprenait d'adjoindre à son ouvrage mais qu'il ne put achever avant la fin de sa vie. Conservés dans les Archives Tronchin, ces textes furent publiés pour la première fois, de manière lacunaire, en 1925, par Jean Plattard. Ces ultima scripta brossent l'image d'un homme à qui le grand âge n'avait rien ôté de la vigueur de son « gros style ferré » et qui demeurait inébranlablement fidèle à la cause pour laquelle il s'était jeté dans la guerre soixante-deux ans plus tôt.

  • L'Histoire de Charlemagne est le premier livre profane publié à Genève en 1478. Son auteur, Jehan Bagnyon, célèbre pour son Traité des droits de Genève, a mis en prose la Chanson de Fierabras, y ajoutant d'autres épisodes de la vie de Charlemagne. Ce texte présente en outre de nombreuses particularités de la langue franco-provençale que H.-E. Keller s'est attaché à relever.


  • Comme historien, Jean-Jacques Langendorf disposait de sources privilégiées pour offrir dans ces pages le portrait du fondateur de l'Orchestre de la Suisse romande. Il fut l'un des proches d'Ansermet. Il a consacré des recherches à ses liens avec V

  • En 1597, le jésuite Du Puy fit courir le bruit en France et ailleurs que Bèze était mort, qu'il avait été converti au catholicisme peu avant sa mort, et que toute la ville de Genève avait suivi son exemple. D'où une réplique des pasteurs de Genève, connue sous le nom de Beza redivivus, dénonçant la fausse nouvelle. Et voici qu'un gentilhomme Savoisien, le sieur d'Avully, voulut prendre la défense des jésuites, en soutenant que le faux bruit de la mort de Bèze était une invention des pasteurs de Genève, - un « mensonge ministral » - pour noircir les jésuites. Cette surenchère d'imagination produisit une brochure amusante, pleine d'anecdotes curieuses, décrivant notamment les portraits que Bèze collectionnait dans son antichambre, représentant ses amis, sans s'oublier lui-même. A quoi Bèze répliqua par une Réponse au gentilhomme Savoisien ne se nommant pas, pour donner à ce chasseur entouré d'une meute de chiens, une bonne leçon de théologie. Il s'offre même le plaisir de corriger aimablement la théologie catholique de son adversaire, à l'aide de quelques petits vers d'Octavien de Saint-Gelais. Dans ces deux textes, Calvin, mais aussi Rabelais et Marot ne sont pas loin...

  • « L'avènement de Voltaire à la royauté morale ne date ni de la Henriade, ni de Charles XII, ni de Zaïre, ni du Siècle de Louis XIV, ni même de sa tragédie de Mahomet; il date de son installation à Ferney. C'est à partir de ce moment que, renonçant à sa vie purement littéraire, se faisant à la fois agriculteur, manufacturier, commerçant, armateur, etc., il devient « le roi Voltaire ». Ses grandes oeuvres ne seront pas des livres, mais des actions, et il fera faire au genre humain tout entier un pas immense dans les voies de la justice et de la lumière. Le sentiment populaire et même la haine de ses ennemis ne s'y sont pas trompés : ils l'ont appelé, avec admiration ou colère, le patriarche de Ferney; ce nom lui restera [...] »
    Ainsi commence le livre d'Eugène Noël, consacré à la vie et à l'oeuvre de Voltaire à Genève (1755-1758) et à Ferney (1758-1778).
    Durant ce que beaucoup appellent son règne, Ferney passa de 150 à 1200 habitants. C'est à Ferney que Voltaire écrivit le Traité sur la tolérance (1763), le Dictionnaire philosophique (1764). C'est là qu'il défendit les Calas, Sirven, Lally, le chevalier de la Barre. C'est là qu'il mit en application dans la cité, sa cité, les idéaux des Lumières. C'est de là qu'il partit en 1778, pour mourir finalement à Paris.
    Superbement illustrée par Emmanuel Triau, notre édition permet de découvrir la vie du grand homme comme si l'on se trouvait au quotidien à ses côtés, dans les joies, les peines, les succès et les épreuves, témoins privilégiés de sa force de caractère, sa puissance de travail, sa lucidité, son humour et sa roublardise aussi.
    Mais c'est aussi la découverte de son refuge, ce Ferney qu'il avait créé : « Tout y peignait l'abondance, l'hospitalité, le goût des arts; mais tout y était simple. Était-on dans une ferme ? était-on chez un prince ? on ne l'aurait su dire. Ce qu'il y avait de certain, c'est qu'on était dans un lieu unique au monde. » avait conclu l'auteur.
    Le lecteur en ressort abasourdi par la pertinence et l'actualité de la pensée de M. de Voltaire.

  • La base de données GLN 15-16 consacrée aux éditions imprimées à Genève, Lausanne et Neuchâtel aux XVe et XVIe siècles est aujourd'hui achevée. Ce Short-Title Catalogue est pensé comme le compagnon de la version électronique. Il permet de figer un état du savoir, mais surtout nous offre la possibilité, grâce aux index réalisés, d'envisager de nouveaux champs de recherche. Ce livre dresse une carte qu'il nous convient d'explorer. Aux chercheurs maintenant de recréer des territoires : le premier, du point de vue de l'histoire des religions, le deuxième pour la typographie, un troisième pour l'histoire littéraire, un quatrième pour la discipline qu'il choisira ou inventera. Une postface nous décrit, du point de vue d'un usager souvent narquois, l'envers du travail bibliographique et la mutation des bibliothèques occidentales au cours des 50 années nécessaires à la réalisation de GLN.

  • Ce troisième et dernier volume des Chroniques de François Bonivard relate l'une des périodes les plus importantes de l'histoire de Genève, celle où, ayant scellé son destin helvétique en s'alliant avec Berne et Fribourg, elle s'est résolument émancipée de la maison de Savoie et de l'évêque et où, à l'instar de sa puissante alliée, Berne, elle a adopté la Réforme. Le récit de François Bonivard, témoin contemporain et avisé dès 1536, conteur insurpassable, nous fait vivre les années calviniennes balisées de luttes acharnées aussi bien internes qu'externes, jusqu'à la victoire des partisans du Réformateur en 1555 et à l'heureuse inauguration d'une ère de paix.

  • Comment trouver sa place et s'épanouir au Luxembourg lorsqu'on est Sénégalais? S'il a travaillé pour l'Organisation des Nations unies à Genève, puis pour la Banque mondiale, Amadou doit faire face à la frilosité d'un monde professionnel privilégiant les Européens. Marié à Karine, une Allemande, il devra affronter les préjugés aussi bien sur ses origines que sur les couples mixtes, mais l'amour et la conviction de pouvoir s'en sortir aideront le couple à aller de l'avant, jusqu'au jour où le destin leur ouvrira grand les bras... Saga sociale se déroulant sur une quinzaine d'années, de 1994 à 2008, l'opus de Mamadou Dione dépeint avec justesse un parcours sentimental et professionnel semé d'obstacles et de doutes. Réflexion autour de l'immigration et du racisme, mais aussi du retour aux racines familles, "À deux, passionnément" livre une étude culturelle soignée, doublée d'une belle leçon de persévérance, universelle avant tout.

  • Genevadown

    Sébastien Ripari

    Sedan Dellan, jeune sculpteur de 28 ans, réalise la statue d'une femme pour le compte du richissime baron Goldenstein. Sur l'invitation du baron, Sedan se rend à une réception. Le jeune sculpteur tombe sous le charme de la belle Annabelle et se lie d'amitié avec Jean, le fils du baron. Cette soirée dans la haute société de Genève va amener Sedan, bien malgré lui, à découvrir un secret pour le moins inattendu.

  • Rétroviral Nouv.

    Genève, juin 2021. Alors qu'une pandémie fait rage sur l'entièreté du globe, Ornella Conti cherche à clarifier le mystère de la mort de Michael, son mari. Quatre ans auparavant, une organisation qui se voulait philanthrope l'a approché pour qu'il participe à son projet de grande ampleur : fabriquer un vaccin capable de guérir plusieurs maladies mortelles. Le couple a accepté de s'installer sur l'île où le laboratoire top secret devait être construit. Mais les choses ont dérapé et, alors qu'elle tente d'éclairer le passé à la lumière du présent, Ornella devient la cible d'une machination diabolique...
    Dans ce roman captivant, Jean de Blonay convoque avec subtilité et intelligence les évènements actuels au coeur d'une intrigue mouvementée où virus, complot et amours forment un cocktail explosif.

  • Talvez você não tenha se dado conta, mas aconteceu uma inovação que mudou sua vida. Friccionando as mãos com um gel hidroalcoólico, você se protege das doenças.
    Esta é a história de um produto revolucionário que nunca foi patenteado, um presente que o professor Didier Pittet e sua equipe dos Hospitais Universitários de Genebra ofereceram à humanidade.
    Hoje, tanto aquele que pratica a medicina em plena selva quanto os laboratórios farmacêuticos podem fabricar essa solução que garante mais segurança na assistência à saúde, permitindo salvar milhões de vida.
    Acompanhar a aventura médica de Didier Pittet é descobrir que outra humanidade é possível, aquela que nos leva de uma economia da predação a uma economia da paz.
    ``A OMS teve sorte quando Didier Pittet respondeu ao seu chamado. Numerosas são as lições que podemos tirar da história magnificamente contada neste livro.'' Dra. Margaret Chan, diretora-geral da OMS
    Blogueiro e ensaísta, Thierry Crouzet se interessa pela convergência entre tecnologia, política, e literatura. Ex-jornalista, publicou, entre outros: Le Peuple des connecteurs (O povo dos conectadores), uma reflexão premonitória sobre a sociedade das redes; J'ai débranché (Eu me desliguei), a historia de um burn-out numérico; La Quatrième théorie (A quarta teoria), um tecno-triller de ficção política.

  • Le geste qui sauve

    Thierry Crouzet

    Vous ne le savez peut-être pas, mais une innovation a changé votre vie. En vous frictionnant les mains avec un gel hydro-alcoolique, vous vous protégez des maladies.
    Voici l'histoire de ce produit révolutionnaire libre de tout brevet, offert en cadeau à l'humanité par le professeur Didier Pittet et son équipe des Hôpitaux Universitaires de Genève.
    Du médecin de brousse aux laboratoires pharmaceutiques, tout le monde peut désormais fabriquer cette solution permettant de sauver des millions de vies grâce à des soins plus sûrs.
    Suivre l'aventure médicale de Didier Pittet, c'est découvrir qu'une autre humanité est possible avec la promesse de basculer d'une économie de prédation à une économie de paix.
    « L'OMS a eu la chance que Didier Pittet réponde présent quand nous avons fait appel à lui. Bien des enseignements peuvent être tirés de son histoire superbement racontée dans ce livre. » Dr Margaret Chan, Directrice générale de l'OMS
    Blogueur, essayiste et romancier, Thierry Crouzet s'intéresse à la convergence entre technologie, politique et littérature. Ancien journaliste, il a notamment publié Le Peuple des connecteurs, un réflexion sur la société des réseaux, J'ai débranché, le récit d'un burn-out numérique, La Quatrième Théorie, un techno-thriller de politique-fiction.

  • En 1873, Alphonse de Candolle écrivait : « Les cantons suisses de Genève, Vaud et Neuchâtel achètent plus de livres et de journaux sur les sciences que les populations vingt fois plus nombreuses des pays adjacents ». En 2019, Genève est l'une des villes au monde qui compte le plus grand nombre de livres par habitant. Il fallait bien que l'informatique vienne en aide aux bibliothèques !
    Histoire d'une (r)évolution raconte ces années durant lesquelles les bibliothèques genevoises sont passées de l' époque des fiches cartonnées à celle des catalogues informatisés, des échanges de données, puis à l'ère d'Internet et du cloud computing. Il fallait bien un livre pour relater cette vaste aventure...

  • Fondée en 1950 par Eugénie Droz, la collection des Travaux d'Humanisme et Renaissance a réuni, en soixante-cinq ans, plus de 550 titres. Elle s'est imposée comme la collection la plus importante au monde de sources et d'études sur l'Humanisme (Politien, Ficin, Erasme, Budé...), la Réforme francophone (Lefèvre d'Etaples, Calvin, Farel, Bèze...), la Renaissance (littéraire et artistique, Jérôme Bosch ou Rabelais, Ronsard ou le Primatice...), mais aussi la médecine, les sciences, la philosophie, l'histoire du livre et toutes les formes de savoir et d'activité humaine d'un long XVIe siècle, des environs de 1450 jusqu'à la mort du roi Henri IV, seuil de l'âge classique. Les Travaux d'Humanisme et Renaissance sont le navire-amiral des éditions Droz.

  • Fondée en 1950 par Eugénie Droz, la collection des Travaux d'Humanisme et Renaissance a réuni, en soixante-cinq ans, plus de 550 titres. Elle s'est imposée comme la collection la plus importante au monde de sources et d'études sur l'Humanisme (Politien, Ficin, Erasme, Budé...), la Réforme francophone (Lefèvre d'Etaples, Calvin, Farel, Bèze...), la Renaissance (littéraire et artistique, Jérôme Bosch ou Rabelais, Ronsard ou le Primatice...), mais aussi la médecine, les sciences, la philosophie, l'histoire du livre et toutes les formes de savoir et d'activité humaine d'un long XVIe siècle, des environs de 1450 jusqu'à la mort du roi Henri IV, seuil de l'âge classique. Les Travaux d'Humanisme et Renaissance sont le navire-amiral des éditions Droz.

  • Fondée en 1950 par Eugénie Droz, la collection des Travaux d'Humanisme et Renaissance a réuni, en soixante-cinq ans, plus de 550 titres. Elle s'est imposée comme la collection la plus importante au monde de sources et d'études sur l'Humanisme (Politien, Ficin, Erasme, Budé...), la Réforme francophone (Lefèvre d'Etaples, Calvin, Farel, Bèze...), la Renaissance (littéraire et artistique, Jérôme Bosch ou Rabelais, Ronsard ou le Primatice...), mais aussi la médecine, les sciences, la philosophie, l'histoire du livre et toutes les formes de savoir et d'activité humaine d'un long XVIe siècle, des environs de 1450 jusqu'à la mort du roi Henri IV, seuil de l'âge classique. Les Travaux d'Humanisme et Renaissance sont le navire-amiral des éditions Droz.

  • Cé qu'è laino

    Joel Aguet

    Qui a écrit le « Cé qu'è laino » ? Sur le mode de l'enquête à travers les siècles, cet ouvrage retrouve, pour commencer, l'état d'esprit assez joueur de celui qui, le premier, imprima ce texte. Sa plaisante signature décryptée permet ensuite d'explorer une nouvelle façon de dater les plus anciennes éditions connues. S'établit alors la chronologie de la Chanson de l'Escalade en patois savoyard de Genève, premier récit imprimé de la tentative manquée du duc de Savoie contre la ville en 1602. Sa fortune éditoriale est repérée à travers tout le xviie siècle. Par l'analyse à la fois géographique et littéraire de particularités du vocabulaire, émergent enfin les circonstances exceptionnelles qui ont permis de rassembler les talents concepteurs des soixante-huit couplets de cet hymne joyeux. Publié le 18 décembre 1602, l'original reparaît ici, dans sa langue populaire, avec traduction en regard et notes. Est ainsi rendue aux Genevois une belle page, trop longtemps oubliée, de leur histoire culturelle.

empty