Mon Petit Editeur

  • Ronilson Mendoca Coimbra quitte sa paisible vie de professeur de mathématiques à Santarem, au Brésil, suite à la réception d'une lettre lui annonçant la mort de son frère tué en Guyane française. Ce voyage l'entraîne dans une aventure humaine, poétique, sensuelle et meurtrière dans le monde des chercheurs d'or clandestins, les fameux garimpeiros. Entre travail et amour, découvrira-t-il l'assassin de son frère ?

  • - Il y a un hic, pressentit immédiatement Léa. Pour garder le suspense, le commissaire partit chercher un café et revint, quelques minutes plus tard, le gobelet brûlant dans les mains. Enfin, il reprit: - Mais, nous ne sommes pas dans le cas d'un crime «

  • Si vivre à Agen est à la portée de tout le monde, y finir d'aussi étranges façons à de quoi titiller le commun des mortels.... L'inspecteur Vladimir Karnaukhov sait bien que ses semblables sont multiples. Il sait sentir leurs troubles, déceler leur failles et débusquer leurs démons. Mais cette enquête va l'obliger à revoir des connaissances en sciences humaines qu'il croyait gravées dans le marbre de ses certitudes. Le jeu social auquel il va participer, le mettra en présence d'une galerie de portraits destinés davantage à le perdre qu'à le faire progresser pour découvrir cette vérité à laquelle tout le monde aspire si, bien sûr, elle n'est pas trop dérangeante. Que ces événements tragiques croisent le monde du cabaret donne aux artifices dont chacun se pare, un sens et une tournure imprévus. Ils rapprochent le bien du mal en dissipant la frontière qui les sépare, sans pour autant mettre en évidence ce qui leur va le mieux. L'inspecteur va devoir redoubler de discernement pour révéler les souffrances et faire tomber les masques. Mais sait-on jamais qui sont les autres ? Ce que nous sommes ? Ce qu'il faut laisser de soi pour mieux comprendre l'autre ?

  • Crime, suspense, amour, intrigue... Au fil de ces nouvelles, vous retrouverez le commissaire Blondeau et l'inspecteur Benoit On peut aussi y suivre la vie de ce dernier et l'enquête au cours de laquelle il tombe amoureux. Va-t-il se marier ? Va-t-il abandonner la police ? Que devient le commissaire Blondeau ? Nul doute que vous prendrez autant de plaisir à suivre les enquêtes du commissaire de M. Marcadé et de sa fine équipe que l'auteur a eu à les écrire.

  • Été 1938. À Houlgate, station balnéaire du Calvados, une dame du meilleur monde s'éprend d'un séduisant employé saisonnier. En septembre 1939, le jour même de la déclaration de guerre, un pêcheur retrouve le corps de la malheureuse, abandonné sur la plage au voisinage du kursaal. L'enquête démarre dans l'ambiance de la « drôle de guerre », ralentie par l'absence de nombreux hommes mobilisés. Des difficultés supplémentaires vont se présenter avec l'arrivée des troupes d'Occupation en juin 1940. La victime ayant eu antérieurement à son service une jeune Allemande, la possibilité d'une affaire d'espionnage vient en outre compliquer la donne. Enfin la petite Simca de la victime avait été volée la nuit du drame, peut-être en relation avec le meurtre. Beaucoup de pistes donc seront passées au crible avant que soit enfin faite la lumière complète...

  • C'est fou ce qu'on peut disparaître de nos jours sans laisser de trace. Alors qu'on peut localiser un téléphone mobile sur tout le territoire, qu'on peut faire parler des ADN, qu'on peut lire un disque dur d'ordinateur préalablement effacé, on perd la trace d'individus, comme s'ils s'étaient évaporés, sublimés devrais-je dire, dans l'atmosphère. Encore, si on recherchait ces personnes le lendemain de leur disparition, il n'y aurait que moitié mal, mais les recherches ne débutent qu'avec plusieurs jours de retard Voyez-vous, notre service a été transformé en succursale de Lourdes. En d'autres termes, on espère que nous ferons des miracles. Je veux que nous relevions le défi. Car s'agissant de personnes de chair et de sang, en pleine forme physique, en possession de tous leurs moyens, il n'y a pas de raison de souhaiter des miracles. Nous devons, je dis bien nous devons, faire éclater la vérité et mériter la confiance mise en nous.

  • Dans ce troisième et dernier tome de la série du « Château du Mundat », Ernest Meyer délaisse quelque peu le contexte historique et fantastique des deux ouvrages précédents pour aborder plus directement la lente dérive psychologique et morale de l'héroïne vers un délire effrayant situé aux confins de l'inhumain et de la folie. Mais qu'on se rassure, la cruauté omniprésente n'efface jamais les respirations d'humour ni les moments d'émouvante tendresse. Par son récit, l'ultime témoin, après avoir suivi pas à pas le parcours d'Henriette de la Gravière, se confie en ces termes à son ami musicien : « Si j'ai cherché à retrouver des indices de ses étranges pérégrinations, c'est que, dans l'histoire de l'horrible fin de mon château et de ses occupants, elle fut l'élément central, comme un bel et redoutable ange du mal. Le hasard a mis sur ses pas trois personnes qui ne se connaissaient pas, mais dont la convergence provoqua le départ en chaîne d'une série de malheurs. Si je croyais à l'astrologie, je vous dirais bien, Maître, que ce fut à partir de ces années-là, que s'alignèrent dans le ciel du Mundat, trois corps célestes, habituellement inoffensifs lorsqu'ils évoluent en trajectoires isolées, mais qui, une fois réunis, devinrent éminemment maléfiques sur la destinée du Schaefferhof. »

  • Une embuscade, une tentative d'assassinat. Plutôt un retour au bercail mouvementé quand on vient de se marier. Qui donc cherche à l'éliminer ? C'est ce que Nyoko, magistrate à la Cité des Rumeurs, va chercher à découvrir... Et cette fois, c'est sa propre vie qui est en jeu. Après "Le Mort, le poète et la magistrate", le collectif d'auteurs Toshi Monogatari nous livre ici le deuxième tome des enquêtes de Nyoko, magistrat impérial.

  • La chaleur était étouffante. Tout dans la nature semblait en mourir. L'herbe couchée, comme abattue par un immense coup de balai, jaunissait en exhalant une odeur de foin. Les arbres se rétractaient comme s'ils pensaient que s'ils exposaient moins de surface au soleil la canicule se ferait moins sentir. L'eau du ruisseau n'était plus qu'un souvenir, son lit un chemin caillouteux. Un semblant de brume s'en échappait, un rien de liquide prisonnier sous les cailloux finissait de s'évaporer. Quelques rares personnes qui n'avaient pu éviter un rendez-vous ou une course marchaient à pas lents, séchaient la sueur de leur visage avec des gestes mesurés. Minimum d'efforts. Même quand elles défilaient par deux ou par groupe, aucune d'elles ne parlait. Minimum d'efforts, toujours, ne pas gaspiller ses forces toutes tendues vers le combat contre la chaleur.

  • L'âme cousine

    Gilles Roux

    Un meurtre a été commis dans la belle ville de Nice. Est-ce un cambriolage qui a mal tourné ou bien un drame passionnel ? La pianiste qui menait une vie retirée a-t-elle été tuée par un rôdeur qui a croisé son chemin par hasard ? À moins que sous son apparence froide et distante, cette musicienne n'ait déclenché des passions irrationnelles. Ses amants, anciens ou récents, refusaient-ils de partager son amour avec un concurrent ? Le personnage du commissaire Mariani qui mène l'enquête à sa façon n'est pas sans rappeler un célèbre policier parisien dont les enquêtes sont racontées par un ancien journaliste belge.

  • Subterfuges

    Robert S. Martin

    Le climat de la Guyane est torride, mais les activités clandestines qui s'y déroulent le sont plus encore. L'économie souterraine se développe sans scrupules sous la coupe d'organisations mafieuses qui contrôlent des régions entières et leurs trafics en tous genres. Léonard Cordet, qui avait approché ce monde dans une aventure qui faillit lui coûter la vie, va être cette fois, directement mêlé aux agissements obscurs des organisations criminelles qui voudront l'utiliser, puis l'éliminer. Tour à tour pourchassé et prédateur, il participera à ce jeu d'échec mortel qui ne pourra s'achever que par un Mat sanglant et sans appel.

  • Vol 807 pour Djakarta

    Mgh Donnaes

    Indonésie, 1965. Le général Suharto accuse le parti communiste indonésien d'avoir organisé un coup d'état pour renverser le pouvoir en place. Les représailles feront près d'un million de morts et autant de déportés. De quoi susciter un désir de vengeance ! C'est dans ce contexte sulfureux, que Miguel Mandès se verra confier pour mission de retrouver le DC-3 de la Garuda Indonésia qui s'est crashé dans la jungle de la Nouvelle-Guinée Papouasie sur les pentes du mont Bosavi. Qui avait intérêt à faire disparaître le vol 807 et pourquoi ? Une mission qui prendra rapidement le ton d'une enquête policière sous suspicion d'espionnage. Miguel Mandès se verra impliqué dans un complot visant le Général Suharto, une conspiration structurée par une puissante organisation politique guidée par l'idéal communiste chinois. Une action aux multiples rebondissements, ayant pour point de départ la Nouvelle-Guinée, trouvant sa conclusion sur les quais du port de Lisbonne au Portugal.

  • La chandelle et la plume est un recueil de vingt et une nouvelles dont les sujets sont très différents même si bon nombre de récits se déroulent en Auvergne. Quelques personnages plus ou moins sympathiques, un peu d'imagination autour d'imperceptibles parcelles de vérité, quelques traits d'humour ou d'indignation suffisent pour bâtir une histoire.

  • Le commissaire Picot est appelé au "domaine des chais", centre de remise en forme au coeur du Beaujolais. Très vite, la thèse de l'accident est écartée, et nombreux sont les suspects car il semblerait que la victime, Madame O'Neill, avait de nombreux ennemis parmi les résidents du château. Qui était-elle vraiment ? Qui pouvait se défier d'elle au point de la supprimer ? De fausses pistes en vrais soupçons, Picot et son adjoint auront bien du mal à faire éclater la vérité.

  • "Dans un éclair bref et un crépitement strident, soudain, elle se transforma sous les yeux du couple en un être difforme, horrible et monstrueux comme venu du fin fond de l'enfer. Non ! Il ne s'agissait pas de cris de victoire que tout un chacun entendit, loin de là. Ce n'était pas non plus de méchanceté que l'obscène créature hurlait de la sorte. Des grognements d'une puissance phénoménale émanèrent de cet être laid, d'apparence dépecée. Des hurlements de souffrance s'arrachèrent de sa gorge comme si un mal atroce le rongeait de l'intérieur. On eut dit que la bête qui avait atteint trois mètres de haut cherchait mille manières de s'éviter le supplice. En effet, l'étrange chose se tordait dans tous les sens. Steve et Daniella se mirent rapidement à l'abri tandis que, dans un élan de solidarité, vainement, les sosies bioniques tentèrent d'arrêter le monstre nouvellement apparu. Peine perdue. Impossible de stopper cette chose d'une force que personne ne pouvait soupçonner. Les uns après les autres, tous furent déchiquetés telles des poupées de chiffon."

  • Anna s'ennuie dans une maison de retraite de la banlieue de Lyon où seule sa petite fille Sarah lui rend visite régulièrement. La neurasthénie d'Anna interroge l'adolescente qui entreprend une enquête sur la jeunesse d'Anna dont le passé semble à jamais englouti. Bientôt elle découvre un lourd secret de famille et fera tout pour rendre le sourire et quelques instants de bonheur à sa grand-mère bien aimée que la maladie ronge irrémédiablement. Au cours de son enquête familiale, Sarah fait des rencontres riches qui marqueront son chemin de vie. Les personnages rencontrés dans ce livre, ont tous essayé, à leur manière, de répondre à une question existentielle : la quête du bonheur.

  • Lenka Zajlonek, artiste peintre renommée, d'origine tchèque, est retrouvée morte dans son appartement de Nice. Elle a été tuée d'une balle en pleine tête ; l'absence d'arme auprès d'elle, conduit la police à écarter la thèse du suicide. Romain Delcroix confirme l'identité de la victime ; il était son compagnon il y a quelques mois encore. Profondément troublé, il se lance dans une quête effrénée qui très vite dresse contre lui Renée Mariotti, la jeune policière chargée de l'enquête. Un vieil homme retrouvé à Prague, une jeune femme croisée à Londres, un mystérieux corbeau mettront ses certitudes à mal perdu dans le labyrinthe d'une effarante énigme, il échappera de justesse à la mort. Une histoire d'amour et de passion, autour d'un secret enfoui quelque part... au-delà des apparences.

  • Ce roman réaliste nous fait prendre conscience de la fragilité du quotidien. Nicolas Sambroggi est un comptable marseillais au caractère insoumis. Il se trouve plongé, malgré lui, au coeur d'une machination politico-financière dont l'origine se situe en Turquie. Accusé de vol par son employeur, il doit prouver son innocence avant d'être arrêté par la police. Aidé par un journaliste, il nous entraîne dans sa quête de vérité, des ruelles de Marseille aux quais d'Istanbul. Dans la partie d'échec qui les oppose à un homme politique influent, une course contre la montre s'engage. Son voyage ne sera pas simplement touristique, il y côtoiera également le danger et l'amitié, mais son périple, quelle qu'en soit l'issue, changera en partie son caractère.

  • L'idée d'écrire l'histoire de l'Espingouin m'est venue à la suite d'une conversation avec un ami, à la terrasse d'un bistrot crasseux dans une ville du nord du Mexique. Je profitais d'un voyage d'affaire en France pour me présenter à son dernier domicile connu. J'allais y faire la connaissance du locataire actuel, Robert. Le faire parler fut toute une histoire. Je fus accueilli par un écriteau « Si vous passez devant chez moi ! N'entrez pas ! Ne tapez pas à ma porte ! ». Finalement, Robert allait me confier ce qu'il avait glané dix ans auparavant sur l'Espingouin. D'après un de ses anciens camarades bien placé dans une sous-préfecture et bénéficiant de relations utiles, l'affaire aurait été liée à une collaboration entre polices espagnole et française portant sur un vieux dossier classé « sans suite ». Mais était-ce si simple ? Et qui était vraiment Robert ?

  • "L'étudiant avait les mains moites, et un léger filet de sueur coulait sur ses tempes. Que lui arrivait-il ? La chaleur des lieux ? L'émotion ? Peut-être les deux à la fois, pensa-t-il, sans trop s'attarder sur ses états d'âme. Il avait un Picasso devant les yeux ! Mais quand la tête de cheval se superposa à celle du taureau, il sut qu'il se passait quelque chose d'anormal. Une question à laquelle il n'eut pas le temps de répondre. Il venait de s'affaler, inerte, dans les bras de son voisin le plus proche."

  • Quinze marches folkloriques de l'Entre-Sambre-et-Meuse sont dorénavant inscrites au patrimoine immatériel de l'Unesco. Lors de ces fêtes traditionnelles, la population vit au rythme des fifres et des tambours. Des soldats napoléoniens défilent dans les rues du village sous le soleil estival. Les cantinières régalent la troupe avec leur alcool. Mais, en ce beau dimanche, l'un des tonneaux, qu'il soit maudit !, contient aussi un puissant laxatif. Qui a pu commettre une blague aussi dangereuse ? Une jeune policière va tenter de le découvrir... "Maudit tonneau" est une pièce construite comme une enquête policière mais il s'agit avant tout d'une comédie savoureuse servie par des personnages truculents.

  • Chevalier du temple

    Jyhel

    De la nuit des temps peut, à tout moment, ressurgir ce que l'humanité avait oublié, transformé, mystifié ou idéalisé. L'histoire a ses secrets et ses trésors. Certains sont enfouis définitivement, d'autres sont encore accessibles. L'Ordre du Temple suscite encore une grande fascination. En nous plongeant, tout d'abord, dans cet univers médiéval, Jyhel fait de ce polar une projection historique à plusieurs facettes. Les événements se succèdent à un rythme soutenu et le chemin de la vérité est jonché de fausses pistes. D'ailleurs, quelle est donc cette vérité ?

  • Dans ce petit village perdu en montagne l'entente est parfaite. Janette a deux amis d'enfance, Fanou et Nanou. Lequel épousera-t-elle ? Un dimanche, Béret meurt, écrasé par son tracteur. Meurtre, suicide, accident ? L'enquête sera trop vite menée et le doute va subsister. Comment le commissaire d'abord puis l'inspecteur, six ans après, résoudront-ils cette énigme ? Qui de Nanou ou de Fanou gagnera le coeur de la belle Janette ?

  • Janvier 1910 : la Seine déborde et Paris connait sa plus grande crue. Le métropolitain est inondé et les députés gagnent l'Assemblée en barque. Le Jardin des Plantes aussi est sous les eaux. Florence, jeune sous-bibliothécaire, y patauge entre les vélins de Redouté, les orchidées des serres tropicales, les reptiles de la Ménagerie et le laboratoire de taxidermie. Les lions ont froid, les iguanes crèvent de chaud et les cadavres fleurissent dans la fosse aux ours ou derrière les palmiers.

empty