Publibook

  • Evanescentes, insaisissables, meurtries, séductrices, incompréhensibles, acariâtres, libres, prisonnières... Diverses, les femmes qui peuplent le recueil de Geneviève Biffiger possèdent pourtant un point commun : toutes sont des femmes échappées ou en cours d´évasion. Toutes fuient ou rêvent de quitter un quotidien ou un passé qui les emmurent et les asphyxient... Sans pour autant parvenir à se trouver ailleurs que dans le regard de cet inconnu, de cette autre énigme qu´est l´homme. A travers ces textes s´esquissent ainsi des pas de deux tragiques entre amants, des valses destructrices entre conjoints, des rondes enchantées entre filles et pères... S´y devinent des drames intimes, des sentiments troubles, des pulsions assassines...

  • Ce qu'Olympias veut, Olympias toujours l'obtient. Sorcière et amante mystique, vipérine princesse d'Epire, elle devient l'épouse de Philippe de Macédoine à qui elle promet un fils. Elle lui donnera, comme héritier, Alexandre... Un prince qu'elle voudra conquérant, sûr de lui, hardi, intrépide, tout autant stratège que pacificateur. Un enfant qu'elle modèlera totalement, veillant aussi bien à son éducation corporelle qu'à son édification spirituelle. Un fils dont elle bâtira, elle-même, la renommée. Un futur roi qu'elle voudra s'attacher absolument, sur lequel elle n'aura de cesse de régner... Avant qu'Alexandre, séparé d'elle par son père, ne commence à construire, seul, sa légende.

  • Rêver, croire, vivre

    Diana Hallaj

    « Elle est entrée dans ma vie au moment où j'allais renoncer à l'amour, à la foi en Dieu et à l'espoir. Elle est la première et la dernière, celle qui m'a protégé, qui a veillé sur moi, qui m'a le plus réconforté. Elle est la meilleure personne que j'aie rencontrée. Louna m'a montré le meilleur chemin à suivre pour réussir sa vie, elle m'a libéré d'une existence insipide. » De ses prémices à sa conclusion déchirante, c'est une histoire d'amour dans toute son envergure que nous conte l'auteur. Une saga à l'image de l'existence, rythmée par ses travers et ses merveilles. Illustrant à la perfection les cycles de la vie et de la mort, « Rêver, croire, vivre » n'usurpe pas son titre : le récit est beau, parfois triste, mais toujours positif.

empty