Langue française

  • Rock'n philo

    Francis Métivier

    • J'ai lu
    • 25 Mars 2015

    Le rock et la philosophie s'accordent-ils ? Évidemment! La première Méditation de Descartes et le « Where is my mind ? » des Pixies posent les mêmes problématiques : le réel est-il ce que je vois ? Le message des Pensées de Pascal et celui de « Smells like teen spirit » de Nirvana est similaire : le moi est haïssable.
    Cet ouvrage, associant l'analyse de textes philosophiques et de textes (et musiques) de rock, propose de (re)découvrir les auteurs classiques tout en (ré)écoutant ses morceaux préférés autrement. Il passe en revue des thèmes majeurs tels que la liberté, le bonheur, l'art, le désir, etc., à travers des artistes aussi variés que les Beatles, The Doors, The Who, Noir Désir, Bob Dylan, Bashung, Led Zeppelin, Patti Smith, Radiohead, Springsteen, Marylin Manson, Pink Floyd, Hendrix, Téléphone, Nina Hagen, Elvis,The Rolling Stones et bien d'autres encore, qui réconcilient toutes les générations.

  • Vous qui croyez qu'être rockeur empêche d'être philosophe au grand coeur, vous allez changer d'avis en lisant ce deuxième opus inédit ! Par la mise en regard de textes philosophiques et de morceaux rock incontournables, cet ouvrage aborde avec intelligence et simplicité des concepts majeurs tels que la conscience, le désir, le langage ou encore la raison. À la lumière des paroles de « Bohemian Rhapsody » et de Kierkegaard vous verrez l'art sous un nouveau jour, vous retrouverez la raison sous la houlette de Rousseau et de Supertramp, et Rage Against The Machine achèvera de vous remettre sur le chemin du droit. L'auteur invite Pascal, Aristote, Hegel, Hannah Arendt, Hume et bien d'autres à débattre avec Bob Dylan, Camille, The Kinks, Patti Smith ou encore Mathieu Chedid : une expérience plus que rock'n roll !

  • C´est avec une simplicité désarmante que l´auteur nous livre ici ses frasques dans un récit d´abord imprégné de l´euphorie illuminée des années soixante-dix, puis vite rattrapé par le drame. Si elle a conscience que son parcours n´est pas un exemple, à aucun moment elle n´exprime de regrets ou ne porte un regard amer sur ses expériences. Car sa vie a beau être cabossée, bardée de cicatrices et boiteuse, elle n´en continue pas moins de la porter envers et contre tout, se montrant ainsi digne de cette vibrante déclaration d´amour qui lui est faite. Sylvie Dal-Molin est un personnage haut en couleurs, unique, dont la vie est si sublime et tragique à la fois que même un auteur de fiction n´aurait pu l´inventer, la jugeant trop invraisemblable. Elle est une femme qui, pour le meilleur et pour le pire, semble avoir tout connu : les fugues et autres rébellions adolescentes, les matraques des CRS, les drogues en tout genre, le mariage et la maternité à seize ans, la prison, les voyages aux quatre coins du monde... et le sida, qui a fauché presque sans prévenir une génération pour laquelle il n´était qu´une menace lointaine, presque abstraite.

  • C'est la première édition d'un texte manuscrit inédit, de la main d'Eugène Fromentin et de son ami Paul Bataillard, commentaire fouillé de l'épopée romantique qu'est l'Avashérus de Quinet. Les thèmes principaux de l'auteur, qui sont la destinée humaine, la recherche de la transparence, l'histoire universelle, y sont analysés et mis en relief.

empty