Romance

  • « À 10 heures, en rentrant, elle entendit les gazouillements de Ninon. Elle se lava les mains et monta, comme tous les jours, retrouver ses petites. Ninon était couchée dans son lit, lavée, changée, elle jouait avec ses pieds. La pièce était en ordre, comme d'habitude. Elle appela Aurélie, aucune réponse. Elle ouvrit la fenêtre de la chambre pour fermer les volets. Elle arriva dans la chambre d'amis et y trouva Aurélie, allongée sur le lit, endormie. Honorine lui tapa une joue pour la réveiller, aucune réaction. Elle tapa plus fort : rien. Ses yeux se posèrent sur une boîte de somnifères vide posée sur la table de chevet. Elle secoua le corps de sa petite-fille, mais il était trop tard ; Aurélie avait rejoint le monde du silence. Honorine la serra contre elle en criant [...]. » « Le Secret des larmes », ou une saga hantée par les thèmes des faux-semblants, des vérités occultées, des tensions familiales, des manipulations. Prenant pour épicentre la ferme des noisetiers et la figure, forte et puissante, d'Honorine, la romancière met en scène une fresque terrible, étourdissante, rythmée par les drames et les révélations, la violence et les luttes, dont on ressort chaviré, ému, bouleversé.

  • Cherchant à adoucir son quotidien et à combler sa solitude, un homme dans la soixantaine décide de faire appel aux services d'une «?escort girl?». La rencontre avec Sandra bouleverse sa vie monotone. Envoûté par la grâce particulière et les nombreux talents de la belle, il se berce de folles illusions et se persuade de la réciprocité de son amour. Douée pour l'art du mensonge, la charmante jeune femme parvient à le manipuler pour lui soutirer d'importantes sommes d'argent. À la manière d'une tragédie sentimentale, Sandra aime Robert qui ne l'aime pas, mais elle est aimée par Dave qu'elle n'aime pas. Mais ce n'est que le début de sa descente aux enfers... Le récit de cette authentique histoire d'amour aux limites de la légalité constitue pour l'auteur un véritable drame personnel. S'il choisit de coucher sur le papier l'expérience malheureuse qui l'a laissé meurtri, c'est sans doute pour mieux s'en libérer. Comme le protagoniste de son roman, il a porté son amour non partagé comme un fardeau. Sans rancune ni amertume, il fait preuve d'une grande sagesse en acceptant une situation à laquelle il ne peut rien changer. Un récit tragique et sans concession.

empty